Thèse soutenue : Anne Salamon, "Écrire les vies des Neuf Preux et des Neuf Preuses à la fin du Moyen Âge"

"Écrire les vies des Neuf Preux et des Neuf Preuses à la fin du Moyen Âge.

Étude et édition critique partielle du Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses de Sébastien Mamerot

(Josué, Alexandre, Arthur ; Les Neuf Preuses)"

Thèse présentée et soutenue par Anne Salamon le 26 novembre 2011, sous la direction de Monsieur Gilles Roussineau, Professeur à l'Université Paris-Sorbonne, pour obtenir le grade de docteur de l'Université Paris-Sorbonne en Langue Française.

Jury

Madame Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeur à l'Université Paris-Sorbonne.
Monsieur Gilles Roussineau, Professeur à l'Université Paris-Sorbonne.
Monsieur Pierre Nobel, Professeur à l'Université de Strasbourg.
Monsieur Claude Roussel, Professeur émérite à l'Université de Clermont-Ferrand II.
Monsieur Richard Traschler, Professeur à l'Université de Göttingen.

Position de thèse

Si c'est une vérité universellement reconnue pour un homme de la fin du Moyen Âge comme William Caxton, éditeur de Le Morte Darthur, qu'il existe neuf hommes portant le nom de Preux et surpassant tous les autres par leur excellence, l'homme du xxie siècle, à moins d'être un érudit ou un médiéviste, se trouverait bien en peine de pouvoir les nommer. Liste fixe de neuf personnages historiques ou pseudo-historiques, le motif des Neuf Preux se développe à travers toute l'Europe à partir du xive siècle. Ce thème, qui ne nous est plus familier que par la présence de certains de ces personnages sur nos cartes à jouer et par la faveur individuelle dont certains continuent à jouir, était pourtant l'un des plus en vogue à la fin du Moyen Âge. Depuis les travaux de Paul Meyer1, la critique s'accorde, dans le domaine francophone2, à dire que c'est à partir d'un passage des Vœux du paon de Jacques de Longuyon3, roman qui s'inscrit dans le vaste ensemble que constitue la geste d'Alexandre le Grand, que s'est fixée et ensuite développée une liste canonique de héros qui est devenue l'un des sujets les plus fréquemment représentés dans les arts figuratifs entre le XIVe et le XVIe siècle. De là, le motif connaît en effet un essor remarquable ; tapisseries, sculptures, fresques et chambres peintes, émaux : les œuvres, réalisées sur de multiples supports, sont nombreuses et ornent demeures princières et édifices publics à travers la plupart des pays d'Europe occidentale, en France, mais aussi en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, en Espagne... La répartition harmonieuse des héros en trois groupes de trois favorise la mémorisation et permet une représentation aisée : la liste des Preux s'organise en effet traditionnellement en trois triades, la première, païenne (Hector, Alexandre, Jules César), la seconde, biblique (Josué, David, Judas Macchabée), et la dernière, chrétienne (Arthur, Charlemagne, Godefroy de Bouillon). Face à celle-ci s'est rapidement constituée une liste féminine de Preuses, qui, moins répandue et moins figée, a pu apparaître sous plusieurs formes.

Le thème des Neuf Preux et des Neuf Preuses est avant tout un motif artistique d'une grande importance, et c'est de ce point de vue que la critique l'a redécouvert au xixe siècle4. Les études majeures sur les Neuf Preux menées jusqu'ici se sont essentiellement intéressées à la dimension iconographique du thème ou se sont efforcées de réaliser un inventaire de ses différentes manifestations5, parfois selon les aires géographiques6. Littérairement, les études ont accordé une large prédominance à la question de la genèse du motif, que soit interrogée la paternité de la liste des Preux, à attribuer ou non à Jacques de Longuyon, ou que soit explorée la filiation de ce motif avec d'autres thématiques proches mettant en œuvre une esthétique comparable de la liste et du nom propre, en particulier les thèmes du Vado mori7 ou de l'Ubi sunt8. Tanya van Hemelryck, faisant le point des recherches sur les Neuf Preux relève ainsi que « depuis la première pierre posée par Jean Renouvier en 1859 jusqu'à la récente contribution de Jacqueline Cerquiglini-Toulet, l'édifice de l'érudition relative aux Neuf Preux peut s'enorgueillir d'une architecture flamboyante »9. Les éléments rassemblés par les chercheurs européens sont abondants. Cependant, il demeure un véritable angle mort de la critique : au XVe siècle, un mouvement observable uniquement dans le domaine français aboutit à la rédaction de trois compilations consacrées aux Neuf Preux, qui constituent les seules œuvres d'envergure qui leur soient exclusivement consacrées.

La première est le Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses, traditionnellement appelé L'Histoire des Neuf Preux et des Neuf Preues, de Sébastien Mamerot composée entre 1460 et 1468. La seconde, intitulée Le Triumphe des Neuf Preux, a été imprimée pour la première fois à Abbeville par Pierre Gérard en 1487 et réimprimée à Paris par Michel Le Noir en 1507. La dernière est conservée dans un manuscrit du XVIIIe siècle, le manuscrit BnF, fr. 12598, vraisemblablement la copie d'un original du XVe siècle.

Parmi ces trois textes, le Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses de Sébastien Mamerot occupe une place particulière. Si les noms des auteurs travaillant au service des seigneurs bourguignons de la fin du XVe siècle sont aujourd'hui bien connus, il n'en va pas de même de leurs homologues dans d'autres cercles. Sébastien Mamerot était au service de Louis de Laval, grand seigneur de la cour de France. Malgré une production abondante, il n'a fait l'objet que de peu d'études et est sorti de l'ombre grâce aux travaux récents de Frédéric Duval10, qui a en outre édité sa traduction française du Romuleon11, et à ceux de Thierry Delcourt et de Danielle Quéruel qui ont fourni une édition adaptée des Passages d'Outremer accompagnée d'un fac-similé du manuscrit BnF, fr. 559412. L'édition du Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses vient compléter la série des œuvres de Sébastien Mamerot13.

Le Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses n'a été que peu, voire jamais copié, le seul manuscrit conservé (ÖNB, cod. 2577-2578) constituant un exemplaire proche de la copie d'auteur puisqu'il s'agit vraisemblablement de celui réalisé pour le commanditaire de l'œuvre. L'ampleur du texte et le relatif isolement auquel l'a conduit sa conservation à Vienne l'ont rendu peu accessible, ce qui explique l'absence d'édition critique antérieure. Le critique qui l'a redécouvert l'a dans le même temps renvoyé à son obscurité initiale et le texte, régulièrement cité, n'a été que très peu lu ou par fragments :

Cette œuvre de Sébastien Mamerot n'offrirait rien de particulièrement intéressant si l'on n'y relevait la double addition de Du Guesclin et de Jeanne d'Arc à la liste traditionnelle des Neuf Preux et des Neuf Preuses14.

Si l'on considère que cet ajout, annoncé dans le prologue, a été en fait perdu ou correspond à un état premier du projet jamais réalisé (la rédaction de cette vaste compilation s'étale, d'après les indications même de l'auteur, de 1460 à 1468)15, il faudrait d'après le critique considérer que le seul intérêt de cette œuvre réside dans ce qui ne s'y trouve pas. Avec une telle présentation, il n'est pas étonnant que le texte de Sébastien Mamerot, long et conservé dans un seul exemplaire, à Vienne, n'ait que peu attiré l'attention des chercheurs et qu'il soit retombé dans l'oubli dans lequel il se trouvait jusqu'alors.

Cependant, outre le fait que, contrairement aux deux autres compilations, ses conditions de production et le contexte de sa création sont bien connus, il se trouve que celle-ci est conservée dans un exemplaire particulièrement luxueux réservant une large place à l'iconographie. Même si le texte est demeuré dans une obscurité relative, le manuscrit dans lequel il est conservé a attiré l'attention des bibliophiles et, classé parmi les plus beaux livres de la bibliothèque de Vienne, il est apparu dans de nombreuses expositions dès le début du XXe siècle. L'intérêt artistique des deux volumes du Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses n'est plus à démontrer : en tant qu'exemplaire de luxe, le manuscrit dans sa matérialité a été considéré comme un précieux objet d'étude. Le cycle d'images n'a pourtant jamais été étudié en lui-même ni mis en rapport avec le texte.

En outre, même s'il n'est pas possible d'affirmer que le texte de Sébastien Mamerot est la plus ancienne des compilations sur les Preux, il constitue néanmoins le seul intégrant les Preuses, bien que Mamerot avoue dans son prologue avoir eu beaucoup de mal à regrouper des informations les concernant – alors que Le Traictié des Neuf Preux occupe le premier manuscrit et plus de deux cents feuillets du second, le petit Traictié des Neuf Preues n'en occupe que cinquante. Quand Sébastien Mamerot rédige l'ambitieuse compilation historique que constitue Le Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses, il reprend donc l'énumération canonique des Preux et choisit pour la liste des Preuses, non pas une liste organisée en triades mimétiques de sa contrepartie masculine, mais la version (à quelques variations près) plus répandue tirée de l'histoire et de la mythologie de l'Antiquité païenne : les Amazones Lampedo, Sinope, Hippolyte et Penthésilée sont accompagnées de Sémiramis, reine de Babylone, Déipylé et Argia, personnages de la geste thébaine, de Tamaris, adversaire de Cyrus, et enfin de Teuta, reine d'Illyrie adversaire des Romains. Le motif des Preuses, moins stable et de constitution plus récente, était en effet beaucoup plus répandu dans les arts figuratifs que dans la littérature, faisant du texte de Sébastien Mamerot un objet d'étude unique.

De toutes les œuvres de Sébastien Mamerot, ce texte est celui qui a visiblement été le moins diffusé, pourtant, il condense, en deux tomes, la substance de tous ses autres projets, antérieurs comme postérieurs, sans pourtant que les œuvres se copient entre elles. Le Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses se trouve ainsi au cœur d'un réseau de textes qui communiquent entre eux sur l'axe syntagmatique comme sur l'axe paradigmatique. Composé section après section d'un amalgame de textes indépendants réunis pour l'occasion, à la manière d'un recueil, le texte de Sébastien Mamerot rassemble des matières distinctes, mais partageant des affinités. Et il n'est pas rare que les textes ayant servi de source à son œuvre aient circulé ensemble dans quelques manuscrits. Chaque section consacrée à un personnage présente une version d'une histoire qui circule sous de nombreuses formes et de multiples variantes, convoquées dans l'esprit du lecteur par le nom du Preux. Pour éditer le texte du Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses il a donc fallu minutieusement remonter les fils menant à ses sources, pour ménager l'authenticité de la composition de Sébastien Mamerot, mais également prendre en compte son respect évident pour des modèles considérés comme des autorités : à travers son texte apparaît en filigrane un parcours au milieu de quelques monuments incontournables de la culture historique médiévale. Cette œuvre présente ainsi le paradoxe d'être la version unique de textes multiples, conservés dans de nombreux exemplaires, pour certains inédits, écrits dans des langues ou des états de langues divers, se réécrivant parfois déjà eux-mêmes les uns les autres, mais ramenés à l'unité d'un livre. Le Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses peut ainsi être ajouté aux marges de la tradition manuscrite de nombreux textes (Histoire ancienne jusqu'à César, Continuation Rothelin de l'Eracles, traduction française de l'Historia Karoli Magni et Rotholandi du Pseudo-Turpin, Historia regum Britanniae, etc.), méritant pleinement cette place au même titre que d'autres avatars tardifs ou traductions en langue vernaculaire.

La première partie de ce travail a été consacrée à l’édition du texte de Sébastien Mamerot. Elle s’attache d’abord à resituer ce texte dans son contexte de production : en effet, l’identité de chacun des personnages qui a participé à la conception de l’œuvre et du volume conservé est connue, du commanditaire aux enlumineurs en passant par les copistes. Dans le but de situer le texte par rapport aux autres compilations des Neuf Preux, nous avons réexaminé les données manuscrites relatives au titre de l’œuvre, afin de lui donner un titre cohérent avec ces données et qui permette d’éviter la confusion entre les trois textes des Preux.

Les principes d’édition exposent les méthodes choisies pour éditer au mieux ce manuscrit unique en rendant compte de ces particularités. Ainsi, toutes les interventions de l’éditeur ont été mises en évidence afin de permettre au lecteur de les séparer des données du manuscrit : la résolution des abréviations est par exemple indiquée en italique, tandis que les corrections sont toutes signalées dans le corps du texte par un signe diacritique qui renvoie à l’apparat ou par des crochets quand elles consistent en des ajouts. La légèreté de l’apparat critique lié à ce manuscrit unique a permis d’ajouter en bas de page un apparat des sources, directement consultable, ce qui permet de suivre, au plus près du texte, le travail du compilateur. L’édition s’accompagne de notes critiques, d’un index exhaustif des noms propres de personnes et de lieux, outil indispensable face à cette vaste compilation d’histoire universelle, et d’un glossaire, dans lequel une série de codes permettent de distinguer les mots présentant des particularités sémantiques (premières attestations, mots absents des dictionnaires, latinismes etc.). Une analyse linguistique donne un panorama de l’état de langue du manuscrit. Elle permet en outre d’élucider et d’expliquer les formes particulières rencontrées à la lecture, mais également de dresser une liste des pratiques graphiques de l’auteur et d’étudier l’instauration de certaines normes. Afin de rendre au mieux compte du manuscrit de base, à l’analyse syntaxique est ajoutée une analyse du fonctionnement de la ponctuation dans le manuscrit et du rôle des signes utilisés.

Face à l’ampleur du texte (presque 540 feuillets), seules quatre sections ont été éditées : à l’édition du Traictié des Neuf Preuses, unique dans la littérature, a été adjointe l’édition des sections sur Josué, Alexandre et Arthur (212 feuillets). Ce choix a permis d’étudier un Preux de chaque triade et d’examiner différents procédés de composition de l’auteur (traduction depuis le latin, adaptation depuis des textes en ancien français et compilation).

La seconde partie de cette thèse est consacrée à une étude intitulée « écrire les vies des Neuf Preux et des Neuf Preuses à la fin du XVe siècle ».

Les trois compilations sur les Preux, qui n'ont été que peu étudiées, aident pourtant à repenser le motif des Neuf Preux : l'utilisation de ce motif comme liste de noms en poésie ou son emploi comme excursus dans un roman plus vaste ne peuvent être mis sur le même plan que ces vastes textes s'attachant à retracer des biographies héroïques. En repartant, dans le premier chapitre, d’une étude générale et théorique sur la signification du motif, constitué d’une liste de personnages célèbres, ainsi que sur sa construction numérique, et d’un examen des données lexicales et morphologiques relatives au mot preux, nous avons ensuite retracé, dans un second chapitre, un historique du motif du vers à la prose.

En effet, les compilations des Neuf Preux apparaissent comme l'aboutissement d'un processus d'autonomisation de la liste des Preux depuis son apparition comme simple topos narratif dans les Vœux du paon. Autour de chaque personnage se figent des « biographèmes », éléments biographiques stéréotypés16. La nature de ces biographèmes est influencée par la constitution d'un ensemble orienté, formé de personnages éminents de l'Histoire, valorisés pour leur excellence guerrière. Entre écriture du particulier et du stéréotype, les petites vies « trouées » des Preux et des Preuses éclairent chacune une partie d'une entité qui les dépasse, la prouesse. Ces vies en miniature constituent des abrégés de savoir concernant chaque héros, qui se trouve au croisement d'un savoir historique et d'une tradition littéraire.

Suite au succès des œuvres de Boccace et de la thématique des Hommes Illustres, naissent trois compilations, organisées sur le principe de la collection de biographies et exclusivement consacrées aux neuf héros, comme si le motif des Neuf Preux avait trouvé la forme littéraire la plus propice à son expression. Vastes compilations d'histoires bien connues, ces textes constituent des exemples du mouvement important au xve siècle de compilations-traductions. Ils comportent en effet une biographie de plusieurs des figures de prédilection du Moyen Âge, et nous permettent d'avoir un certain regard sur les œuvres historiques, voire parfois romanesques, des siècles précédents et leur faveur au xve siècle, nous fournissant un véritable guide des lectures préférées de l'époque. C'est dans cette perspective de réception que l'analyse de ces textes prend tout son sens. À l'intérieur de ces livres-bibliothèques, l'interférence des données romanesques et historiques conduit à s'interroger sur le statut de ces grandes figures à la frontière de la littérature, de l'histoire et de la légende que sont les Neuf Preux et les Neuf Preuses. Le troisième et le quatrième chapitre s’appliquent donc à identifier, d’abord pour le Traitié des Neuf Preux et des Neuf Preuses, puis pour le Triumphe des Neuf Preux et l’Istoire des neuf preux princes et seigneurs, le projet et le principe de composition de chaque œuvre. Cette étape est enrichie d’une étude des sources utilisées, pour voir comment elles se combinent et s’articulent entre elles et enfin quelle vision de chaque Preux est ainsi fournie par l’auteur.

Dans la mesure où le manuscrit de Vienne du Traité constitue un objet artistique d’une grande valeur et un exemple unique de l’illustration des vies des Neuf Preux, le dernier chapitre s’attache à étudier la mise en image de ces vies. Cet examen s’ouvre sur la description de toutes les enluminures présentes dans les manuscrits ÖNB, cod. 2577 et 2578. Cette étude iconographique permet ainsi de s'interroger dans un premier temps sur les modalités d'une représentation des Preux, entre portrait et figure. La question du stéréotype conduit à étudier le fonctionnement mémoriel et la conception du temps exprimée à travers le motif des Neuf Preux. En outre, contrairement aux deux autres textes, celui de Sébastien Mamerot est jalonné de scènes peintes, qui comme le texte débordent du cadre des vies pour illustrer une histoire universelle. À travers les différentes biographies héroïques, on assiste à des tentatives, variées dans leur mise en œuvre, de fixation d'un contenu qui se veut canonique et représentatif d'une doxa autour de chaque personnage. L'étude des enluminures permet, en partie, d'évaluer le succès de ces essais, mais également de tenter de mesurer le poids de la mémoire iconographique que peut véhiculer l'évocation des Neuf Preux et son influence dans la transmission du savoir les concernant.

Donner à lire l'œuvre de Sébastien Mamerot est apparu comme un point d'approche privilégié permettant de questionner sous un angle différent le motif des Neuf Preux : la rédaction d'une telle œuvre à la fin du XVe siècle semble correspondre à un goût de la liste et une réflexion sur la gloire particuliers à l'époque ; cette réflexion est proche de celle qui peut s'exprimer dans l'Italie renaissante à travers la thématique des Hommes illustres17. La structure en biographies sérielles inscrit les compilations sur les Preux dans la lignée d'œuvres comme le De claris mulieribus de Boccace ou son De casibus virorum illustrium, dont la traduction par Laurent de Premierfait connaît une immense diffusion au XVe siècle, ou encore comme le Livre de la Cité des Dames de Christine de Pizan. Comme l'a montré Jacqueline Cerquiglini-Toulet18, cette « poétique de la liste » s'inscrit dans le cadre d'une analyse sur le nom et le renom à la fin du Moyen Âge. À l'aube de la Renaissance, le Traité des Neuf Preux et des Neuf Preuses se trouve au carrefour d'influences culturelles, littéraires et artistiques diverses : la volonté de mettre par écrit et de redonner chair à ces listes bien connues de noms en écrivant leurs vies incarne la sensibilité de l'époque aux liens entre renommée, écriture et mémoire.

  1. Paul Meyer, « Les Neuf Preux », Bulletin de la Société des Anciens Textes Français, IX, 1883, p. 45-54. []
  2. Un débat existe dans la critique néerlandophone autour de la création du motif. À ce sujet, voir les travaux de Wim van Anrooij, et particulièrement Helden van Weleer. De Negen Besten in de Nederlanden (1300-1700), Amsterdam, Amsterdam University Press, 1997. Toutefois, même si le motif a connu une genèse plus précoce, il n'en demeure pas moins que c'est grâce à l'énorme succès que constitue le roman des Vœux du paon qu'il s'est répandu. []
  3. Voir R. L. Graeme Ritchie, The Buik of Alexander or the Buik of the Most Noble and Valiant Conquerour Alexander the Grit by John Barbour, Archdeacon of Aberdeen Edited, in Four Volumes, from the Unique Printed Copy in the Possession of the Earl of Dalhousie, with Introductions, Notes and Glossary, Together with the French Originals (Li Fuerres de Gadres and Les Voeux du paon) Collated with Numerous MSS, Edinbourgh, Londres, Blackwood for the Scottish Text Society, 1921-1929, 4. vol., t. IV, p. 402-406, vers 7484-7579. Les vers consacrés aux Neuf Preux ont également été édités par Glynnis M. Cropp, « Les Vers sur les Neuf Preux », Romania, 120, 2002, p. 449-482. []
  4. Cette exploration du motif est passée notamment par des études consacrées à la tapisserie (Jules Guiffrey, « Note sur une tapisserie représentant Godefroy de Bouillon et sur les représentations des Preux et des Preuses au xve siècle », Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France, IVe série, XL, 1879, p. 97-110) et à la gravure (François Van der Straten-Ponthoz, Les Neuf Preux, gravure sur bois du commencement du xve siècle. Fragments de l'Hôtel de Ville de Metz, Paris, 1864, ou encore Jules Renouvier, « Les origines de la gravure en France », Gazette des Beaux-Arts. Courrier européen de l'art et de la curiosité, II, 1859, p. 5-22). []
  5. Voir Robert L. Wyss, « Die Neun Helden. Eine ikonographische Studie », Zeitschrift für schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, XVII, 1957, p. 73-106 ou encore Horst Schröder, Der Topos der Nine Worthies in Literatur und Kunst, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1971. []
  6. Pour les manifestations du motif dans les îles britanniques, voir Karl Josef Höltgen, « Die Nine Worthies », Anglia, 77, 3, 1959, p. 279-309. []
  7. Gianni Mombello, « Les Complaintes des .IX. Malheureux et des .IX. Malheureuses. Variations sur le thème des Neuf Preux et du “Vado Mori” », Romania, LXXXVII, 1966, p. 345-378. []
  8. Tania Van Hemelryck, « Où sont les “Neuf Preux”? Variations sur un thème médiéval », Studi francesi, 42, 1, 1998, p. 1-8. []
  9. Ibid., p. 2. []
  10. Frédéric Duval, La Traduction du Romuleon par Sébastien Mamerot : étude sur la diffusion de l'histoire romaine en langue vernaculaire à la fin du Moyen Âge, Genève, Droz, 2001. []
  11. Sébastien Mamerot, Le Romuleon en françois, Frédéric Duval (éd.), Genève, Droz, 2000. []
  12. Sébastien Mamerot, Une chronique des croisades. Les Passages d'Outremer, Thierry Delcourt, Danielle Quéruel, Fabrice Masanès (éd.), Cologne, Taschen, 2009. []
  13. Ne sont plus inédites que ses Croniques martiniennes. []
  14. Marcel Lecourt, « Notice sur l'Histoire des Neuf Preux et Neuf Preuses de Sébastien Mamerot », Romania, XXXVII, 1908, p. 529-537. []
  15. Richard Trachsler, « Le seigneur et le clerc. Sébastien Mamerot et la naissance du dixième Preux », Le Clerc au Moyen Âge, Senefiance, 37, 1995, p. 539-553. []
  16. Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris, Le Seuil, 1971, Préface, p. 13-14. []
  17. Maria Monica Donato, « Gli eroi romani tra storia ed exemplum. I primi cicli umanistici di Uomini Famosi », dans Salvatore Settis (éd.), Memoria dell'antico nell'arte italiana II: I generi e i temi ritrovati, Turin, Giulio Einaudi, 1985, p. 95-152. []
  18. Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Fama et les Preux: nom et renom à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 24, printemps 1993, p. 35-44. []

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

About Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)
This entry was posted in Carnet des thèses. Bookmark the permalink.

One Response to Thèse soutenue : Anne Salamon, "Écrire les vies des Neuf Preux et des Neuf Preuses à la fin du Moyen Âge"

  1. jean-claude garrigues says:

    Bonjour,
    Je souhaiterais lire la thèse consacrée aux neuf preux. Où puis-je me procurer ce texte, sachant que n' étant pas parisien il m' est assez difficile de me rendre à la Sorbonne. Si d' aventure l' information est sur le site, je vous prie de bien vouloir m' excuser de vous avoir dérangé mais je l' ai consulté et je vous écris depuis mon téléphone.
    Cordialement
    Jean Claude Garrigues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">