Rentrée de Questes : les thèmes pour la journée d’études de juin 2013

Tous les deux ans, Questes organise une journée d’études. La prochaine journée d’études aura lieu en juin 2013 : nous choisirons donc son thème lors de la séance de rentrée du 19 octobre. Voici les trois thèmes qui seront soumis au vote :

« Images de la pauvreté » (projet porté par Camille Rouxpetel).
Durant les dix siècles du Moyen Âge le regard porté sur la pauvreté a évolué dans le sens d’un approfondissement de ses significations spirituelles et concrètes, ces dernières conduisant à diverses initiatives permettant d’y répondre. tenter d’en retracer l’évolution à travers quelques moments clefs comme les débats sur la pauvreté volontaire du Christ ou d’en définir les contours par le prisme des images qu’en donnent tant les sources littéraires, que les actes de la pratique, les textes spirituels et dogmatiques ou encore les récits de pèlerinage tardo-médiévaux mettant en lumière la pauvreté comme signe de piété se révèlerait donc riches d’enseignement et de réflexions fructueuses.

–  « La reconnaissance » (projet porté par Elise Banjenec).
Quelques pistes de réflexion ont déjà été proposées, autour des multiples sens qui peuvent être donnés à ce terme, à commencer par la reconnaissance sociale (d’un métier, d’un talent, d’une bonne action ou d’un exploit), et la renommée qui en découle. Cette reconnaissance peut se traduire par un statut social, un paiement, un marque de gratitude… En un autre sens, la reconnaissance peut être aussi la culpabilité, l’aveu et la confession d’un crime ou d’une mauvaise action. Cela peut être aussi la reconnaissance de Dieu ou encore l’estime de soi. Ce thème peut aussi bien être traité par les historiens que les littéraires (ne serait-ce qu’à travers le motif narratif des scènes de reconnaissance) mais aussi les historiens de l’art (le statut des artistes au moyen age est une notion importante et problématique. On peut aussi penser aux ex-voto qui témoignent d’une reconnaissance envers l’action divine).
Voici quelques références bibliographiques autour de ces différents axes :
– L’aveu: antiquité et moyen âge,
actes de la table ronde : Rome, 28-30 mars 1984, Rome, 1986.
– Rewards and punishments in the Arthurian romances and lyric poetry of mediaeval France, Cambridge, 1987.
– Marque d’estime et recommandation princière: la notabilité à la lumière des sources lilloise de la fin du Moyen Age, Villeneuve-d’Ascq, 2001.
– Alain Erlande-Brandenburg, Le sacre de l’Artiste: la création au Moyen Âge, XIVe-XVe siècle, Paris, 2000.

– « Sic transit gloria mundi. Précarité, fragilité et instabilité au Moyen-Âge » (projet porté par Cécile Troadec, Diane Chamboduc de Saint-Pulgent et Aurélie Houdebert).
La notion de précarité recouvre, dans la perspective d’une histoire sociale du Moyen-Âge, une réalité difficile à appréhender, les populations les plus fragiles laissant les traces les plus ténues. Cette notion est pourtant une donnée fondamentale de la société médiévale, et elle fonde en grande partie sa pensée et son imaginaire.
On pourra ainsi s’intéresser aux faibles, aux démunis, aux chétifs. Quelle place trouvent-ils dans la société, selon leur degré de précarité ? Quelle fonction leur assigne le discours théologique ? Quelles représentations en propose la littérature ? Le statut incertain des veuves, des bâtards, est souvent au cœur des intrigues romanesques, comme des débats juridiques ou des conflits politiques. Les prédicateurs s’intéressent particulièrement à la figure du pauvre, et ce dans une perspective eschatologique, avant que les indigents ne commencent, à la fin du Moyen-Âge, à être perçus comme une menace pour le reste de la société.
Interroger la notion de fragilité, c’est donc prendre en compte la menace constante qui pèse sur les hommes du Moyen-Âge et qui conditionne leurs mentalités. Le discours allégorique et moralisant fonde sa rhétorique sur la notion d’instabilité ; la poésie consacre la figure de l’infortuné ; le roman rappelle l’instabilité intrinsèque de l’être par la folie épisodique de ses héros… Les danses macabres et surtout les roues de fortune déplorent en même temps qu’elles illustrent les caprices du sort auxquels tous sont soumis.
Face à la peur de la mort, de la déchéance ou de la damnation, quelles réponses propose l’Eglise ? Quelles stratégies développent les milieux populaires pour se garantir contre une précarité qui semble constitutive de leur condition sociale ? Quelles poétiques, quels symboles l’art choisit-il pour évoquer la fragilité de la vie humaine et pour en conjurer l’angoisse ?
On pourra enfin envisager la façon dont la littérature narrative exploite ces notions d’un point de vue poétique : le principe de l’instabilité des destinées sert de moteur narratif dans les romans et les textes hagiographiques ; l’œuvre médiévale elle-même, instable par nature, naît d’un matériau fragile qu’elle met en scène dans les prologues notamment.


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts