Compte-rendu de la séance du vendredi 8 février (« Copie, authenticité, originalité », 1/3)

« Copie, authenticité, originalité » (1)

Étaient présents : Sophie Ravary, Elise Banjenec, Alexandre Giunta, Fracesco Montorsi, Joana Casenave, Céline Ménager, Pauline Lambert, Stéphanie Richard, Marion Chaigne, Irène Strobbe, Cécile Troadec, Lucile Hermay, Julia Conesa Soriano, Fanny Oudin, Emilie Deschellette, Jean-Baptiste Camps, Magali Cheynet, Vincent Le Quentrec.

Les annonces ouvrent le séminaire.

Elise annonce que la demande de Questes de mettre son Bulletin sur Revue.org a été acceptée sous conditions et que nous serons prochainement contactés par un de leurs chargés d’édition pour la suite.

Marion annonce que la parution aux PUPS d’Intus et Foris est encore repoussée. Ambedeus change quant à lui de titre, peut-être pour Duel et duo. Cela reste à voir avec les PUPS lors d’un rendez-vous prévu le 4 mars pour établir un devis.

Fanny annonce enfin que Servane fait passer l’annonce d’un séminaire de l’ENS sur « Saint Augustin dans la littérature ». Le mardi 12 février, elle présentera une analyse du cycle arthurien en prose à la lumière de la pensée déployée par saint Augustin dans La Cité de Dieu. Le 19 février, Elisa Brilli (EHESS) parlera de « La question des vertus des païens chez Dante ». Le 26 février, elle présentera les traductions médiévales de La Cité de Dieu, et en particulier l’anonyme florentine. Enfin le 5 mars, Blaise Dufal (EHESS) analysera les commentaires (littéraires, mythographiques, historiques, juridiques) de La Cité de Dieu à la fin du Moyen Âge.

Avant de commencer l’introduction du thème de cette séance, Magali lance un appel. Sur les trois séances de ce thème, il manque au moins une intervention pour la troisième. En effet, une seule intervenante est sûre d’y participer et un autre n’est pas assuré de pouvoir venir. Marion rappelle que, pendant longtemps, il n’y avait que deux interventions par séance et que cela favorisait le dialogue. Jean-Baptiste regrette cependant l’absence de contribution sur la philologie en elle-même et ses méthodes.

Jean-Baptiste prend justement la parole pour présenter une approche épistémologique. Dans les sciences philologiques, une distinction est parfois faite entre « basse » et « haute » critique, c’est-à-dire plus ou moins éloignée du texte. La basse critique est l’établissement du texte tandis que la haute critique regroupe l’étude de sa provenance, de son style ainsi que les questions d’attribution.

La basse critique est la première méthode scientifique établie au début du XIXe siècle. Dans le contexte de la naissance des sciences modernes, elle s’établit autour de la recherche de l’original. La philologie est une science objective qui cherche à restituer l’original « tel que sorti de la plume de l’auteur ». Jusqu’au XIXe siècle, elle se fonde sur des positions pragmatiques ou empiriques et ne présente pas vraiment de théorie d’ensemble. Au XIXe siècle, commence à être élaborée la méthode dite « lachmanienne ». Ce nom est en fait inexact car des pans entiers de cette méthode sont dus à d’autres philologues. Elle prend forme dans un cadre scientifique qui voit l’émergence et le développement des théories darwiniennes sur l’évolution des espèces et de la linguistique indo-européenne. Des liens forts s’établissent entre ces sciences qui partagent un même cadre conceptuel et les mêmes outils. La volonté est alors le retour à l’original d’après l’étude des copies et l’établissement d’une généalogie permettant l’établissement mécanique du texte. Des outils similaires sont utilisés pour l’évolution des espèces. L’élaboration des généalogies utilise les stemmata, ou arbres généalogiques d’un écrit ancien indiquant les relations entre divers manuscrits. Ces stemmata sont présents en germe dès le XVIIIe siècle, mais n’apparaissent vraiment qu’au XIXe siècle, et la mise en place des critères de généalogie est progressive. D’abord on étudie les variantes communes, puis l’étape décisive de l’évaluation des fautes communes n’est mise en place que dans la deuxième moitié du XIXe siècle par Gaston Paris. Ce travail fonde l’authenticité de l’édition sur la dimension mécanique de la reconstruction du texte dénué de l’arbitraire de l’intervention de l’éditeur. Ce principe est remis en cause par Joseph Bédier, dénonçant chez les philologues une forme de mauvaise foi qui amènerait une reconquête de liberté face à la mécanique de la méthode lachmanienne. Le stemmata bidifes, dont il relève la fréquence, permettraient au philologue de faire œuvre de créativité, dépouillant la méthode de toute authenticité. Ayant repris la méthode sur ses bases, Joseph Bédier propose une redéfinition de l’authenticité du texte édité en basculant vers la correspondance avec un témoin existant du texte. Cette méthode présente une ambiguïté dès ce moment, celle de la correction. Il faudrait choisir le meilleur manuscrit pour avoir à le corriger le moins possible mais les corrections minimes seraient tout de même acceptées. Comment alors comprendre l’authenticité du texte édité ?

Le débat se focalise dès lors sur la validité de la méthode avec tout d’abord le problème de correspondance entre la méthode et l’objet c’est-à-dire les textes littéraires médiévaux. Ce contexte permet de comprendre l’émergence de la New Philology présentée comme une version radicale du bédiérisme. Celle-ci réfute l’adéquation entre édition et réalité des textes littéraires. En déclarant la variance constitutive du texte médiéval, elle attribue à chacune des copies une parcelle d’authenticité et fait de la variance l’élément qui définit l’œuvre littéraire médiévale. La new philology met ainsi en valeur l’acte de recréation du texte réalisé par chaque scribe et lui donne une valeur d’originalité. De cette réflexion vient l’appel aux éditions numériques qui permettraient de se rapprocher de la conception médiévale en démultipliant les textes et en supprimant l’immobilité. Néanmoins si on se penche sur les usages réels du numérique, ils sont loins de correspondre exactement aux propositions de la new philology, et reflètent plutôt la variété importante de positions théoriques sur l’édition. Les tentatives visant à mettre l’ordinateur au service de l’établissement de la généalogie d’un texte constituent, quant à elles, un retour à la démarche scientifique de la méthode lachmanienne. Un débat a encore récemment eu lieu à Louvain à propos des méthodes utilisant les moyens numériques durant une table ronde orientée sur cette question de l’édition numérique. Les positions sont plutôt allées dans le sens d’une validité, d’un apport de cet outil à la démarche critique.

Une synthèse n’est-elle alors pas en cours de réalisation ? Les initiatives nouvelles, les articles sur une troisième voie, les éditions non plus tournées vers un témoin unique ou un original mais vers la tradition, comme celle en préparation pour la Chanson d’Aspremont, nous entrainent quelque part entre ces deux positions. Une communication annoncée d’ailleurs au prochain Congrès international de linguistique et de philologie romane, de Cesare Segre proclame la « fin de la guerre » : une synthèse se profile-t-elle ?

La haute critique, quant à elle, comprend les questions de localisation, de datation et d’attribution. En son sein, on fait souvent une distinction entre critères externes et internes d’attribution. Les critères externes regroupent les témoignages d’autres auteurs, les références à des éléments culturels, historiques ou biographiques. Les critères internes consistent à analyser la langue et le style du texte pour en identifier l’auteur. Ces critères internes, cette capacité à identifier un auteur sur des critères stylistiques posent comme postulat de base l’existence d’un style unique, identifiable et renvoyant à un individu unique. Il supposerait que l’authenticité est un phénomène positif et quantifiable. Or ce postulat n’a jamais été ni testé ni prouvé. Néanmoins il a fait naître une science : la stylométrie qui émerge à la fin du XIXe siècle comme on peut le constater dans l’article de Paul Tannerie, « la stylométrie, ses origines et son présent » en 1899. Article savoureux puisqu’il met en évidence l’histoire de cette science qui est décrite comme une sempiternelle nouveauté et toujours en pleine éclosion. L’idée de l’application des statistiques aux textes littéraires est ainsi toujours une nouveauté fondamentale, toujours en train de se développer. Les développements en sont en effet divers : notamment ceux de Charles Muller et de ses élèves. Cette science glisse du champ philologique vers les sciences de l’information sous le nouveau nom d’«  authorship atttribution ».

Qu’est-ce que ces études plus récentes peuvent nous apprendre sur la possibilité de mesurer le style d’un auteur ? Elles montrent que ce qui rend le mieux compte d’un style, c’est la fréquence des mots outils, et non du vocabulaire rare. Outre l’attribution, elles permettent de réaliser le profilage de l’auteur. La question du phénomène de copie et de la variance qu’il engendre se repose alors. Le style est défini par la fréquence de mots outils : or ce sont les plus soumis à variance dans les textes médiévaux. Si on réfute cette définition du style, quelle autre mesure de l’authenticité d’un texte pourrait-on prendre ? Ce questionnement permet de rejoindre le premier point c’est-à-dire l’importance de la notion d’auteur. Il permet d’expliquer l’importance de la tradition lachmanienne en Italie, par l’intermédiaire de l’importance de la figure de Dante.

Magali voulait, quant à elle, plutôt faire une sorte de revue littéraire, en commençant par la conférence de Michel Foucault  « Qu’est-ce qu’un auteur ? ». Il y avait résumé notre obsession du nom d’auteur et du nom de l’œuvre pour regrouper les copies. Or les œuvres médiévales sont mouvantes, anonymes et n’ont le plus souvent pas de titre défini.

Pendant latin de la vie d’Evariste, la vie de saint Martial de Limoges est rédigée pour soutenir au XIe siècle les prétentions à en faire un apôtre. En alignant cette vie sur des codes d’écriture, on assiste à l’invention d’une authenticité et d’une autorité pour servir les ambitions d’une communauté. Lucile Hermay reviendra sur cette problématique lors de son intervention le 22 mars. Le parcours des stratégies d’authentification est visible en observant les prologues où se trouvent de véritables annexions d’autorité pour fonder l’autorité de cette parole nouvelle que sera l’œuvre à venir. L’étude systématique par Pierre-Yves Badel (« Rhétorique et polémique dans les prologues de roman au Moyen Âge », Littérature, n°20, 1975, p. 81-94) met ainsi en évidence l’autorité des anciens et celle de représentants divins. Dans les prologues, le patronage d’une auctoritas et l’annexion d’une source conçue comme authentifiante et prestigieuse, dans la continuité de laquelle il s’agit de s’inscrire, voire qu’il s’agit de réécrire, incite le critique à se lancer dans le « mirage des sources ». Isidore de Séville définit l’auteur comme celui qui ajoute un supplément de sens, de matière, d’interprétation (voir Auctor et auctoritas, Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, dir. Michel Zimmermann, coll. Mémoires et documents de l’Ecole des Chartes, 2001). L’œuvre médiévale exige un regard différent. L’artiste ne doit pas être vu comme une individualité originale mais comme celui qui a la capacité d’investir une tradition pour faire œuvre de recomposition. Le dernier élément des prologues fait appel à un autre type de caution, cette fois-ci extra-textuelle, celle du commanditaire. Elle fait alors du commanditaire le véritable inventeur d’une matière, l’élément qui justifie l’intérêt de l’auteur pour cette matière. Marine Poirier évoquera cette problématique pour les prologues alphonsiens lors de la prochaine séance. L’origine du discours est toujours donnée en amont. Un exemple très intéressant est le prologue de L’Estoire del Saint Graal, puisqu’il intègre une véritable fiction d’autorité. Une mise en scène est orchestrée autour du livret original donné par un représentant divin. D’une part, l’œuvre vernaculaire apparaît comme une version dégradée d’un original d‘origine divine. Mais de plus l’œuvre elle-même n’est qu’une copie dégradée de celle de l’auteur. Le narrateur dit alors qu’il ne veut pas mettre son nom par peur des transformations au cours de la transmission et du dévoiement par la copie et les variantes dont il ne serait pas responsable. Si on suit Emmanuèle Baumgartner, du XIIe au XIIIe siècle, l’apport de l’auteur tend vers une revendication de tradition pure. Puis à partir de la fin du Moyen Âge, les fictions d’origine et les signatures d’auteurs sont de plus en plus fréquentes, notamment dans les prologues historiques, avec une formule de type juridique : « je » + nom et fonction. La valeur de l’auteur comme une personne historique se met en place avec la signature. Il faudrait envisager les façons qu’ont eues ces auteurs de commenter cette réécriture par laquelle ils fondent la légitimité de leur œuvre nouvelle. On peut prendre l’exemple de ce qui peut se passer dans les chansons de geste. Cela peut sembler paradoxal puisque le récitant annonce une version nouvelle d’une chanson connue. Elle est donnée nouvelle par sa forme, et parce qu’elle serait plus authentique que les autres. Ainsi l’empreinte de son art serait une restauration. Ces types de manipulations textuelles ou formelles semblent inviter à une conversion du regard. A cet égard, on peut également évoquer l’extension de la prose au XIIIe siècle, conçue comme plus authentique que le vers. Certes c’est une transformation, mais il s’agirait en fait d’une forme mieux adaptée à la vérité historique, véritable topos d’un langage plus naturel et donc plus authentique. Une citation d’une des premières traductions de la Chronique du Pseudo-Turpin rejoint ce point de vue.

Vincent Le Quentrec aborde la partie consacrée à la diplomatique. Cette discipline fait appel à trois critères d’analyse. Il s’agit d’une part d’interroger la forme c’est-à-dire les caractères internes, externes ou encore la sigillographie ; puis d’étudier la tradition c’est-à-dire les empreintes philologiques ; enfin d’approfondir la genèse des écrits. La diplomatique distingue le document orignal, c’est-à-dire le document primitif, le premier dans sa forme définitive ; et la copie qui est la transcription littérale d’un document antérieur. Il existe trois types d’authenticité : l’authenticité diplomatique présumée sincère, respectant une procédure et faisant l’objet d’une validation. Ensuite, l’authenticité juridique qui se distingue par sa forme et sa validation seulement. Enfin la sincérité historique désigne un document conforme aux faits décrits dans l’acte. Il existe des actes qui n’ont pas d’authenticité diplomatique, mais ont une authenticité juridique car ils sont entrés dans la série des chartes. De la même façon, il existe plusieurs degrés de faux : ceux créés de toute pièce mais ayant reçu un sceau après avoir été placé dans la pile à signer avec d’autres documents authentiques diplomatiquement par exemple. Ceux-ci sont alors valables juridiquement.

Un autre degré de faux est l’interpolation c’est-à-dire l’ajout, le grattage ou l’effacement dans un acte. Sébastien Fray reviendra le 22 mars sur les faux et les préoccupations des faussaires. Se présentent des problèmes quant aux moyens de validation qui se limitent parfois à une simple apposition de la main Au haut Moyen Âge, les chartes pouvaient compter une liste de témoins, des signa, mais les sceaux sont peu nombreux, en particulier pour les actes privés, il est donc difficile de repérer un original.

Le cartulaire est, quant à lui et dans sa définition minimaliste, un recueil de copies qui peut même mener à la destruction de l’original. Ce document est également un lieu de mémoire, une manière de gérer les biens reçus et le témoignage de la vision de la société par son auteur. Sophie Ravary parlera plus amplement des cartulaires le 19 avril. Quant aux actes notariés dont Cécile Troadec va parler lors de cette séance, ils présentent en plus de la marque du notaire une liste de témoins, preuve notamment que les moyens de validation sont multiples et complémentaires.

Avant de passer à l’intervention de Cécile Troadec, Fanny annonce des conférences en lien avec certains points de l’introduction ci-dessus. Dans le cadre séminaire de Michel Zink autour de la figure de l’auteur, des interventions porteront sur la question du nom, notamment celle de Traschler sur la question du pseudonyme et de l’anonyme qu’a évoquée Magali. On peut écouter ces conférences en ligne.

Cécile Troadec, « Actum Rome : les pratiques d’authentification des actes notariés à Rome à la fin du Moyen Âge »

Les actes notariés sont source de questions sur l’acte d’écrire et sur son but. Les notaires sont des hommes de métier, dotés d’une formation précise, mais aussi des hommes de culture qui réfléchissent sur leur pratique et son sens. Le notaire a pour fonction de donner une forme verbale précise aux affaires soumises par ses clients. N’importe quelle affaire peut être transformée en écriture légale par le notaire. Au XIIe siècle, une mutation majeure a lieu: on ne fait plus appel à de simples scribes mais à des officiers institués par une autorité publique. Ces personnes acquièrent alors la capacité de donner, par le seing, une authenticité à leurs écritures, sous forme de brouillons ou mis au propre. La fides publica fonde le caractère probatoire de leurs écrits. Au début de chaque registre, le notaire rappelle toujours la source de sa légitimité, en plaçant les actes contenus dans son registre sous l’égide du pape ou de l’empereur. Les notaires sont alors des figures d’autorité qui garantissent la régularité des transactions et la paix sociale. Ils développent également de nouveaux modes de validation de leurs actes que la rédaction de plusieurs copies et versions successives rendent indispensables. Ces actes sont d’abord rédigés sous forme de notes sur feuille volante, puis sous forme abrégée dans le minutier du notaire. À partir de cette minute, le notaire peut produire à volonté une ou plusieurs copies authentiques au client pour ses archives privées. La première étape de rédaction de la minute est en effet la rogatio. En présence de témoins, le notaire rédige la notula. Il y précise la date, les noms des contractants et des témoins. Dans un second temps, il enregistre dans un minutier le document avec ses clauses et la souscription. Une fois le minutier conservé dans les archives du notaire, il est doté d’une pleine valeur probatoire. Le moment de rédaction de la brève peut connaître plusieurs phases, sans qu’on puisse expliquer pourquoi. Parfois plusieurs versions de la même brève existent dans un même registre : un brouillon et une version mise au net. Parfois le même acte est simplement copié mot pour mot sans explication du dédoublement. D’autres fois encore, le notaire ne rédige pas la brève qui reste au stade du brouillon. Pour expliquer ces pratiques de copie divergentes, on peut émettre l’hypothèse que certains notaires sont plus soucieux de la memoria, de la transmission à la postérité. Cela expliquerait un plus grand souci de la mise en page, plus aérée avec une note dans la marge pour retrouver un acte plus facilement.

La troisième et dernière étape est la rédaction de l’instrument, sur parchemin, à la demande d’une des parties, sous une forme bien définie, validée par la signature du notaire (son seing). A la fin du Moyen Âge, le contenu peut être le même que celui de la minute. Cependant il est écrit sur parchemin et non sur papier, in extenso, sans abréviation. Un grand laps de temps peut s’écouler entre les deux. La brève est donc écrite au présent, et l’instrument au passé. Cela signifie son immuabilité et sa stérilité. Seule la minute peut générer des copies. La différence de temps est emblématique de ce potentiel propre à l’original. Nous avons ainsi une inversion du rapport entre l’original et la copie. Le véritable original est un abrégé à l’état d’ébauche et la copie est un texte plus abouti. La minute est la matrice des copies. La copie pourtant seconde peut être considérée comme un véritable original, authentique. La nature du rapport entre original et copie est remarquable : le document initial, texte abrégé et incomplet, est la source même des originaux. Si ces derniers venaient à être perdus ou détruits, ils pourraient être reproduits grâce au minutier. En dernier ressort, la minute a la plus forte légitimité. En cas de doute sur la validité d’un instrument, on convoque le notaire qui doit produire la minute pour valider ou non la copie. La brève, comme l’instrument, doivent donc être des rapports fidèles de ce qui s’est dit. Le notaire ne doit rien omettre. Les statuts des villes sont très vigilants sur cette exactitude, pour ne pas altérer l’acte par oubli. Certains notaires ont un tel souci de véracité qu’ils ne traduisent pas en latin les paroles des clients italiens mais les transcrivent directement en langue vernaculaire, entremêlant ainsi formulaire en latin et propos en italien. Les propos apparaissent ainsi au discours direct ce qui renforce l’authenticité de l’acte. Cependant, tous les notaires n’ont pas la même fiabilité. Il arrive parfois que les prix ou même l’identité des protagonistes soient manquants ou erronés. Les systèmes de copies successives ont également été mis en place pour une meilleure conservation notamment en cas d’incendie. Cette pratique développée par certains notaires constitue ainsi un système de sauvegarde en plusieurs exemplaires. La réglementation de la copie renvoie aussi à de fréquentes contestations ou falsifications des actes notariés. Les notaires renforcent alors les modes d’authentification traditionnels de l’acte par des pratiques inédites. La première modalité est la datation après l’invocation c’est-à-dire le millésime, le nom du pape, le mois, le jour (même si ce dernier est souvent absent). Quand le jour est indiqué, c’est toujours un samedi, jour du marché. À partir du XIVe siècle, l’usage du signum, le seing du notaire, se développe. Il est présent au début du registre, et parfois en bas de l’acte où il tient lieu de signature. Il est apposé pour pérenniser l’acte et le transmettre à la postérité (ad eternam memoriam). Les petits sceaux de notaire apparaissent, quant à eux, au XVe siècle ainsi que, dans de très rares cas, des signatures autographes de clients. A la fin de l’acte, l’actum comprend le lieu de signature et la liste des témoins présents. Il est fondamental pour garantir l’acte notarié. Parfois le notaire et ses clients se rendent sur le lieu même où se trouve le bien concerné par la transaction. Le lieu de l’actum atteste alors l’exactitude des informations recueillies par les notaires qui ne sont pas toujours très précises sur la topographie. L’éventail des lieux d’actum est très varié. La solennité de ce lieu garantit d’autant mieux l’authenticité de l’acte. Une hiérarchie des lieux d’actum s’impose alors, comme par exemple, une église pour un acte de fiançailles. Au XVe siècle, apparaît un lieu particulier : le bureau du notaire qui semble aussi apporter un surcroît d’autorité. Le nombre et la qualité des témoins varient en fonction de la nature du contrat ainsi qu’en fonction du statut social des protagonistes. Ils sont dits « présents, entendant et comprenant » et peuvent devenir les seules preuves subsistantes. Leur présence est une manière d’authentification qui ne passe pas par l’écrit, comme une copie virtuelle, latente et impalpable de l’acte. Les notaires ont renforcé le dispositif de validation de leurs écrits, produisant des copies, des sauvegardes à la fois écrites et mémorielles. Préserver l’intégrité des minutiers constitue un enjeu primordial pour le notaire. La falsification d’un acte est assimilée à un vol. Il est d’ailleurs interdit de supprimer, ou par exemple, de rayer un acte notarié sauf sur demande du client ou sauf si le contrat a été extorqué sous la torture. Les sanctions contre la falsification sont très fortes. Elles vont de l’amende dissuasive à la main droite coupée en passant par l’interdiction d’exercer. Ces sanctions expliquent une page trouvée chez le notaire romain Augustinus de Martinis. Dans son minutier, il n’a pas rédigé de contrats pendant un certain temps (de septembre à décembre 1483) car, comme il le dit lui-même dans ce même minutier, il a été enlevé et séquestré à Naples comme victime collatérale de la guerre entre Rome et Naples. Les notaires se font souvent chroniqueurs. Ils relatent les crues et les tremblements de terre par exemple. Mais ils n’ont pas l’habitude de se livrer ainsi. La raison est tout autre. Il veut se prémunir contre la falsification de son registre en apposant au bas de cette page son signum pour en renforcer la validité.

Une notation semblable est présente en mai 1469, pour un voyage à Padoue. Cette absence explique qu’aucun acte ne soit daté de la période de son voyage. Le notaire, conscient des enjeux de son métier, innove ainsi en inventant de nouvelles pratiques d’authentification de ses registres. L’intégrité du registre en lui-même importe. Il ne doit pas présenter de solution de continuité dans la chronologie pour ne pas prêter le flanc aux accusations de mauvaise conservation. Les notaires deviennent auteurs et garants de l’authenticité de leurs œuvres, en plus d’être des copistes. Ils sont aussi parfois les auteurs de récits de miracles, auxquels ils apportent la garantie de la fides publica. Cela leur donne le « droit d’être crus de tous » (Girolamo Arnaldi), devenant ainsi de vrais auteurs.

La discussion est ouverte par Jean Baptiste qui demande si le notaire se disant dei gratia est une formule fréquente. Cécile affirme que oui, tous ceux de Rome en tout cas.

Marion poursuit en abordant le statut de scribe du notaire. Est-ce toujours lui qui prend la plume pour écrire, ou dispose-t-il du personnel qui pourrait se charger de l’écriture ? Son rôle ne serait-il alors que d’authentifier ses actes ? Cécile répond que cela dépend des notaires. Certains se mettaient en association. En effet dans certains registres, l’écriture varie et certains notaires sont plusieurs fois témoins pour les actes de leur confrère. Il peut s’agir d’apprentissage ou de travail en association. D’autres notaires tiennent leur registre seul puisqu’il n’y a qu’une écriture. Marion se demande si la graphie ne participe pas de l’authenticité de l’acte. Cécile indique que les graphies sont extrêmement variées à Rome que ce soit pour l’encre, la plume ou le type d’écriture. Marion demande s’il existe un exemple de remise en cause de l’authenticité d’un acte s’appuyant sur l’accusation d’une erreur faite par un notaire. Cécile répond qu’on a perdu les archives judiciaires de la Rome du XVe siècle. On ne peut s’appuyer ici que sur les statuts urbains. Il est donc difficile d’en avoir trace.

Julia Conesa-Soriano demande si la valeur probatoire d’un document écrit reposait aussi sur des gestes symboliques qui pouvaient entrer en jeu dans la valeur de preuve. Cécile répond qu’elle ne sait pas. Julia explique que dans les documents qu’elle étudie à Barcelone, il est précisé que les personnes déclaraient leurs propos en posant la main sur les quatre évangiles. Cécile indique qu’à Rome, dans les actes notariés, il n’est jamais fait mention de gestes particuliers, sauf la présence des témoins.

Vincent demande s’il y a sur les registres des marques de délivrance des instruments. Cécile répond qu’elle n’en a jamais rencontré. Par contre, elle connait certains registres où des actes, non sur parchemin mais sur papier, sont pliés comme s’ils avaient été scellés, envoyés, puis ensuite dépliés et dépourvus de leur sceau. À quel moment les archivistes ont-ils repris des instruments et les ont-ils reliés avec des minutes ? Peut-être au XVIIe siècle. Vincent demande si les notaires déposent leur seing auprès d’une autorité. Cécile répond que les juges palatins ont leur propre seing qui peut parfois être ajouté. Cela évolue assez peu mais elle ne sait pas si les seings des notaires font l’objet d’un dépôt. Vincent s’interroge alors : existe-t-il des marques des clients sur les minutes ? Cécile répond que oui car l’écriture change alors et qu’ils disent « ego ».

Irène voudrait savoir par curiosité si les dessins comme celui figurant sur le Power Point de Cécile étaient courants dans les minutiers. Cécile répond que le I dessiné sur son Power Point est le seul exemple qu’elle ait dans les minutiers. Irène demande également si, dans une autre minute du Power Point de Cécile, il s’agit juste d’une accolade ou d’un dessin. Cécile pense que c’est juste une accolade mais ne sait pas ce qui est dans la marge. Ce notaire est aussi particulier par l’usage fréquent de son signum. Tous ne les mettent pas partout. Marion indique que les notaires royaux s’amusent dans l’illustration de leurs registres.

Fanny remarque que Béatrice Fraenkel a publié un ouvrage sur la signature dont une partie est consacrée aux seings des notaires et notamment à leur aspect graphique.

Irène demande si les notaires les plus appliqués avaient un type de clientèle et d’affaires particulier. Cécile indique qu’à Rome, un seul notaire a une clientèle presque seulement aristocratique. N’importe qui peut s‘adresser à n’importe quel notaire. Leurs tarifs sont réglementés par les statuts de la ville. Dans les registres, les petits actes voisinent ainsi de gros contrats de mariage. Le type de clientèle d’un notaire est davantage lié à son quartier de résidence qu’à son autorité ou sa fiabilité.

Vincent demande, en parlant d’autorité, si les notaires se placent toujours sous l’autorité impériale. Cécile dit qu’ils ont tous l’autorité impériale à Rome, et parfois aussi l’autorité papale.

La séance du séminaire se termine à 20h et les discussions se poursuivent à l’extérieur.

Élise Banjenec

Questes

Créé en 2001 par des doctorants de la Sorbonne, le groupe Questes est une association interdisciplinaire et interuniversitaire proposant des séminaires mensuels, organisés et animés par des doctorants médiévistes. Questes rassemble aujourd'hui plus de cinq cents personnes en France, en Europe et dans le monde.

More Posts


Vous aimerez aussi...