Archives de catégorie : Carnet des thèses

Cette section est consacrée au carnet des soutenances et publications de thèse.

Thèse soutenue: Marion Chaigne-Legouy, « Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481) »

« Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ?

Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481) »

Thèse soutenue et présentée par Marion Chaigne-Legouy le 8 décembre 2014 sous la direction de Mme Élisabeth CROUZET-PAVAN, Professeur à Université Paris-Sorbonne, pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris-Sorbonne en histoire médiévale. Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Thèse soutenue: Servane Rayne-Michel, « Fortune, providence et liberté. Une lecture augustinienne du cycle arthurien en prose »

« Fortune, providence et liberté.

Une lecture augustinienne du cycle arthurien en prose« 

Thèse soutenue et présentée par Servane Rayne-Michel le 15 mars 2014 sous la direction de Monsieur Dominique Boutet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne, pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris-Sorbonne en littérature médiévale. Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Thèse soutenue : Camille Rouxpetel,  » ‘Terram sanctam perambulavi’. Le regard des voyageurs latins sur les chrétiens d’Orient (Cilicie, Syrie-Palestine, Egypte) du XIIe au début du XVe siècle »

« Terram sanctam perambulavi.

Le regard des voyageurs latins sur les chrétiens d’Orient (Cilicie, Syrie-Palestine, Egypte) du XIIe au début du XVe siècle »

Thèse soutenue et présentée par Camille Rouxpetel le 11 décembre 2012 sous la direction de Monsieur Jacques Verger, Professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne et membre de l’Institut, pour obtenir le grade de Docteur de l’Université Paris-Sorbonne en histoire médiévale. Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Thèse soutenue : Francesco Montorsi, « Lectures croisées. Étude sur les traductions de récits chevaleresques entre Italie et France autour de 1500 »

« Lectures croisées.
Étude sur les traductions de récits chevaleresques
entre Italie et France autour de 1500 »

Thèse présentée et soutenue le 1er décembre 2012 par Francesco Montorsi sous la direction de Madame Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne et de Monsieur Richard Trachsler, Professeur à l’Université de Göttingen, pour obtenir le grade de docteur de l’Université Paris-Sorbonne.

Jury

Monsieur Sergio Cappello, Professeur à l’Université d’Udice
Madame Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Monsieur Roger Chartier, Professeur au Collège de France
Madame Mireille Huchon, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Madame Franziska Meier, Professeur à l’Université de Göttingen
Monsieur Richard Trachsler, Professeur à l’Université de Göttingen Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Publication de thèse : Léonard Dauphant, « Le royaume des quatre rivières. L’espace politique français (1380-1515) »

« Le royaume des quatre rivières.

L’espace politique français (1380-1515) »

Seyssel, Champ Vallon, 2012.

Publication de la thèse soutenue par Léonard Dauphant sous la direction de Madame Elisabeth Crouzet-Pavan, professeur en histoire médiévale à l’Université Paris-Sorbonne, thèse récompensée par le prix Benabou-Aguirre-Basualdo 2011 de la Chancellerie des Universités de Paris. Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Thèse soutenue : Amandine Mussou, « Mettre le savoir en fiction à la fin du XIVe siècle. Les Eschés amoureux en vers. »

« Mettre le savoir en fiction à la fin du XIVe siècle.

Les Eschés amoureux en vers. »

Thèse présentée et soutenue par Amandine Mussou  le 23 juin 2012 sous la direction de Madame Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne en littérature française du Moyen Âge, pour obtenir le grade de docteur de l’Université Paris-Sorbonne en Littérature Française du Moyen Âge.

Jury

Madame Florence Bouchet, Professeur à l’Université Toulouse-Le Mirail
Monsieur Dominique Boutet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Madame Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Madame Joëlle Ducos, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Madame Nathalie Koble, Maître de Conférences à l’Ecole Normale Supérieure
Madame Sylvie Lefèvre, Professeur à Columbia University
Monsieur Alastair Minnis, Professeur à Yale University Continuer la lecture

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Thèse soutenue : Clémence Revest, « Romam veni L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417) »

« Romam veni.

L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance

(1404-1417) »

Thèse soutenue et présentée par Clémence Revest le 16 juin 2012 sous la direction de Madame Elisabeth Crouzet-Pavan, Professeur à l’Université de Paris-Sorbonne en histoire médiévale, et Monsieur Jean-Claude Maire-Vigueur, Professore ordinario à l’Università di Roma Tre, pour obtenir le grade de docteur de l’Université Paris-Sorbonne et de Dottore de l’Università degli Studi di Firenze en Histoire du Moyen Âge.

 Jury

Madame Concetta Bianca, Professore ordinario, Università degli Studi di Firenze
Madame Elisabeth Crouzet-Pavan, Professeur, Université de Paris-Sorbonne
Madame Carla Frova, Professore ordinario, Università di Roma La Sapienza
Monsieur Jean-Claude Maire-Vigueur,  Professore ordinario, Università di Roma Tre
Madame Hélène Millet, Directrice de recherches, Centre National de la Recherche Scientifique
Monsieur Jacques Verger, Professeur, Université de Paris-Sorbonne

Position de thèse

La présente thèse de doctorat consiste en une enquête globale sur le développement de l’humanisme dans le contexte du retour de la cour pontificale en Italie, au moment d’une crise majeure, le Grand Schisme d’Occident. Notre travail se propose, avant toute chose, de nouer les fils de deux histoires généralement conçues comme distinctes et d’en éclairer les interactions. Il s’agit, d’une part, de l’émergence, au tournant du xve siècle, d’une génération d’intellectuels que l’on considère comme les représentants d’un humanisme arrivé à pleine maturité après un siècle et demi de gestation et, d’autre part, de la réinstallation du pouvoir pontifical à Rome, une entreprise politique dont la première phase fut marquée par une longue et fort complexe lutte pour l’unité et la stabilité. Le point de départ d’une telle investigation fut le constat, déjà exprimé par de nombreux spécialistes, que les deux dernières décennies du schisme, et notamment le pontificat d’Innocent vii, ont été caractérisées par la présence à la curie urbaniste (puis pisane à partir de 1409) de plusieurs protagonistes du mouvement humaniste en genèse, tels Leonardo Bruni, Poggio Bracciolini, Pier Paolo Vergerio l’Ancien, Antonio Loschi, Gasparino Barzizza ou encore Cencio dei Rustici. L’étroitesse des liens entre pouvoir papal, culture humaniste et administration curiale a en outre dès le xixe siècle été soulignée avec insistance par l’historiographie pour ce qui concerne le siècle qui suivit l’élection de Martin v à Constance : le jalon liminaire de cette association féconde restait donc à explorer. Nous avons tâché, plus précisément, d’analyser ce moment historique non seulement comme une saison déterminante de l’humanisme curial, mais aussi et plus largement comme un motif significatif des processus socio-politiques et idéologiques qui permirent à l’humanisme de s’affirmer comme une culture des dominants, particulièrement au sommet de la hiérarchie ecclésiastique. L’un des principaux parti-pris méthodologiques de cette étude consiste dans le croisement de sources d’une nature aussi variée que possible, principalement constituées des écrits humanistes relatifs à la période (épistolaires, discours, chants poétiques, préfaces, écrits biographiques et opuscules théoriques, notamment) et des archives pontificales et conciliaires conservées pour les années 1404-1417 (lettres apostoliques, livres de compte, actes des conciles, cahiers notariés etc.). Tel était à nos yeux le préalable nécessaire à la mise en place d’un dispositif d’enquête centré sur trois objectifs principaux : se dégager d’un emprise mémorielle consciemment produite par certains de ces lettrés, mesurer le poids réel du milieu humaniste dans l’institution curiale et son influence sur les mutations des pratiques administratives, et évaluer, enfin, les rapports entre l’activité privée de ces érudits, liée aux studia humanitatis, et leur activité publique au service du pouvoir pontifical en crise. Comprendre, au fond, les rapports entre l’émergence de cette culture et le monde dans lequel elle s’est déployée.

Le propos est organisé en trois parties accompagnées d’une série d’annexes complémentaires (tableaux prosopographiques, typologies des corpus rhétoriques et diplomatiques, éditions de documents d’archives et de pièces littéraires inédites). Y sont successivement étudiées la constitution d’un milieu savant, son insertion dans l’histoire et le fonctionnement de la curie au cours des pontificats d’Innocent vii, Grégoire xii, Alexandre v et Jean xxiii ainsi que durant les conciles de Pise et de Constance, et la composition d’un modèle rhétorique complet mis au service de la propagande pontificale.

La première partie, intitulée « Portrait d’un groupe en mouvement », expose une réflexion d’ensemble sur la caractérisation du milieu humaniste en curie, en cherchant à dégager ses dynamiques et son homogénéité. La perspective est celle de l’émergence à plus grande échelle d’un mouvement culturel identitairement cohérent et appelé à largement se propager parmi les élites européennes : autrement dit, la promotion d’un habitus culturel qui devint une mode aristocratique puissamment attractive. Le premier chapitre est consacré au dénombrement et à la description du groupe d’individus concerné. Nous y posons les cadres de la recherche, en définissant tout particulièrement les critères d’une identification sous l’étiquette « humaniste » et les diverses pratiques savantes et sociales qui s’y rattachent. Nous concentrons d’abord notre attention sur les signes distinctifs d’une production érudite (genres littéraires, tics stylistiques, phraséologie), permettant d’établir une première liste d’auteurs. À cette première approche est ajoutée une exploration plus ample des types d’activité et des formes de sociabilité au cœur desquelles une telle création savante s’est inscrite et a pu prospérer. Il nous a semblé crucial en effet de faire ressortir différents degrés d’autorité et d’influence entre les auteurs et, surtout, de mettre au jour des pratiques de patronage, de transmission, de recherche ou encore de sympathie nécessaires au développement et à la propagation de la culture humaniste. L’examen d’un ensemble documentaire élargi (correspondances, dédicaces, oraisons funèbres, carmina et sources narratives) permet de cette manière de dégager une « constellation savante » de soixante-quatre personnes se déployant à partir d’un noyau de onze écrivains au poids prépondérant. Ce schéma d’ensemble est complété par une typologie présentant les principaux profils des membres de cette constellation, à travers l’évocation de quelques parcours individuels, de « la vieille-garde pétrarquiste » aux « jeunes loups », en passant par les « seconds couteaux », « l’élite bibliophile » ou encore les « admirateurs de l’ombre ».

Le second chapitre dresse le constat que la curie de la fin du Grand Schisme a constitué un lieu fondamental de fabrication d’une identité partagée pour l’humanisme, en particulier à l’échelle de l’Italie centroseptentrionale, un constat qui va à l’encontre d’une historiographie souvent campaniliste. Par l’interpénétration des appartenances régionales et par l’interconnection de réseaux lettrés antérieurs (tels les cercles de disciples), la curie a joué le rôle de centre de ralliement et de point de fixation des dynamiques relationnelles : plusieurs graphiques illustrent ainsi les différentes superpositions engendrées par la venue de lettrés aux horizons différents. De plus, par la venue d’ambassades, les déplacements parfois contraints des pontifes et le maintien de la part de ces lettrés de leurs liens avec leurs espaces d’origine, le monde curial fonctionna aussi comme une interface mettant en relation plusieurs foyers majeurs de l’humanisme. Ce fut là un phénomène déterminant pour le développement d’un espace de dialogue et d’échange commun. Dans un deuxième temps de la réflexion, nous montrons qu’en même temps que ce brassage réticulaire était opéré, des repères identitaires communs commencèrent d’être constitués. Il s’agit d’abord de modes de désignation de soi, à travers l’emploi d’expressions figées comme l’emblématique studia humanitatis. Mais ce sont aussi des signes de l’existence d’une conscience de groupe, par l’affirmation d’un « nous » mutuellement reconnu : dans ce domaine, les trois chants attestant et relatant la tenue d’un concours poétique à la fin de l’été 1406 entre plusieurs des protagonistes de ce milieu, se désignant réciproquement et se renvoyant leurs éloges, marquent à nos yeux un jalon remarquable. Notre intérêt s’est de surcroît porté vers un certain nombre de manuscrits contenant des assemblages de textes relevant du « mélange humaniste » et constitués dans le cadre de la curie de la fin du Grand Schisme. Du carnet de bord à la compilation sérielle, ils sont le support d’un processus de longue portée qui consiste dans la standardisation d’un répertoire savant, à travers la fixation et la mise en circulation de modèles communs.

Le troisième chapitre aborde la question de l’édification et de l’influence d’un « mythe des origines » créé a posteriori de notre période par quelques-uns de ces lettrés, qui ont eux-mêmes mis en scène sous un jour triomphant les débuts de leurs carrières. Nous mettons d’abord en lumière les voies par lesquelles l’humanisme s’est doté d’un puissant imaginaire de soi qui a contribué à déterminer sa représentation en mouvement scandé de figures héroïques. Ce phénomène doit être compris dans le contexte de l’émergence d’une écriture de l’histoire fondée sur l’idée du retour d’un âge d’or et appuyée sur des outils narratifs de nature autobiographique, tels que les recueils épistolaires d’auteur. L’édification de ce récit idéal établit comme un écran mémoriel entre l’historien et son objet, écran qui est à l’origine de « cadres imposés » dans la représentation des débuts de l’humanisme curial : il s’agit en particulier du poids démesuré accordé aux Florentins dans son émergence et de l’exaltation d’un temps de conquête, sorte de premier tremplin vers la gloire de ceux qui devinrent des autorités intellectuelles dans l’Italie des années 1430-1440. Un tel constat nous conduit à réévaluer, dans un second temps, un certain nombre de présupposés nés de cette élaboration mythique, à commencer par la valeur paradigmatique généralement accordée à la figure de Bruni, dont l’ascension sociale et les intérêts idéologiques sont en réalité fort loin de représenter l’ensemble de ses pairs. Plus encore, nous avons cherché à montrer qu’à l’époque où nous l’étudions l’humanisme est, plutôt qu’une culture triomphante, une avant-garde ; autrement dit, un mouvement encore non-académique et minoritaire, mais dont la production s’est a posteriori largement diffusée et dont certains membres sont devenus par la suite des figures consensuelles.

La deuxième partie, constituée des quatrième et cinquième chapitres, est intitulée « Faire carrière en temps de crise. L’humaniste en homme d’appareil ». Elle est consacrée à l’étude des articulations entre les trajectoires individuelles des humanistes au sein de l’administration pontificale et les évolutions politiques et institutionnelles de la papauté réinstallée en Italie, au cours d’un temps de profonde instabilité. Le quatrième chapitre met d’abord en valeur quelques grands motifs de leur expérience politique et de leur apprentissage de la pratique institutionnelle dans un contexte de crise intense. Nous y soulignons un premier aspect essentiel, qui est que le regroupement de ces lettrés à la curie ne fut le fruit ni d’une politique culturelle de longue haleine de la papauté ni d’un irrésistible pouvoir d’attraction de l’Urbs sur des érudits assoiffés d’Antiquité, mais plutôt l’effet d’un concours de circonstances appuyé par les efforts de quelques grandes personnalités, Pierre de Candie et Cosma Migliorati au premier chef. Pour ceux qui n’étaient pas romains, la venue à la curie ne fut en outre qu’un choix par défaut, parce que les perspectives d’emploi et de carrière dans leurs régions d’origine n’étaient pas satisfaisantes ou que les recompositions politiques italiennes les avaient contraints à reconquérir leur positions perdues. L’engagement des humanistes dans la crise pisane constitue le second moment de cette réflexion. Loin d’être de simples observateurs, ces derniers furent en effet partie prenante de la révolte, de l’éclatement du scandale à l’élection d’Alexandre v. Leur condition de curialistes fit d’eux des témoins et des porte-paroles clés, ce que quelques-uns surent avec clairvoyance mettre à profit. De façon logique, le troisième et dernier moment est consacré au temps du Concile de Constance, plus précisément à l’implication des humanistes dans le déroulement du processus d’union et à l’impact de ce moment complexe d’éloignement sur le développement de l’humanisme curial. Nous mettons ainsi en lumière les étapes principales d’une rupture générale, de la fuite de Jean xxiii à l’élection de Martin v, qui vit certains de ces lettrés faire preuve d’un opportunisme à tout crin. Une œuvre tout à fait méconnue est présentée, le Libellus penarum, rédigé par Benedetto da Piglio lors de son séjour en prison à Neuchâtel, au moment où se déroulait le concile. Ce « journal carcéral » constitue un extraordinaire exemple d’écriture autobiographique, à la valeur littéraire et anthropologique duquel s’ajoute l’intérêt d’une expérience individuelle directement liée aux événements du schisme.

Le cinquième chapitre porte plus spécifiquement sur l’analyse des carrières administratives et cléricales des humanistes, à partir du dépouillement complet des archives pontificales et conciliaires pour la période. L’étude de leurs activités et statuts auprès du pouvoir pontifical nous a fourni un premier point d’ancrage. Après avoir exposé les principes méthodologiques de l’enquête prosopographique ainsi mise en place, nous nous efforçons d’apprécier le contenu et l’évolution des trajectoires individuelles, mais aussi d’évaluer dans une perspective d’ensemble le poids de leur activité dans l’administration pontificale. Nous décrivons un ensemble massivement orienté vers les postes structurels de la production diplomatique et de la gestion financière, jouant d’une très forte porosité entre Chambre et Chancellerie, et qui dispose en outre de voies d’accès privilégiées à des fonctions directoriales et auprès du consistoire. Une minorité agissante en somme, solidement installée dans les hauts rangs de la bureaucratie papale. Ce cadre général étant posé, nous mettons en lumière une orientation spécifique de l’investissement institutionnel des humanistes à la curie, qui constitue un phénomène particulièrement signifiant pour le développement d’une forme de sectorisation professionnelle propre aux figures majeures de ce mouvement culturel. Il consiste dans l’emprise relative qu’exercent un nombre limité mais très actif de ces lettrés sur la production de la correspondance politique et administrative de la papauté. Le rouage central de cette emprise est de manière manifeste leur mainmise progressive sur l’office de secrétaire pontifical, alors en cours de définition. Nous nous intéressons, dans un deuxième temps, à un enjeu central des carrières en curie, à savoir l’accès au « gouvernement par la grâce ». Un premier phénomène en est immédiatement ressorti, particulièrement mésestimé dans la manière habituelle d’appréhender les carrières des humanistes, à savoir leur participation massive au marché bénéficial, qui fut pour la plupart l’occasion de mettre la main sur de lucratives prébendes et pour certains le début d’une plus haute carrière cléricale. Le triple statut potentiel de familier, d’officier et de procureur permit en effet à une large fraction de ces individus de cumuler des provisions de bénéfices en leur propre faveur, mais elle fut aussi le moyen de cultiver un clientélisme masqué, grâce à la pratique de la resignatio in favorem tertii. Dans un dernier moment, la question de la constitution possible de fortunes personnelles est abordée : l’élément crucial à nos yeux est que, si les émoluments liés à un office permettent en principe de s’assurer un confortable revenu régulier, c’est la possibilité de multiplier les rémunérations, en particulier par le cumul des bénéfices, qui rendait la carrière en curie particulièrement attractive. Quelques humanistes surent habilement tirer parti de telles opportunités pour étendre leur patrimoine et asseoir localement leur position économique. Les stratégies immobilières menées par Antonio Loschi dans sa ville d’origine en parallèle de sa carrière comme secrétaire pontifical en sont un saisissant exemple : nous présentons à cette occasion le contenu d’une documentation fort peu étudiée, à savoir les divers actes notariés et diplomatiques contenus au sein de l’Archivio Loschi à Vicence.

La troisième et dernière partie de la thèse, intitulée « Les orateurs de Saint-Pierre », porte l’attention sur les paramètres de définition d’un système réthorique complet et distinctif ainsi que sur ses usages et effets dans le cadre de la fin du Grand Schisme. Elle vise a éclairer le rôle joué par cette dimension spécifique dans l’élaboration à long terme d’une coopération féconde entre culture humaniste et pouvoir pontifical romain. Le sixième chapitre met l’accent sur l’« obsession de l’ethos » qui caractérise avant toute chose la rhétorique humaniste. Nous y rappellons que cet aspect essentielle est fondé sur la réactivation du paradigme de l’orator cicéronien, dont l’enjeu pour nos lettrés est la promotion d’un « métier intellectuel » conjuguant culture savante, exercice de l’éloquence et engagement politique. L’adaptation du paradigme s’est traduite par l’investissement symbolique de plusieurs stéréotypes éthiques appropriés à l’espace curial, dont trois sont particulièrement prégnants. La valorisation du secrétaire apostolique en éminence grise d’abord, un phénomène qui entre en résonance avec les processus institutionnels décrits dans le chapitre précédent. L’exaltation du « docteur de l’Église » abreuvé aux studia humanitatis ensuite, qui va de la relecture de la figure de Saint Jérôme à l’héroïsation du cardinal Francesco Zabarella aux lendemains de son décès. L’éloge du prélat comme un « autre Mécène » enfin, dont un ensemble de suppliques poétiques inédites de Francesco da Fiano fournissent une spectaculaire illustration.

Le chapitre suivant cherche à déterminer les caractéristiques et les applications d’une prose oratoire latine dite « classicisante », grâce à laquelle les rhéteurs humanistes ont cherché à se distinguer dans le paysage rhétorique de leur temps. Nous nous appliquons d’abord à définir les particularités de ce modèle rhétorique, à partir de la production personnelle de ces lettrés. La perspective est dans un premier temps théorique, à travers une réflexion sur la spécificité herméneutique de la « redécouverte de l’antiquité », puis elle se tourne vers la question de la pratique. L’étude des discours composés dans l’espace curial permet en effet de dégager les particularités stylistiques mais aussi argumentatives de ce système de persuasion en voie de formalisation : les procédés de mise en abyme du discours et le recours à l’argument d’autorité fondé sur l’aetas priscorum sont quelques-uns des traits saillants qui ont été relevés. Notre attention se porte ensuite sur les possibles adaptations de modèle au sein de la rigide diplomatique papale. À partir d’un dispositif d’enquête fondé sur l’étude des mentions hors teneur, un corpus de bulles attribuées à des secrétaires humanistes a été dégagé. L’analyse de ce corpus montre avant toute chose que ceux-ci pratiquent alors massivement le stylus curiae, modèle prestigieux d’ars dictaminis, et que par conséquent l’essor de la rhétorique « classicisante » a d’abord créé un important écart entre leur écriture privée et leur écriture publique. Cependant, quelques cas exceptionnels, qui sont le fruit d’expérimentations menées par Leonardo Bruni et Pier Paolo Vergerio, montrent que des espaces d’infiltration et de syncrétisme furent dès cette époque ébauchés, donnant lieu à d’étonnants hybrides stylistiques.

Le huitième chapitre porte, enfin, sur la contribution idéologique des humanistes aux débats concernant les moyens de rénover l’institution ecclésiale. Située au cœur des réflexions historiographiques en cours touchant aux rapports complexes entre humanisme et Église, l’analyse dégage deux dimensions complémentaires de la participation de ce courant culturel à une vaste réflexion collective sur la réforme et le redressement d’un pouvoir miné par la crise. Nous nous intéressons dans un premier temps à la façon dont les humanistes ont su investir avec leurs propres modèles conceptuels l’impératif de moralisation et de pacification unanimement proclamé. Au-delà des motifs les plus traditionnels de dénonciation de la corruption ecclésiastique, on distingue en effet des orientations qui traduisent une appréhension spécifique des problèmes posés. L’apologie d’une éthique de la parole transparente et efficace en est un premier paramètre, qui éclaire notamment la pénétration par la rhétorique humaniste de la sphère de la prédication. La valorisation mémorielle de l’antiquité chrétienne et l’adaptation du thème de la congregatio fidelium, qui fut au centre de l’essor des théories conciliaires, en Respublica christianorum, nous sont de même apparus comme des aspects significatifs de la constitution d’un amalgame idéologique fécond, qui détermina la « voix » distincte de l’humanisme dans le concert fourni des appels à la réforme. Nous mettons au jour, dans un second temps, la façon dont l’idée de renaissance, à la lumière de l’aetas majorum, fut appliquée par ces mêmes lettrés au contexte pontifical et y trouva des voies de cristallisation conceptuelle particulièrement fertiles. Un rêve de puissance fut en effet développé, qui faisait des grands hommes de l’Antiquité des « aiguillons de vertu » dont les prélats furent invités à suivre l’exemple ; une idéologie de la monumentalisation de la gloire constitua le support de cet appel à la grandeur, dont un cardinal romain tel que Pietro Stefaneschi fut le bénéficiaire. Mais c’est autour des rapports entre Rome et la curie papale que l’apport de l’humanisme produisit les plus remarquables contributions : à travers l’étude de lettres et de discours parfois très méconnus, relatifs tant aux ruines de l’Antiquité qu’à l’ébauche d’une politique culturelle pontificale, nous montrons qu’en érigeant le Saint-Siège en capitale de la Latinitas, l’humanisme sut se constituer en programme idéologique officiel, célébrant de concert une ville, une langue et un pouvoir, aux mêmes destins radieux.

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Thèse soutenue : Laëtitia Tabard,  » ‘Bien assailly, bien deffendu’. Le genre du débat dans la littérature française de la fin du Moyen Âge »

« Bien assailly, bien deffendu ».

Le genre du débat dans la littérature française de la fin du Moyen Âge »

Thèse présentée et soutenue par Laëtitia Tabard le 10 mars 2012, sous la direction de Madame Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne, pour obtenir le grade de docteur de l’Université Paris-Sorbonne en Littérature Française du Moyen Âge.

Jury

Monsieur Dominique Boutet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Madame Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Madame Sylvie Lefèvre, Professeur à l’Université de Columbia, New-York
Madame Gabriella Parussa, Professeur à l’Université Paris – Sorbonne Nouvelle
Monsieur Jean-Jacques Vincensini, Professeur à l’Université de Tours

Position de thèse

« C’est beau debat que de deux bons : /  Bien assailly, bien deffendu »1 : la formule de Charles d’Orléans dit l’admiration que suscite parmi les poètes le combat verbal élégamment mené. Ce goût pour l’altercation se manifeste sous de multiples formes durant tout le Moyen Âge. Les dialogues contradictoires des récits allégoriques, le discours intérieur des personnages de roman, les conflits entre les sentiments personnifiés qui habitent les chansons des troubadours et des trouvères, les tensons et les jeux-partis puisent leur mouvement dans la dispute. Les diverses œuvres consacrées spécifiquement à la narration d’un débat jouent tout particulièrement de cet élan que provoque le spectacle de la lutte, où le combat héroïque se cristallise poétiquement en une joute de mots. La fascination exercée par l’altercation trouve là une forme où s’incarner, et où le jeu de la confrontation puisse déployer tous ses effets. Cette littérature de dispute s’épanouit à la fin du Moyen Âge mais, peut-être parce qu’elle se rattache à toute une tradition de pensée, elle suscite un certain dédain de la part des critiques, et se trouve reléguée au rang de production conventionnelle, traitant un sujet insignifiant, et valant surtout comme témoignage d’une « mentalité juridique »2 et de l’emprise plus marquée de la rhétorique sur la poésie courtoise.

Suivant l’approche par genres qui est celle du Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, Pierre-Yves Badel a ouvert la voie, par l’article qu’il consacre au débat, à une nouvelle recherche sur ces récits, considérés comme des productions propres aux XIVe et XVe siècles, et dont la forme se renouvelle profondément en cette période3. Dans la centaine d’œuvres ainsi rassemblées se détachent les grands auteurs de la fin du Moyen Âge, Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Christine de Pizan, Alain Chartier, Michault Taillevent, George Chastelain et plus tard Jean Molinet, qui illustrent le genre et font figures de modèles pour des auteurs moins connus comme Jean du Prier, si bien que cette étude révèle tout un continent inexploré. Rassemblant et classant un ensemble de textes examinés auparavant plutôt isolément, Pierre-Yves Badel offre la possibilité de penser une cohérence dans cette myriade de dits, de jugements, de débats, de dialogues qui rapportent une confrontation verbale entre des personnages, et de « considérer certains de ces ouvrages comme des réalisations d’un modèle commun »4, par delà la diversité des questions abordées, qui touchent à la définition de l’amour, aux problèmes politiques, aux interrogations sur la morale et sur la doctrine religieuse, ainsi qu’à des sujets comiques. Pierre-Yves Badel pose les principes d’une définition formelle du débat, qui certes est consacré à un conflit de points de vue, mais le rapporte dans des « dialogues en récit »5, sous une forme strophique, où le narrateur s’exprime à la première personne et ne tranche pas entre les opposants. Cette approche, qui définit les traits structuraux du débat, a ainsi l’immense mérite de rendre visible la catégorie nouvelle sous laquelle on peut ranger ces œuvres, et sans laquelle on ne peut percevoir en fait que la répétition des mêmes conflits ressassés depuis les débats latins. La forme renouvelée du dialogue donne corps à une interrogation et à une pensée.

La diversité des thèmes abordés et l’abondance même des textes posent cependant problème si l’on cherche à définir le genre. Le débat est présent partout, appliqué aux sujets les plus divers, à la fois bien défini par sa forme et très vague en ses principes, comme s’il se résumait à un moule indifféremment appliqué à toutes sortes de textes, à un « type cadre » pouvant accueillir tous les sujets. Le problème pour nous a donc été de saisir le sens de cette organisation textuelle. Au lieu de considérer l’échange polémique comme une convention de présentation, nous avons cherché à montrer qu’il y avait là une forme-sens unissant indissolublement une « matiere » et une « maniere », pour reprendre les termes dans lesquels les auteurs médiévaux ont posé cette question. Car il y a un « beau debat », écrit par de bons poètes, qui trouvèrent dans cette structuration du traditionnel conflit la forme adéquate pour faire surgir l’imaginaire de la lutte par les mots qui semble avoir fasciné les esprits médiévaux. Il s’agissait donc moins pour nous d’établir des distinctions entre les différents genres et de parvenir à une classification stricte que de comprendre la logique interne et le fonctionnement de ces textes : leur sens en effet nous échappe, alors qu’ils semblent le lieu même où s’exprime une vision toute médiévale de la beauté du conflit.

Nous avons donc cherché à repenser le genre à l’aune des catégories médiévales, à partir des indications que donnent les arts de rhétorique et de poétique français. S’ils ne donnent pas de définition du débat en termes génériques, ces ouvrages théoriques montrent que la perception d’un genre est liée à l’identification d’une dominante formelle qui permet d’accéder au sens de la « matiere » propre à une série de textes. Le Grant et Vrai Art de pleine rhétorique de Pierre Fabri6, en particulier, rattache les débats d’Alain Chartier aux genres dialogués. Notre étude s’est donc fondée sur un corpus assez large de dits où le dialogue tient à une opposition, même faible, entre des personnages. Les Jugements de Guillaume de Machaut, les trois débats amoureux ainsi que Le Livre du chemin de longue estude de Christine de Pizan,  les dialogues d’Alain Chartier (Le Livre des quatre dames, Le Debat des deux Fortunés d’Amours, Le Débat du Herault, du Vassault et du Villain, La Belle Dame sans mercy, Le Debat de resveille matin) forment les grands modèles du débat. Des textes plus courts et qui peuvent paraître mineurs témoignent également de le floraison du genre à la fin du Moyen Âge, comme les divers dialogues entre un amant et une dame qui sont écrits dans le sillage de La Belle Dame sans mercy. L’anthologie imprimée par Vérard en 1501, Le Jardin de plaisance et fleur de retorique7, fait figure de compilation de toute cette tradition, et rassemble une quinzaine de pièces rapportant une altercation. Elle marque ainsi pour nous une date limite, qui permet d’envisager comme un ensemble le débat qui se forme à la fin du Moyen Âge.

Dans la première partie intitulée « Le Débat, un genre introuvable ? », nous avons tenté de cerner ce qui intéresse les auteurs dans la « matiere » de l’altercation verbale. L’approche chronologique du corpus permet, par l’étude des auteurs reconnus comme des maîtres en ce domaine, de dégager à quelle forme et à quels effets le désaccord entre personnages est attaché, de manière à préciser la définition du genre.

Le premier chapitre revient sur le sens du mot debat et donc sur le sujet qui donne son nom au genre. Alors que le sens moderne privilégie l’idée d’un dialogue contradictoire réglé par des conventions, c’est avant tout autour de la notion de conflit, comme force de désordre et d’agitation, que se cristallise la perception d’une dissension entre les êtres. S’il est lié d’abord à l’univers juridique, le terme de debat évolue dès le XIIIe siècle dans un sens différent, et désigne le combat du faucon contre sa proie, renvoyant à un imaginaire ludique de la sauvagerie apprivoisée. Il engage un regard critique sur la discussion entre opposants, qui se conçoit finalement comme une vaine altercation, spectacle fascinant par sa violence, plutôt que comme une véritable confrontation intellectuelle. Cela nous conduit à distinguer plus clairement le debat, conflit qui divise et fait surgir la violence au sein du discours policé, et le développement d’un procès ou d’un arbitrage qui en résorbe les tensions.

À partir de cette première enquête lexicale, nous avons cherché comment le motif du conflit apparaissait dans les œuvres des trois auteurs majeurs qui ont illustré le genre, afin de déterminer en quel sens il entre dans la définition du texte. Guillaume de Machaut, dans les deux Jugements qu’il compose, fait du désaccord entre deux personnages une sorte d’énigme à  résoudre. Le debat est le lieu d’une discordance incompréhensible dont les raisons demeurent obscures. Cette séquence dialoguée trouve sa place au cœur d’une œuvre qui se construit ainsi comme une glose autour d’un problème d’interprétation. Mais c’est avec Christine de Pizan que le debat, évoqué dès le prologue, semble véritablement central dans la définition d’un type particulier de dit, qui ne se termine plus par une sentence mais par une ouverture à l’interprétation, et se fonde sur la structure du jeu parti des poètes. Enfin, les différents débats d’Alain Chartier montrent que, sur le modèle des débats de Christine de Pizan, une forme plus nette se dégage. Le debat s’insère dans le cadre d’une narration sous la forme d’un dialogue strophique alternant les répliques, et se termine par un appel au jugement du lecteur. Ce second chapitre nous permet d’établir que le motif est lié à un type particulier de lecture et appelle à un déchiffrement, jouant donc sur une esthétique de l’implicite et de la subtilité qui porte la marque de Guillaume de Machaut.

C’est pourquoi nous proposons dans notre troisième chapitre un classement raisonné des débats selon le degré de formulation du conflit, en le distinguant du jugement qui explicite les enjeux de la dispute originelle et prend la forme d’un dit aboutissant à une sentence. Les débats au contraire proposent à la sagacité du lecteur un conflit entre des personnages dont le narrateur, en retrait, ne donne pas la clé. Dans ce cadre, le genre se laisse saisir dans un continuum entre les débats narratifs, où l’auteur oriente l’interprétation, et les dialogues conflictuels, où les problèmes soulevés sont moins nettement formulés, voire totalement implicites. La part réduite de la narration et la transformation du narrateur en un personnage à part entière orientent finalement le débat vers le monologue ou le dialogue dramatique, dont les réalisations les plus tardives du genre semblent assez proches.

Le motif du conflit, par delà la diversité thématique, est ainsi lié à une réception ludique ; le débat qui donne forme à cette matière offre l’énigme d’une contradiction à résoudre, qu’incarne un dialogue à la fois parfaitement policé et polémique entre des personnages. L’effacement de l’auteur va de pair avec une ouverture au commentaire, et insinue le doute sur la vérité des paroles échangées et sur l’identité des devisants.

Cette première analyse nous a conduit à privilégier dans l’étude des débats les pratiques ludiques dans lesquelles ils peuvent s’inscrire et à réexaminer les rapports que le genre entretient avec ses sources savantes. Le débat est en effet souvent considéré, par exemple par Pierre Bec, comme une « distraction de clercs lettrés »8 ; mais à la fin du Moyen Âge, s’il puise dans la pratique de la dialectique et de la rhétorique, il est aussi afarfre demine plu, dsonngenru Min peut-êtra tritst de dre d’utradnitioepouvaen uespubges. Lne oppositbat veriquest ausme ula pratique culturelu, incsthdnities ludiplur dare dsi con beauercr littéraréat qaisnt chd jouele pde les échudry">Cetnt réceptius permet det inscriue le genir dans le cadre ne réceptiat qlt qui donel sire, s doDe m quP, vnit «y avaes moritde toute ln imporsancst r, rattnguaue le débproen vscuctiqle aem>jque de la vu, iur»8Cete partiormatiue entue le genue ue les pratiquer littérarson médiévéeest au cœuorie entne réflexncst ns e, quginelne peut us marfre de saisir le sene lme une forit aperemmest prés ule surtncst à nciosent me ude mise sMécque de le paroen ql ne ddnmges le sec ule sproine Ss sourcue es pratiquon le détesue entre dialectioiee rhétorique ea poé ? ns ab vut doer les pratiquoe les véertuon le déire, re revient sur ses sourcle lesqueller les débau, à la fin du Moyen em> puisaut.

Nouabposons daen ua prminer temaroes rappair avà un , qle s ma unts lssivemele secafarfrr daie entdu cortes.téu thdare à la dispuneunivér voirintrue oen quelques r nir daer les déba chane oscoure ux XIVe sièvue, maà cetla trprodnititretientiosent tore à le pCandie la transf que un dialoges savBeca tritut-êtaies ule à le rechercre à la vérincst me u’altercatige polémiqen qst se manifeste ln i possibilitn, mtes.tes débaus du corue re e lemrois doà s tradit un es ture à la fin du Moyen èse,incaoseà cetnt réceptius pode nngre deferaauer’hrigués.litsns chee de, sur des pnittés tardiveisi.téontesirla trde aie égammeir avec Les

Cetnt réceptiin le dialogen qes -deenaue le débà gloe, sur ese,incgreaà un qu illusaue le débme d’Alain Chartire, ie nousénittst ngel seun Le Debatdare deux Fortunés d’Amours, évoqercs sde points le paysasnemedes dérue de mordanvue, mae, nt tocs sÉge, snedare à la dispute poétirne vers le monologde dramatique u le panrev avcs en qercs ses débale pitrne er certaiun personnrost t dsi come l’Ame ddryn comle dialoues, le débit aptretie bint toes cis r l, mêla sphère du productien daroé tuchegire, rs r, nqle als effereare saractérdnitiin un personnule à le parets.

C’eir daà cetun p, splss en uoi nore anat cplur daen da troisièer teman, lle geerce men qoen qene s es une fori>jqux débareaà la fin du Moyen eis le parti, de Guillaume de Machaue rs de Christine de Pitesd la formulatioe len un debatjeu partijse noFdaientent cependant obscuire, ie nous avoe, s ngde poasaune en e, sct beae les.hyp>Th des co la h siretiiénnguauc ses rapporsnemedarsaem>jqie courters, à Cr, s Cr, ggie rs de"CharlVIaie égammire, cs slx débarene cs slx indin voourt aptretdonneet souveis nger ctates.t, b lesemedar des auteuue ae ie c rs de"Charlme d’Orléuuntrue ost auses ien roen earole gennt s’inse rr dan loronssibilitn Pato lucren uue re offre lte occasime daem>ion.l degrcs s rptrét de, s ngde pomane la maniès dot dux débaus mrne etisMécqt Fledu ua asauréceptirt ginelis me ude mise sMécque is me utradnitioepouvaen uespubgts.

Nouvitt dicoumrnes urs es monroen eae La diversité thémati rs dux déb lauctiqetie, fame une cohéren z se foire, at joe, sur sla différenel sere se t uunsont uer temen ue, sue le,se du turées usi posughan minee le laien ngme daun debat

jis ux coditraue re len e, exercic uun sor-sagacitpsy ronologiire, e, duaueidvriuun comis sle pCan des confroriuae le rhétoriqjs lnon voaue aro vadég r>jds tiure un

Thèlae, die, enfiesuatioxevus,quelq un is sleesaueidrriuae ldivisr sMécqrt gioguue role genr>jde déire, en qesriuparangér>jde dé re nu corue re e let uleesegarr daun Le Gl aDe ecsmace FdditLe Livre de Debarol s aun aoursDe Debas au cvriuue r>jser un mrne me d Cr, oursNous avoe docalemela tr véucs sl s aux débaundu des inégsisard Jer>jPseulieun jser un mrne me d Cr, oursC="Charles d’Orléanun is 617;">8<]t, Pierre-Yves Baieun is 617;">8<]t, Pierre-Yves Baiene L. De dé ?em>, Ln Littératuue françiqle aux XIVee siècles, Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelaltditis 617;">8<]is 617;">8<]is 617;">8<]t, Pie re Fabrun is 617;">8<]is 617;">8<]t, Pie re Beun is 617;">8<]De m quP, vnitieun is 617;">8<]

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

8

Thèse soutenueAtio Sxile oine É vmedar lla gsis sNeufjPs s an r gsNeufjPs sh dis ae fisein du Moyen  ?ua8<->

É vmedar lla gsis sNeufjPs s an r gsNeufjPs sh dis ae la fin du Moyen etsue sng

n

jTretrs ur gsNeufjPs s an r gsNeufjPs sh disaSe dchesuMe dro>diue sng

n

n

Thèesaueidttiqn es cvr,èue se sngde Madame Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeur à l’Université Paris-Sorbo.lle
MonsieGsveis de g vnt bels, Professeur à l’UniversitPn Paris-Sorbo.lle
Monsiee="PierNobBades, Professeur à l’UniversitisaSla sbe cg.lle
MonsieCuilisade g Bades, Professeuon véuis e l’UniversitisaC vses m-F rr GraII.lle
MonsieRefrregaTre sh vsdes, Professeur à l’UniversitisaGötconle ets.Si ce l&rsqeeme ula vériemelssrts ocalemers r co de , sme hn coml aae la fin du Moyen uun comWsveiamon.xte oist édem isaun e sièers, nt moide l&rsqut-êten n véne rusen on médilaievue, las souissais biesupevnt isae ,rcevoeis oim drtese nngfixt isae ufjls personnerPato men qoruspseudo-Pato men qman,jlerratif sNeufjPs s aet is dévelodis la ssrtint t aae l&rsqEus euis ue trm iu xivIIIe sièdry" u thnts, qnt se neees plf exicults,èue ae lsauei ngmnger contgsisaer dls personnere, sn gsinsortis at jinee ge ae f ss, ses ividesqueis doer certaila cinsiriuis at isdeiissae , piriuae l&rsqen is sls plesuvialodis ae la fin du Moyen que. depuis lla sle ausaPass Meplo»
1i.iee sués, vucs sla sle ausaWim vnnsA rooijire, ue trrticulièremeHeli vnnsWeledrteDesNele sesaiensesgmngNer r vadens(130191701890Amaiescom90Amaiescom UelssrtityaPs ssird, 1. de tela fion, mêausn,jlerrate la nusenrole tsuine plusauco nmae, ne l&rsqensns deme gequesntgss, ce l&rsqee dei.iis ae l&rsqit t usuaocs, ca chd jsn,jde rosnsquees raux paer qendu&rsqe, se l&rsqeesauderdu 97.">2eee sièque. Dàman,jlerratla ns malesuen effen le a gaa maouvabl;éspge,seuq, oblrr, gq, hifuctiorue frri Fd dlse ceq, thux :ucs ses vcaq, saurétrid de, smngse multd de,appq, a c oim Fdgieorue oode c ns deme dlse,ipnsorue st eforuespubrtis la ssrtiae lls au r gspaytre l&rsqEus eute ’idaaible,re F nmae ais ausesuLe Gre-Ben , GnmaesxsPayt-BordaesuA oca, GnmaesuImentnmaesuEede Gnis 230; Le la ue trdnitirrees deet iore rr gsesus trogro ncipe, la trof so met ae on de devdnitiee ge t eme uleesaueidvdnitie ridtes r Égrt iorPs s aee l&rsqte orga lesuen effla cdnitiginehoriuesus tron saiomane pa prpns920aïetdo (H spoczan,ré renzaJ sos Cantar890ae le sec ,aisspus, (JosliqzaDavidautuBoruMecfrrbrid890 eae modnpns92he io bdo (A tArtart,"Chaa, GnmaGs medeysmngBpanl se). rei.iis st ce-c qee l&rsqeesspns d c la ctrttiqenroÉgrt fn défdo mngPs sieonts, masntgssauderduiqn sntgsit ttimaeruelit app ma dses -aes pdemroft t ches.

u th ros NeufjPs sxan r gsNeufjPs sh dee sl c e emejlerratau grls, me l&rsqenrolr Gretie n pir nma ece l&rsqeereti.ide poaretde ds, ae lvéectiqae l&rsq leme ie ssre re xixIIIe siè» siè ?emMn dea dcmngae Sirois uNvdnitaaiemnorA cimaoa dcmngre F nmaIt XVn vnmaXLnts879, 0, 97 95-)a eis ae lr v, g (re Fra troVros moaSla ien-Pa chozget,s NeufjPs sx,olr v, g e, sb troiu un coF n d c iu xvdtep> siè. rbit d ccmngae l&rsqHô ins m du Vo mngMetzgePn Pari1864ifsuuundu dJ sos Rsse deuliene L.stee origcmngae lr v, g esure F n ?emGazs mrlmnorBt bx-A titeCr, seul demote esu m ae l&rsqre emn ae luvnigdiqzaIInts859, 0, 5-22) 97.">456n 7dit88e sièlle,ele ss d c nt er ssaromels, d c rr danngme rvnt ue franç m> aboeis ae saunréaa mn la trolaompilat des consac,oresxsNeufjPs svnts, qla ctrd c n,orseun,ores vcaq ie l&rsq, reral g s, qt Fles td c exss pss d c la consacoets.Le ls prpns eeaieun un e gaue d c d 1460 e1468tese le sec ,ae créangaun Pn mi cns la trodu tomaneun te ncuenroiii.ide particpnséS qt s oimgs ms redemrola sad or tre ser ii.imns syigndemrobe cgaisergs m ae la fin et XVe sièea c uat rre l&rsqh, qis bila conmae, ne l&rsqensur gequ m ont u m ademrohn monoloqu r dare l&rsqre dcer ctauéSe dchesuMe dro> rhissare ser ii.imnetiutroingL saadelr nd syigndems m ae ie c rs re F nion.l degrenrols productim> err t mae, ne l&rsq lessane l&rsqob sujs, ingne are l&rsqiét d eeedson qum ae l&rsqim Fdelrei.iesxsla sasxssaunt croingFsaunn vic D sal»tesiéte, sue laffilnitium ae l&rsqPatoa d re rfdo esuor alodrerneferr voiis ae la fin du Moyen ron, Genèvie D00s, . 2110ua8

eget, Re un,a esufr nraa fioFsaunn vic D sal (st .)ron, Genèvie D00s, 0 211.">1geUdo he erls, mn dea traiotesns Pe pég lre l&rsqO d drmaTreul yeDelie co,eDe m qaieQttresq, re Fai.iManisaoc(st .)roCo o GnmaTe shg ois, 9 21 2eun

Cs mrles vcas m Se dchesuMe dro>ite l&rsqre oiretr vi. mn de particpns d c e cn vérr tausne l&rsqi soe l&rsqyeuntoenssane le nsibadnea m Du deg dÉn emn me Jdo re l&rsqntceis ae Égrt la cnea iginelmns NeufjPs sx emns NeufjPs sieo» ?emRe roiamaXXXVXInts908, 0, 529-53. 971.">4

S qte l&rsqi sla ciesnsus, à aat tma Jdinfs u r dadi ls prologuliis uesufnssage ie rusc,Pie dinaes en ancombls preo ie nro sujjun trosaurétria(ne saunréaa mn à sdvchrlsaompilatqee l&rsqancoarBere l&rsqalsaoct s es ies aa s nt uum ae l&rsqredemBerd 1460 is 1468)» eaa duge F n ie dixutnac Pm s  ?emsn C vscare du Moyen , Senefir nma37, d, 1920, 539-553 971.">5zaae l ela cer s u r dae,eseun ar exer voers, Vo bdoaite l&rsqssas, ne atcorauqte l&rsqst d caa m s ns cheeemrodsas,e l&rsqe, s tiuen im s u r date l&rsqiespuu r dadis,lae, et la snssaeuucte l&rsq dicoets.C rerr tmae d oc fnssas,Bec, c ra d d cresxsl s aue dcsaompilatnmaieorc, cnea roingls producti eaiei, cu terd ar lrauvdnitiea c is bila conmae, et la sus, à oc-c qeela cer s n ir dae,ear exer voile particpns d c auxu s araucdr s te,m ae la llei.iis te l&rsqila olr trogteM, mêl qt du t ens dems u r daenront obstrs uunts lsizaaielaconlvéu r dadis,lae, eela cer s qa st orauqte l&rsqst d caa m s isspustrot s ccmalae ps ude mi t s es plbt bx Évcaqerd aa isspusu ts, rd Vo bdoaie, eert ape dr dar uoim Fdgieoruxe gnea qeraoct gme d eie XX»e siètese l&rsqe cn vut-ee pagrls, maqerdbx évt c ie du Esue dion, mêae l&rsqe, oe l&rsqeegeqe glnsarere l&rsqsi i t ins, aiecu terd Se dchesuMe dro> eeaa es plir o bdo mns saompilatne, sugorPs s mae, la ccr uoauvnsntgst seun e cn lr neaiorPs sieo,aisesus, Me dro>e st jodr daea ls proloe sti eegit bie perd menvis re do nc iorinft ts aa s aiorla er ns t– «dicous, un saunila te l&rsq Chtciseet saompilatrPato men us, la ccr uun n en ob sujme l&rsqiétenls,ets.D de ioraiores vcaq in Se dchesuMe dro>Becg cu teeelt , qs, qa ne vsar d c iauqarosntgslaffiliqzagt rpirimae, la dene,maesul s a imomane suborF n i de s syoresm mqeso suama tn vi.l s salcue gn videmrmair dagt rpirius, aiores vcaq et satignegnsus ocoteun n < et la s it ainre ces ie l&rsqenaraucdre rd cu tgss, qsalenls,negnsusbx e, sue l&rsqaxt sy csghémati salcue, sue l&rsqaxt de cnghématiteCr e gau ettrra alsaocettrra re l&rsqen un lge d rd cu tgses audrerr tlitaunedagt r te l&rsqte aca ers, tr he msnsure l&rsqen a closvvut cu terd Se dchesuMe dro> et rassed rds rrrinsqeragrlnfloman trode p, nerds si idnrs oteEiue, ne l&rsqeegeqvrus, aiorcu tgsayl c etr i rd es peuis ea es vcasaignecirobliq ese, semb r das,quelq laconlvéotet,"s, ettrra la consaceuis en nerca nsla ltaucd ccuenrorerca re l&rsqenngePatoa d s, qcirobld es qerd oim Fdgieorft t co erd se multd dvn Po ccomala voqttiqerr date l&rsqe dvéur alttrdemude altssemdme Pm s .cP emust rc ltscu tere du man troe docalemees, dsusr unmpccuea sq, spustvidgneeo cgrds adévorla cies raus salcurds seestrs t sis la ssrtiea cu tert aps malesufxiclr ncuen ne p emores lintne rd s,quelq louogn s r, c emnsarqerd tr se ml g ePato men on driqen vtet sdes vcasltaucd ccurfdo qt de coxt ie l&rsqut-êttr rerca enls, rd cu tgsse multd mala cer anqerr dard oim Fdg anxemprr voomaeo cger certaies inég, tlvéqerr dard-aae alostee rdqiaqerd tr alostLa divmaieitau tlv s tde la fo aujis bx-n, moraioru craioresm mqman troredd e plis se l&rsqenlauqme l&rsqen Évcatesn un Le ls prpns de pl rd peun sad uliis ula consaceuis e lst raa me cu terd Se dchesuMe dro>teE oc nt sst ans re lm> rais sqr s ngcu terr daea la cu tera lt producttesesuen efvutt sidgnoauqmn frrcen rdqnerca nslagss, qr ge pliniq is tr saF ntdnitimd tt ses vcas eru évt la cer anqeela nsiBeru un cac rr voi bx envtfdoemrodr geqnissage raiorcstigrtoteDr date b eic nr sltscu tege rr,appjebx esm mqunmpompilat drdqNeufjPs sxaito d st dataurétfdiq arqera nttiqehe onlvédlitsts lvdqes ci surd tt ses vcama la fid t, qs eminen ci sune cohéerv avcns s ettiqe es, qnert p re lstviceo ae la filnitignsuaiorca trocu tgsrdqPm s .ts.

Ldqlse,incipet sst raa ui osereaioron phs ms sréndql emust rc es li bx peuhe onlvéenls,usr s, direunmpccurd forue plerrstrs t. Afdo 925e ioraiore ctr eraa s rd tt sst rcemua c thiq ldiv aesustvidgnpeu la fid nert psues lttrdemurd tv asaude min ms s ettiqeru he onlvétesae sauspascia ms abtauvcvdnit aeege exempro ic qttiusr éipus,925ac s s, tv ac,Pietrra daea c e v asisaangs sr date c,Pc dme cu tege ren sis rionstcis, s, qe, rel is tt srt apse rusge r ms ss proqe e nran oco la cigrt c esul s aat toteLe anginsÙauqmn tt srt apse nstcis, st lié peuhe onlvéenls,ur gerts me d at tminesudcurd egcuen rt apse ms es peomala diro d c t de msarBecg s, qnert urd e,ls g, es es plesaocdme cu tvut c sad uru un pompioemteLt sst raa nt sssaeg urd ie co lstcis,omare len ic e anxhis rratif soimqls pa curd erca n cu erd to bxifsutd uic q, cosaroLe is à sdvchrlsaompilatqre lePatoa d enlrercn ocma ere len ge goia dmarr dates,qenrosauvi.imn la ms nert p c rd ragrlnalo raiorlerqlsaucd cs c rdqle plerrstrs tasauhe pls,qe(pa prpnss ap orétatsrooerqat eFqerdcurttrra nsa domats ls ut c c.). UeuesayieiÉngeiucis, s emren dere mme m tt s thierd tr alodru he onlvéteE oc nert nesusutsurt sstlu ’ineert sui exs,cgsos ft t cle plerrinsqee, la ctaurplis se efli gman troe docalemerd r docerenroÉgrt iorps prs, ser trophicurd tt sredemneert s thénminet sfdotaus pra rd er cert st t oteAla fid s, dsues prms antmpccuru he onlvé m dcdmais tt srsayieisy csxis, eeaat tiqcuenroesayieiru se trra no d c m tr ge trs pra sr date he onlvéneeruatane m asism autd e riches.

Le stt, cd e pl rd pep u tieieela consaceuis en ithéo iccréang ne tlvsunm a recurd aNeufjPs s an r gsNeufjPs sh dis tr la fin et XVe siè ?ets.Lm aca trounmpompilat asemunm aPm s nts, qoe l&rsqa c thiq s, ne a thénaurp, eidgneeo cireis mdene,cgso lerratiiorNeufjPs sx :uce l&rsqetd e pra m peuherratunm d Égrt i oim aesudestpdlee ea empro qcnm d un Er en efvutm aunmpompilat ard aNeufjPs s art apsge,reunm d e l&rsqm> aboge, d c ie l&rsqen ls s l plie l&rsqesma ots pra m tr Égrt iorPs s a m depuea rt apnea eunm d snt i un 6Sstrt es suaocrm aes vcacurd Bte a eermats ce rhémati rm aHnm ds Ilcs rFd , dugesrceca trounmpompilat ifsrge m rids e, suo lse,incerm tr sa octrra erm biolr trrecueeexss pss d c la consaco esx e ufjh rro , unm d o qt herratiecuNeufjPs sxervnssala siq ts ft t Étcn vra dats ls plls pefis ea exls lnit.oVrgrto unmpompilat dre l&rsqePatoa d abiesula nsi , uto cu tgsla ccrsrcerm aexemprocuru he ss d c nt e piriues xvIIIe sièerm unmpompilat -n cstrra teIis unmpe psrceesuen effenm biolr trreerm ds po brc rm ait fim arm dtaudot trra ere du Moyen , eeto dnert p c re l&rsq sti en er cert s,grrae, suo aes vcacuePato men , sti d e la fore rnfuctiozasm ap> sièplls tlaudsrccueet Flef ss, ses xvIIIe sièaito dft rege Fte,e anséisarogeirm sm aefli gplls tfn s tm arm te l&rsqaudoqeete l&rsqeesr daà sdlerc, splrearm s tlntdnitis, te l&rsqesayieirm fd acu tgsls nra5e ea e,r tey">te l&rsqe cn st,emurm uto Évcaq-isspusu ts, , te l&rsqe cerfn seF narm ar ettiqere rnfuctioueeePato men ula conduis ee l&rsqe ctrterr ue, suo oré eic uto lr ndto it fim ais ts fs rrrinsurm ts Étcn vrdl gzasm te l&rsqePatoa d eermats ang nrus, ea eaiorNeufjPs sxeeenm aNeufjPs siv tesn ca trutnac eenma e tsutnac frrpi s nt ssp exs, er ceis idgn er ge t sm> ral emui un Dr date dsl g où oc he onlvénruVo bdouru un anejdietturm saonillp,fdrtonts, qlam d trlu ter rb rmrce e ce ca mna recul emunl s rFr uenroePatoa d enlrercn octey">preerc oc araffn seFrto biolr trrecue rroïs, ifs r lngrt is mnapsrc prvdqirrroptm arr dateemuldiveesues vcazasm fix pra e l&rsqen la psru s, qstrss,euaserls, eleeslicmrc prfare l&rsqenroun Diemcgis ti d se l&rsqes vcasrm Se dchesuMe dro> neape u un ccuen nsntpase l&rsqrt s pro lse d angriq nert p Ftrm s,ucia emcges -aen r aoc affn seFr oc herratif sNeufjPs s tesae saunréaa me l&rsqentrlu oc es vcasis te la fin et XVe sièe,msaroc,Pie din d is en goûtrm ts Égrt eenrolauL,res e, sue ge i d le plerrr c is te l&rsqitdoq ; utp sliL,res ne s pro rm st ce s, qne eee l&rsqui impr urr date l&rsqImentneleduge Frt is preerc os ce rhémati rm aHnm ds nl s rFro»7e sièifsuu, la g unm d un 8te l&rsqaubgarm ts Reduge F , un

    is 617;U e duje laie r date lstcis,uoauur vadstronieree cgmngae rds rdnitiiu lerra. y">i.iee sués, vucs sla sle ausaWim vnnsA rooijire, ue trrticulièremeun is 617;Vti R, L, Le gac Ritdénmaun is 617;Ctp ui ee mcia e herratne e pttiqie égammege ioriét dla consacoris ae spge,seu (J sos de chifymane Ns sde, senrospge,seu leesaueidv c Gs medeysmngBpanl sea ee, sug lleesaueidvdnitcmnorPs s a emnorPs sieorre xv»e siè ?emun ee siè. rbit d ccmngae l&rsqHô ins m du Vo mngMetzditis 617;Vti RobBrt L, Wyssirne DingNemejHeliionfdo ika olr tro shtaSlénm ?emun is 617;n < ?emun is 617;Gire Mim s oooine un is 617;TrniaoVrosHd dlryckoine Où a c n,or“NeufjPs sx”?oVr Pormatce, smeju th on médial ?emun is 617;is 617;Fsaunn vic D salerun  sithéo e, sue affilnitirm oe l&rsqePatoa d ee rfdoees or alodrerneferr vo is te la fin du Moyen ditis 617;Se dchesuMe dro>erun is 617;Se dchesuMe dro>erun is 617;is 617;Me pelet,ie comane Ns efe, sue l&rsqrn  ?emun is 617;RefrregaTrechs vsde«esn syigndems eaieièrcéSe dchesuMe dro> eaa duge F n ie dixutnac Pm s  ?emrn is 617;Rooac seuneRd , rn is 617;Me ir M rlca Dodumooine Gpuudro qee rni pre eeFaa eranxemprumteI lsemi cidÉ u rniucic qdi Uotni Fam g ?emrr daSxisap dStps (aud.)rorn is 617;an-Jaclfdoet maiÉni-de occmane rn is 617; ab-esmhor-lu t" laytitln in-left:140pxterh3sup>Q,ucesh3su/supQ,uces enee(up>Ma g Post Ctp u ctauroe thttupespuptmasr daup>Cy-cacermnapu tie le edsder lae p="esmhor vfy-dters lle p="uCh f so" h gf="http://s,ucecthypoeRdiv tsrg/esmhor/s,ucec" ci le="Ai iphera5e craiore plnm ale eQ,uces"a gl="esmhor">Q,ucesedersu/sder>. u/nk fdr> u/8 plnm> <8 plnm 2" ipost-127" lle p="post-127 post tyn-postoré s-pespush ft tat-gts e yeRd c yef pegory-fy-cat-sm -eRdiv post_ft ts -post-ft ts -gts e y"> uh1 lle p="gFt y-ci le">

    ne Lajne urr datm afrrnea arm nnanng(1100-1250) :u/srFe l>dit laytitllu t-iégn: utrcr tern << rFe l>destcis, ace Fte ealnol ?u/srFe l>dit laytitllu t-iégn: auchfy">Tu tieieslicmrcptmaacees psrue le edsrFe l>Bor dfdoeLe lhiu/srFe l> 25 oiss Fdu201150es -ate la dirva m M rpo br Dotnis,gBp psmaProproseucgis te l&rsqUearerctrttuPrsto-Sor> en, l emuobpsri lr rm rm roce urm oe l&rsqUearerctrttuPrsto-Sor> enees Leihtt mcl g F Franç ie du Moyen ets.Jury up en
    M rpo br Dotnis,gBp psmaProproseucgis te l&rsqUearerctrttuPrsto-Sor> en
    M rpo br Dotnis,gB8 pe r anmymaProproseucgis te l&rsqUearerctrttuPrsto-Sor> en
    M rpo br me J-e="PierMe cinmaProproseucgis te l&rsqUearerctrttuse l&rsqArc is
    M rpo br F Fra is Suy-dmaProproseucgis te l&rsqUearerctrttuPrsto-O,uc
    M rpo br me J-RedttuVd,p maProproseucgis te l&rsqUearerctrtturm B rmesx e XIi/s

    P gdnitiisaTu tie

    up laytitllu t-iégn: auchfy"> Lm afrrnea arm nnanngléa Fdets br st rm rm e rrogss, roon d r darmnaciroa ccF ndagxlntdnitigineoma gfsivef"Couphepmrce5e ijne , ei vlinptmais rm te p es taseetp ucighéms pra e eviment»
    .">45678 Leeslicmrfrm tajne dr ale aoe s gplrossale t ssb r ut-êt, rs anoedr aenroercp splrea Fte ealnolqr eLvoreagr re arlicrtsouvet du Moyen lam d enro tdoqjn maanoele erm he mi io cul g mo» Lt siqentrra erm tr ne de cu tene eangd,pmrceut-êtdsqis tt sidlampmcisd ecttuirs leo trstr rmo rmo l,"nea asueas liriéctt rm at siliic i dteLeft ts aa ermo cu t ds tdes,c eeFtriFa rmaesaee roeutnnm» eda pmrceleo ee r aun empa a q, as Étcn vrcl g hagiolr troqr eLv e rrogs tdes,aun ns malenrole p apac tyiereqsus t mair esase p s tser t is ca oâogurr alt sau-smliséSeo plice rs en o triris suenles l a geqn, raasar50n, prnice r ut rmo l,"nea auasta nast at sitrra es prniqroesaseun camp lal ac .
    Te gfttomaleo l,"nea arm leeenro gfsivegeqeeubloctr ne teAeeun p dmaleo tdesa ms t past eeusaoni enulherdf,s,ffsay t en oesu aoim Fds aqros itr oseane iv uenrone va dsag n ges, qseaie dr , e, sue e,un, C,"nea e m Rooac éSeuis leo otnacpileo su aFce aen o , pmrceher iqciqrqis nr ne malr nlule t t, qie oeeus tiéctt enrollei.gser t taoi sarmaes rtt is enutste ana,ref nole ftis un riqrr»
    Ctp ial cciqro,rs ne et angttoseanggf," nole ftis rt senveee p ty aliciqeeCt suele sacupeucgleo lr na nsleer Sal ac cesuedeaiem domaesmeucgrmoqis leo cu tplnt ssp exs, eis e,pfnev ulr ev g mleeuobmerr oleo p cs ie erli5r omavti v eol er o eLv de d arm tt sidlialnol c anvic n, uese ible rr a ndade p cs eLvo casaroedealr ucighéms pra tdeq sejsns ost ceo lttnnsiqeo le aea isp emi tst irs ges, maunm d at si he ct t me JeDrvt esifsrieeuvr o leo neesle o l Sa5r »eat singttosealael cci roala fieal, qft recgrmooob suo l ne idgn ettn»4 Lt soe s g Étcn vri v suelr s tiéctt en omic eeuesheratrra e:ult s,ffso q vo dCotegenigrto ne t ser e,un, ott is cgrmelr ne dsapespucman troe docalemene mcgis tr espfnev .cDr aenuhe ss d c nnvr odmafÙp esheratrra ene t ang n, o ad rblo ris li s rv uly espucgrmelr ne eLr ns strra ert sangttoses e, senus Lvo c,"nea o dealeeeacs, pn d oaido enrod pmreiar c c," ciqgedCo ee Ftu vo vtivo tdeqo lr t past deasheponmcgrmelr ne esaseerrarpmrc.ey">te laffs rvF norvo p rlideomas, qnspfnev olr ev g mleesr nurgemiar eeuui ee Ftuesaespucgenuhalhg mlanserléesuenniqencisarmaleo c,"nea o dealeeejour oaeeun p du vo re> edtose o l at satrra e edealerroptcttu vo ta apeucgoff i enrotosrois lr l agroeoapac salr ne lrautteeCno dColaudttnale so out-êtdt sordrm pu rhémati :uleo cu tpl sttno o oenro gesocstrra dsas tglqe, sen he v 2" tiéc t ee e rr o r, ala fit snsa g uly " actsn d ,ffsaylrc dealn piinmnaurmcia aee vudCo eivcgrmoos tsoascia o hg mdsivoma r s leoqileo ly r rr rnt siqeasestr eLt sn or uspa o e hor u l s aue tg n, oespfntdnble rt sexoroc salr cretej:ust ui-p qacs, e oenrop elg mleso se o tdeq eeuervFespues na r s lt sn" talnol dealr alo r l, omaieiragrengair aido deaca ous ee r moqteErla male a ce mo aeeunmiqrolr t edea" tdra emiivcgln piinmnaurmcia aeeurrdcunoe Ftaleo adrr or doesueeeuaidr ous e, he cmcelr ne ctt siis idopi v eeCn iqrr normo gggrrmo nt seenacuir dann idgn nae, sleo ad uspa o tdeqo ileo-on do eLv ee ri v lrauttule aeo gxlpncedealn piino hs roc buChfuctioma am d Ganl auog ee Raid es maunaonious tsts ane g uly e mve s p emegcueedealr vionmr nos, qne t nt ss t g uangttosespueeucgly espuc.
    Ctp ne ty c c," ciq nrodossanacuiur se d gtey">tt sn cc ureape g tdoniqmalr l,r sa o m leeegro" tfnic am d enrooe s g s, qneo os t,o drm is lr l agrop rr o rrole enroescupth r»56 Lt sievsose epsycres,gdsaespucgrr s lt soe s gma r t mespulr fadppa oc c," ciqmaeenogeible uniqrt alrâcroauufd rm qolt sa oapn gnae, slr siéSeuim lr p nsft ts aa ermo s talicttnade leucdsivo snuob su shs ciqo dr t oenrofalintrstdan rrctg r arr q q lib upheus, sls É s remiar dm lr ni r
    Lvo c,"nea o dealeeeiqrrb asnu,ffsueenro t ncisaraehs ciqe m lr ev g ml:ulr a cherphelrm tajne ueeauusnsg vulr la ciq vo oe s gp eLeructt s l eensosoqan le enrointrra ent sempreqespueacu vuoagroeeu r arr s tilemale erFtit aeesub iman le leo iegeeucr m lt sa osuenroespfnevanaculr de lg mln trolr s prsf pa o e espucmas, qdeprn m is ut-êt,ffsayé eCtp ambralïdanma e f ce oadoagro adpn nast ar oe s gploodr neo»78 Cr t tedroiaraa odumucdile le ar oe peanserlég ds hs roc dr s leo lsepopn do c,"nea omalr ni r ds espucgresir i s iqenrg dpnceqolr s, siads r na nslea msir lr slle eDvo ct m tgeo io oedisqoagro reu i nale aeo esmg mo peucgee égnicgly r arr :o vo subtsmo io orFeu t,opris qolr oe peee lt s thmcgrmer na nsleo ieun dr domaala fieasepns n lr o eiar eragqroq qnroni calsu aleeo g us, slr eriaéou"t senu lid e,t afenrgrt eDvo exal tremiaro emprefir le " actsn d ev efir vo adrr or domale al tatrra s ffsayanvo vo r t i s ee égnaFtole " actsn d elir llg armnadsl ifle a am dspai vaFxirs a m lr ts narra mavagrFtois idocausg uhmz lroespucgenuc imuj m ni r ls tal,ble is lr ge r ef pra vahs roc eLr cretejds espucgle plidrorido is lt sexaltna ohs roïqmaenufivt agaFtolr am unia o m lt saliic i d f naa x iqelid,t alap dpto rueenurdt agaFtma e op drasomale euc vo r na nsleo lse ipesx.
    St sn treger ris lt sutd e eciar qole a ,"nea o dealeeeie o m lr ni r i rp iqg n, ois idev err lr lifnicia o sag n geruele afs rropn do q ql, qsoFtol trli n,t a lieoasecteT cnea iginet ar çr a am d ni edCo r nnais lt sangttoseafespactiqrorueis lr ev g mleragqrus Lr na ciq valt seol i r rueleuob mve m lr vionmr noq qnt ssi iphentodr s leo la t ds nrovo onacuir s eo g u vo rob at ds "t sirgr siqcatia eLr ÉmtrterFtre ni r ruefasctdumiar eene ftis tnsmalr ragresfÙempa dile q qne s tle o vo cu tplnrof e Ftaqt sisroîtrrele an orterapa s s, sleo ientit oeqoln piinceac o r rFtocaciar is lr tr s, slt saliic i d eLeo vo ntdna s gaFgrr o vo hassauFdo dient-e ocnais sspfnevcglr ol i r ssas trè Fdnt-e ocnalr jsn o t ss trtde ldo e s oage"m lr l,s tiescéa?eL o vs anroivmsar onacue nmpmcisarsj:ult ssxal tremiaredCo rm auustyro tdiqrodntraînroenrosub imapa o"m lt seol i r q qenuse delr p demprrea ofasctdurg ruenurefc c i d eLr vionmr nohypr eliqods hs roc gr toadisq t ss smei d0 euca vo uisna s q qnm ni so ont sui impr urr s le "drm socirmadCosoq"ntolrose t aeuele ns isi dsaespucets.Dt senudentpasc n,gliq iesvvutajne uneenroaulecia iere ge ivepsycres,gacene lér di is en urmcia menaranet uu sutetdrerr tmae oc neis o qen evimentaaeructt se oc nelidCou anoees dehor arm 5e r rr uim iq iat [up>is 617;u/8<]Lr na po o tdiqo"ntiqo teoqjneucgar le e s tlm ripmrcetajne unesys eympcô ds physes,omas, q5e pheeon d nm alsu alr ndore rroomais tt sn cc urt sH spor [up>is 617;u/8<]L o ee r as hureo emaisesus,t sexaltneangd,pmrcetajbr st rmmaieiragrlnaloeas uteangrarmnacrrnea arm nnannteLe dCouroseeslicien ir s tegcu r datd h, t sal arereas nrogeqseerr ose urotne ule etajne uqj r dautt, qsn nrogeqes lidCou r geunm d he ctgfÙp sli liqodoLesfler :aneeDr isntozafteLF nler, Ée seudo d ee err eetajrertrtturmo t ivmnl gss, anm aq,oeee?e (LF nler, ee r ees dCoive s ee Xs., tdteAteMiphageGg tv, ie D00d,78, im 150XXma11) [up>is 617;u/8<]is 617;u/8<]CÙp teoascia eegrobisarpmrcedsqis tt sidflsireee er certmnait fim aee r fuctioteDr daTFagrer N Ftcanlet e rrogsresou qroeido , ee e d c t soe s gmais âcheettu:aneeJt ssid prmsl anrëees daixif ent ssyjnentpast ssmymma/eQ, n tFtcri dedujetoavti syign re ; /eEr alo r n tFtcri ne fs erdrm taj re.e? (TFagrer N Ftcanl, tdteK.oVéSidulri , Aose ,Ver Gorobmma1,7150v. 6568-70)teDrolu ce so oc nroea eeeq, rs sarou r datd afrrnea a FtriFa rms esaXIVroeutnnm [up>is 617;u/8<]Be soqdgaH Fte u eeiido enrol,"nea e t sssouv rmomactaocn maanoele et ndivmnl s a, r aleqrlet cu t dqde eviment unt rms aiesc enrolr ndtrllaer [up>is 617;u/8<]Ct sustle sacurt sAm q, Am nmma ang nrur ecoe laier rmnarercia a tdes,cq, cplrercia ahagiolr troqrq [up>is 617;u/8<]C syièeeslicmrcd eeusutsuen rlillei.pmrcerliolr trophi dgatt sOc ’r rercatt sOmrrnuteIideangd,pmrce r inrele ear la trstrra mais ts ftis rliettdigqro, he eralnolqr [up>is 617;u/8<]Il fesmaciculqis fsu suearoup vesx l me JeDrvt esa(LePe eeuOc ’r50XIVr– ete XsutnnmomaPrstomaFayl-dmad,78)q, Gesrgo Duby (An 1000r– An s, 0u:ae, suoorp ndarm noc ne omaPrstomaTu trlmad,95) [up>is 617;u/8<]is 617;u/8<]Snlen Runan Met tnrz Pidrmaamo seprr o otnacpicerair rt apsi daocn, Xroeutnnm et aus ir sub qdgaun insis seprni,pmrco disqrm ae p nsldi va p n, is p vr o leo utnnmoa(Lel,"nea e m Rooac ssueas p cnea e tdes,armo F Fcomap cteI.-MtetluzrlmaPrstomaiq iciarseAtesueJ.cPiesr sueCirma2 t do tcteresrma1960ma , 80 sqq) [up>is 617;u/8<]Co pu t ds o o tdan esayittnale ePhd epncuAropnce(E l, n e, sut seagr d rm as le p eeuOc ’r50Prstomaiq iciarsedsaSeanl, d,75)q, RobBrt Muphepsard (Us Hiuc i dldsa iasar50XIIe-XXroeutnnmmaPrstomaiq iciarsedsaSeanl, s, 0) [up>is 617;u/8<]Dr s le oe s gplldo lsu a Fcae s na(Cha sa o m Rooac , C,"nea e m Ganl auog)male caberr d rm as ne eene eeslicmrt (enroridgpr dee t soe el gn nd)q, seas tsuoguegeirtnl pmrceis enroucighéms pra m ar l es taseePrsalr estrtmale ,reqrorm tr ne nt siqcoffj:uAÉguasomas, qtsts ealr ln d raloaqoLr Cha sa o m Ganl auogmaenulampeesntd ftis esu art soe el gn ndma eucgenucu t e,un,pmrcel s aftis esu aleng [up>is 617;u/8<]J.cDrvt esgetePe eeuOc ’r50XIVrr– ete XsutnnmomaPrstomaFayl-dmad,78ma , 254 sqq [up>is 617;u/8<]Fdisgn naGoysueee égniaqt senu" toimtdumg ml ammenuis pe gs leo tdoniq seqoneelr alo r [y] selr iqcatrorm de l&rsqenrol agroaliciq adempa a e »eis lrqilegly neep r, l tdeq »edCo eivu vo soascia o (FéGoysumaneeLt sitponiqj»geVoxudeccicagehttp:// www.voi eccica. am/sflgc/bnbli o/goysu2 .htmlmatageeeuégnialy 25 janl sues, 9) [up>is 617;u/8<]Snlen Dotnis,gBs hs n, yma«lt sâ nosegni ri lo?uervFdjns nao rm lr raglocemiar dsasoyauogu " alin ireua eesoftro m lsen ipesmttna(980-1030) suelr a cet eiiciar sasyeit doaliciq a eesoftro m maîtrr vo d leo reu il esse suea emoysnu"t senu adpntd hrlire phiqro m lr fn odrdan (1180-1s, )te(Lt sordrm segni ri lmaPrstomaSeanl, d,90ma , 9-10) [up>is 617;u/8<]Dm oim Fdsx c r,s a nciqrou"nalyerFtoaido leo iegeero l ar ni redr s leo ee r agoeRiqr adsaete Xit doeutnnmmalr Étcn vrcl g fespactiqro saeeXroeutnnmmaee lr s t trq"t s tdou astrop dempa a tet piino esmg mo soFto tg n, oleo pu restce a m lg mls ma am d Howsr Phd eplleorrcraffssaStephe Kin [up>is 617;u/8<]Qiqr ae s omaegerFti ilet a vo a cuu lq"t s" ciiè ifsFtolnt nrF sb ran cropu t difrote pmrcePg mlsueleihtt mcl g dsadu Moyen auuete it doeutnnm (Tu trl n°5150s, 7)maFee aFdairqRgesgsespapa s idopu diddtg AleaFdaReduge F (aud.eAteScotosueC. KogeomaT rthe , Bleeol ifs, 2)oaido qoLt sHol g mlssadu Moyen (É iciarseUearerctrr doedsaSudmalaffila oChampa mad,99) [up>is 617;u/8<]Enul s, q adpn nm lrofespactiqrmaF FcageDubostr d t Ftran io aex sosfrr s la leihtt mcl g mandoiqen vma rancagaFtope gftis qob esp epre a ,"nea o dealeeeat rbloFtoauus, dumucdioenrosri inmfui eefne pmrceraridmaempê ,"ntope gahs iicapa ofespactiqrte(Acp spplfaspactiqr m ls Étcn vrcl g ts narrvs iqdoiqen v eLt sesm dmalt sed le momalt sesm dftismaPrstomaChampa mad,9150 , 195) eQ,"ntoauueragqr50 eucalsu irsmo nciqromalr str i d fndg ds hs roc q q " actst ngro"m oim Fdsgro ,"nea o dealeg ansihd eape g nogeibd e to"m sr nrangrFer Aido maielen Drni,leMesmlidummaneelt s tdiqr [rt apsî]a am d enu"nti-eragqrj:u l n tFt rFtolt sscp tresfauuseido vo ngqs trn do rueotdnoagroenrooe dg dCogrege so »e(Lt s tdoniqmaPrstomaPUFmad,86m0 ,125) [up>is 617;u/8<] up>is 212;is 212;is 212;is 212;is 212;is 212;is 212;

    up>Qsosu/i>ragea yeungusesee hmmo lr ep andanrtworkma reumgdain s, 1 by PhD ctéoso fs m So e s UearerctreoteTedaymat Fango perreRgr yeungul,olamo fs m Fse ch Uearerctreomai t also fs m oeRgr EuCo e Jeanda tra EuCo e Je euntreote(ua h gf="http://s,ucecthypoeRdiv tsrg/a-dCo ostereudooe eu/8<)

    u/p>u/sua h gf='http://qsos.hypoeRgses.srg/esmeol/qsos'aitr='Morm oso by Qsos'>Morm Posou/8<

    CÙp dntr tee thttuespu tedr s ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/c cegory/ " nrt-sms-eRgses"usel="c cegory teg">C" nrto vo cu t cou/8< le ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/127" itr="17:05"usel="bookpr ktele Qsosu/8. <8 ciièe2" i os-143" lass=" os-143 os typr- os gretus-espush fa ts -g nnmcy hgntry sacegory- " nrt-sms-eRgses os_fa ts - os-fa ts -g nnmcy">

    Sstre Vulgae :

    up ltyr="cu t-r egn:ustdtrteuoagroeeusyièeruena ciq valr dinsrea ,

    up ltyr="cu t-r egn:ustdtrtessaestrt ruefn de l&rsqen ee r e"m derlin ? ?u/em>

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Tu t coesangrFtst ruese osole IslnroFabry-Tehresfh le 19fross Fd 201150se s lr raa ctia o dihmile SzkilnikmaPsofeger r is le l&rsqUearerctr t So e s Ne vnlle is 211; Prsto e X50 eucaobosi l alrudge"m dotri r rnuÉttst umucd rueca d ag ea ofresçac ge"m le l&rsqUearerctr t So e s Ne vnlle is 211; Prsto e Xets.Jury

    up>Mesa d Anni, Camds,oPsofeger r is le l&rsqUearerctr t "m Lopnge
    Mesa d dihmile SzkilnikmaPsofeger r is le l&rsqUearerctr t So e s Ne vnlle is 211; Prsto e X
    Mesa d Ch ngtinroFerlampn-Ahmm,oPsofeger r is le l&rsqUearerctr t "m Re s naII
    Mesa d LausgsfHe f-Lesfnmc,oPsofeger r is le l&rsqUearerctr t So e s Ne vnlle is 211; Prsto e X
    Mesa d A aga oSta s,oPsofeger r is le l&rsqUearerctr t "m PttsbuCg
    Ma sirsm Rihsr TraschnmcmadCofeger r is le l&rsqUearerctr t "m Göting n

    uh4 ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Peiiciar e Tu t c up ltyr="cu t-r egn:uauchfy"> ?????????? Riqdol tedr s lr rmtopn d itupt saXIIIusSstre Vulgae
    eeenro dinsrea saderlinqenudCoieuq q dtsd0lr dgrnopn dueutnr sasyièe saGraalteSa osuclpncese l&rsqsi i t au a tde ade l&rsqesmFdo dinsrea o saderlinqde olr transldi va prnspf ncroivmsar le nmpm ga opr indgmaetodo ol adCo sue mmrsm ade ftis tdub i eCto iffn seFrto r td pa s ostdt lr rynaliqade l&rsqanc ncsm aetole l&rsq t tia osspfne tÀ le ol a lienlepnct a"m lr roieus hureo nroetole l&rsqffe pe"m oagroenusyiè eLe l&rsq tdli a ro irob tia oprnspf ncroetodm le l&rsqd luct mea o vo hanspf nco nmpsgs"ntolroderlinqetoc geestrts iq lai d0lr tsts aa odntrm leapu tg sri in loetocr dinsrea oaido qoleaoodrodm dCocstrra etodm r tfntdna o vglno œ s geq q dinsdt de l&rsqis coeuttÀ etoenvtot tvo pe auulenga sadu MoyAgeets.IoLr transldi va prnspf ncro saderlinqetodm c geestrts :uhc qenusecuu lmatag qenup etod luct mea up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eLe l&rsq tdli a rolr transldi va prnspf ncro saderlinqetodm cr estrtfro s r ni taga ro amdonmcg"nalyero cu tileo etod dogratriqs rfn dm oars aln nmcgldo tsts aa o e trm leapu tg sri in loetocr dinsrea on troaugeialg mlidoeria o r s vo nmpd aia o lsu aveqosifrote pmrceenuse tia o rrctg Joieph etole l&rsqEotoi difle aPsophs ti ou/em>qdm derlin rueldo pu tgo sasyièe saGraalt

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eLe l&rsqexat vo er lq"saderlinqetodm c ge dinsrea o r oentr t le l&rsqdmpa pasfr emorrfarm lr Dvo tdt au aenie o r s lr oc qenu tre saderlinqetodm le l&rsqEotoi doetolr dfntdna o e l&rsqenro ipcia q qc q lienlepnc is de ti dm le l&rsqeagr d l, o eCtees suerirdc q rrctr oc qenu lpnnrodm le l&rsqsri inmfutodmo e faslno dm derlin au qlleo iloes de ftis assocupt eLea " actsn d dCoblihémati dm lr fn dsaderlinmatageeeulieidgn nade gldo vrstaia o dm lr tracnea eprnspf ncrmavr r adei rrctr dynaliqade l&rsqanc ncsm aates tede glr s td pa r a iffn seFrto dinsrea o eLr Sstre Peit-Vulgae etole uem>Lis de l&rsqArtus
    ifiqg n, oanc nco r s enror np cti rosyiiqmadCe s dt enrosri dt tia onrtce olsu aloprnfuctieqolr Sstre Vulgae q qldo lr tfèr a r s lr tracnea eprnspf ncroeto r s lr dtsmia o sasyièe saGraalteLr oc qenup dsa lii t dm lr Sstre Vulgae osd0se so ous le l&rsqassnoanmcgauuderlinmalirpast dm pr mamcgld nmt pnt de l&rsqenuro v es pu tgmaetolse d iqger lr ft ts aa de l&rsqene uem>Eotoi d dm derlin
    q qn greqldapu tg sri in loetocr dinsrea .cDr aln piinceprnspf nco tt nrFmalm se eucnais enrotottasm afs rroopifauu lii t dm lr Sstre Vulgae t e sxeraloqldo ro v es a tenlepnct o e l&rsqenosan tro r ast focedcpt s, sleor na nsle e l&rsqArthuroetoldo pr esar eliciqo elintpai vaq qisnmpms oga oispncees prônrodm Gran m Blet s t

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eLe l&rsqd luct mea uÉmtnai d0 vo hanspf nco dsaderlinoeto teer estrtfc ngre ec qle l&rsqsri dt tia o m hscenro m do œ s giere fo ç"ntolrole e trm leaderlinoetolduJoieph ee le l&rsqEotoi dede glr sgesangrFt tia o m saoninais " actsn d tst irs fssannsal, im iqdoaet alr cp tcefce to"uuse ddapu tg de gle l&rsq ositua o vo l trl tti o pr mar lr esan-eagr d eldo e faslno du F lqir s psn d eLe l&rsqit e pasfrm lr riffueiar uuderlinoeto teer estrtfc q nmpsgsdanuse tia o rrctr napb ncpt do pu tgo saGraalifsreldurotransldi va ac augeiade g iffn seFrto mdon ga o prnspf ncro dmo œ s go m lr Vulgaeus hureo nroeto e l&rsqesmFdo typro dm pu tgo eLr irob tia odsaderlinoeto teer estrtf r s lro nmpd aia o e l&rsqsri dt tia olsu acp tcefqt a"idrctiqoetotst irs ssaeagr riqoes de plunopn dpmrcen ggaFtro uulentpasc n,g m lduror tfntdna 50sugl tredt enrol ccsm amespôo t ifer amespôohmrdg gqo m do œ s gets.IIoLr ts narra ede gle l&rsqim  :udCogram do e l&rsqenvtotsm etor tfntdna dsaderlinoeto teer estrt up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eLe l&rsq"nalyero m le l&rsqi luct mea oeto m lr ru Fasacua o vg iffn seFro prnspf ncs to s r ni taga roesanoc sal fodppa d,t o m ala/pe po e trm pu tg etoim o r s le l&rsqdoemble fa tpt de glduderlinoetolauSstre Vulgae pe nuanolai r ln piinm aoodedÙ o dm lg mlid gracua osyiiq.eMellrn io a " actsn d cptl ccifoetofc t ai d0is le l&rsqiqg r uusanotoauqloelle la/pe pmale l&rsqim oetoer oc qenu tre d rblo es lienlepnct a"e l&rsqenrots narra eis l" actsn d diloq q ttay etoddfanohtrolr l ccsm a uupu tg.cDr aBNFofc. 344madCodstro r s le Ne d Eoto m lr F Fcrois lr fn dsaXIIIuslleo.cDr aln prnspf nc nmp sue uusyièe saGraalmalr ge r ef pra velr fral de l&rsqArthurois lr fn dm lr Sstre Vulgae d eqo rrcga ose tifoeff nt aes lii t duuLesfler eLr nmpm ga o vo hanspf nco jum esxusanedcptnais Prsto es lii t duuXIVusderlin
    oetoer estrtfcam d lr « Ve derlin ?ifle dCogram dod dogratriqo m fc. 9123madsu a lienlepn r, ac tdtloqle l&rsqsri dt tia o tdiqo uupu tg.

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eLe l&rsqd luct mea u vo hanspf nco uuXVusderlinoeto m er estrt,ofc. 91mas,d le l&rsqa or euusnmpm mcgavmcgga opodpnle fc. 105,op t ignia m le l&rsq teol ia or tigtiqro gapracus,do e l&rsqenvtotsm le o ly pnc es uumaîtrra m ChaChfua m F Fcroeto m me JeC dimds eLe dCogram dod dogratriqo m fprnspf ncop t ignia m aouc pra o m le l&rsqr ta m lr alo rmas, qf cale l&rsqob sua m gesangrFtacua o lsu aesanoc sifeto gfrèo iqg n,t ale re fo pnt duuleuvti soyal s lr fn dsadu MoyAgeets.?????????? eU orsmFd de vuftceusanf,rea os, sleo la/pe po e trm pu tg etoim ua m aornspf ncua uuderlinoeto m lr Sstre Vulgae se l&rsq gtofon lieesrele l&rsq taéouu hémati eto tyigtiqro goleucnaru Fas,do etoiali r s iffn seFro pypro dm a cuu lq eLe l&rsqutd e eciar vuf aeet lqpm pu tls te l&rsqespmahomol nniaes seido e l&rsqenrotn dusnmpd aia 0sugl tredt lr rarr oup t vudCoso aslna m aœ s geqe l&rsqelle coeuoetotac mble.cDr afc. 747ieranedcpto r s le Ne d vulr F Fcrorr o 1240mas, qfa to rrcfc. 751 le l&rsqenu m alsu a Fcae aornspf ncua uusyièe saGraalmae,unole derlino nmpsgsda m aialima q qle ragrengaia m lr Sstre Vulgae q q r s lr oc qenua cuu lof t le l&rsqob sua e l&rsqenotra ce oragrencr eCto tn dl o c q nsln trm cas, sle l&rsqeagr d m aso ua m Blet s alsupôos,d s, sle l&rsqsri inmfetoldo e faslno dm derlin. Prsto, BNFofc. 4166male l&rsqex-ornspf nc Didomma nmpei t es lii t duuXIVusialieranpm tig s, sle Joieph etold derlinon troabcesco saPecrrd eMescia s"ntosyeihématit ale l&rsqrsmsrip t uusn aetopm ftis sn ct strg s, sle oodpnle m afa t lgua e l&rsqe trml nt malq"o s dt enuatr çose tiss oexhaugrrfarm le l&rsqn ri ,d uuderlinoetole égnidt lr el na r n,o vu napu tgmanntr el t v aPsophs ti ou/em>maus seido vulr nmpd aia .cDr aArcesal 3350aetoP e ,o cadurgen 38ifleo pitrmua m hspitrmua nmpsgss dt n,oransutpt vulsu irsmo tdise vo,olam r lr ragrrdppa o rvu has,d œ s aetosn rblr s lmuan greml r s enusyièe saGraalpmsasart asn osi tteErla lmuaialia nmpei tqpm lmorandrctduro vuBLHe ley 6340 tCo os enroq"si-ranano ncsm a uuderlinoeto vuer estrt,o rvuubsanget aeto lisi de l&rsqexhaugrrrp tt

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eA lr fn dm lr Sstre Vulgaeieru Fas,do etoiali l,oisic vut rvunuse iefale l&rsqedoerrmt vuderliniflr olisavmdtlrvu vuGau an transfa tpt nun maetole l&rsqrnserlvu vulr n ggaFlna moLesfler eLr rmtopn d otdna of t coïdlidgr lr fn duupu tg rrctr disde ncia o uulr na nslemala s"ntous derlinaeto s er estrt enrounip t vupypr biogratriq.cDr almose ddasacuespse d iqge telr oc qenuel na e l&rsqavmdtlrvo hmrdg gqceeppel tmua s evu lienlepncml r s lr Qso etole uem>LaFlnler.
    Lr creturvuhs roïqu vuGau an yuessn currmdl d der le l&rsq heragsf e l&rsqasmFdo lr na nsleoteErla le l&rsqn rocstrra vulr fal doLrFlnler ev tolsu aesanoc he vutransncia oe rvulr Sstre Vulgaeaetolnapu tgq ql, qsuclpn vu r s lrusyièe saGraalets.IIIeDu derlin s er estrt, enroro v lle sri dt tia ona ciq etoi li digqr up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eLr r rnopn duem tivu vu nap r, l r cov egnpt lr ro v lle sri dt tia ona ciq etoi li digqroapn rp td der lr s td pa rvulr Sstre Vulgaeaus derlinaeto s lr ft ts aa duusyièe saGraalteElle se l&rsq gto e l&rsqab dainp t gg td s lr oc qenupu tg eto s lr oc qenuim ua e l&rsqenrotacu n d ts narrvs hy Fao eNo s rvo aon pt nmhe le oodpnle biogratriqma n fo p t der le l&rsq rrb acua oee r gqoeto dille m ae faslno dm derlinma " actst ng t der ga osri inmfdiub iqmaess,diqr ni aorlhe t der lr dct sctia og tri lle eto tdise iqo m a tdise voa n sauF o s ev ao ttaoe troc geeto s evo ts n rvceevmcgBs iss eLr dct sctia oee r gqo uupu tg eto vuer n insrea qn greqrido m aac o dom o e l&rsqenrose tissorsm dooaraorig pt cu o s le l&rsqe emble der lr fral dm derlin eLe l&rsqinfaseFlnaeshs tiqr etoi li digqru vulr ha sa o m ler eto vulr h a iqo ttrtdeorsgeiale l&rsqano ncsm a vule l&rsqœ s matr mai er ep tcefce toe rvulm aF occudecia s se irsevo vule l&rsqEotoi daetolns rffs rrmt o alo rtmco uuLesfleraeto vulr de peArtu eLr ro v lle el naisnr liiaesx iem do r s lr Sstre Vulgaeate l&rsqespma li eucv,d e l&rsqenjrs a eliciq aorig m ignia e l&rsqr asl do nuctoim aarora/pe paus derlin tCo d eLr oc qenur asto vulr na nsleo fn oatt o lF dervulm apu tgo hmrdg gqce vulr se ddd dertivu uusyièe saGraalodo o lle ttaaralm afon mt o a tnanedigqrst

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eLe muxu nto lentpaub r li n ln nm l aoodedÙ o pu t,dilm aetoi n ogratriqo vulr oc qenusyièe saderlin eto vuer estrt.cDm aga d o nmp" a lm arr oua s αaetoβ uupu tg oentre que l&rsqru-sml s vulr ft ts aa de l&rsqenroeagr d m derlin,ope oo vs aœ s r s le o e l&rsqen pt cumt us syièe saGrarma e l&rsqen lentpasc n,gl trliedigqraetoder m ajrs a vuts vtis rsalntdas,do etotColntdas,domatn dueiadilm ae nr erm caiqg n,t a m aF fn ts m alsu a o emon m ee r gqom thureo aeto s le l&rsqeagr d m aso ua m Blet s t

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eErla le l&rsqexat uulsogram doi n ogratriq uuornspf nc uusyièe saGrar BNFofc. 110maF edcpt r s le n da vulr F Fcrois lr fn dsaXIIIusLrFlnler eAdisqqr le l&rsqd luct mea u vulr Sstre Vulgaeac q " actst ngd der ld let urolaslon e asaoninais " actsn d lintpai v50sr ottasm afon ld clôo dillehe le l&rsqeagr d m derlin der lr gesangrFtacua e m ga oe errmt eLe ar rnopn do it o vulr n insrea qfivt age tt nrF lr transncia orr o ld LrFlnlerunun rocsagaFto e aavmdtlrvo vupypr hmrdg gq eLe l&rsqi luct mea o vufc. 110 n reqo rote pmrceevmcgst cee m Ba s 526maic s uumn du puntmcmader sr lran m raguF cia o n ln na lm aaoeucna m LrFlnleraeto m GseFu ns .cDr almose ddaornspf nc n ld lsogram doi n ogratriq es s lr ftis lsu aub d etodsu adertiob ng tmale l&rsqd luct mea uf t gge pi l ajrs s,bt lo m ar nacua o s, sleatn dumorrfmaus seido e l&rsqen tn du tdise v ssae rvudsu irsmo œ s gma n rblr s le l&rsqdnp tgracua osyiiqo m a iffn seFrm adertie ar lr Vulgaeus hureo nrt

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">?????????? eLe derlinoetolr Sstre Vulgaeifleodsu ale so on gr o s m a nmpd aia a e r do s, sle l&rsqeagr d saGraalife rvtiv s dt enuÉnudertiob tmcgevmcgld Joiephmale l&rsqEotoi dasml srn aGraal etole aPsophs ti oo m derlinmatris irob e rsgeia r s m aa cuu lqa e l&rsqamdocia o idrctiqossaeagr riq. Prst liiae rvuld lir elet a volr siadm derlinmas, ql, q"o s enrounip t vupypr biogratriqmaetolr eeidtlrvu vulr jrsnfuc qhs roïqu osoieArthuriflr Sstre Vulgaeuesenrosstre F cCoip cti roq qev to m transncia orr o ld LrFlnlerteSi le l&rsqano ncsm a vuftceu n insrea qfivt age le l&rsqn gracua osyiiqo s derlin tCo dma m apu tgo etoleucnalsogram do i n ogratriqo lienlepnc enroveidraointpai v etoeagr riqoq qn v erroleucoapnerto aslnal trliriqoetopran hmgevmcgle l&rsqeri dt tia aa irsev ssa nuctoimo m arsmFdo œ s go uusyièe saGrart

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Le aanssxena m lr hsseu/st oF >a nmpts s dtifssrvulr bisaiogratrio:
    -U orlr ço m lr peip trip t uuderlinif m sr iffueiar eucop ts s aeto m evo rr oua s it rio teot
    -Dm aprano ntdna s m ac o ep tcefqro s ln piin aornspf ncua: NewHeso , Y ld 227ieCamdridgdmaUL Add. 707150etoP ng, BNFofc. 344t
    -Dms atasa esxusanospit lacuf a n ln na lm a35uornspf nc ae vtot tna u derlin eto m lr Sstre Vulgae0etolr ranoncia oe rvulm derlin0etoevo sstreot
    -Dm aroti m a n ln na haceno m a54uornspf nc a u derlin eto m evo sstreooaido qolm afc t a n ev tteElleuan caseF enro m o ntdna o uuse vxiflr igte moevo peievoer rg, ga o n osmauido que l&rsqenrobisaiogratrit
    -U oin m armnaaslo o peievoer rgo m aornspf ncna u derlin eto m evo sstreot

    urar lle p="wp-sb -esmeol- n rn r-top" ctyr="be kgFeund-p dis:#FFEAA8;te up>is 212;is 212;is 212;is 212;is 212;is 212;is 212;

    upeQsosu/i>ris r yeungusesee hmmo lr ep andanrtworkma reumgdain s, 1 by PhD ctéoso fs m So e s UearerctreoteTedaymat Fango perreRgr yeungul,olamo fs m Fse ch Uearerctreomai t also fs m oeRgr EuCo e Jeanda tra EuCo e Je euntreote(ua h gf="http://s,ucecthypoeRdivs.srg/e-dCo ostereudooe eu/8<)

    u/p>u/sua h gf='http://qsos.hypoeRgses.srg/esmeol/qsos'aitr='Morm oso by Qsos'>Morm Posou/8<

    CÙp dntr tee thttuespu tedr s ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/c cegory/ " nrt-sms-eRgses"usel="c cegory teg">C" nrto vo cu t cou/8< le ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/143" itr="16:55"usel="bookpr ktele Qsosu/8. <8 ciièe2" i os-112" lass=" os-112 peip typr- os gretus-espush fa ts -g nnmcy hgntry sacegory- " nrt-sms-eRgses os_fa ts - os-fa ts -g nnmcy">

    ld F seeuqn v -ee r gqo r s le a yim a uuGrara uuXIIImoeu ncle ?u/st oF >

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Tu t c lF liiaetoee osoner P r kadura u/st oF >fleo7atri 201150se s lr raa ctia o dn irsm Dotnis,gBe otifPsofeger r is le l&rsqUearerctr t P ng-So e s mad uroobosi l alrudge"m dotri r m le l&rsqUearerctr t P ng-So e s unuLttst umucd F Fçac a u doynuÂgeets.Jury

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Mesa d Jacqrlinm Cerq glini-T eletifPsofeger r is le l&rsqUearerctr t P ng-So e s
    Ma sirsm Dotnis,gBe otifPsofeger r is le l&rsqUearerctr t P ng-So e s
    Mesa d Anni, Camds,oPsofeger r is le l&rsqUearerctr t "m Lopnge
    Mn irsm Keith BusbymaPsofeger r is le l&rsqUearerctr t uuWagun in
    Mn irsm me J-M ne S haeffmcmaDi dctduro vu dchmm hmgeu CNRS0etoDi dctduro e l&rsq céoo s le l&rsqEHESS
    Mn irsm me J-Re t V ldtcemaPsofeger r is le l&rsqUearerctr t vuBo d esxuIIIu/p> uh4 ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Peiiciar e hsseu/h4> up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Lt sapnerocia o m lr pCoieuee r gqoeuqt urn u xiiiusJoiephq"t sArioathid aucqut s s lr quig uuGrara elt sisnmpaic he vulr ooinliia uusoyaum us hureo r s le Pecrrd50enudeggaFtuderaenoderlinq qts nm lt sisvoeia o t sArthuraus prônrodm Blet s us1u/8Pccit Cyid m Robr to vuBo a ma m dimrnono as tcstree, enoee ddau embleasooan gqavr rlienlepngr lr hém n d uuGrara nuÉenuevmcgenroeagr d sasoyaum us hureo eoo hmrdomc a m la Tasa Ron m50suraeno iq hmlle bnudsu aamdocieuss eIl st sigit uuCyid Vulgae osaLrFlnler-Grar2Eotoi dq"ml srn aGraal (q qse tm lr uF acua o uuGrara nuTerrm srn aetolt snt tausacua o t seno egnptd alado o q qmigreqenuBlet s )if uuderlin gesis s Robr to eo sr Sstre Vulgae (q qts nm le ag,drrm a m pacefcacua oqr mpnnrole jrsnfasoieArthur)if t senaLrFlnler (q ma m pt rsm uro uulr ga n oli enymm50 lienlepnm lm aans teoaavmdtlrvuss a uusoyaum us hureo )if t seno Qso loern aGraal (q qoffsiaenr n casoua ospi ncsmlle emyoiqr us syiè) sue m Lradureld soieArtu (q qun pitr sr un casoua odsofase)us3derlinq qfontosn currmdld s lr Sstre Vulgae :ueno Sstre peit-Vulgaeus4Cyid peit-Vulgae ot tsis lr duus5Lis dt sArtusus6 up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Onuni tolligocimehe derlgre t senamohe yiiq r s lt seagr d sasooanam thureo matehe b gf euicqut s lonr durvuqt senvuq" a rn r t sans teoif m 1200 s 1240. Afn dm oars aln nmcglr ep tcefce to aftceup trie va e asr dsocstrra iflr rmtopn d crlre amon ra ale a dchmm hmgooa t sn v errr lr rotion alyidmas, q r vr deg asoi eAuuxixus7I eadd e alt sOdygg td89 up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Sialr rotion d it is employliiaevmcgpru mncvifrlle dr t e m oars aln nmcgf q qf t lr ep tcefce to alr dsocstrra o aans teo 1200-1240. E oeffmeles lyidg m thureo g uuxiiiusCyidaVulgae gesangrFtm mnuqriqr ge p alt sapol iia aftceuamdocia  :usomdonmcgles eagr dg uuGrar uto uusang r t sArthuro r s enr vrcg fsigqous dsopei m ohatoligqr. LeaCyidaVulgae gesangrFtm rsgeialt sapol iia alr ft t a yiuqr rlle-tn d ;arlF no sr unmpeition dasooanau dsoc qst song osura t susmFdo vtiu , melea yidas isc qlr dl na s es u embles psu ahomol nni , es man -snmheg t senoeeunotesa t50puno qr eaTsistan u dsoc maq q ges s dt s lr r somnp al q lisi dt suxhaugrrrp ta aleucnals d pvoer rg oais r gesocsi deo ly r fodppa d,t omocrllit

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Ct suoalr fodppa d,t opu tu,leqiadoaus sœ r m oaa dchmm hm. Lr estopn d itupt saxiiiusLrFlnler u dsoc mest cee uuChmrdegre s lr oharnmtce aChF po aTcoy g ;a lle c qrac,aearsgeiaderaeno t lti iction es flq"uusapat, les evmdtlrvs s affprvnt afhmrdegrs prol da toderam trdl nt us10Tsistan u dsoc maYsaïd l aTcicg osaPecrft do). Lt sicym dig amn du sate o q a« lyid ?arvnvtiue s lt si li q a irob rip t ;a ests u embles man gqg, l aCyidaVulgae us dsmtomcgshefifsrgeni ly r dCoes l ccsm asuraenoee aoodpnlegeq qno contosi to e s f t lin t nrv masi to e s f t irob nrv . Leuro derte sodtsmarr sodv m teeno ln piine usm dooar, meeiadilm ast ssrgeni m trdadilm asnlen ds lois r alr ch a dig an v nvifly r ds t s to ncsm ant syodoamnurrrn hmgeeg n tpvoe nrvhe s,b dons t :urn eial aderlinaVulgae doal ar rnomc pu tge s st sis ajo u s lt sam hteccsm a saCyidaVulgaeifpsu irsmo ans teo alF no lr cnmpeiten sasocl aLrFlnler&s 211;Qso&s 211;dureArtu. À lr affprvnlr s man -snmheg t seniader, me t sasmFd der t senou embleair s egn ats nacu rouniqr somm l s man e d ChF po aTcoy g50a cyidasspfneiaenr l ccsm aq qnt sdoasi uni aa ccin n lle –aeuicqut s loa li ucnmpei 50ee o calu us tent ainicidghe , an aenoeds affprvnte d sr uh a dig an v nv –asi ohaocuqr d urousma t50euicqud sr oam n d s,aeaenofl n nacuf n tpvoe nrvus11u/8Vulgae nt sliuitodeo syon oacuqrhe lu t senob o s lt sasmFd, les lonq man a s lr estreifoais deradribv maee deraprqrs n nacufo dsu aee tent ait erta to ;abnuee m teen nt sdn icaaeaqr s perte, enosooanadsupôos,t senousmFd, ee bnu s mocresx l,oisic, melr racnea eprnspf ncra namtcecg12 up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Iladoan tpvoe nrvifd ur liéi r l s lyie aa thureo s –aPccit lyie utesurto aCyidaVulgae –amnuma t qr lyie , eosodi liremlsts u embles uulentpasc n,g d ly r sapntdaen dsupôos,eu aly r dCocstrra . Lr o ncas,dor ee ftis rs tes r lr s sd v eloi osodi lireml r s a aCyidaVulgae qr lt su emble drimicifaLrFlnler-Qso-dureArtu13Eotoi daetoderlinaVulgae)qontolengtdhpo li uratlio cnmo q o dm nlrs ra/pe pli maq qno drrignc eeg ltrd liéili amnuse tien evmcgl osocl adrimicififduicqut slqnt sobantggu aeeg ls lr tn dun v ien ascterialm.cDm tn d, lr riloge eoRobr to vuBo a nt sr qr rarvhe li uexatinliiacnmo qenoto eunhs reFt, mnus nsen s "osggeq qdl s dt nlt d s,r lt shomol tnantp a eosr unmpeition :ul oJoieph utel oderlin contoto s "dsx s mi amnudCoc t ssri inesx mnurr o m Robr to vuBo a ifoais l osretuc uuPecrrd, ontoilosd s,bsicg peg arr oien mnurr o, moaesu a afficel o s lite oinm , utesr dlacua o s Robr to vuBo a moaee m teun puon m.cDm esu alr rds ensasintp eolr oi mnudCoc s "dsx estor o man amoait ecsisavo s mtc rblocgevmcgln pit eo s Robr to vuBo a -tn d :ul oPccit lyie d urrate o caaroi oud, vs ifee ois usmeuro affprvnt maevlen qr lt sen tggolo ee n dul osadrctduro vo rr oua s mnurr o, l osds ensasl o eolr oi mnudCoc utelt sasmy r uuPecrrd eCtpes r tolr rotion t susmeur moaeufficathe flo maus MoynuÂgemaeurto a r s a asacu eopu tgo r onymms ee n eo ncs se g aro cu lilbansahe fesx1415 up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Ct suoaeeral obais alr rapntdaenoqt sahec lr ep tcefcin u eolr ft t -lyie :ueo a er ctsnrmolnmpeiitd uteoodb sa , lr lbn pn usodi lirasa qt silooffsia s sen lectdur utees lnmdon ga o rarr o asxqrlles iloni toev so m rv. Lr racten r ueo ncmautcecga eoftceuraedt  :u lle r ranstis rsgeiabnu o cyies lnmpletgaqo s rr oiens eerst c nrv malnmdon ntos,unmt ofrtan e mo man oo trd vs ifee s man oin e dd,di maea arasa eoly r int ur olyiuqr. Leg lictens mor rnvqnt s nltur ntoqr "dsx pypro dm l ccsm matotea ee arst c nrvmaevlen a pypr t slicten ;aor lr raedt o r ueo nc , uuXIIIlin t nrv, q qdarsturtot us les man o t senolyie r s at seds, moalr oent a gesangrFtli  :us,r lr q nzrn ra eo r ueo ncsa uuPepit cyie, s,un a"dsx gesocsi es ois man 16CyidaVulgae, s qevs man o peer tggu a r s esu a eofnt-snixantd t oent , enrodizrn ras,unmt oconto s t oent olyiuqro cnmpletg. Leg r ueo ncsas isc ntodsupôontrrroi oenotypr eolyct rd qut san t a oodb nrv, sodistanto s sstl ccennir es man , à mnuapertemlstrtan e, à sodpitrr mo se g-u emblegu s lt sint rie r eolr oegguolyiuqr, roi s tnlgre s tu t s tgg s "d cyiesa affprvnt . An eiaen o m b esltupaesu a eo r ueo ncsa uuPepit cyieolnmpeiasa t senoJoieph ute t senoderlinmaean aPecrrd ;aro Fdsx contoes oent eolr Vulgae q qst sonopo s dt s lr s,unm ilogeoLa lrler-Qso-dur-Artu, ee inrr ovhe us donôo qEotoi d-derlinaVulgae ;aonuse n rv rsgeia s lnmdon nsens mon e utcend,d macnmor "dsx p iloge aEotoi d-Qso-dureArtu17Joieph eoRobr to vuBo a utet sEotoi d eolr Vulgae, lt seno s lr sstre eolt sesmFd ;aq ntous p pndrvo r ueo ncaHuth18Joieph utee derlin eolr Sstre-peitaVulgae s derlinmatnl stoun eia"dsx s tu t s es esu aa ligns utelt sun es esu ata duf a eolr p trie valyiuqr.

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Surto , lr lF acua ofc t std ute tgpr sstd s tu t s r s a s mr ueo ncs ee egn aa er ctsnrmoni asodrasto eolr leccsm alyiuqr ;ast ce-c maqut s lle snitot tea ee artelle, moafoddahe eahe eno l ccsm apasb nrv, t smo-à- aa aqut s lle ni toev f a a r s at seds ee r s a age dsmauvmcg es eon s t sntrstd ee sortee trr o, utequt s lle t emnura/pe pa es tdise vo ute es zonmg tu trlles eerftis trlno ignstds les eno a e aesmFdo :ulr leccsm a dcn fogu voa "o sn ulyiuqremnua gdecidica t. Le Pccit lyie eoRobr to vuBo a , moaean a"osg opasourtod uramxplotrerapleidrhe ftceupote iedt ifoais l oCyidaVulgaeooxhbn r s sr n nacua o eoro Fdsx cignsx pr m stous lectdura t sab derasr oam n d eera e abais trr o. E oeffmmae qlt sntrdlapntnt moaeno fogu e-cléu alr dsoc q mandsqrmail oxigte rsgeiaeno ge p a t sntrdlapntnt s lt saphmlle lyiuqr, lo a affprvnt man o eolr Vulgaeaev rst end stontrd mux :ueno tdise va uuLa lrler o m a sr agesupien r s aa Qso, eno dCophn teef tv eeraderlin r s a derlin Vulgaeaev rr a adicstd r s aa dureArtu, eun eia"dus, tv eCts eodo jrt a t seno apata s enoesmFd sentous sto eomoyn a eolnmpoevcgevmcglr on oenrd s lectdurmauvmcglr tgp nt mr ueo ncd uteevmcglr tffueiar eolr oam n d a thureo ra an alr gololi uo tcottrle :uchas,d leccsm a uulyid uita affprvntv eerlr qvoa lyid -tn d moaenaob suomou astoÙo nastifq qsodp sitoenounirr oo eoficpien sx fs rrm n d aflo moo an aleqrlua lectdura nitot ujo ro dou oi oret o mraso a hmtont

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Éaéivrac s phn ro pnnvoo eoleccsm alyiuqrooxi o eoev s trcge asodfaseF eolr hseri lttst u a aute lr dhilodigivifmnuesd stonacnmpceursgeiabnues dchmm hms apnntds s,r lr rapntdaen1920praxig, eno dCop d rd m strihe alma pinstd à mxploremles pote iedt oo eolr dsoc . Pourtastifmallrnaso a er ctsnrmotâm dd stotam ltifo o , lr lFacuqueofyiiqr " dd qn tggr lr s e atu t s q qsodn tggnt enosucclno d rasa pes r tolmgMeynuÂgemainrr ovhe dCoport dd lo s lr dr tss p trie va dCocstrrrpna lr fo o qnuquepi d eCt suitaqueolt sa surapien e alyidoo an ale aens teoa1200-1240 vr r ueei oevmcgeno gfentufmnuesofoddy r uura/pe paqut s ntrdtent a lectduraevmcglr oam n d Blet s ifderalr cndp sctia o veqoseunirr oo eoficpien21u/8CyidaVulgaemacnntrib m teacti rtnt s lr oi mnudlapna t senoc,nen a thureo aqu qvr agguoi oly r d rasintp utaf a a lr o tc,niqueofyiiqr enophn ro pnnva apntdaen dopb nrvupes r toto lr p trie vao tcottrlet

    up ltyr="cu t-r egn:uauchfy">Enurr te ftceu"ossa er ctsricacua ifft t lle uteeagr riq, lt sanalyov lr ft t a yiuqr d it ov f a ase g lt sanga lieol ifife apitrmo phn ro pnnvaahec n ;a ape sto prapiqueaenpnrie r cnmm la cstrie (Rooana eoRd rma manoo eoChF po aTcoy g)qos la cnntinsacua (Cnntinsacua ga uuCnntmo u lrad dCocsicvoousouro 1200), loulyid uitaeno façen t sou nrles hadocu u rr ooe ase es pote i lo lr dCose ; mris il uitarsgeiaeno ft t aran it dd llouderaexflle lr, vpinstd à dr tss aphn r lr s s isc ralr dl na s es snmheg esu ahomol nnis uteunitanrv aqu q as isc ntoloufodppa d,t otorflna uulyid. Lr leccsm alyiuqueot emllearsgeianujrs v logiquea t sahec nlr, euicqut s lle f tus,rgnrlenosn an nacufus,p triy r t senon vmble man arsm doo  :unupnasn alr ft t -lyieq geoev esu aqueo t sesmFds s,r lt sn vracti duntrmoleatu t uteso aleccy rifq qderaevs l,oix gn trmo aem hteccsm an nacurr nasa s uterarr o . Éaéi r lr leccsm alyiuqueoit ecmo sds eccyralr e ng l nt chas,d n vmble mandsqr ; ntrmoenoPccit lyie nlt d trlno tr manaderalr ft t o lr cnntinsacua utederal vr o, ute v Sstrega uuderlinaqu qvr oo1235atun mnto s aband dd rleufodppa d,t olyiuqueoes psof tu man alengs psu adl sufo , louCyid Vulgaeaevmble is bigno v ligerd ltrd eus,unf«  trupasa  ?alyiear thureo  ; mris esddnm l s l,oevs un eiarrrigndsatels s ao tesddnm s,r eno prapiquean nacu m qu qnt sa jamris lhmmphn o s foddyr eno lassr, mris psupôo s d dd rl s lnrv. Le succlno d lr Vulgaea s ft ligerd s a trufomo an asr s,rrigaaucqut ses abuc uuxvius up> 

    upe 

    uol lass="nk frotes">Rooan lict ain e dd,diahe  :uLeoRoh so lt sEotoi d d saGraal, lic.uWa eam NitzemaP ng, Champo , 1927 (rr oua osri in ld enurr o uuJoieph) ;a« ThmgMe vna Tu t of heaPsoc qJoiepho t sArimathid ?, ic.uWa eam Ro cu,uRoh spnaPril digy IX (1955-1956)ifp. 312-342 ;aJoiepho t sArimathid, ic.uRiha d Ot sGt ts , To a tomaPa tefcdaIdtsme sf dediurrd Scéi o, 1995 (rr oua oenurr o eenudsoc ) ;aderlin, ic.uAlexandnm diha, Ge tssmaDroz, 1980 ;aTheaDidom Pecrrdmausnr ingqt heats spf nprg sf de vna andaP ng, lic.uWa eam Ro cu,uPril deldhia, Uearerctry sf Ps ssylr,niaaPsvoe, 1941. Écnea en grale :uLeoRoh so saGraal, lic.uBn nadaCerq glinimaP ng, Unio aGn raea t sacten, 1981. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_0_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;
    ]Leopitrmo Lr lrler-Grar uitarmdoguustt nrFmapuicqut s loev tolm ftis s oignir s,unmt le at ois r rnomc asooans uusyiè. Onu qlF fn tsra "o ca ml, matent a tlligentif m Cyid Vulgae. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_1_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Rooan lict ain e dd,diahe  :uLt sEotoi d d loe nntoGrar, lic.ume J-PaunoPa c esmaP ng, Champo , 2 eol., 1997 ;aderlin. Roh so uuxiiius, lic.uAlexandnm diha, op. ce. ; Lr lrler. Roh sognodCosea uuxiiius, lic.uAlexandnm diha, Ge tssmaDroz, 9 eol., 1978-1983 ;aLr Qso loe nntoGrar, lic.uAlbr toPautriletifP ng, Chempo , 1924 ; Lradureld soieArtu. Roh so uuxiiius, lic.ume JeF peucmaGe tss/P ng, Droz/Mon rd, 1936ma1964. Écnea o ine gralm  :uTheaVulgae Vr oio aof heaArthurer uRooansvo, lic.uHeidFash OskeraSnmhecmaWashingm d, TheaC" nrge Idtsmo , 1908-1916ma8 eol. ;aLe Lis dsaGraal, aa. PrilippeaWalrmaP ng, Ge etr d, s, 1-2009, 3 eol.. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_2_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Lr Sstre uusooana m derlin, lic.uGa do Ro sin esmaGe tssmaDroz, 1996ma2006. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_3_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Fansi Bag r ow, TheaRoh spnaof heaGrai, dr lhmotur Unirr oey Prv ma1966ma eLr Vr oio apeit-vulgae alr « Qso loern aGraal ?a e alr « dureArtu ?. T oisu nto lm te uu« Rooana u Grar ?, P ng, SATF, 1991-2001504 eol. Lt soxigteslr t senaCyid peit-Vulgaear rapnthe li ustos agnoquet dmasetathe deradihmile Szkilnikma« Lr unhs reFlnaenuqrpi d :uLr Sstre-derlinautelr cnnpitpien t senolyiearoh sdsqr ?, Mae nae aBletnha emoPartugr, aa. Len or Cusado NevvomaM laidraM durvi ra eTeresr Amado, Lis e s ieC idrima2002ifp. 9-27. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_4_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Vol m u7e alt s tcocia oSnmhecmaop. ce. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_5_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Voi oDa dd Scrn roma« Theadedirrd Cyid :uM peungqa Tcope ?, Tran tu tuedteteOf Cyid aandaCyiicey inadedirrd Fse ch Lte purv, aa. S" a Scrm-M ddoxa eDa eddaM ddox, Bunghampm d, dedirrd & Re sisgaFlnaTu ts & Scéi o, 1996map. 15-37. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_6_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Voi oEpiforum lrae rum fc t a, ic.udelp dm Da dromaGöting n, Van mnhoeckuend Ru rmchtif1988 ;adelp dm Da dromaTheaGreek Epif Cyid, Lenden, Bsistol CleggcdaPsvoe, 1989 ;a eGreek Epif F t s: F m theaSevvnth t heaFifth Cvntu nes BC, ic.ut rac.uM in L.uWooieCamdridgd (Megg.)ifHe r d Uearerctry Psvoe, 2003. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_7_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Voi osetathe M deleidraTyggu , Lr Gecg aG llaum u t sOrange r s le aornspf ncualyias,do, P ng, Lds Bmlles Lerv , 1967. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_8_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Ssralr quet do lt sntrmlapntnt, roi oFerdon d Lot, Éaéeussrale LrFlnler mnudCoc , P ng, Chempo , 1918 ;aEul nniaVon rr , Àalr dchmm hmg t seniada ciq o tdittrelm, P ng, Nizetif1970 ;aEm r upnle Baumlatnmc,o« L s tmch iqo ts nacuvvo r s a sooanau dsoc  ?ifD lt seagr d Tcoe us lis dsaGraal, Orllian maP adolmm501994ifp. 93-116. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_9_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]I uitannt rv ca te d lr lentpasc n,g d perolhmm l s pu tgo o tdittresx s pracus,do deredt rarv amor rnv maq qsaacti r elt same d lr « g tri  ?aee uu« lyie ? mejo m tesuraleo o ds uffms t shomol tnantp aee aragu instp  :uroi o s lr , t A s aBv c d, Dt sAeitovu s Tolkom eCyies utesstries r s ar lttst umucd d nrv, P ng, CNRS0 cnea ma2004ifq qdCoeoc qeno pyp dig a peicasa ouc pro osma rago s lr dCocstrren a thureo s t [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_10_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Ssralds t mon e qu qne g rv te (162oevlen dq licnmpceu aRiha d Trachslgre an aClô rds uusyièam thureo , Ge tssmaDroz, 1996map. 557-564if« Tasa us s mrnspf ncuaun puna lm La lrler-Grar ?), to s les cnmdon ga o ee drdsqr ev trufom  :uilooxigte s n oent a« lyiuqro ?aus sen ast ictmaFeggumbla tees lonq derte alt su emble, eoro Fdsx n oent aisellio d urahaceno m a man , me es n oent aq qop nrm caeno sstl ccen derm qes lonq memn cnmdone "dsxift ois saq"trd s,unmt t [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_11_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Se peelli La lrler-Grarqos La lrleragnodCose. Voi oFerdon d Lot, Éaéeussrale LrFlnler mnudCoc , P ng, Chempo , 1918 ;aAlexandnm diha, Eoe ns s,r l olyie uuLrFlnler-Grar, Ge tssmaDroz, 1987t [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_12_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Lr lrler, Quete t dureArtu st sitc rblonto s Gaupivradap, ap d bnur astoly r d puu eocnmpeitien, lt sEotoi daev e atun racstre deraRobr to vuBo a ifmtob oro Fdu eo r ueo ncs aoignintol otn duRobr to vuBo a cnmo qusmeur eolr SstreaVulgaea uuderlin. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_13_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Elip th K s dyasetathe r aplnaenoLa lrleran d-lyiuqr drimicififq qausateli udColengn ueera t sasmFdo adrctduro d ura"o s lr rr oien lyiuqrift ois ftis lsu aleng ma(Elip th K s dy, La lrleraandatheaGrai, Oxft d, Clervn"o aPsvoe, 1986). Sur lr qrpi d alt susmeur me d lr d pacua o dlacu ro s "affprvntms eerte uuCyid Vulgae, roi orote pmrceFerdon d Lot, op. ce., Albr toPautriletifÉaéeussrala Qso loSrn aGraal mtc rblli q s Gaupivradap, P ng, Chempo , 1921 uteme JeF peucmaÉaéeussrala durele soieArtsma man uuxiiiLa lrleragnodCose [1936]maGe tss/P ng, Droz/Mon rd, 1972. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_14_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]P ng, BNFmase .aiq.ufc. 4166 (a ligno r ueo ncaDidom) sueModpnnvifBisaioteca Eotu e, E. 39. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_15_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Che illymaMusstd Cendn u476 uteLends maBLRoy. 14 E iii. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_16_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Lendrv maBL, Add. 38117. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_17_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Umbn po Eco, Lector in fasb , P ng, Graggutif1985 [Milun, Bnmpnas ma1979]auteLes Limicvoo eolt sn vreslitacua , P ng, Graggutif1992 [Milun, Bnmpnas ma1990] ;adihmi Cherlgo, Rhn teriqr "d lr leccsm , P ng, Se lma1977 ;aPaunoRiœ r, Tdhpo ute apat, P ng, Se lma3 v l., 1983-1985 ;adihmi Pica d, La Lect rd cnmor jrs, P ng, Minsat, 1986 uteL a ale tdhpo, P ng, Minsat, 1989 ;aRaphaël Ba a maLa Tn ien n nacuss, P ng, Se lma2007. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_18_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]P unfZumthor, La Lervautelr oix. D lr « lttst umucd ?ao tcottrle, P ng, Se lma1987 ;aBn nadaCerq glinimaÉligra lr nasts, P ng, Se lma1989 ;aKeith BusbymaCor aandaCentu t. ReacngqOddaFse ch Vr ov N nacu m inadr ueo npt, Amoturdah/NewYork, Rodop ma2 eol., 2002. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_19_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]Thoh cuPevmlmaUnirr oo eolr ficpien [1986]maP ng, LeaSe lma1988 ;aL,b mi oDoležmlmaHeterolostica: Ficpien ndaPeisisa World , Balitore/Lenden, John aHopkn e Unirr oey Prv ma1998;uroi orsgeiaU. Eco, Lector in fasb , op. ce., ssralr rotion dt s« e yiop ti  ?aficpienn lle. [ua h gf="http://qsos.hypoeRgses.srg/112#idgncufomc_20_112" lass="nk froteote-link footnobackote-l">&s 617;]

ua h gf='http://quetvo.hyp theevs.srg/amhor/quetvo'opitr='Quetes'>Queteg

up>up>Leogr elreQuetegor li uc an oes psnntehpo 2001odera v doctore oo eolr Sorb s t (ua h gf="http://quetvo.hyp theevs.srg/a-dCopei">lia alr estre)

up>&s 212;&s 212;&s 212;&s 212;&s 212;&s 212;&s 212;

up>Quetegois a y eng rv eem hr oogr elaandanetwork, crm pud ina2001oby PhDosr e oofs m Sorb s Unirr oeies. Todayma tudrings tigrther y eng ohola oofs m Fse ch Unirr oeies, buc alsoofs m ther EuCope soandau t a EuCope sope ntries. (ua h gf="http://quetvo.hyp theevs.srg/a-dCopei">rm damorv)

u/p>up>ua h gf='http://quetvo.hyp theevs.srg/amhor/quetvo'opitr='durv eeits by Qsos'>durv Peits

Cmtce ntrstd r li up sao ea an aua h gf="http://quetvo.hyp theevs.srg/ctegory/ ernet- v-theevs" rvl="ctegoryumag">Cernet vs thlnoes le ua h gf="http://quetvo.hyp theevs.srg/112"opitr="12:30" rvl="booktr k">5oev ila2012 deraQueteg. Unolernet v dchmm hmgdCopeinadera ua h gf="http://hyp theevs.srg"opitr="Hyp thlnoes">Hyp thlnoes
Flsx sy raction - ua h gf="http://quetvo.hyp theevs.srg/crmcti">C acti
Fm n dtnt dCopulcstueeraWordPrv
_prq = _prq || []; // racker t hod like "gutCuotomDmrn ien"oshe d b olelled b ft e "rackP View" _prq.push(['gutCuotomV nasa ', 1, 'Doh in', doc m nt.doh in, 'p ']); _prq.push(['d sa CCossDoh inLinkn g']); _prq.push(["gutDoc m ntTitr", doc m nt.doh in + "/" + doc m nt.pitr]); _prq.push(['rackP View']); _prq.push(['d sa LinkTrackn g']); (funct d() { u="https://pk. suieo.srg/"; _prq.push(['gutTrackerUrl', u+'pk.php']); _prq.push(['gutSiteId', '4']); d=doc m nt, g=d.crm puEahe ('eo npt'), s=d.grtEahe sByTagNahe('eo npt')[0]; g.ypr='tu t/jev eo npt'; g.asy c=p se; g.defer=p se; g.src=u+'pk.js'; s.der ntNor .n en pB ft e(g,s); })(); OpenEdit d
  • OpenEdit d Bnok
  • OpenEdit d Jo rnal
  • Caend
  • Hyp th&elrave;oes
  • L rv &emp; alerte
  • L rvS' sudd rl&alrave; lr L rv d'OpenEdit d
  • Alerte &emp; asudd m ntAcc&eacete;der s s rricv
  • OpenEdit d Fsetoum


  • Rdchmm hmr
    u/html>