Prochaine séance du séminaire le vendredi 22 mars

La prochaine séance du séminaire aura lieu le vendredi 22 mars, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D116.

Il s’agira de la deuxième séance consacrée au thème « Copie, authenticité, originalité ». Ce sera l’occasion d’écouter trois interventions, de Sébastien Fray, Lucile Hermay et Marine Poirier.

Sébastien Fray, « Le cas de la fausse « charte » de Landeyrat »

Ce document, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, ne nous est malheureusement  connu que par une copie (transcription du XVIIIe siècle) d’une copie (vidimus de 1347). Toute critique externe de l’acte est donc rigoureusement impossible. En revanche, il est intéressant de s’interroger sur les conditions dans lesquelles ces copies ont été réalisées, ainsi que sur les finalités auxquelles elles ont répondu.

Sur le fond, cet acte manifestement composite (il commence comme une notice et se termine comme une charte) mentionne d’abord la dédicace de l’église abbatiale d’Aurillac en 972 par l’évêque de Clermont Étienne. Il rapporte ensuite les décisions prises à cette occasion par ledit évêque sur l’organisation de son diocèse, puis il se conclut sur la donation par l’évêque de l’église de Landeyrat à l’abbaye d’Aurillac. La critique interne de l’acte (analyse du formulaire, étude critique de la date de la consécration et des évêques mentionnés comme présents) confirme qu’il s’agit bien d’un faux.

Il reste dès lors à comprendre les objectifs et les méthodes du faussaire. Ce dernier semble avoir travaillé au début du XIIe siècle, et son faux est partiellement sincère, cherchant à adapter au nouveau contexte grégorien le rapport du monastère d’Aurillac à l’évêque de Clermont. Le faussaire semble puiser ses informations dans divers documents lui ayant fourni la date de consécration mais aussi les noms des évêques mentionnés. De surcroît, il poursuit une double stratégie d’authentification du faux : d’abord, en citant un ouvrage hagiographique originaire de l’abbaye elle-même, ensuite en collant à la fin de la notice un résumé d’une charte de donation épiscopale et surtout les signa de cette dernière.

Lucile Hermay, « Entre copie, authenticité et originalité, La Vie d’Evariste et la fondation de Kokorobion : Se placer dans l’héritage Stoudite et revendiquer la légitimité d’une nouvelle fondation »

La présentation portera sur la Vie d’Evariste de Kokorobion, rédigée à Constantinople au Xe siècle, et analysera les enjeux politiques du contexte de sa rédaction. Ce texte retrace la vie d’un moine qui, après s’être fait tonsurer à Saint-Jean-Baptiste de Stoudios, participa à la fondation du monastère de Kokorobion et le dirigea.

S. Ethymiadis, au détour d’un article, mentionne que ce texte fut écrit dans le « Stoudite milieu », modérant ainsi son éventuelle originalité. Néanmoins, une étude attentive du texte ne rend pas si évidente cette conclusion. Si à cette période le monastère du Stoudios fut un haut lieu de la production hagiographique (par exemple, c’est dans ce monastère que fut rédigée à la même époque la Vie du compagnon d’exil d’Evariste, Nicolas), la Vie d’Evariste ne semble pas avoir été directement composée dans cet environnement. En effet, sa narration présente un certain nombre de variations avec le récit de la Vie de Nicolas. Une comparaison avec des sources issues directement du Stoudios, notamment les prescriptions laissées par Théodore Stoudite et la Vie de Nicolas, pourrait permettre d’approfondir la connaissance du contexte de rédaction, par ailleurs inconnu, voire de préciser la datation de la Vie. Ainsi, l’étude d’une part des rapports du protagoniste avec le milieu stoudite et d’autre part du processus d’autonomisation du monastère de Kokorobion laissent entrevoir le souci qu’a eu l’auteur de légitimer l’indépendance de cette fondation.

L’auteur de la Vie d’Evariste cherche-t-il avant tout à raccrocher son personnage au milieu, par ailleurs très influent à Constantinople, du monastère Saint-Jean-Baptiste de Stoudios, en rédigeant une « vie copiée » dans la lignée des autres vies stoudites ? Ou au contraire pouvons-nous percevoir dans ce texte la mise en scène d’une relative « originalité » du personnage par rapport à son monastère d’origine ?

 Marine Poirier, « Autorité et pouvoir dans les prologues alphonsins »

Le travail que nous présenterons concerne deux grands textes historiographiques, la General Estoria et la Estoria de España, issus des ateliers du roi Alphonse X – dit « le Sage » – de Castille (1252-1284) et traditionnellement présentés comme des traductions-compilations, « a work of scissor and paste » (E. Procter). Les prologues respectifs de ces deux oeuvres dirigées par le monarque présentent une même structure qui fait cohabiter la revendication de conformité à des modèles hérités et la signature du roi comme créateur – et non seulement commanditaire –, questionnant ainsi à la fois les notions d’authenticité et d’originalité.

Sur le plan étymologique, l’auctoritas, « savoir socialement reconnu », s’oppose à la potestas, « pouvoir socialement reconnu » (Á. d’Ors). Ainsi, premièrement, ces pièces liminaires font des oeuvres historiographiques alphonsines des discours doublement autorisés : à la fois par la convocation d’une multiplicité d’autorités – auctoritates – et sous l’aval desquelles les ateliers alphonsins positionnent leur production, et par la forte présence du monarque, tenant du pouvoir politique – potestas –, qui se fait garant de l’authenticité du texte. Deuxièmement, ils témoignent d’un processus de construction d’une autorité ; en effet, si Alphonse X, en tant que roi, possède le pouvoir politique – potestas –, son pouvoir d’énonciation – auctoritas – est à forger. Le glissement d’une série d’autorités au « je » unique du monarque, tout comme le mouvement de subordination de cette accumulation de modèles au pouvoir royal, participent au façonnage de cette autorité.

Il s’agira dès lors d’analyser la composition de ces prologues afin d’étudier la construction d’une auctoritas proprement alphonsine ; cela nous permettra d’exposer la façon dont se construit un texte nouveau et, si l’on veut, « original », qui inscrit les sources traduites et compilées dans des perspectives nouvelles pouvant correspondre à l’idéologie alphonsine.

 

 Pour le groupe Questes,

Jean-Baptiste Camps, Magali Cheynet et Vincent Le Quentrec


Vous aimerez aussi...