Archives de catégorie : Années passées

Les anciens numéros des bulletin sont désormais accessibles en ligne: https://questes.revues.org/

Séance du 13 novembre 2015 – « Cultures de l’autre: rencontre, échange, rejet » (I)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 13 novembre 2015, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D116. Cette séance sera précédée d’un pot amical. Nous vous invitons donc à nous retrouver à partir de 17h30, dans le hall d’entrée de la Maison de la Recherche.

Lors de cette première séance autour du thème “Cultures de l’autre: rencontre, échange, rejet”, nous porterons le regard sur l’Orient qui fut tout à la fois pour l’Occident médiéval le paradigme de l’altérité religieuse, le lieu de sa rencontre ainsi que la matrice symbolique des nombreuses représentations littéraires qui s’y attachèrent. Nous y écouterons, après une introduction synthétique, deux interventions : au thème “Cultures de l’autre: rencontre, échange, rejet”.

Florian BESSON (Université Paris Sorbonne): « Ce qui circule – mots, cadeaux, rapports sociaux dans l’Orient des croisades »

Cette communication sera l’occasion de dépasser la vision historienne d’une confrontation tranchée pour nous attacher aux logiques de circulations, matérielles et immatérielles qui firent de l’Orient un espace de dons et contre-dons culturels.

Cristina DUSIO et Marco ROBECHI : « « Baudaire » et la littérature médiévale de l’Occident chrétien entre mythe et géographie »

Le cas particulier de la « Bataille Loquifer » nous permettra de revenir sur la dimension littéraire du rapport à l’Orient en explorant la géographie mythique produite par le cycle épique de Guillaume d’Orange.

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Appel à contribution sur « Cultures de l’autre »

Appel à contribution sur
 « Cultures de l’autre : rencontre, échange, rejet »
(séminaires des 13 novembre, 11 décembre et 8 janvier 2015) 

 

Les études médiévales ont souvent donné du Moyen Âge l’image de sociétés unifiées par leur religion et leur culture, ou même repliées sur elles-mêmes. Pourtant l’autre et sa culture ont toujours intéressé les hommes et femmes du Moyen Âge. Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

CR de l’Assemblée Générale – 25 septembre 2015

Compte rendu de la réunion de rentrée de Questes

Vendredi 25 septembre 2015

Assemblée générale de l’association des amis de Questes

Nous commençons la séance par un tour de table. Sont présents : Florian Besson, Mathias Sieffert, Stéphanie Richard, Catherine Kikuchi, Viviane Griveau-Genest, Sarah Delale, Pauline Guéna, Adrien Carbonnet, Anne Kucab, Pauline Lambert-Taffoureau, Charlotte Kempf, Louis-Patrick Bergot, Pauline Bouchaud, Julie Pilorget, Cécole Troadec, Céline Ménager. Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Séance de rentrée 2015 de Questes

La première séance de Questes aura lieu le 25 septembre, de 18h à 20h, en salle D 116 de la Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006 Paris, métro Odéon ou Saint-Michel).

Lors de cette séance se tiendra l’Assemblée générale de Questes, au cours de laquelle nous voterons pour élire le nouveau Conseil d’Administration. Ensuite, les membres du CA voteront pour élire le nouveau Bureau. Cette assemblée sera également l’occasion de présenter le fonctionnement du groupe aux nouveaux membres et de faire le bilan de l’année écoulée. Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

CR de la séance du 10 avril 2015 – « L’Hiver au Moyen Âge » (III)

Compte-rendu de la séance du 10 avril 2015 : « L’Hiver au Moyen Âge » (III)

Liste des personnes présentes :

BANJENEC Elise, HELOU Kasser, FURON Christophe, KUCAB Anne, LAMBERT Pauline, MOON Sung-Wook, NEMETH Linde, PINEL Elodie, HUART Stéphanie, CRETIN Nadine et GRIVEAU-GENEST Viviane.

Gens de guerre  le cas des Écorcheurs durant l’hiver 1438-1439 – Christophe Furon (Université Paris-Sorbonne)

Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Séance du 22 mai 2015 – « Les outils numériques en médiévistique »

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 22 mai 2015, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Il s’agira d’une séance de méthodologie organisée par Pierre Levron sur le thème des outils électroniques en médiévistique et leurs conséquences ; elle consistera en une table ronde, précédée d’une introduction sur le sujet.

En espérant vous y voir nombreux pour participer aux discussions.

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Séance du 10 avril 2015 – « L’Hiver au Moyen Âge » (III)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 10 avril 2015, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Voici le programme et le résumé des interventions de cette troisième et dernière séance consacrée au thème “L’Hiver au Moyen Âge”.

Christophe FURON (Université Paris Sorbonne): « Gens de guerre en hiver : le cas des Écorcheurs durant l’hiver 1438-1439 »

L’hiver n’est pas une période d’inactivité pour les gens de guerre. Si les opérations militaires sont moins nombreuses durant cette saison, ils doivent tout de même assurer leur subsistance dans une période marquée par de fortes contraintes climatiques, ce qui se traduit souvent par des pillages. C’est le cas des Écorcheurs qui, après le traité d’Arras en 1435, se retrouvent sans emploi et se livrent donc à des exactions sur de vastes territoires. D’après les chroniqueurs de l’époque, cette écorcherie prend une ampleur sans précédent durant l’hiver 1438-1439 au point d’être une réelle préoccupation pour les pouvoirs royaux et princiers ainsi que les autorités urbaines : les effectifs de ces troupes de routiers augmentent et ils ravagent quasiment tout le royaume de France, débordant sur les régions frontalières. Pourtant, du point de vue météorologique, cet hiver ne semble pas plus difficile que les précédents : un phénomène extraordinaire dans un hiver ordinaire. Cela amène donc à se demander s’il y a un hiver pour les gens de guerre. Si c’est le cas, comment caractériser cette saison telle qu’elle est vécue par eux ? Mais si la question de l’hiver est secondaire pour eux, leur activité obéit-elle à une autre forme de périodicité ? Pour répondre à ces questions, il faut d’abord prendre la mesure de cette écorcherie en reconstituant les trajets des principaux groupes d’Écorcheurs et en tentant une évaluation de leurs effectifs. Ensuite, plusieurs éléments d’explication de l’amplification de ce phénomène permettront de comprendre quelle influence la saison hivernale peut avoir sur leur activité. Enfin, se posera la question de savoir si la sortie de l’hiver 1438-1439 marque une sortie de crise.

Nadine CRETIN, « Le solstice d’hiver et les traditions de Noël au Moyen Âge »

En partant de la Rome antique et de sa célébration du solstice d’hiver, il s’agira de comprendre, d’une part, comment a été choisie la date du 25 décembre et à quelles pratiques cette fête a donné lieu au Moyen Âge, et, d’autre part, en quoi nos traditions domestiques (bûche, sapin) et sociales (père Fouettard, saint Nicolas) liées à cette fête hivernale trouvent leur racine dans le Moyen Âge.

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

CR de la séance du 13 mars 2015 – « L’Hiver au Moyen Âge » (II)

Compte-rendu de la séance du 13 mars 2015 : « L’Hiver au Moyen Âge » (II)

Liste des personnes présentes: 

Anne Kucab, Elodie Pinel, Sung-Wook Moon, Sophie Ravary, Catherine Kikuchi, Charlotte Kempf, Florian Besson, Aurore Léon, Pauline Lambert, Viviane Griveau-enest, Patrick Roullaiux, Elise Banjenec, Sarah Delale, Benedettta Fordred, Hyojeong Wi, Ryo-Rim Ko, Annabelle Marin, Julie Pilorget, Stéphanie Huart, Qinyang Yu, Céline Ménager, Mélissa Barry. Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

CR de la séance du 6 février 2015 – “L’Hiver au Moyen Âge” (I)

Compte-rendu de la séance du 6 février 2015 : « L’Hiver au Moyen Âge » (I)

Liste des personnes présentes:

Elodie Pinel, Anne Kucab, Mélanie Leveque, Mélissa Barry, Pauline Lambert, Sarah Delale, Christine Bellanger, Mathias Sieffert, Annabelle Marin, Sung-Wook Moon, Viviane Griveau-Genest, Christophe Furon, Frédéric Adroma, Charlotte Kempf, Catherine Kikuchi, Aurore Leon, Lucien Dugaz, Benedetta Fordred et Stéphanie Richard.

 Introduction générale : « L’hiver : une symbolique négative et contrastée ? » Elodie Pinel et Anne Kucab

Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

CR de la séance du 9 janvier 2015 – “Finir le Moyen Âge” (III)

Compte-rendu de la séance du 9 janvier 2015 : « Finir le Moyen Âge » (III)

Liste des présents :

Elise Banjenec, Sarah Delale, Emanuele Arioli, Eugène Priadko, Romain Doucet, Aurore Léon, Viviane Griveau-Genest, Cléo Rager, Julie Pilorget, Joanna Pavlevski, Anne Kucab, Benoit Grévin, Nikita Dimitrieff, Charlotte Kempf, Lucien Dugaz, Stéphanie Huart, Cécile Troadec,Diane Chamboduc, Marin Annabelle, Pauline Guéna, Péne Matthieu, Anais Chombard, Catherine Kikuchi, Florian Besson

Le temps des archives et la périodisation historique : une histoire découpée en boîtes ? Matthieu Pène (Elève conservateur-Institut National du Patrimoine) 

Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Séance du 13 mars 2015 – “L’hiver au Moyen Âge” (II)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 13 mars 2015, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Voici le programme et le résumé des interventions de cette deuxième séance consacrée au thème “L’Hiver au Moyen Âge”.

 Sung-Wook MOON (Université Paris-Sorbonne): »Les mouches blanches, qui piquent-elles? Rutebeuf sous la neige avec les Ribauds de Grève. » 

La renommée de Rutebeuf, poète à la production hétéroclite, doit son essence à une dizaine de poèmes, rassemblés par E. Faral et J. Bastin sous le nom fameux de Poèmes de l’infortune. Dans ce petit groupe se trouve le Dit des Ribauds de Grève où, caché derrière sa voix, le poète se moque non sans cruauté de la souffrance hivernale des ribauds. Est-ce, comme les autres Poèmes de l’infortune, une poésie personelle de Rutebeuf? La Griesche d’hiver contient une expression que l’on retrouve presque à l’identique aux deux derniers vers des Ribauds de Grève : « Noire mouche en estei me point, / En yver blanche. »(Griesche d’hiver, v. 32-33) ; « Les noires mouches vos ont point, / Or vos repoinderont les blanches. »(Ribauds de Grève, v. 11-12). Mais ce genre de répétition suffit-il à justifier l’appartenance commune des deux pièces aux Poèmes de l’infortune ; ne faut-il pas, au contraire, y reconnaître avec A. Corbellari « le meilleur argument à opposer aux partisans d’un Rutebeuf poète “personnel” »? Partant de cette oscillation, notre hypothèse est que ce poème de raillerie aigre adressée aux pauvres ribauds nous aiderait à repérer la position de la voix rutebovine dans le monde où elle retentit et que, du même coup, il constituerait un pont permettant de comprendre la relation entre les poésies personnelles et le reste de l’oeuvre de notre poète.

Anne Kucab (Université Paris-Sorbonne), « L’hiver à Rouen à la fin du XVe siècle« 

Les archives de Rouen sont considérables pour la seconde moitié du XVe siècle. Il s’agit essentiellement de sources juridiques ou municipales : réglementation de métiers, délibérations municipales, procès. A première vue, ces sources sont peu éloquentes sur l’hiver, pourtant une lecture attentive nous permet de récolter de nombreuses informations sur les spécificités de la vie en hiver à Rouen et d’appréhender ainsi la perception de l’hiver par les Rouennais et Rouennaises de la fin du Moyen Âge. Plusieurs aspects pourront être mis en avant grâce à la diversité des sources. Il s’agira en premier lieu de souligner que l’hiver est une saison bien marquée pour les rouennais du fait d’un commerce maritime saisonnier important (pêche aux harengs) et d’une réglementation des métiers parfois plus spécifique pour l’hiver. Puis, nous montrerons grâce aux registres de délibérations municipales que l’hiver se manifeste surtout dans les sources par ses conséquences climatiques : inondation, froid vif rendant nécessaire la protection des plus démunis. Enfin nous insisterons sur un fait divers hivernal de l’année 1484 : une bataille de boules de neige qui tourne mal…

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Séance du 6 février 2015 – « L’hiver au Moyen Âge » (I)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 6 février 2015, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Voici le programme et le résumé des interventions de cette première séance consacrée au thème « L’Hiver au Moyen Âge ».

_ Introduction du thème par Élodie Pinel et Anne Kucab : « L’hiver au Moyen-Âge : une symbolique négative et contrastée »

_ Sarah Delale ( Université Paris-Sorbonne ) : « La jeunesse hivernale de Christine de Pizan : hiver, désamour et pauvreté »

Les textes de Christine de Pizan saisissent essentiellement l’hiver dans deux relations topiques de la littérature médiévale. La première de ces relations est présente chez les troubadours et dans toute la littérature courtoise ; elle oppose hiver et reverdie, rattachés respectivement au silence ou au désamour et au chant amoureux, à la vieillesse et à la jeunesse. Une seconde construction topique met en relation hiver et pauvreté. Le Roman de la rose de Guillaume de Lorris, qui rejette Pauvreté en dehors du monde courtois tout en la peignant dans un décor hivernal, sert de modèle à la fin du Moyen Âge, mais ce second topos relève d’un héritage plus large dont on trouve une manifestation chez Rutebeuf (par exemple dans la Griesche d’yver). La pauvreté y est définie principalement par le froid, la maladie, le manque de vêtement, de logis, de feu et de repos. L’étude du motif hivernal dans un passage réaliste de L’Advision Cristine (partie III, chapitre 5), au sein duquel la narratrice Christine rapporte à Philosophie ses déboires financiers après la mort de son mari, nous permettra d’observer la construction argumentative et intellectuelle que permet l’interaction de ces deux topoï hivernaux.

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Séance du 9 janvier 2015 – « Finir le Moyen Âge » (III)

La prochaine séance du séminaire de Questes se tiendra le vendredi 9 janvier 2015, de 18h à 20h à la Maison de la recherche (centre Serpente, 28 rue serpente, 75006, Paris, métro Odéon ou Saint-Michel) en salle D040.

Voici le programme et le résumé des interventions de cette troisième séance consacrée au thème « Finir le Moyen Âge ».

Matthieu  Pène  (Élève  conservateur-­  Institut  national  du  Patrimoine)  :  «  Le  temps  des  archives  et  la  périodisation  historique  :  une  histoire   découpée  en  boîtes  ?  »

Source  incontournable  de  la  science  historique,  les  archives  constituent  la  porte d’entrée   privilégiée  des  historiens  pour  accéder  aux  temps  passés.  Il  est  donc permis de  se  demander   quel  rôle  les  archives  ont  joué  dans  l’appréhension  du  passé,  et notamment  du  Moyen  Age.  Ont-­‐ elles  été  déterminantes  dans  le  processus  de périodisation  ?  Ont-­‐elles  conditionné  le  regard  des   historiens  qui  écrivent  l’histoire à  travers  le  prisme  de  leurs  données  et  de  leur  matérialité  ?  Il   faut  interroger  la place  des  Archives  comme  institution,  comme  pratique  documentaire  et   comme gisements  de  sources.

La  naissance  de  l’institution  des  Archives  et  du  réseau  de leurs  dépôts  en  France  à la  faveur  des   remous  de  la  Révolution  a  eu  un  impact non  négligeable  dans  la pratique  historique,  à  l’heure   même  où  celle-­‐ci  se constituait  progressivement  en science,  de  la  simple  lecture  des  sources   écrites  à leur  critique  méthodique.  Dès lors, pour  les  besoins  du  classement  de  cette  matière   brute  nouvellement  prise  en  charge par  l’administration,  deux  âges  furent  créés, distinguant   nettement  les  fonds  anciens et  les  fonds  modernes  –  la  déchirure révolutionnaire,  constitutive  de   l’institution, jouant  le  rôle  de  séparateur.

L’histoire de  l’évolution  des  pratiques  et  de  la  gestion documentaires  peut  également  éclairer   nos  questionnements.  En  effet,  la  forme prise par  les  archives,  qu’elle  ait  été commandée  par   l’usage  ou  par  la  norme,  n’est  pas anodine  dans  la  création  même d’une  méthode  historique,  qui   doit  s’adapter  à  son objet  d’étude,  lui-­même conditionné  par  les  sources  disponibles.  Les   grandes ordonnances  de  l’époque moderne,  par  contraste,  tend  à  faire  correspondre  le  Moyen Age  au  temps  où  les archives  n’étaient  pas  encore  réglées  par  le  pouvoir monarchique.

Enfin,  la disponibilité  des  sources,  leur  accès  ou  leur  état  de conservation,  fruit  du hasard  et de  la   conjoncture,  n’est  pas  pour  rien  dans  les choix de  périodisation.  Le Moyen Age  n’est-­il  pas  l’âge   des  archives  fragmentaires,  une période  en  lambeaux  ? Il  reste que  la  rareté  des  sources  comme   leur  surabondance façonnent  des  discours historiques  différents,  autant  qu’il  en  faut  pour   distinguer, par  exemple,  l’histoire médiévale  de  l’histoire  contemporaine.

Julie  Pilorget  (Université  Paris-­‐Sorbonne)  :  «  Pour  une  nouvelle   chronologie  de  l’histoire  des  femmes  à  la  fin  du  Moyen  Âge.  »  

En  1977,  Joan  Kelly  interrogeait  en  ces  termes  la  communauté  des  historiens  :  « Did   Women  have  a  Renaissance  ?  » (Joan  Kelly  Gadol,  «  Did  Women  have  a Renaissance  ?    »,  in  Renate  Bridenthal  et  Claudia  Koonz  (dir.),   Becoming  Visible. Women  in  European  History,  Boston,  Houghton  Mifflin  Co.,  1977,  p.  21-­47 ).  Cet article  marqua  profondément  les  générations   suivantes  de  médiévistes  et modernistes,  en  particulier  ceux  spécialistes  de  l’histoire  des   femmes  et  du  genre. L’historienne  américaine  a  sans  doute  été  la  première  à  souligner   que  ce  découpage de  l’histoire  en  tranche  était  le  résultat  d’une  conception  masculine  de   l’histoire.  Le terme  de  Renaissance  avec  toutes  ses  connotations  positives  situe  la  fin  du   Moyen Âge  dans  une  perspective  d’infériorité,  de  stagnation,  plus  encore  de  décadence.   Or c’est  cette  idée  que  Joan  Kelly  a  voulu  combattre,  en  apportant  une  réponse  nette et tranchée  à  sa  question  :  non  les  femmes  n’ont  pas  eu  de  Renaissance.  Au  contraire, les   derniers  siècles  du  Moyen  Âge  apparaissent  pour  nombre  de  spécialistes  comme un   «  golden  age  »,  marquant  l’acmé  d’une  ère  où  les  femmes  disposaient,  tant  sur le  plan économique  que  juridique  et  social,  de  libertés  qu’elles  se  voient  retirer  à l’aube  des   Temps  Modernes.  (Précisons toutefois que la chronologie même de ce « golden age », fait débat parmi les historiens. Alors que pour certains, tels David Herlihy, il suivrait la Grande Peste et s’effondrerait dès le début du XVe s.,selon Marjory McIntosh et Judith Bennett, les femmes bénéficieraient de nombreuses opportunités dans le domaine économique et juridique jusqu’au début du XVIe s. Cf. David Herlihy,Women, Family and Society in Medieval Europe. Historical Essays, 1978-1991, p. 69, puis Marjory McIntosh, Working Women, p. 37-42. Voir également Katrina Hoenymann and Jordan Goodman, « Women’s Work, Gender Conflict, and Labour Markets in Europe, 1500-1900 », Economic History Review, 44 (1991), p. 608-628)

Cependant  ce  découpage  chronologique  fait  encore  débats  parmi  la  communauté  des historiens  et  Merry  Wiesner  se  doit  encore  de  poser  cette  question  en  2008  :  «  Do Women  need  the  Renaissance  ?  » (Merry Wiesner-Hanks, « Do Women need the Renaissance ? », Gender and History, 2008, p. 539-557).  Si  les  historiens  anglo-­saxons  ont  rapidement privilégié  des  études  à  cheval  sur  la  fin  du  Moyen  Âge  et  la  première  modernité (early   modern  period),  les  chercheurs  français  peinent  quant  à  eux  à  suivre  leur exemple.   Pourtant,  l’étude  que  nous  menons  actuellement  sur  la  place  des  femmes en  ville  à  la  fin   du  Moyen  Âge  à  partir  de  l’exemple  d’Amiens,  capitale  régionale dynamique,  nous  invite   semble-­t-­il  à  avancer  dans  cette  direction.  En  effet,  les archives  étudiées  dans  le  cadre  de   notre  thèse,  révèlent  que  les  femmes  occupent une  place  prégnante  dans  la  société   jusqu’au  premier  tiers  du  XVIe  s.  Après seulement  s’amorcerait  un  déclin,  qui  doit  être   imputé  à  des  bouleversements  tant économiques  que  juridiques.

Ainsi, tout en revenant sur l’historiographie de la question et de son découpage chronologique, cette communication entendra révéler la place à part entière occupée par la femme à la fin du Moyen Âge, avant de connaître une décadence au cours de la période moderne. En nous plaçant dans la perspective d’un « long Moyen Âge », nous entendons donc ici interroger à la fois le rôle de l’historien dans le pouvoir de « finir le Moyen Âge » et dévoiler les structures qui sous-tendent l’histoire des femmes au cours cette période charnière que sont les derniers siècles du Moyen Âge.

Catalin Hriban ( Institut d’Archéologie. Académie Roumanie. Filiale de Iasi. Roumanie) : « Le Moyen-Age et sa fin. Les avatars idéologiques d’un concept dans l’historiographie roumaine du XXe siècle »

Les particularités sociales, politiques et culturelles de l’histoire des Roumains ont fait en sorte que la séparation nette entre le Moyen-Age et l’époque moderne dès l’introduction du concept de Moyen Age dans l’historiographie roumaine à la moitié du XIXe siècle soit très importante pour la valorisation idéologique du texte historique.

L’historiographie romantique et nationale de la 2e moitié du XIXe siècle accepte l’existence d’un Moyen-Age roumain et en place la fin à la limite des XVIIe et XVIIIe siècles, ayant comme argument fondamental purement formel le remplacement des princes régnants d’origine autochtone par des nobles d’origine grecque nés à Constantinople par l’autorité suzeraine du Sultan.

Il est intéressant à souligner la manière dont ce moment de césure entre le Moyen Age et l’époque moderne migre d’un moment à l’autre avec l’évolution sociale et culturelle de la Roumanie et surtout la manière dont le concept de Moyen Age roumain et la fin de celui-ci sont valorisés du point de vue idéologique par les élites culturelles successivement, dans la période de construction nationale qui coïncide à la 1ère Guerre mondiale, pendant la période nationaliste de droite d’entre-les-deux et pendant la 2nde Guerre mondiale ou pendant les périodes communistes, respectivement celle internationaliste de 1945-1965, celle « libérale » de 1965 – 1968 et la période du nationalisme communiste de Ceauşescu.

Après la chute du communisme, la position officielle de l’historiographie semble s’être libérée des missions idéologiques mais le concept de Moyen Age roumain et surtout la fin de celui-ci est devenu beaucoup plus fluide, étant un terrain ouvert aux discussions théoriques qui n’hésitent pas à apporter des arguments provenant des périodes antérieures, lorsque ce concept était idéologisé.

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

CR de la séance du 12 décembre 2014 – « Finir le Moyen Âge » (II)

Compte-rendu de la séance du 12 décembre 2014 : « Finir le Moyen Âge » (II)

Liste des présents

Florian Besson, Julie Pilorget, Cléo Rager, Diane Chamboduc, Julie Duruflé, Eugène Priadko, Catherine Kikuchi, Matthieu Rajohnson, Lucien Dugaz, Charlotte Kempf, Anne Kucab, Sung-Wook Moon, Benedetta Fordred, Melissa Barry, Jan Burzlaff, Mathias Sieffert, Sarah Delale, Elodie Pinel, Stéphanie Richard, Cécile Troadec, Mélanie Lévêque-Fougre, Aurore Léon, Frédéric Adroma, Céline Ménager, Fanny Mayemba, Anna Migdal, Roseline Amable, Pauline Guéna

Roseline Foltz-Amable : Les arts de seconde rhétorique Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Appel à contribution sur « L’hiver au Moyen Âge »

Appel à contribution sur « L’hiver au Moyen Âge »
(séminaires du groupe Questes, les 13 mars, 10 avril et 22 mai 2015) 

De 1303 à 1860, l’Europe connaît un « petit âge glaciaire ». Aussi trouve-t-on, dès le XIVsiècle, des représentations littéraires et picturales saisissantes de ces temps rigoureux : poésie de Charles d’Orléans, tableau de Brueghel l’Ancien, descriptions de la résistance au froid par le Bourgeois de Paris dans son journal… Si le Moyen Âge ne nous a pas légué d’analyse climatique précise (le thermomètre n’est inventé qu’au XVIIIe s.) et si la notion médiévale d’hiver ne recouvre pas nécessairement la nôtre, cette vague de froid marque fortement sa production artistique. L’hiver, le froid, la neige, motifs inspirés par la réalité, se changent en figures métaphoriques : neiges de l’Histoire (« mais où sont les neiges d’antan ? »), hiver de la vieillesse auquel s’oppose la reverdie de la jeunesse, froid de la mort qui contraste avec la chaleur du désir et de la vie.

Si cette vague de froid marque les représentations, elle imprime également de son sceau les conditions matérielles d’existence des hommes des XIVe et XVe s. : les rapports sociaux, les développements économiques, les innovations techniques sont modifiés. Le commerce des combustibles, appuyé notamment sur le défrichement des forêts, connaît un essor qui amènera le territoire à une pénurie de bois au XVIIe siècle ; la cheminée à conduit est inventée au XIIe s. L’architecture des châteaux est pensée en fonction d’un objectif défensif jusqu’au XIVe s. : au-delà, sa fonction d’apparat ne doit pas faire oublier l’impératif de résister à un autre ennemi : le froid. Peu de fenêtres trouant les murs épais des châteaux mais des tapisseries au mur, des fourrures et des draps de laine pour se couvrir : autant de secteurs économiques en expansion pendant le Moyen Âge tardif. Même si la notion de froid reste relative (il fait froid, au Moyen Âge, quand l’eau gèle), elle engage néanmoins des enjeux divers et est synonyme d’inquiétude, de menace et  de danger. Moins négativement, elle est également un moment de trêve : les travaux des champs sont arrêtés ; les troupeaux « hibernent » ; le temps est comme suspendu.

Le thème de la reverdie a souvent été traité par les littéraires ; toutefois, celui de l’hiver, quelque peu laissé pour compte, est tout aussi intéressant, tant pour les littéraires que pour les historiens et les linguistes. Trois axes peuvent en effet être envisagés pour le traiter :

– Le premier porte sur l’évolution de la perception de cette saison, tant dans son identification que dans la valeur qui lui est accordée. Sur le plan linguistique, Joëlle Ducos et Claude Thomasset ont étudié les textes scientifiques médiévaux consacrés aux Météores, texte d’Aristote traitant du monde supralunaire et de son influence sur le monde sublunaire, en interrogeant ce qu’ils disaient du « temps qu’il fait au Moyen Âge » : l’hiver y est une des quatre saisons quand la vie pratique n’en distinguait que deux, la saison chaude et la saison froide. La saison chaude, c’est celle où il est possible de travailler aux champs, chasser et faire la guerre ; la saison froide contraint à une relative inactivité : quel dialogue a pu s’établir entre ces deux perceptions de l’hiver ?  Sur le plan littéraire cette fois, Denis Hüe a montré que la lyrique courtoise s’intéresse de plus en plus à l’hiver au Moyen Âge au fil des siècles jusqu’à jeter sur cette saison sombre, froide et humide un regard plus nuancé qu’au temps des premières chansons des troubadours : l’été s’oppose de moins en moins à l’hiver, les deux saisons dialoguent voire se complètent. Quels enjeux, quel changement de mentalités sous-tendent une telle évolution ?

– Le deuxième axe porte sur la signification donnée à l’hiver sur le plan symbolique, que le symbole soit de nature religieuse ou iconographique. En effet, dans les chroniques, les événements climatiques singuliers sont mis en relation avec la naissance d’un grand ou, au contraire, une crise du pouvoir, voire avec l’annonce d’une fin des temps. L’hiver, lui, accumule les avaries : est-il pour autant perçu comme un temps apocalyptique ? Qu’en dit la théologie, l’exégèse biblique, les textes hérétiques eschatologiques ? Par ailleurs, en histoire de l’art, les livres d’heures représentant les mois suivant les travaux des champs, les représentations des mois d’hiver manquent souvent : l’hiver, par la brièveté des journées et la rigueur du climat, semble interdire l’occupation rurale, même si quelques mois de novembre montrent à l’occasion un paysan se réchauffant au coin du feu. Or les paysans occupaient généralement leur hiver à remettre leurs outils de travail en état, à élaguer les arbres, à couper du bois… Que penser, dès lors, de la représentation de l’hiver en saison oisive ? Quelle association s’établit, en art, entre l’hiver et le péché d’oisiveté, voire avec le personnage allégorique d’Oiseuse, présente dans le Roman de la Rose comme dans de nombreux écrits allégoriques ? On peut enfin interroger l’impression de vide d’images médiévales de l’hiver et partir en quête d’une esthétique hivernale, peut-être dans les représentations des Nativités. Par-delà l’histoire de l’art, on pourra s’interroger sur les allusions à la saison hivernale dans la musique profane et sacrée médiévale, si tant est qu’un précédent aux Quatre saisons d’Antonio Vivaldi ait existé.

– Le dernier axe aborde l’hiver du point de vue de l’histoire sociale et économique, d’une part et des mentalités, d’autre part. Sur le plan des enjeux sociaux et économiques, on peut se demander de quelle manière les hommes du Moyen Âge ont cherché à résister au froid et à la nuit et quelles activités, économiques ou politiques, ont été favorisées ou empêchées par l’hiver. Quelle économie sous-tend l’enjeu de la protection contre le froid ? Les stratèges militaires ont-ils parfois fait du froid leur allié, à l’image de la Russie contre Napoléon au XIXe siècle ? Concernant les mentalités, quelles sont les pratiques culturelles que favorisent l’hiver ? Si les pèlerinages et les foires pouvaient avoir lieu en toute saison, les veillées d’hiver étaient particulièrement propices aux lectures à voix haute de roman. D’autres régularités surprenantes peuvent être relevées : ainsi du charivari, davantage pratiqué lors du solstice d’hiver qu’à d’autres moments de l’année. L’hiver est-il facteur de convivialité, à l’image de la représentation du paysan au foyer dont il a été question plus haut ?

La problématique abordée par ces trois axes est celle de la construction de notre rapport contemporain au climat par le biais de sa manifestation saisonnière la plus extrême : l’hiver. Si aujourd’hui les discours sur « l’apocalypse climatique » se multiplient, il est intéressant de revenir aux sources de nos mentalités occidentales et d’observer en quoi les schémas de pensée portés par notre imaginaire collectif et amplifiés par les mass medias sont le legs d’un attirail mental bien plus ancien. En lisant son acte de naissance, nous serons peut-être à même de comprendre à quelles conditions matérielles ces représentations mentales répondaient alors, pour mieux les démystifier aujourd’hui.

Les propositions de contribution de chercheurs de tout niveau et de toute discipline seront étudiées avec attention : se voulant interdisciplinaire, le séminaire accueillera avec un intérêt tout particulier les contributions de chercheurs en histoire de l’art, musicologie, théologie, philosophie médiévale, linguistique, comme, évidemment, en histoire et en littérature. Ces propositions d’intervention sont à envoyer à Élodie Pinel (elodie.pinel@gmail.com) et devront préciser la discipline concernée, l’axe retenu parmi les trois proposés, la problématique propre à l’intervention et le corpus provisoire concerné. Les interventions retenues feront l’objet d’une publication dans le bulletin de Questes, en ligne sur Revues.org.

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts