Compte-rendu de la séance du 17 novembre 2017 – « » (I)

Compte-rendu-17 novembre 2017

L’insulte et l’injure

Présents : Nicolas Garnier (Paris-Sorbonne, ED1), Tobias Boestad (Paris-Sorbonne, ED1), Vsevolod Ioffé, Alessandro Valsecchi (Paris-Sorbonne, ED5), Adriane Boussac (EPHE, HTD), Laurie Raymond (Toulouse 2), François Arbelet (Paris-Sorbonne, ED1), Marielle Devlaeminck (Grenoble Alpes ED n°50 LLSH), Marie-Antoinette Alamenciak (Paris-Sorbonne, ED1), Yoan Boudes (Paris-Sorbonne, ED5), Camille Bellenger (Paris-Sorbonne, ED5), Lisa Sancho (Université de Bourgogne LECLA), Chloé Tardivel (Paris VII Diderot ICT), Aurore Leon (Paris-Sorbonne, ED1), Maïté Sauvêtre (Paris-Sorbonne, ED1), Sarah Delale (Paris-Sorbonne, ED1), Marie-Christine Payne (Paris III Sorbonne Nouvelle ED120 CERAM), Tom Sadler (Paris-Sorbonne, ED1), Romain Goudjil (Paris-Sorbonne, ED1), Pauline Guéna (Paris-Sorbonne, ED1)

Tobias Boestad (Université Paris-Sorbonne), Nicolas Garnier (Université Paris-Sorbonne) – Introduction

Nicolas introduit la séance par une liste des dix des insultes médiévales les plus utilisées en ligne. Cela pose la question de l’imaginaire populaire, qui s’applique au Moyen Âge également sur les thèmes de l’inquisition ou le droit de cuissage.

L’insulte médiévale est au carrefour de représentations linguistiques (la langue comme lieu du désuet et de la création lexicale) et historiques (question du Moyen Age barbare, lieu de violences physiques, sexuelles ou langagières). La référence aux définitions du TLF montre que l’insulte et l’injure sont deux termes sémantiquement proches, l’insulte insistant plus sur le mot et le geste tandis que l’injure renverrait plus à la charge offensive de l’acte. [Référence à la définition du TLF : insultus (assaut, attaque, violence physique) / injuria (tort, injustice, dommage).]

Deux classifications sont présentées, celle de Nicole Gonthier, qui distingue les types d’insultes par des thèmes tels que l’absence de pouvoir, l’interdit religieux, les tares physiques, les insultes sexuelles, la dénonciation de la place de l’insulté dans la communauté, et celle de Dominique Lagorgette, basée sur un corpus littéraire. D’autres termes de vocabulaire tels que le blasphème et l’invective sont évoqués, autant que la place des prédicateurs et des théologiens.  L’injure étant publique, la gravité se mesure à l’identité et à la qualité de l’insulteur et de sa victime. Les injures sont d’autant plus graves à l’encontre d’un notable. Lorsque l’injure touche au politique, les sanctions sont exacerbées, ce qui permet d’en arriver au crimen majestatis. Dans l’insulte, le signifié dit l’injure. L’injure ne réside donc pas dans l’acte mais dans son sens. Elle est effective que lorsque l’injure est identifiée comme telle. Il existe tout un espace d’incertitude laissé à la réception de l’insulte, d’où une grande variété de réactions.

La vulgarité est bien plus présente dans la littérature médiévale que dans la littérature classique. Genres qui sont caractérisés par les prouesses verbales. La littérature médiévale mélange les niveaux de langage, malgré un idéal courtois qui favorise les écrits raffinés. Qu’en est-il de la représentation picturale ? Il est possible de représenter ces gestes picturalement. Les images de l’invective étudiées par Jean Claude Schmitt en sont un exemple. On trouve ainsi des outrages au Christ. Ces gestes injurieux évoquent l’époque contemporaine du terme, les conceptions du geste injurieux.

Il s’agit donc de voir la variété de l’usage de l’injure au Moyen Âge car le Moyen Âge n’a pas été plus ou moins injurieux que n’importe quelle autre période historique, mais a un usage propre de l’insulte et l’injure comme atteinte à la renommée.

Alessandro Valsecchi (Université Paris-Sorbonne), « “Hereticus sive philosophus” : les insultes vers Jean Scot Erigène dans la controverse carolingienne sur la prédestination»

La participation d’un philosophe dans un débat théologique est unique car le débat sur la prédestination est un débat théologique sur des sources patristiques. Il est utile d’établir l’origine et les enjeux de ce débat. Le noyau central de la prédestination est la lecture de la doctrine de Saint Augustin, parce qu’il existe une contradiction théorique assez évidente entre les Manichéens et Saint Augustin. Pour Saint Augustin, le libre-arbitre permet de choisir entre le bien et le mal.

Jean Scot Erigène, philosophe irlandais, est un ami personnel du roi Charles le Chauve et un grand connaisseur des écrits d’Augustin et des pères grecs. Il est maître en arts libéraux. Erigène propose 19 chapitres dans De la prédestination en 850 – 851 et défend la vérité. Il accuse l’ignorance des Lyonnais vis-à-vis des Grecs et de leurs textes. Il propose sa propre doctrine : dans une partie méthodologique, il justifie la méthode dialectique pour la lecture théologique. Il défend la possibilité de lire les pères de l’Eglise avec les canons et les règles de la rhétorique. Il dit que le mal n’existe pas et que les péchés sont des châtiments. Il y a une prédestination unique, mais les âmes des bienheureux verront le feu mystique tandis que les méchants brûleront à cause de leurs péchés. Il nie l’enfer et applique la philosophie aux textes sacrés.

La réaction au traité d’Erigène est immédiate : les traités de critique sont beaucoup plus longs. Les textes altèrent les citations d’Erigène avec la lettre « teta », etc. Les attaques portent surtout sur l’emploi des arts libéraux dans un discours théologique. La vanité des arts est opposée à la quadrigia des Évangiles : le quatre est donc sacré, et Erigène ne doit lui opposer un quatre laïque. Se crée un scandale quant à l’utilisation d’un païen par Erigène, même s’il n’est pas cité explicitement. Enfin, Erigène est inscrit dans une liste d’hérésies. Ce qui est dangereux c’est donc l’insertion d’un discours philosophique dans des textes théologiques. On l’accuse enfin de toujours chercher des compromis, basés sur les règles de la rhétorique et qui ont été condamnées.

Vsevolod Ioffé (CRHEC), « L’injure dans le monde universitaire parisien v. 1300-v. 1450. L’honneur bafoué, l’honneur réparé »

Les universitaires ont l’idée d’appartenir à un corps particulier : il existe une noblesse collective pour ce corps. La mise en question de ce statut peut provoquer de graves conflits. L’injure est alors comprise comme une parole, un geste outrageant, une atteinte délibérée à l’honneur de la personne. Se pose la question de la moquerie, de la dérision. On le voit par les sources judiciaires, du Parlement de Paris. Il s’agit de plaidoiries concernant les affaires universitaires, mais aussi les chartes, notamment exposant les griefs du studium. Existent aussi des livres des procureurs des nations. Chaque nation possédait ses officiers qui rédigeaient des livres.

Les injures sont divisées en trois groupes :

  • Les insultes faites par les universitaires eux-mêmes et visant leurs confrères (y compris les membres de la corporation, comme les officiers de l’université).
  • Les injures à l’intérieur de la corporation universitaire et visant les universitaires
  • Les insultes des universitaires à l’égard de gens à l’extérieur.

Toute une série d’exemples est ensuite évoquée : un différend entre les Picards et les Allemands, des moments de tension lors des « bizutages », des insultes concernant le statut et l’âge de l’étudiant, etc. L’injure suprême est de déchirer le vêtement de l’universitaire et d’abimer ses livres. Il faut aussi noter des heurts entre l’Université et les forces de l’ordre, qui accusent les membres de l’Université d’abuser de leurs privilèges. Un exemple est à noter : en 1380, lors des obsèques de Charles V, la délégation de l’université est repoussée de la dépouille royale. Les clercs sont qualifiés de ribaudaille et de truandaille.

Les universitaires peuvent aussi injurier les extraneos, ce qui constitue le troisième type analysé : un groupe d’étudiants allemands est accusé d’avoir projeté un pot d’urine contre un guet de nuit. Les injures universitaires ne sont donc pas plus raffinées que celles des sergents du Chatelet. De plus les injures peuvent circuler d’un milieu à l’autre : les injures universitaires telle que « bec-jaune » dépassant le milieu de l’université.

Enfin, l’orateur évoque les injures politiques, notamment pendant la guerre entre Armagnacs et Bourguignons : une affaire implique ainsi des étudiants normands accusés d’être des traîtres par les Bourguignons.

Questions

Tobias demande s’il y a une distinction entre débat d’idées et attaque ad hominem chez les Carolingiens ? Non, car la référence aux idées est très directe, avec une dénonciation directe de la lecture philosophique. Ils ne disent jamais « cette règle ne peut pas être utilisée ».

Tobias s’interroge sur l’impact de ces textes dans les milieux intellectuels ? Le texte de Jean Scot Erigène a deux copies conservées. Il est possible qu’il s’agisse des deux seules versions : une copie pour Charles le Chauve et une copie pour la controverse.

Romain à propos d’Erigène et de sa lecture des Grecs demande si le fait de faire référence aux pères grecs est négatif. Origène est admiré par Scot mais est en odeur d’hérésie.

Romain demande s’il y a des clichés sur une nation qui injurierait le plus les autres ? Dans un passage de Jacques de Vitry, légat du pape, il parle des Anglais et des Italiens.

Yoan remarque à quel point les insultes fonctionnent selon une logique communautaire dans le cas de l’université. Pauline remarque que pour insulter bien il faut insulter sur des choses communes à la communauté. Est-ce que l’on retrouve ces insultes dans d’autres universités de la Chrétienté latine ?

Tobias demande comment réparer l’insulte de manière corolaire et régler les insultes de manière privée. Un cas à la cour de Bourgogne est évoqué, mais aussi le cas d’un prévôt qui est accusé d’avoir pendu injustement deux clercs universitaires. S’ensuit une procession de clercs et d’autres fidèles. À la demande de l’évêque de Paris, ils vont vers l’hôtel du prévôt, projettent des pierres et prononcent une sorte de formule rituelle, ce qui donne lieu à une sorte de réparation sur l’honneur. Pour clore le débat, une anecdote pour montrer l’amitié entre Erigène et Charles le Chauve est relatée : le roi demande à Erigène la différence entre sotus et un scotus. Erigène répond « rien d’autre que cette table ».


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts