Compte-rendu de la séance du 17 mars 2017 – « Obsolète, désuet, anachronique » (I)

CR-17 mars Questes

Obsolète, désuet, anachronique (I)

Présents : Marie-Christine Payne – Université Paris III, ED 120 ; Jessy Simonini – ENS Paris ; Yoan Boudes – Université Paris-Sorbonne, ED 5 ; Pauline Guéna – Université Paris-Sorbonne, ED 1/Centre Roland Mousnier ; Viviane Griveau-Genest – Université Paris Ouest, ED 138 ; Maïté Sauvêtre – Université Paris Nanterre, ED 138 ; Elise Banjenec ; Juliana-Eva Rodriguez – EHESS ; Sarah Delale – Paris-Sorbonne, ED 1 ; Mathias Sieffert – Université Paris III, ED 120 ; Maxime Fulconis – Université Paris-Sorbonne, ED1/Centre Roland Mousnier ; Florian Besson – Université Paris-Sorbonne, ED1/Centre Roland Mousnier ; Catherine Kikuchi ;Sung-Wook Moon – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Adeline Sanchez – Université Paris – Sorbonne, ED 5 ; Nicolas Moucheron – Institut Universitaire d’Architecture de Venise ; Daniele Mariani – EHESS ; Joanna Augustyn – Université Paris-Sorbonne, ED 1 ; Marie-Antoinette Alamenciau – ENS Paris ; Yunhero NA – Université Paris III, ED 268 ; Tom Sadler – Université Paris-Sorbonne, ED1

Introduction, Maxime Fulconis, Mathias Sieffert, Sarah Delale

Maxime introduit le sujet par une citation d’Ekkehard d’Aura (vers 1125), qui accuse en substance les détracteurs de la croisade de nourrir une vision ancienne et dépassée du monde : le pacifisme évangélique des origines devrait laisser place à des méthodes nouvelles car le monde a changé. Cet exemple permet de nuancer l’idée que les hommes et les femmes du Moyen Âge ont systématiquement valorisé les objets et modèles anciens, mais qu’ils pouvaient au contraire les penser nuisible en raison de leur obsolescence.

Mathias interroge ensuite les notions d’obsolète, de désuet et d’anachronique : elles supposent une tension entre deux époques, tension qui peut être réelle ou perçue. Les trois termes, obsolète, désuet et anachronique, évoquent cette tectonique des temps. Les médiévaux, eux, connaissent la métaphore de la mue des oiseaux. Machaut évoque ainsi dans le dit de l’Alérion la mue du d’un oiseau qui en devient si changé qu’il est perdu. L’étymologie offre quelques pistes de réflexion : aucun des termes n’existe en ancien ou moyen français, mais obsoletus existe en latin tardif. Désuet est ce qui n’est plus « habituel », de « solere ». Obsolète signifie ce qui n’est plus dans la coutume. Anachronique évoque ce qui est en arrière dans le temps. La relative rareté du vocabulaire est sans doute significative : la société médiévale est tellement traversée d’anachronismes qu’il ne lui viendrait pas à l’esprit de les désigner par un lexique spécifique.

Sarah propose des définitions de travail pour le séminaire par un tableau récapitulatif. Serait obsolète ce qui continue d’être utilisé dans sa fonction d’origine, mais a perdu de sa pertinence dans sa fonction ou les représentations. Le désuet glisserait alors du côté de la perception : ce serait la coloration positive ou négative associé à l’ancien, qui donne une nouvelle valeur aux objets. L’anachronique serait enfin à la fois du côté de la réalité et de la perception et mettant en relation deux époques très éloignées.

Maxime revient sur le sort que les médiévistes ont fait à ces concepts. Ila apparaissent sous la plume des historiens romantiques, puis disparaissent jusqu’aux Annales, lorsqu’on s’interroge sur le remplacement de structures sociales et économiques par d’autres. Pourtant jamais les anciennes structures ne sont pensées comme obsolète, on se concentre sur le renouvellement. C’est donc un thème sous-jacent de la production historiographique du second XXe siècle. La Nouvelle Histoire reprend en partie ces questions. Dans le prologue de Jacques Le Goff à l’Automne du Moyen Âge, il écrit que c’est dans son automne que l’on peut comprendre le mieux un monde qui disparait. Parmi les travaux récents, on peut citer la question du remploi, de la réutilisation.

Sarah se concentre sur la question de l’obsolescence ressentie. Elle trouve des exemples littéraire d’objets dépassés, tel qu’une lettre de Tristan qui n’est plus lisible car le parchemin est abîmé, une incapacité du recepteur à l’utilisé, ou bien une perte de référentiel entre les deux. Elle montre que le texte obsolète ou désuet est rattaché à l’ailleurs, tandis que la perception est ancrée dans le présent. L’étrangeté s’exprime de plusieurs manières : par la métaphore spatiale, la métaphore de possible et de la fiction. Cette seconde métaphore est analysée par Ricœur, qui écrit que ce décalage « place l’histoire dans le voisinage de la fiction ». ces deux métaphores n’envisagent pas le décalage du désuet et de l’anachronique selon une courbe de temps, mais comme une stylisation particulière des objets de notre présent. Trois réactions sont observées : le mépris ou le rejet, l’empathie, et l’actualisation. La troisième est particulièrement riche au Moyen Âge. Un objet obsolète peut être resémantisé, comme c’est le cas avec les mises en prose de romans arthuriens du siècle précédent. Le mécanisme fonctionne aussi dans l’autre sens : dans la fiction médiévale, les objets merveilleux sont le plus souvent actualisés. La lance qui saigne ou le graal sont rattachés au temps néotestamentaire. Dans l’Erec et Enide de Chrétien de Troyes, les héros projettent une chasse au cerf blanc « ceste chace iert mervelleuse ».

Mathias envisage la question des transmissions de texte, dont le nombre de copies varie selon les époques, par perte progressive ou modernisation. Il envisage aussi des exemples poétiques de ces transmissions. Dans Guigemar, il est fait mention d’un texte musical qui aurait préexisté, et aurait permis d’écrire ce texte. Les lais narratifs jouent donc sans cesse avec une possible antériorité. Les lais se présentent ainsi souvent comme ouvert à l’insertion de textes précédents : des poèmes antérieurs servent de réservoir lyrique aux textes du XIVe siècle. On trouve dans le même temps des exemples de retour à la modernité. Dans le Châtelain de Coucy, le châtelain prononce un virlet, forme moderne présenté comme ancienne, mais vouée à créer un effet de modernité.

Maxime conclue en annonçant les interventions du séminaire.

Elise Haddad (EHESS)- (Ré-)utilisation de formes anciennes dans le décor sculpté de Beaulieu-sur-Dordogne

L’église de Beaulieu-sur-Dordogne a été reconstruite en style roman en 1130. Elise commence par présenter des lions du portail principal, qu’elle présente comme caractéristique d’un style de sculpture soigné du début du XIIe siècle, afin que le public puisse les comparer avec le corpus qu’elle a retenu pour son étude. Il s’agit de bas-reliefs présents à l’intérieur de l’église, dans la partie réservée aux moines.

Deux bas-reliefs représentent le monde avant la chute : deux lions pacifiques se nourrissent de plantes et cohabitent avec l’homme. Leur style est soigné et pourrait être daté du début du XIIe siècle. Il est cependant stylistiquement éloigné des lions du portail principal. Le troisième représente le monde après la chute : les bêtes sont devenues carnivores et combattent l’homme. Le style est très figuratif, évoquant une réalisation moins soignée ou plus ancienne. S’agit-il de réemploi ? Le style fut-il délibérément choisi pour évoquer une époque ancienne ? Ici les personnages sont schématiques, ils pointent vers un ancien non bibliques, mais peut-être vers l’ancien artistique des années qui précèdent, ou des églises au programme architectural moins ambitieux mais contemporaines. Dans tous les cas, l’usage d’un style ancien, désuet, a été choisi pour représenter des scènes se passant à différentes époques.

Les représentations de lions archaïques pointent donc non seulement vers une époque précédente, mais aussi vers un discours précédent, où le statut de l’animal était différent. Qu’il s’agisse de réemploi ou de réalisation ad-hoc, l’usage de styles de sculpture anciens, désuets, a été jugé adéquat pour évoquer différentes époques du passé.

Anna Arato (ENS Paris), « Ceste histoire ait esté aucunefois romanciiee par rimeLa Manekine de Philippe de Rémi et sa version remaniée par Jean Wauquelin »

Le roman de Jean Wauquelin La Manequine a fait l’objet de remaniement au XVe siècle. Le public rencontre dans les œuvres d’un ou deux siècles avant une série de difficultés langagières dès le XVe siècle. A la cour de Bourgogne de nombreux livres en ancien français sont mis en prose. Wauquelin parle de transposer les ouvrages « en clai français », il s’agit en réalité de les rajeunir. Les techniques ne sont pas particulièrement différentes de celles qu’exigent le passage du latin au français, et pourtant le terme « translater » apparait fréquemment. La prose est alors en train de devenir, particulièrement à l’époque de Philippe le Bon, une technique qui assure l’actualité du texte.

Wauquelin est originaire de Normandie, travaille à la cour des ducs de Bourgogne, où il a plusieurs commanditaires. Il traduit du latin des textes hagiographiques, puis s’occupera de réécritures, et copie également des manuscrits. Quel regard portait Wauquelin sur sa propre réécriture, et quelles étaient ses techniques ? Le texte n’est pas modifié que dans son contenu : la structure change aussi, et il est découpé en chapitres. Il coupe aussi dans le texte, en privilégiant l’essentiel par des synthèses des longues descriptions de voyage, de tournois, abrège les monologues ou les prières, et même la conclusion. L’économie du récit change donc entièrement. Ces raccourci apparaissent dans le texte explicitement (« mais nous en passerons en brief »…) Il ajoute également des amplifications, vouées à accentuer le genre religieux du récit, la psychologie des personnages, ou l’aspect moralisant de son histoire. Il ajoute ainsi parfois des citations bibliques, en latin. Enfin, les questions politiques sont aussi amplifiées, par une attribution d’identité historique aux personnages principaux, ou par des allusions à la croisade.

Ces transformations ont pour effet d’atténuer le noyau folklorique de son œuvre. Wauquelin crée un texte plus religieux et plus historicisant, ce qui est certainement une manière de répondre aux attentes de son public dont les gouts ont changé aussi bien pour la forme que pour le contenu.

Questions

Viviane revient sur les différents rapports au passé que pointait Sarah. Elle suggère que l’empathie pourrait trouver un exemple dans l’intérêt pour des pratiques spirituelles antérieures. Mathias répond que c’est assez délicat, car il faudrait montrer une empathie qui diffère de la rhétorique habituelle de valorisation du passé. Viviane invite à chercher là des exemples d’objets présentés comme obsolètes, et pourtant objets d’empathie.

Catherine demande à Elise s’il est fréquent de réutiliser un style ancien pour s’en moquer, et s’il existe d’autres exemples. Elise répond qu’il faut sans doute relativiser l’aspect de moquerie et d’ancienneté : il s’agit peut-être d’un rapport centre/périphérie, car de telles représentations existent dans des lieux de culte plus modestes mais contemporains. Catherine demande si c’est tout de même délibéré. Elise répond que c’est son hypothèse, mais que ce n’est néanmoins pas fait sur le mode parodique. Maxime rebondit sur cette idée de la dérision de ce qui est ancien en rappelant un article de George Dunois sur les vieux combattants tournés en dérisions car ils ont perdu leur fonction sociale première.

Elise Banjenec demande à Elise Haddad si dans la troisième image, qui amplifie certaines parties du corps, peut être significatif, car cette disproportion est fréquente à cette époque. Elise suggère que cela pourrait être une manière de rattacher le personnage à ceux qui travaillent de leurs mains, ses bras et ses jambes étant surdimensionnés.

Sarah demande à Anna si des éléments de contexte anciens ont été préservés dans le texte qui se heurteraient avec les ajouts de Wauquelin. Anna répond qu’il n’y a pas vraiment d’éléments de contexte dans le texte original. Maïté demande si c’est une manière de transcrire le texte dans sa propre époque. Anna répond qu’à cette époque la Hongrie était connue par une base d’information réelle, mais était aussi le lieu de projection de nombreux imaginaires. Ici, il n’essaie sans doute pas de reproduire la Hongrie de son époque. Il s’agit plus d’un traitement du merveilleux.

 


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Cette entrée a été publiée dans Année en cours, Billets le par .

À propos Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *