Compte-rendu de la séance du 10 février 2017 – « La résistance au Moyen Âge » (II)

La résistance – séance 2

Présents : Adrien Carbonnet – Université Paris-Sorbonne, ED1 ; Anh Thy Nguyen – Université catholique de Louvain ; David Dominé-Cohn – EHESS ; Marie-Christine Payne – Université Paris III ; Lucie Jollivet – Université Rennes II ; Tom Sadler – Université Paris-Sorbonne, ED1 ; Marielle Devlaeminck – Université Paris III ; Melissa Barry – LAMOP/Université Paris 10 ; Adeline Sanchez – Université Paris-Sorbonne ; Thibaut Mespoulet – Université Bordeaux-Montaigne ; Marco Robecchi – Université Paris-Sorbonne, ED1/Université de Vérone ; Mathias Sieffert – Université Paris III ; Sung-Wook Moon – Université Paris-Sorbonne, ED1 ; Hyojeong Wi – Université Paris 10 ; Sarah Delale – Université Paris-Sorbonne, ED1

Introduction – Anh Thy Nguyen – Université catholique de Louvain

Il existe durant tout le Moyen Âge toute une tradition de la pensée politique médiévale articulée autour de Thomas d’Aquin qui traite de l’exercice du pouvoir et, partant, de la résistance au pouvoir. Dans ce contexte, les médiévaux nourrissent également un intérêt renouvelé pour les œuvres d’Aristote, dont vont s’inspirer fortement Raoul de Presles, Nicolas Oresme, Gilles de Rome, Jean de Salisbury ou encore Philippe de Mézières.

Le champ politique est investi par les poètes. Se développe ainsi une poésie d’actualité avec des auteurs comme Guillaume de Machaut et Eustache Deschamps qui s’insurgent contre les maux que subit le royaume de France (guerres, troubles, famines, maladies). Amorcée préalablement par Rutebeuf au milieu du XIIIe siècle, se fait alors jour la question de l’engagement du poète, de sa réflexivité quant à son rôle, sa responsabilité et son influence. À la fin du Moyen Âge, de nombreux auteurs (Eustache Deschamps, Alain Chartier ou Christine de Pizan) se livrent à une réflexion politique et morale autour de la question du pouvoir (qu’il soit politique ou religieux). Bon nombre de ces réflexions prennent la forme d’une critique sociétale.

Ainsi, la littérature, et en particulier la littérature de circonstance, constitue un réceptacle privilégié de la résistance des esprits. À ce titre, bon nombre de chercheurs ont exploité ces textes dans ce qu’ils pouvaient nous éclairer quant à l’histoire des idées politiques au Moyen Âge. Par ailleurs, au-delà du contexte, il existe deux autres façons d’appréhender la résistance (qui ne sont d’ailleurs pas exclusives l’une de l’autre) : l’analyse du texte à proprement parler et celle du codex (c’est-à-dire hors texte : comment se matérialise la résistance dans la réalité du codex ? Comment s’exprime-t-elle dans les marges, au sein de l’intertexte, au travers de notes, de ratures ou de grattages ?).

Marie-Christine Payne – Université Paris III – « La résistance au féminin dans le Roman de Perceforest »

L’analyse porte sur les femmes de la forêt persécutées par le lignage de Darnant dans le roman de Perceforest et plus largement sur la question de la résistance féminine dans un roman masculin. Si le mot de résistance est peu employé dans cette œuvre, cela ne signifie pas pour autant que les femmes sont incapables de résister.

Les formes de la résistance sont multiples. Certes, la résistance physique de ces femmes est exclue, et à chaque fois c’est un chevalier de Perceforest qui doit les sauver. Toutefois, elles peuvent participer aux batailles, telle Lyriope qui, en maîtresse des lieux, tient un château. Mais ce cas est exceptionnel, les autres femmes résistent par la parole en prévenant le chevalier en danger ou en guidant les chevaliers de Perceforest dans la forêt. La résistance de ces femmes aux violences du lignage de Darnant apparait clairement lors du siège du château de Malebranche. Les femmes se regroupent, chevauchent, utilisent des messagères, tiennent conseil, offrent l’hospitalité aux chevaliers. Cette action conjointe des chevaliers et des femmes permet d’ouvrir la forêt et de battre Darnant.

Cette résistance des femmes s’inscrit dans l’œuvre civilisatrice de Perceforest et est doublement légitime. Elle est, d’une part, la juste réponse aux violences qu’elles subissent. D’autre part, la violence des femmes est dirigée uniquement contre le lignage Darnant qui menace le roi. Il y a donc une résistance des femmes à la résistance de ce lignage au roi.

Sung-Wook Moon – Université Paris-Sorbonne – « La lutte continue. Rutebeuf après la défaite de l’Université »

La communication porte sur les poésies universitaires de Rutebeuf, en particulier la complainte de maitre Guillaume de Saint-Amour. De 1254 à 1259, une polémique universitaire éclate à Paris entre maitres séculiers et mendiants qui finit par le triomphe de ces derniers. Rutebeuf écrit pour les vaincus, il arrive sur le tard, quand la défaite parait irrémédiable. Ecrivant en langue vernaculaire, Rutebeuf utilise la satire et le pamphlet pour dépasser la simple littérature polémique saturée par des traités, serments et disputations en latin.

Dans la complainte de maitre Guillaume de Saint-Amour (chef des maitres séculiers en exil), Rutebeuf défend le parti vaincu. Dans ce poème, le « je » du poète est quasiment absent et s’efface derrière le discours de l’Eglise personnifiée. Plus qu’une humilité, l’effacement de l’auteur est une ruse. La parole d’autrui est ainsi instrumentalisée.

La complainte donne un exemple à suivre, non pas celui de Guillaume de Saint-Amour, qui est un modèle à admirer plus qu’à imiter, mais celui de la voix humaine derrière la personnification de l’Eglise. Le choix de la complainte est stratégique. En s’appuyant sur le pathos et l’exagération, Rutebeuf nous montre que la défaite n’empêche pas la résistance.

Lucie Jollivet – Université Rennes II – « La résistance du milieu humaniste français à la Justification de Jean Petit et à sa diffusion, 1408-1430 »

Après l’assassinat du duc d’Orléans sur ordre de Jean Sans Peur en 1407, une équipe de théologiens prend en main la défense du duc de Bourgogne. Pour le principal d’entre eux, Jean Petit, Jean Sans Peur a sauvé le roi en faisant tuer un tyran. La Justification de Jean Petit est diffusée et sert la propagande bourguignonne. Cette diffusion des thèses de Jean Petit rencontre la résistance des milieux humanistes. Jean Gerson, Pierre Dailly et Nicolas de Clamanges rejettent la légitimité de l’homicide et répondent à la propagande bourguignonne avec cohérence.

La Justification est recopiée, certains exemplaires (destinés aux fils de Jean Sans Peur) sont richement enluminés. Des manuscrits se diffusent jusqu’en 1413, le parti d’Orléans est alors de retour à Paris et l’œuvre de Jean Petit est condamnée. Les exemplaires de la Justification sont brûlés. Mais en Bourgogne des exemplaires demeurent. La résistance continue à travers Jean de Monstrelet qui l’insère dans sa chronique.

Il ne subsiste aujourd’hui que trois manuscrits enluminés avec une miniature commune : celle du lion bourguignon défendant la couronne de France face à un loup féroce représentant Orléans. Cette propagande bourguignonne imagée est reprise par les humanistes et détournée. Ces derniers, notamment Laurent de Premierfait, utilisent également la guerre civile romaine pour établir un parallèle avec leur époque. Le duc d’Orléans assassiné se retrouve derrière des figures comme Pompée ou Marius, présentés comme des défenseurs du bien public. Les termes utilisés par Jean Petit sont également détournés. Par exemple, la juste ira du duc de Bourgogne devient rabies, la folie plus que la colère a conduit l’acte de Jean sans Peur

Questions

Mathias : Il y a de nombreuses rimes léonines et féminines dans la complainte de Guillaume de Saint-Amour, est-ce propres aux textes polémiques ?

Sung-Wook : Chez Rutebeuf les rimes sont toujours riches et marquées par un jeu sémantique. Cela reste à voir pour les autres auteurs de textes polémiques.

Adrien : Dispose-t-on de représentations iconographiques des femmes des forêts dans le roman de Perceforest, et plus généralement comment sont-elles présentées physiquement ?

Marie-Christine : Le portrait physique n’est pas présent d’emblée dans le roman de Perceforest, il se fait à partir du moment où le personnage masculin devient amoureux. Ces femmes sont décrites comme proches des fées, disposant d’un savoir, vêtues de blanc, les cheveux attachés souvent.

Anh Thy : Combien de manuscrits de la Justification de Jean Petit sont-ils conservés ?

Lucie : 3 manuscrits enluminés, 7 en tout (mais ce chiffre n’est pas exhaustif)

Anh Thy : Peut-on véritablement parler de propagande bourguignonne ?

Lucie : Véritable diffusion de l’œuvre, tout le monde en a connaissance en Europe. Par ailleurs, malgré l’ordre de les brûler, il est intéressant d’observer qu’il en reste. Monstrelet a enfin pu faciliter la diffusion.

Melissa : La figure du lion est ambivalente, dans les bestiaires et traités d’héraldique le bon lion côtoie le mauvais lion.

Lucie : Effectivement, chez Nicolas de Clamanges, le lion est négatif. Le loup quant à lui n’a pas cette ambivalence et est toujours négatif.

Sarah à Anh Thy : Chez Christine de Pizan, dans ses œuvres sur la passion, une liste des princes pour qui il faut prier est indiquées. Dans l’exemplaire qu’elle destine à Jean Sans Peur, Christine de Pizan a rajouté de sa main dans la marge « et pour le duc d’Orléans ».


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts