Séminaire du 8 novembre, « L’échec, l’erreur, la faute »

La prochaine séance du séminaire aura lieu le vendredi 8 novembre 2013, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D223.

Il s’agira de la première séance consacrée au thème « L’échec, l’erreur, la faute » coordonné par Florian Besson et Catherine Kikuchi. Nous commencerons par une introduction au thème de ces séances autour des trois axes définis dans l’appel à communication. Suivront deux interventions, une première d’Ismérie Triquet sur la faute dans la légende fondatrice de l’histoire de Normandie, à travers les manuscrits enluminés de la Grande Chronique de Normandie, et une seconde de Werner de Saeger sur un faux célèbre, la Donation de Constantin.

Ismérie Triquet, « La faute dans la légende fondatrice de l’histoire de Normandie au XIVe siècle »

La faute peut-elle être un élément constitutif d’un mythe fondateur ? A travers la légende de Robert le Diable et son remaniement au XIVe siècle, nous verrons comment un mythe fondateur peut quand même s’avérer bénéfique à la mise en exergue d’une lignée seigneuriale. L’étude mettra en parallèle les éléments négatifs de la légende originelle puis ceux de la version remaniée et de l’utilisation qui à été faite de cette dernière à la fin du Moyen Age, mais aussi la fonction donnée à ce récit. Dans un troisième temps, nous nous attarderons sur la mise en image de cette légende et les partis pris iconographiques retenus pour servir au mieux, non seulement le texte en lui même, mais aussi le récit qu’il introduit, à savoir la Grande Chronique de Normandie rédigée à la fin du XIVe siècle.

Werner de Saeger, « La Donation de Constantin : contextualiser le faux »

La Donatio Constantini (donation de Constantin) est un acte de transfert de pouvoir, qui s’est avéré faux après une critique textuelle effectuée par l’humaniste Lorenzo Valla. Dans la Donation, Constantin, premier empereur romain à s’être converti à la foi chrétienne dans l’an 312 ap. J-C, fait un transfert de pouvoir vers les autorités ecclésiastiques, et plus particulièrement vers le pape Sylvestre. Le document contient une énumération de territoires et de privilèges que Constantin donne au pape et se conclut par une déclaration de retrait de l’Empereur vers l’Orient. Bien que l’on ne sait pas dater exactement les origines du document, le texte semble être apparu au milieu du IXe siècle, et a été prouvé faux en 1440.

Après une brève introduction, Werner de Saeger expliquera le contexte des relations église-état dans le cadre du quatrième siècle ap. J-C, pour ainsi clarifier la raison de l’acceptation du document au Moyen Age. En retournant vers les premiers actes et décisions véritables de Constantin, le faux s’avère moins faux et plus vrai qu’on ne l’aurait pensé prima facie. En analysant l’histoire des relations entre les pouvoirs sécularisés et ecclésiastiques, et en réinterprétant une décision cruciale de Constantin pendant la deuxième décennie du quatrième siècle, l’approche crédule, ou naïve, de l’ère médiévale s’expliquera et cette analyse nous fournira un cadre de référence pour comprendre le contexte de la Donation, qui va bien au delà du vrai et du faux.

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search