Archives de catégorie : 2013 Précarité, instabilité, fragilité

« Précarité, instabilité, fragilité au Moyen Âge », Paris, 14-15 juin 2013

Précarité, instabilité, fragilité au Moyen Âge

Vendredi 14 juin – Samedi 15 juin 2013

Paris – Sorbonne

Amphithéâtre Quinet

Journées d’étude

organisées par Questes, groupe de jeunes chercheurs médiévistes

Avec le soutien de l’EA 4349, de l’UMR 8596 et de l’ED1 de l’Université Paris-Sorbonne

[Télécharger le programme au format pdf]

Argument 

Princes à mort sont destinez,
Et tous autres qui sont vivans ;
S’ils en sont coursez ou tennez,
Autant en emporte ly vens. 

 Nombreux sont ceux qui, au Moyen Âge, à l’image de François Villon dans l’une des ballades de son Grand Testament, se sont attachés à souligner la fragilité de l’existence humaine. L’attention portée aux pauperes et à leur protection se lit partout : dans la lettre de Rémi évêque de Reims saluant l’arrivée de Clovis au pouvoir, dans les sermons des frères mendiants, dans les miniatures représentant Saint Louis en train de nourrir de pauvres gens ou de laver leurs pieds. Même si le terme de « précarité » n’existe pas en moyen français, contrairement à l’adjectif « précaire », la notion qu’il recouvre, entendue au sens contemporain de la contingence et de la vulnérabilité qui caractérisent les êtres et les choses, a un caractère central dans la pensée et l’imaginaire des sociétés médiévales. Elle reste malgré tout difficile à appréhender, ne serait-ce que pour des raisons de sources. Les populations les plus vulnérables sont en effet, sans grande surprise, celles qui ont laissé les traces les plus ténues et les plus fragiles. La journée d’études organisée par le groupe Questes les 14 et 15 juin 2013 se propose donc de prendre pour objet la notion de précarité, qui est en France, depuis le début des années 1980, au cœur des discours politiques, administratifs et scientifiques sur l’analyse des sociétés contemporaines. Il s’agira de s’interroger sur la pertinence de cette notion dans le contexte médiéval en la confrontant aux termes de fragilité et d’instabilité qui sont couramment employés en moyen français dès le xive siècle.

 Informations pratiques 

Dates : vendredi 14 et samedi 15 juin 2013

9h00-17h30

Lieu : Amphithéâtre Quinet, Paris – Sorbonne.

(46 rue Saint Jacques, 75005 Paris, 1er étage.)

Contact : j.etudes.questes2013@gmail.com

Site : questes.hypotheses.org

Vendredi 14 juin

9h30-9h50 : Avant-Propos

M. le Professeur Dominique Boutet (Université Paris-Sorbonne)

9h50-10h15 : Introduction

Diane Chamboduc de Saint Pulgent (Université Paris-Sorbonne), Aurélie Houdebert (Université Paris III – Sorbonne Nouvelle), Cécile Troadec (Université Paris-Sorbonne)

Définir et combattre la précarité : un enjeu politique et social 

 10h30-10h50 : Rémi Oulion (Université d’Auvergne / Università degli Studi Roma 3) : « Expressions et prévention de la précarité dans les actes notariés italiens du haut Moyen Âge (viiiexie siècles) »

10h50-11h10 : Pauline Duclos (Université de Bourgogne) : « La charité mise en image par les institutions et confréries dans la Toscane de la fin du Moyen Âge : une stratégie de communication ? »

11h10-11h30 : Irène Strobbe (Université Paris-Sorbonne / Universiteit Gent) « Des “maisons d’aumosnes et hospitaux” pour les “pouvres bourgeois” : précarité et charité à Lille à la fin du Moyen Âge »

11h30-12h : discussion

 12h-14h : pause déjeuner. Salle Max Milner

(Paris III – Sorbonne nouvelle, 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 2e étage)

Précarité et exclusion

 14h00-14h20 : Karine Gauthey (Université Stendhal-Grenoble 3) : « Le lépreux dans Tristan et Iseut »

14h20-14h40 : Mathieu Dijoux (Université Stendhal-Grenoble 3) : « Au bonheur des bourreaux : étude littéraire de la mentalité persécutrice au Moyen Âge »

14h40-15h00 : discussion et pause

 Fragilité commune – Solidarités collectives

 15h00-15h20 : Catherine Kikuchi (Université Paris-Sorbonne) : « Des vagabonds des lettres ? Les typographes à Venise aux temps des débuts de l’imprimerie »

15h20-15h50 : Jean-Dominique Delle Luche (EHESS) : « La supplication : précarité et intercession dans les villes de l’Empire, à l’exemple des sources portant sur les sociétés de tir (xve et xvie siècles) »

15h50-16h20 : discussion

Samedi 15 juin

Lutter contre la précarité : les stratégies pragmatiques

9h-9h20 : Delphine Demelas (Université d’Aix-Marseille) : « Or sera grant meschief si on ne les puet paier. Quand le roi refuse d’aider ses barons »

9h20-9h40 : Paul Chaffenet (Université Charles-de-Gaulle Lille 3 / Université libre de Bruxelles) : « La “précarité” revendiquée ? Expressions et discours autour de l’instabilité et de la fragilité à partir de quelques dossiers monastiques. xe– début xiie siècles »

9h40-10h : Bruno Varennes (Université Pierre-Mendès-France Grenoble II) : « Répondre aux besoins des plus pauvres et accueillir les gens de passage. Les obligations de charité de quelques prieurés-cures ruraux de moyenne montagne en Dauphiné »

10h-11h00 : discussion et pause

Lutter contre la précarité : les stratégies artistiques

11h-11h20 : Karine Perrot (Université du Littoral-Côte d’Opale) : « Représentations du dénuement dans la poésie familière de Jean Molinet : force des realia et pouvoirs du traitement parodique »

11h20-11h40 : Angélique Ferrand (Université de Bourgogne) : « Entre ordre et désordre : l’équilibre instable du pavement de la cathédrale d’Otrante »

11h40-12h : discussion

12h-14h : pause déjeuner. Salle Club de l’ENS (45, rue d’Ulm 75005 Paris)

Fragilité des êtres : l’instabilité mentale et affective

14h-14h20 : Paola Gigliello (Université de Lorraine / Università degli Studi di Salerno) : « La fragilité et la précarité de Médée et de Christine de Pisan »

14h20-14h40 : Carine Giovénal (Université d’Aix-Marseille) : « La folie, un mal nécessaire pour un héros perfectible »

14h40-15h30 : discussion et pause

Fragilité des êtres : perspectives eschatologiques

 15h30-15h50 : Camille Rouxpetel (Université Paris-Sorbonne) : « L’idéal de pauvreté dans les récits de pèlerinage mendiants en Terre sainte, xiiiexive siècles »

15h50-16h10 : Stéphanie Bulthé (Université du Littoral-Côte d’Opale) : « Renart face à la précarité humaine »

16h10-16h30 : Camille Salatko (Université Rennes II / Western Ontario University) : « La mort d’Eve dans le Mystère du Viel Testament. Une représentation “exemplaire” de la mort naturelle à la fin du Moyen Âge »

16h30-17h : discussion

17h : Conclusions

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Appel à communication pour la journée d’études 2013 du groupe Questes : Précarité, instabilité, fragilité au Moyen Âge

Appel à contributions : journée d’études interdisciplinaires organisée par Questes le vendredi 14 et le samedi 15 juin 2013 en Sorbonne (pour le 24 mars 2013)

Précarité, instabilité, fragilité au Moyen-Âge

Princes à mort sont destinez,
Et tous autres qui sont vivans ;
S’ils en sont coursez ou tennez,
Autant en emporte ly vens.

Nombreux sont ceux qui, au Moyen Âge, à l’image de François Villon dans l’une des ballades de son Grand Testament, se sont attachés à souligner la fragilité de l’existence humaine. L’attention portée aux pauperes et à leur protection se lit partout : dans la lettre de Rémi évêque de Reims saluant l’arrivée de Clovis au pouvoir, dans les sermons des frères mendiants, dans les miniatures représentant Saint Louis en train de nourrir de pauvres gens ou de laver leurs pieds. Même si le terme de « précarité » n’existe pas en moyen français, contrairement à l’adjectif « précaire », la notion qu’il recouvre, entendue au sens contemporain de la contingence et de la vulnérabilité qui caractérisent les êtres et les choses, a un caractère central dans la pensée et l’imaginaire des sociétés médiévales. Elle reste malgré tout difficile à appréhender, ne serait-ce que pour des raisons de sources. Les populations les plus vulnérables sont en effet, sans grande surprise, celles qui ont laissé les traces les plus ténues et les plus fragiles. La journée d’études organisée par le groupe Questes les 14 et 15 juin 2013 se propose donc de prendre pour objet la notion de précarité, qui est en France, depuis le début des années 1980, au cœur des discours politiques, administratifs et scientifiques sur l’analyse des sociétés contemporaines. Il s’agira de s’interroger sur la pertinence de cette notion dans le contexte médiéval en la confrontant aux termes de fragilité et d’instabilité qui sont couramment employés en moyen français dès le XIVe siècle.

Un premier axe de réflexion pourra donc porter sur ceux dont la précarité est identifiée par les chercheurs contemporains comme un élément constitutif de leur condition. Il importera de s’intéresser à la fois aux statuts juridiques de ces groupes ou individus, mais aussi à leurs niveaux de vie, à leurs modes d’existence, à leur insertion sociale, par le travail ou la participation à la vie publique, et à leurs rapports avec les élites… De manière complémentaire, l’identification par les sociétés médiévales elles- mêmes de ceux qu’elles désignent comme faibles, démunis ou chétifs intéresse également le sujet. Le vocabulaire employé pour qualifier ces groupes ou ces individus, mais aussi les représentations artistiques ou littéraires qui en sont faites, et surtout le rôle politique et religieux qui leur est assigné pourront être envisagés. Nous aimerions par exemple réfléchir sur le rôle de protecteur des faibles qui incombe au bon prince, dont Saint Louis est l’un des archétypes. L’ambiguïté de la figure du pauvre, vu aussi bien comme instrument du salut que comme menace pour le reste de la société, est une autre dimension du thème. Le développement à partir du XIIIe siècle des ordres mendiants et de l’idéal de pauvreté volontaire qu’ils promeuvent en la distinguant bien de la pauvreté subie participe pleinement à ce renouvellement de l’approche du dénuement au Moyen Âge et témoigne de cette ambiguïté. Enfin, le statut incertain des veuves, des bâtards, des étrangers est souvent au cœur des intrigues romanesques, comme des débats juridiques ou des conflits politiques.

Dans un deuxième temps, la précarité pourra apparaître comme constitutive de l’existence de tous. Interroger la notion de fragilité, c’est donc prendre en compte la menace constante qui pèse sur les hommes du Moyen-Âge et qui conditionne leurs mentalités. Les pratiques médiévales identifient ainsi des moments particulièrement périlleux de toute vie : les grossesses, les accouchements et la petite enfance, mais aussi les voyages à longue distance sont l’occasion d’une prise de conscience de la fragilité de l’existence et s’accompagnent souvent de la rédaction de testaments et d’un appel à la protection divine. Le discours allégorique et moralisant fonde sa rhétorique sur la notion d’instabilité, qui menace d’autant plus que l’individu est puissant ; la poésie consacre la figure de l’infortuné ainsi que le thème des unions malheureuses ; le roman rappelle l’instabilité intrinsèque de l’être par la folie épisodique de ses héros ; les danses macabres et surtout les roues de fortune déplorent en même temps qu’elles illustrent les caprices du sort auxquels tous sont soumis.

Un troisième moment de la réflexion pourra concerner les différentes stratégies mises en place, au niveau individuel ou collectif, pour faire face à cette peur de la mort, de la déchéance ou de la damnation. Les réponses apportées par les prédicateurs et les théologiens au problème universel du salut en sont la manifestation la plus immédiate. L’analyse pourra également se pencher sur les mesures concrètes mises en œuvre par les institutions religieuses et les autorités publiques pour accueillir les pauvres et les malades, dans les hôpitaux par exemple, et sur leur évolution au cours de la période. Les diverses stratégies développées par les milieux populaires pour se garantir contre une précarité qui semble constitutive de leur condition sociale pourront être envisagées aussi bien sous l’angle des solidarités familiales, professionnelles ou territoriales que sous ceux de la mobilité géographique ou professionnelle et de la résistance à la domination des élites. Les symboles choisis par l’iconographie et la littérature médiévales pour évoquer la fragilité de la vie humaine et pour en conjurer l’angoisse seront également au cœur de notre étude. On pourra aussi envisager la façon dont la littérature exploite ces notions d’un point de vue poétique : le principe de l’instabilité des destinées sert de moteur narratif dans les romans et les textes hagiographiques ; l’œuvre médiévale elle-même, instable par nature, naît d’un matériau fragile qu’elle met en scène dans les prologues notamment. Finalement, l’ambiguïté intrinsèque de la notion, aussi bien sur le plan moral qu’esthétique, pourra être interrogée.

Nous souhaitons que cette journée permette de confronter les approches de différentes disciplines, grâce à des communications de doctorants médiévistes en littérature, histoire, philosophie, histoire de l’art, histoire du droit, linguistique et musicologie. Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront faire l’objet d’une publication d’actes de la journée aux Presses Universitaires de Paris Sorbonne, après soumission à un comité de lecture.

Nous vous remercions par avance de faire parvenir vos propositions d’une demi-page environ, en mentionnant votre université de rattachement, votre statut et vos thèmes de recherche, avant le 24 mars 2013 à Diane Chamboduc, Aurélie Houdebert et Cécile Troadec à l’adresse dédiée : j.etudes.questes2013@gmail.com.

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Rentrée de Questes : les thèmes pour la journée d’études de juin 2013

Tous les deux ans, Questes organise une journée d’études. La prochaine journée d’études aura lieu en juin 2013 : nous choisirons donc son thème lors de la séance de rentrée du 19 octobre. Voici les trois thèmes qui seront soumis au vote :

« Images de la pauvreté » (projet porté par Camille Rouxpetel).
Durant les dix siècles du Moyen Âge le regard porté sur la pauvreté a évolué dans le sens d’un approfondissement de ses significations spirituelles et concrètes, ces dernières conduisant à diverses initiatives permettant d’y répondre. tenter d’en retracer l’évolution à travers quelques moments clefs comme les débats sur la pauvreté volontaire du Christ ou d’en définir les contours par le prisme des images qu’en donnent tant les sources littéraires, que les actes de la pratique, les textes spirituels et dogmatiques ou encore les récits de pèlerinage tardo-médiévaux mettant en lumière la pauvreté comme signe de piété se révèlerait donc riches d’enseignement et de réflexions fructueuses.

–  « La reconnaissance » (projet porté par Elise Banjenec).
Quelques pistes de réflexion ont déjà été proposées, autour des multiples sens qui peuvent être donnés à ce terme, à commencer par la reconnaissance sociale (d’un métier, d’un talent, d’une bonne action ou d’un exploit), et la renommée qui en découle. Cette reconnaissance peut se traduire par un statut social, un paiement, un marque de gratitude… En un autre sens, la reconnaissance peut être aussi la culpabilité, l’aveu et la confession d’un crime ou d’une mauvaise action. Cela peut être aussi la reconnaissance de Dieu ou encore l’estime de soi. Ce thème peut aussi bien être traité par les historiens que les littéraires (ne serait-ce qu’à travers le motif narratif des scènes de reconnaissance) mais aussi les historiens de l’art (le statut des artistes au moyen age est une notion importante et problématique. On peut aussi penser aux ex-voto qui témoignent d’une reconnaissance envers l’action divine).
Voici quelques références bibliographiques autour de ces différents axes :
– L’aveu: antiquité et moyen âge,
actes de la table ronde : Rome, 28-30 mars 1984, Rome, 1986.
– Rewards and punishments in the Arthurian romances and lyric poetry of mediaeval France, Cambridge, 1987.
– Marque d’estime et recommandation princière: la notabilité à la lumière des sources lilloise de la fin du Moyen Age, Villeneuve-d’Ascq, 2001.
– Alain Erlande-Brandenburg, Le sacre de l’Artiste: la création au Moyen Âge, XIVe-XVe siècle, Paris, 2000.

– « Sic transit gloria mundi. Précarité, fragilité et instabilité au Moyen-Âge » (projet porté par Cécile Troadec, Diane Chamboduc de Saint-Pulgent et Aurélie Houdebert).
La notion de précarité recouvre, dans la perspective d’une histoire sociale du Moyen-Âge, une réalité difficile à appréhender, les populations les plus fragiles laissant les traces les plus ténues. Cette notion est pourtant une donnée fondamentale de la société médiévale, et elle fonde en grande partie sa pensée et son imaginaire.
On pourra ainsi s’intéresser aux faibles, aux démunis, aux chétifs. Quelle place trouvent-ils dans la société, selon leur degré de précarité ? Quelle fonction leur assigne le discours théologique ? Quelles représentations en propose la littérature ? Le statut incertain des veuves, des bâtards, est souvent au cœur des intrigues romanesques, comme des débats juridiques ou des conflits politiques. Les prédicateurs s’intéressent particulièrement à la figure du pauvre, et ce dans une perspective eschatologique, avant que les indigents ne commencent, à la fin du Moyen-Âge, à être perçus comme une menace pour le reste de la société.
Interroger la notion de fragilité, c’est donc prendre en compte la menace constante qui pèse sur les hommes du Moyen-Âge et qui conditionne leurs mentalités. Le discours allégorique et moralisant fonde sa rhétorique sur la notion d’instabilité ; la poésie consacre la figure de l’infortuné ; le roman rappelle l’instabilité intrinsèque de l’être par la folie épisodique de ses héros… Les danses macabres et surtout les roues de fortune déplorent en même temps qu’elles illustrent les caprices du sort auxquels tous sont soumis.
Face à la peur de la mort, de la déchéance ou de la damnation, quelles réponses propose l’Eglise ? Quelles stratégies développent les milieux populaires pour se garantir contre une précarité qui semble constitutive de leur condition sociale ? Quelles poétiques, quels symboles l’art choisit-il pour évoquer la fragilité de la vie humaine et pour en conjurer l’angoisse ?
On pourra enfin envisager la façon dont la littérature narrative exploite ces notions d’un point de vue poétique : le principe de l’instabilité des destinées sert de moteur narratif dans les romans et les textes hagiographiques ; l’œuvre médiévale elle-même, instable par nature, naît d’un matériau fragile qu’elle met en scène dans les prologues notamment.

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts