Compte-rendu de la séance du 21 avril 2017 – « Obsolète, désuet, anachronique » (II)

CR-21 avril

Obsolète, désuet, anachronique (I)

Présents : Mathias Sieffert (Paris III, ED120), Sarah Delale (Paris-Sorbonne, ED1), Maxime Fulconis (Paris-Sorbonne, ED1), Anne Kucab (Paris-Sorbonne, ED1), Florian Besson (Paris-Sorbonne ; ED1), Marie-Christine Payne (Paris III ; ED 120), Anne-Lydie Collet (Université de Genève), Viviane Griveau-Genest (Paris III ; ED 138), Ngom Moussa (Paris-Sorbonne), Jacqueline Victor (Université de Chicago), Catherine Kikuchi (Université Versailles Saint-Quentin), Kamin Maxime (Université de Grenoble), Camille Brouzes (Université de Grenoble), Pauline Guéna (Paris-Sobonne, ED1), Tobias Boestad (Paris-Sorbonne ED1), Yoan Boudes (Paris-Sorbonne, ED5), Marie-Antoinette Alamenciak (ENS), Tom Sadler (Paris-Sorbonne, ED1), Maria Valeria Ingegno (EPHE), Louis-Patrick Bergot (Paris-Sorbonne ED1), Marie Piccoci-Wentro (Paris I ; ED441), Melissa Barry (Paris I ; LAMOP), Jessy Simonini (ENS), Adeline Sanchez (Paris-Sorbonne), Marco Robecchi (Paris-Sorbonne, ED1/Université de Vérone), Valeria Russo (Paris-Sorbonne), Marielle Devlaeminck (Paris III).

Début de la séance. Mathias Sieffet, trésorier, fait un point sur les cotisations.  Sarah Delale annonce les communications de la séance.

Anne Kucab (Université Paris-Sorbonne) – « Le sentiment de l’obsolète à la lumière des sources urbaines de la fin du Moyen Âge »

L’historiographie récente a souligné l’importance du marché de l’occasion dans les villes de la fin du Moyen Âge. De fait, les vêtements partiellement obsolètes car usés ou troués sont l’objet d’un marché, de même que des pièces que leur style ancien a rendu désuètes. Ce commerce permet l’essor du métier de fripier. Ces derniers fixent le prix d’un vêtement en fonction de son niveau d’usure ; dans plusieurs testaments, les objets les plus usés sont donnés aux serviteurs et les plus neufs aux enfants.

Ces vêtements anciens sont souvent rapiécés, raccommodés à la mode du moment, ce qui montre la conscience de l’existence d’un glissement dans l’usage et le style de ces objets. Il ne s’agit pas seulement d’étendre la durée de vie des objets : les couvre-chefs sont particulièrement concernés par des interventions vouées à les mettre à la dernière mode.

Au contraire, le style ancien peut conférer un statut particulièrement respectable à un objet, comme on le voit avec plusieurs images pieuses anciennes. Dans le cas des emblèmes politiques, un changement de conjoncture peut rapidement rendre obsolète l’objet. Ainsi à Rouen, des vitraux aux armes du roi d’Angleterre sont rapidement déposés, jetés dans la Seine et replacés par de nouveaux aux couleurs du roi de France.

Les rythmes de la mode évoluent au cours du Moyen Âge. Le terme apparaît dans son acception actuelle au xve siècle et elle tend à évoluer de plus en plus rapidement. La littérature et les poèmes y font référence avec une fréquence croissante, parfois pour en critiquer le caractère futile et ostentatoire comme le fait Christine de Pizan.

Les numismates arrivent à estimer la durée de circulation d’un monnaie (souvent plusieurs décennies), mais en raison des modifications d’aloi ou de cours, certaines monnaies deviennent obsolète. Il n’est pas rare que leurs propriétaires les abandonnent dans les troncs d’église. Avec le temps, le style de la monnaie ou les thèmes qu’elle figure peut leur conférer un vernis de désuétude. Elles peuvent alors revêtir un usage différent de celui pour lequel elles ont été conçues : elles sont par exemple thésaurisées ou réutilisées comme bijoux.

Le vêtement peut devenir obsolète en perdant de ses qualités ou désuet lorsque le passage des modes fait percevoir son style comme désuet. Les sources urbaines montrent qu’à la fin du Moyen Âge, le sentiment de l’obsolète et du désuet est omniprésent en ce qui concerne les objets matériels.

Adeline Sanchez (Université Paris-Sorbonne) – « Obsolète et désuet : l’expression du désaccord dans les traductions françaises du Lilium medicine de Bernard de Gordon »

Bernard de Gordon enseigne la médecine à l’université de Montpellier à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle. Il écrit dix ouvrages, dont le Lilium medicine dans lequel il présente de nouvelles pratiques médicales, qualifiant celles précédemment en vigueur d’obsolètes. Il fait également une place importante à l’expérience pratique.

L’ouvrage a été très copié, lu et traduit. Le plus souvent cependant, l’ouvrage original est partiellement cité dans des travaux ultérieurs. Il est donc nécessaire de réaliser un travail de philologie pour restituer sa structure originelle. L’auteur fait preuve d’une très grande connaissance des savoirs médicaux précédents, mais sa pratique l’amène ponctuellement à les considérer comme obsolète et à les remettre en question.

Dans les traductions ou copies ultérieurs, il n’est pas rare que l’auteur rectifie le texte originel du Lilium pour mettre à jour les connaissances médicales et ainsi faire disparaître des passages faisant référence à son avis à une version obsolète des connaissances médicales.

Les différentes traductions du Lilium medicine montrent que la pratique permet de remettre en cause via l’expérimentation le savoir théorique et donc de faire évoluer l’état de connaissances devenues obsolètes et qui, abandonnées, tombent en désuétude.

Jessy Simonini (ENS Ulm) – « Obsolescence d’un personnage arborescent : quêtes autour de Gauvain »

Les romans arthuriens donnent parfois l’impression que le temps y est suspendu et que les personnages ne vieillissent pas. Patrizia Vicinelli parle pourtant de « mondes qui finiss[ent], parfois », en se référant au monde du Graal. Ouvre l’hypothèse d’un monde qui n’est pas fini, et encore vivant. L’obsolescence d’un personnage est toujours provisoire, surtout dans la littérature contemporaine qui fait revivre des personnages pour faire vivre de nouveaux types d’expression. Cette opération de remémoration subsiste chez Roubaud, ou chez Italo Calvino. Dans cette opération, Gauvain occupe une place particulière. Ce personnage connaît une faveur particulière dans les ouvrages médiévaux : il apparaît dans plus de vingt textes en français médiéval. Ce personnage arborescent vieilli et connaît un déclin, correspondant à l’obsolescence d’un univers culturel – il faut s’interroger sur les formes que prennent cet automne de Gauvain.

La représentation de Gauvain présente sur le dôme de Modène est la plus ancienne trace du personnage. La première trace écrite apparaît dans la Gesta Regum Anglorum de William de Malmesbury : Gauvain y apparaît déjà comme un personnage disparu, comme un souvenir dont la trace reste vivace à travers sa sépulture. Il est déjà représenté comme le vestige d’un monde qui n’existe plus : sa naissance se fait déjà dans l’obsolescence. L’étude de Gauvain, en réunissant ses traces, arrive toujours à la conscience d’un manque. Dans Erec et Enide, « devant toz les buens chevaliers / doit estre Gauvains li premiers », il possède un privilège mythique, selon la formule de Frappier.

Apparaît aussi un Gauvain vieilli, capable d’échec, dès La Charette où il tombe dans une rivière : on le croira mort. Chrétien insiste sur l’humanité du personnage, pour rappeler qu’il est un chevalier comme les autres : sa mise en comparaison avec d’autres chevaliers constitue un détournement de perspective. Dans Le Conte du Graal, les échecs de Gauvain se multiplient (il perd son cheval plusieurs fois). Cette modification, observable chez Chrétien et dans les continuations, peut-elle être considérée comme l’indice d’une obsolescence du personnage, par son vieillissement, par le vieillissement de son modèle de chevalerie ? Cette dégradation morale est le symptôme de cette obsolescence narrative, dans des romans où le concept de temps est totalement déformé, comme l’a montré Philippe Walter.

Dans les romans en vers, comme chez Raoul de Houdenc, Gauvain se dirige vers la démesure. Mais dans La mort du roi Arthur, le monde arthurien lui-même est plongé dans son automne, et le calendrier festif perd toute sa consistance. La persistance des valeurs chevaleresques s’accompagne de la dégradation morale des personnages. L’auteur indique qu’« à cette heure, messire Gauvain pouvait bien avoir soixante-seize ans et le roi Arthur quatre-vingt douze ans » (trad. Monique Santucci, chapitre 158). Le vieillissement se marque par des traits physiques. Ce déclin a été préparé par les textes précédents ; mais le temps émerge ici de face explicite, à un moment narratif où les gens vivent dans un temps déformé. La mort d’Arthur comme celle de Gauvain marquent la fin de ce monde. Mais la clôture n’en est pas forcément une : dans Graal-Fiction, un très long chapitre est consacré au personnage de Gauvain à partir d’une quantité de sources médiévales françaises et anglaises. Le personnage peut y retrouver une nouvelle forme de vie. Ce personnage, arborescent, est donc vivant à travers une opération de remémoration.

Questions

Sarah demande si les ajouts par rapport au texte latin reflètent le lien entre l’auteur et la pratique de la médecine. Adeline répond qu’ils permettent de réfléchir au lien entre copie et traduction.

Mathias demande si le terme de sucre, qui apparaît dans le texte, est courant à l’époque. Adeline précise que le mot a été introduit par le monde arabe, et qui est arrivée par la redécouverte du monde arabe, par la voie italienne et espagnole. Le terme n’a pas de graphie fixe.

Florian demande si des insultes apparaissent dans les sources, où un personnage serait accusé de porter des vêtements qui ne seraient plus à la mode. Anne répond que les insultes liées à la mode sont toujours liées à la nouvelle mode et pas à la nouvelle. On trouve des textes sur la bataille de Crécy où on précise que les Français ont perdu parce qu’ils portaient des vêtements efféminés. Marielle précise que dans le théâtre médiéval, des personnages de vices insultent des personnages de vertus sur leurs vêtements conservateurs.

Maxime s’interroge sur la possibilité, dans l’iconographie, de voir des différences chronologiques des vêtements, avec des classes défavorisées portant des vêtements plus anciens et des classes favorisées à la mode. Anne répond que cela se rencontre : la série des arbres de la vie, faits aux 14e et 15e siècles, représente les adolescents avec des costumes courts. Les autres personnages portent des vêtements plus longs.

Louis-Patrick demande à Adeline des précisions sur les recettes figurant dans le fragment parlant des menstrues des femmes. Ce manuscrit se présente comme un brouillon revêtant un usage pratique, sans uniformisation de la matière. Laisse songeur sur la raison de la présence du discours sur les menstrues dans cet ensemble.


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Cette entrée a été publiée dans Année en cours, Billets le par .

À propos Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)