Compte-rendu de la séance du 10 juin 2016 – « Sexualités et interdits » (II)

Lors de cette seconde séance sont présentées quatre communications :

« La dévotion aux saintes dans les Miracles Nostre Dame de Gautier de Coinci : une érotique du langage aux frontières de l’interdit » – Claire ARACIL (Université Paris III)

La question est celle de la place de la sexualité dans les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci.  La dévotion s’y pense à travers l’épuration de la sexualité. Il y a un paradoxe très creusé dans l’œuvre de Gauthier de Coinci : on y trouve des détails sulfureux ou des troubles physiques, mais qui servent à mettre en valeur la piété des personnages masculins. Trois motifs le montrent :

  • La Nuit de Noce: Marie est présentée comme rivale à la mariée. Le récit commence par l’épisode de l’anneau glissé à la main de la statue de la Vierge qui replie le doigt, mais le jeune clerc préfère se marier malgré ce signe. Marie réapparait lors de la nuit conjugale. La présence onirique de la Vierge dans le lit conjugal est décrite à travers un langage qui n’est pas que romanesque, mais se rapproche des fabliaux.
  • L’enlacement de la Sainte: c’est un motif qui revient pour des hommes d’église accomplissant parfaitement leur rôle de pasteur. Il apparait à deux reprises chez Gauthier de Coinci : pour l’évêque Ildefonse, puis pour Gauthier lui-même. Il y a alors une reprise de termes de la littérature courtoise. Dans le cas de Gauthier, la relique est représentée comme un corps à part entière.
  • Le baiser au visage: repris à travers l’histoire d’un clerc à qui la Vierge apparait et lui permet de l’embrasser au visage. Les termes lyriques insistent sur la plénitude du baiser. Le Cantique des Cantiques se laisse deviner en intertexte, de manière assez précise, même si la littérature des trouvères n’est pas non plus absente. Chez Bernard de Clairvaux, ce motif du baiser au visage est l’accomplissement d’un parcours en trois étapes, commençant par un baiser des pieds du Christ : c’était une allégorie du chemin de l’âme vers Dieu. Mais chez Gauthier, c’est le sens littéraire qui prend le dessus.

Gauthier ferait donc un lien entre spiritualité et sensualité, tout en développant des stratégies pour atténuer le caractère séditieux de son récit, par exemple en remplaçant la Vierge par une Sainte.

« Réveiller la Venus endormie : le plaisir sexuel et ses limites dans le discours médical (première moitié du XVe siècle) » – Estela BONNAFFOUX (Université François Rabelais de Tours)

Dans le cadre de la théorie hippocratique, le plaisir féminin est essentiel à la procréation, tandis que chez Aristote la femme sert de simple réceptacle, ce qui n’empêche pas que le coït de la femme permette de faciliter le passage du sperme. Le discours médical médiéval essaie de concilier ces deux théories. L’influence du Canon d’Avicenne se mêle à cet héritage en Occident. Au sein du couple conjugal, le plaisir devient parfaitement légitime, expliqué par la nécessité de la fécondité, le discours médical permettant de contourner l’interdit religieux. Trois auteurs développent ces problématiques : Bartolomeo Montagnana (m. 1452), Michel Savonarole (m. 1468) et Antonio Guaineri (m. 1458). Le coït est alors présenté comme une aide, plus ou moins nécessaire selon les auteurs, à la procréation.

Néanmoins tous ont le souci de prouver l’honnêteté de leur propos, conscients du caractère potentiellement sulfureux de leurs écrits. La liberté de ton du médecin se heurte à la moralité. D’où une reprise fréquente du passage d’Avicenne qui décrit un rapport sexuel en deux temps : ludus sans pénétration, puis coït : c’est une façon de se réfugier derrière une autorité. Les conseils varient d’un auteur à l’autre, notamment dans les détails des zones érogène à caresser, mais tous se rejoignent sur l’idée qu’il faut frotter l’espace entre la vulve et l’anus. Le texte Avicennien est donc repris plus ou moins fidèlement. L’emploi des aphrodisiaques est également conseillé chez Guaineri. Il s’agit donc de conseils très codifiés qui visent à revaloriser le plaisir masculin et féminin dans un but utilitaire.

Néanmoins tous les textes ne se détachent pas de l’image de la femme réceptacle, que conserve par exemple Bartolomeo Montagnana. L’image de la Vénus endormie permet de réconcilier ces différentes images : dans une position passive, sous l’homme. C’est également une tradition littéraire puis picturale. Elle correspond aux épithalames : poèmes donnés à l’occasion de noce. Par la suite, l’avènement de la langue vulgaire transforme la donne, et empêche la liberté de discours des médecins du XVe siècle : Ambroise Paré sera accusé de corrompre la jeunesse.

« Le viol d’Hersent : transgression sexuelle, transgression romanesque » – Nicolas GARNIER (Université Paris-Sorbonne)

Dans le Roman de Renard, le goupil se présente comme transgresseur par excellence. Il est qualifié de sodomite, la sodomie renvoyant ici à toutes les transgressions sexuelles. Le viol de la femme d’Ysengrin, Hersant, fait partie de ses exactions. Le viol équivaut alors à un crime : dans le Roman du Graal un chevalier accusé de viol est condamné un mois à manger avec les chiens, les mains attachées dans le dos. D’un point de vue juridique, on faisait une différence entre le viol d’une vierge et d’une femme mariée. Via l’exemple du Roman de Renard, jusqu’où le viol est-il considéré comme un interdit ?

Le viol est décrit avec force de détails portant sur l’animalité, alors qu’un équilibre entre animal/humain est généralement maintenu dans le récit. Mais dans la branche ou le viol est suivi d’une plainte devant le roi, cette dominante animal disparait. Cela renforcerait l’idée que le viol relève du monde sauvage. D’ailleurs dans les romans de chevalerie se déroulent toujours dans la forêt.

Néanmoins la situation est un terreau propice au comique, notamment via le ridicule du mari cocu devant ses propres yeux. On est là dans le registre du fabliau : via une grande trivialité avec laquelle le Roman de Renard décrit la situation, parce que Renard doit se défendre devant le tribunal des animaux. Mais on est aussi dans une logique judiciaire, où pour prouver qu’il y a eu viol la femme doit montrer qu’elle n’était pas consentante. Or les animaux parlent ici aussi bien d’adultère que de viol, ce qui pose la question de la définition judiciaire du viol.

Selon les branches du Roman, la louve a un rôle plus ou moins important et actif dans le procès. Dans les branches du Roman ayant pour thème la plainte d’Ysengrin, on retrouve parmi les arguments celui de l’amour : s’il y a eu amour, c’est qu’il y a eu adultère. L’allusion porte ici sur l’amour courtois, et suscite l’amitié du roi, d’où un effet de décalage comique. À travers le viol, c’est la littérature courtoise elle-même qui est « esforcée », car tous ses topoi sont transgressés.

« Et libido precipitare consuevit : viols de guerre à Soisson en 1414 » – Christophe FURON (Université Paris-Sorbonne)

L’expression est de Michel Pintoin pour évoquer les viols de guerre associés aux pillages : c’est le sort généralement réservé aux villes qui résistent lors d’un siège pendant la guerre de Cent Ans. Pourtant les contemporains semblent avoir été choqués par le traitement réservé à la ville, car on passe à des formules moins stéréotypées. Cette circonstance permet à l’historien d’étudier un peu plus précisément ces cas. Les sources restent rares et stéréotypées, ce qui explique que l’historiographie, qui se penche depuis les années 1990 sur la violence de guerre, dans le sillage des contemporanéistes, s’intéresse moins au cas des viols de guerre.

Dans le Journal d’un Bourgeois de Paris, dix viols sont mentionnés, et ce sont toujours des viols faits par des troupes armées. Les textes leur réservent donc un traitement particulier. Le terme qui revient le plus est « esforcer ». Le mot « violer » apparait aussi pour les pillages d’église, mais au XVe siècle il devient plus courant, et remplace progressivement « esforcer ».

Les stéréotypes l’emportent le plus souvent : présence de l’époux, présence des parents dans le cas de vierge… À travers le corps des femmes c’est la cellule familiale que l’on cherche à détruire. On voit un malaise à dire la présence de noble parmi les victimes. Par contre les prostituées ne sont jamais mentionnées, à une époque où la frontière entre prostitution, viol et adultère est fine.

L’épisode de Soisson apporte donc plus de renseignements. Néanmoins l’aspect métaphorique joue aussi : à travers le corps des femmes c’est la déchéance de l’ancienne capitale mérovingienne. La femme violée n’est donc pas un simple butin : elles représentent la communauté. Les viols de guerre de Soisson de 1414 sont a posteriori interprétés comme un châtiment divin devant perdurer dans le déshonneur et la destruction de la cellule familiale.

Question et échanges

Annabelle demande quel est le terme utilisé pour parler de plaisir, et si éventuellement il y avait aussi des influences de l’hédonisme antique. Estela répond que c’est toujours le terme delectatio qui revient. Quant aux hédonistes, comme ils ne sont pas enseignés à l’université, ils n’apparaissent pas dans les écrits médicaux.

Annabelle demande aussi que penser de l’épisode du bâtard de Vaurus, que Boris Bove présente comme une reconstruction à partir de différentes rumeurs. Elle se demande aussi si les femmes nobles sont identifiables. Christophe répond qu’elles ne sont pas encore identifiées. Quant aux rumeurs, il pense que le Journal du Bourgeois de Paris peut dire vrai : c’est un épisode de plusieurs pages. Adrien demande alors si Soisson aurait des sources administratives sur la question, mais ce n’est pas le cas.

Elodie demande à quelle époque on a commencé à disséquer les organes féminins et à en tenir compte. Estela répond qu’au XVIe les dissections ne sont autorisées que de manière exceptionnelle : on se base plus sur les textes anciens. Julie souligne tout de même que dès le XVIe il y a des dissections, ce qui a pour effet d’évacuer les sages-femmes des accouchements. Jusque-là les sages-femmes étaient assermentées et payées par la ville pour réaliser les accouchements difficiles. C’est le développement des traités par les médecins. Estela rappelle que les femmes sont souvent mentionnées en collaboration : ce serait donc au XVIe que le basculement aurait lieu.

Elodie demande à Claire si la devotio moderna a une influence sur les textes. Claire considère qu’on serait plus proche du vocabulaire des femmes mystiques.

Florian demande quand apparait le mot d’orgasme, Estela répond qu’on est plus sur une description globale du plaisir. Florian ajoute qu’on est dans une définition foucaldienne de la sexualité, avec articulation avec l’ars erotica. Estela répond que ces textes sont en effet intéressant, parce qu’à travers l’efficacité, ils ont champs libre pour évoquer le plaisir en général.

Catherine demande pourquoi Hersent nie avoir eu des relations avec Goupil dans le cadre du procès. Nicolas répond qu’il s’agit d’un ressort comique, son mensonge étant évident. Mais Catherine souligne que dans certaines branches c’est elle qui pousse son époux à porter plainte. Julie demande si on retrouve dans les témoignages la question de l’honneur. Nicolas répond qu’Ysengrin pensant défendre son honneur se voit en réalité exposé devant toute la cour. D’où un traitement de l’honneur surtout perdu. Florian mentionne la miniature montrant le viol en se demandant si c’est une représentation fréquente et rappelle que c’est une représentation qui est aussi interdite, more canino, mais dans un château, donc à la limite entre animal et humain. Florian mentionne les travaux de Jérôme Devard qui travaille sur le rapport entre Roman de Renard et le droit.

Pauline G. propose de consulter l’ouvrage de Muchenbled sur l’apparition du terme orgasme et demande si dans les descriptions de plaisir féminin, il est parfois mention d’expérience du médecin ou de distinction entre les femmes basées sur l’âge ou d’autres critères. Estela répond que l’expérience n’est jamais mentionnée, et qu’il s’agit de femme en général, sans aucune distinction particulière. Yoan propose de regarder es écrits de Hildegarde de Bingen qui est la première à avoir décrite le plaisir féminin sans référence à la procréation.

Florian demande si on a des témoignages de femmes nobles entrées en couvent après un viol, comme c’est le cas après la prise de Jérusalem par Saladin, ou le lien est non-dit mais évident. Christophe répond qu’on n’en a aucune mention : la honte est beaucoup plus importante. Dans un épisode où une femme noble est emmenée par les Anglais, le chroniqueur dit qu’il préfère s’en taire. On le retrouve dans les affaires judiciaires : les viols de nobles ne sont pas décrits. Nicolas demande si c’est parce que le rapt était plus fréquent, comme arrière-plan. Julie souligne que le rapt renvoie à des coutumes du XIIIe siècle, mais que l’honneur interdit en général de parler de viol. Elle rappelle les quatre conditions du coutumier de Philippe de Beaumanoir pour prouver le viol. Dans les registres de délibération, les seuls viols qu’on trouve sont des viols commis par des hommes d’arme. Pourtant il est certain qu’il y a une réalité du viol au quotidien. Adrien demande si l’église de Soisson a été pillée, Christophe confirme.


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts