Compte-rendu de la séance du 8 avril 2016 : « Faire de l’histoire au Moyen Âge » (II)

Liste des personnes présentes :

Anh Thy Nguyen (Université catholique de Louvain), Nicole Bergk Pinto (École nationale des chartes), Antoine Brix (Université catholique de Louvain), Louis-Gabriel Bonicoli (BnF), Shanshan Lu (Université Grenoble-Alpes), Geoffrey Loiseau (Université Paris-Sorbonne), Augustin Humbert (Université Paris-Sorbonne), Mélissa Barry (Université Paris I, LAMOP), Claire Donnat-Aracil (Université Paris III, ED 120), Pauline Lambert (Université Paris-Sorbonne, ED V), Élodie Pinel (Université Paris Ouest), Sarah Delale (Université Paris-Sorbonne, ED I), Florian Besson (Université Paris-Sorbonne, ED I), Catherine Kikuchi (Université Paris-Sorbonne, ED I), Élodie Guilhem (EPHE, ED 472), Céline Ménager, Mélanie Lévêque-Fougre (Université Paris-Sorbonne), François Wallerich (Université Paris X, ED 395), Pauline Bouchaud (EPHE, ED 472).

« Les beaux manuscrits, et puis les autres : Qui donc a lu les Grandes Chroniques de France ? » – Antoine BRIX (Université catholique de Louvain)

L’histoire de l’historiographie débouche sur de l’histoire sociale car il est nécessaire de définir le public des œuvres. Souvent, on connaît les possesseurs les plus connus (bibliophiles, quelques personnalités) ; on étudie également les bibliothèques. Mais cela n’est pas suffisant pour définir le public d’une œuvre. Il faut distinguer diffusion et réception. La diffusion concerne avant tout les canaux de distribution. La possession d’une œuvre renseigne sur sa diffusion. La réception est un phénomène matériel mais également intellectuel : elle implique une activité créatrice (des annotations par exemple), des gens qui lisent (contrairement à la diffusion).

Les Grandes Chroniques de France ont été composées à l’abbaye de Saint-Denis. Elles racontent l’histoire des rois de France depuis leurs origines troyennes jusqu’à l’époque de la rédaction (c’est-à-dire dire jusqu’au XIIIe siècle). Elles ont été continuées jusqu’en 1380. Il s’agit d’un grand succès de la littérature vernaculaire médiévale : les Grandes Chroniques de France sont l’un des textes français les plus largement conservés. Les beaux manuscrits des Grandes Chroniques de France sont bien connus. Mais leurs marges sont vierges et le texte n’est ni retravaillé, ni souligné, ni raturé. Ces manuscrits sont donc muets sur la question de leur réception. Leur propreté montre qu’ils n’ont jamais été lus. Il s’agit de manuscrits luxueux, leurs possesseurs sont des princes ou des aristocrates.

Antoine distingue deux grands profils de lecteurs :

  • les lecteurs amateurs que sont les aristocrates. En ce qui les concerne, le manuscrit est d’abord une parole : il est lu à voix haute dans un environnement agréable. La bibliothèque aristocratique est en effet un endroit de divertissement. On comprend alors que les manuscrits des lecteurs amateurs ne comportent pas d’annotations.

Antoine précise toutefois qu’il n’a pas trouvé à ce jour de témoignage de lecture publique des Grandes Chroniques de France qui constituent pourtant le « fonds commun de la culture historique » d’après Bernard Guenée. Les Grandes Chroniques ne sont pas seulement lues par la haute noblesse, mais également par une autre catégorie de lecteurs :

  • les lecteurs savants qui lisent dans le cadre de leurs fonctions : ce sont des officiers du roi qui ont des manuscrits plus modestes. La lecture est ici personnelle. Les lecteurs savants annotent les manuscrits.

Nous avons trois exemples de réception documentée des Grandes Chroniques de France :

  • Paris, BnF, nouv. acq. fr. 6225 : ce manuscrit, qui date des années 1410-1420, consigne les règnes des rois du XIVe siècle (de Philippe IV à Charles VI). Il est en langue picarde. Il a été produit et reçu aux Pays-Bas (cf. le seing présent sur le dernier feuillet, celui de J. Hellevin). Il comporte dans ses marges des annotations qui se rapportent au duché de Brabant. Ce manuscrit se trouvait dans la bibliothèque d’un érudit passionné par l’histoire du Brabant. On voit qu’ici les Grandes Chroniques de France servent les intérêts locaux d’un érudit aux marges du royaume.

Un autre manuscrit conservé à la BnF sert lui aussi les intérêts locaux d’un érudit qui souligne tout ce qui concerne Gand et Bruges.

  • Un 2e type de réception concerne l’utilisation du texte dans un contexte professionnel.

Paris, BnF, ms. fr. 23143 (XIVe siècle) : ce manuscrit comporte deux signatures : celle de Jean de Longueuil, 1er président du Parlement de Paris, et celle de Pierre de Longueuil, un évêque d’Auxerre qui exerce certaines fonctions au Parlement de Paris. On trouve des renvois bibliographiques dans les annotations. L’annotateur compare les textes des traités rapportés dans ce manuscrit des Grandes Chroniques de France avec ceux présents dans d’autres ouvrages. Ailleurs, l’annotateur se montre critique vis-à-vis du rédacteur des Grandes Chroniques qui n’est selon lui pas assez précis. Il va même jusqu’à remettre en cause la bonne foi de l’auteur qui tairait, d’après lui, l’explication d’un fait. Toutefois, cet annotateur pourtant bien informé ne semble pas savoir que les Grandes Chroniques de France sont l’une des productions les plus importantes du centre historiographique de Saint-Denis.

  • Le ms. Vatican, BAV, Reg. Lat. 921 appartient à un exemplaire en 3 volumes. Il date du XVIe siècle. Jean Le Féron (le possesseur – qui est membre du Parlement –) y a relevé des « prodiges » (astronomiques, météorologiques, etc.). Ce passionné de généalogie et d’héraldique dessine des blasons dans les marges du manuscrit en face des noms des grandes familles. Cet exemple démontre, en pleine Renaissance, un renouvellement de la lecture des Grandes Chroniques.

Antoine rappelle en conclusion que les différents exemples de réception qu’il a présentés montrent la diversité des interprétations et les différents contextes de réception (disparités géographiques, appropriation par les intellectuels). Il souligne que le problème en réalité, c’est la question de l’identité textuelle des Grandes Chroniques : qu’était vraiment le texte pour les lecteurs ?

« L’écriture de l’histoire à la fin du Moyen Âge : une étude textuelle et matérielle des Mémoires de Jean de Haynin » – Anh Thy NGUYEN (Université catholique de Louvain)

L’histoire joue un rôle politique et culturel à la cour de Bourgogne. Nous avons conservé le manuscrit autographe des Mémoires de Jean de Haynin. Cette œuvre constitue un exemple d’écriture de l’histoire au XVe siècle dans le milieu bourguignon. Jean de Haynin est un chevalier bourguignon du XVe siècle. Il faut savoir qu’il y a deux catégories d’historiens à la cour de Bourgogne ;

  • les indiciaires, qui sont stipendiés par les ducs pour écrire l’histoire.
  • les autres chroniqueurs qui ne reçoivent pas de rémunération. C’est à cette dernière catégorie qu’appartient Jean de Haynin.

Il propose un récit personnel des événements militaires et dynastiques des années 1465-1477. Dans ce texte en prose qui évoque la diplomatie et les événements mondains, il intercale des pièces administratives et littéraires, ainsi que des généalogies.

La rédaction semble s’étaler de 1466 à 1477 ; la mort de Charles le Téméraire clôt le récit. L’œuvre est en principe achevée. Le texte remplit tous les folios d’un seul manuscrit. Jean de Haynin fait très peu référence dans son texte à ses activités de rédaction.

Dans son prologue, l’auteur commence par affirmer sa subjectivité et rappeler ses origines sociale et géographique ; puis il déclare vouloir dire la vérité et explique le type d’histoire qu’il entend faire ; il justifie ensuite le recours à l’écriture par le refus de l’oisiveté avant de rappeler les rapports entre mémoire, histoire et acte d’écriture ; il se distingue enfin des professionnels de l’écriture. Les travaux de Bernard Guenée présentent essentiellement des profils d’historiens qui appartiennent à des institutions ou des collectivités. Or, à la fin du Moyen Âge, l’histoire est écrite par des personnes qui ne sont pas des professionnels de l’écriture.

Ce texte est à la croisée des genres historiographiques ;

  • par la rigueur de la progression chronologique, il participe du genre de la chronique.
  • il participe également du genre des mémoires même s’il ne couvre pas la propre existence de l’auteur mais plutôt le cadre de cette existence.

Ce texte tient donc à la fois de la chronique curiale officielle et de l’écrit personnel. il se rapproche également du livre de raison par son contenu familial et local (c’est le livre de la mémoire de la famille ; il est ensuite complété par le fils de Jean, François). On a donc une pratique historiographique qui oscille entre l’officiel et l’officieux.

Pour ce qui est de la diffusion, le manuscrit est conservé dans l’entourage familial de Jean de Haynin. Mais le fait que ce dernier s’intéresse aux événements de son temps et son adresse au lecteur laissent penser qu’il visait peut-être un lectorat plus large.

On constate l’emprise intellectuelle de l’auteur sur son texte. Celui-ci est travaillé, il ne s’agit pas de notes prises au quotidien. L’œuvre est organisée. L’auteur a une conscience littéraire. Il est à la fois auteur, narrateur, acteur et copiste. Comment construit-il son récit ? Il se repose tout d’abord sur les dires d’autrui. Les sources orales ne sont repérables que si Jean de Haynin les indique expressément. Les sources écrites sont distinguées du récit par leur disposition graphique et sont introduites par l’auteur. Elles permettent de consolider historiquement l’œuvre : le recours à des documents officiels confère à celle-ci une légitimité.

Jean de Haynin signe son œuvre, ce qui prouve qu’il a conscience de son identité et du fait d’être un auteur. Il ajoute une table des matières et numérote les feuillets après la rédaction (foliotation en chiffres romains). Pour aligner son texte, il utilise les traces du papier (c’est une alternative à la réglure). L’occupation d’un feuillet dépend de la nature du texte (les listes de noms sont présentées sous forme de colonnes, les poèmes sous forme de strophes, alors que le récit forme un bloc). Il arrive toutefois que Jean de Haynin insère une source écrite dans un bloc continu.

Si l’on distingue un souci esthétique de la part de l’auteur, ce dernier fait également preuve d’un souci pragmatique (qui s’explique aussi bien par le statut modeste de l’auteur que par les difficultés d’approvisionnement en papier) : il utilise au maximum son support. Jean de Haynin est un escrivain qui contrôle toute la chaîne de production, de la conception intellectuelle jusqu’à la réalisation matérielle. C’est un auteur modeste (ce qui explique qu’il ait choisi le papier – et non le parchemin – comme support). L’écriture n’est pas son métier. Nous avons ici le témoignage personnel d’un homme moyen, qui est toujours situé dans l’entre-deux (ex : sa perspective est bourguignonne mais il n’écrit à la solde d’aucun prince). L’œuvre, la personnalité et le manuscrit de Jean de Haynin sont riches de contrastes.

Anh Thy rappelle en dernier lieu qu’il ne faut pas sacraliser l’œuvre mais toujours tenir compte des conditions matérielles de production des ouvrages.

« Un discours poétique qui narre l’histoire : l’emploi des formes fixes dans La Vie Monseigneur Sainct Loys de Pierre Gringore (1513) » – Shanshan LU (Université Grenoble Alpes)

Pierre Gringore est un auteur polyvalent actif sous Louis XII et François Ier. Écrivain moraliste et polémiste, dramaturge, libraire, il publie lui-même ses œuvres. La Vie Monseigneur Sainct Loys tient une place importante dans la production de cet auteur. Cette pièce de 6000 vers a été rédigée vers 1513. Elle a été commandée par la confrérie des maçons et charpentiers pour honorer leur saint patron. En exaltant les mérites de saint Louis, Gringore met en parallèle Louis XII et son prestigieux ancêtre. Il cherche à brosser un portrait du prince idéal et exprime ses revendications politiques.

Quelle est la culture historique et littéraire de l’auteur et, plus généralement, celle des intellectuels autour de 1500 ? Peut-elle nous éclairer quant à la question de la périodisation entre Moyen Âge et Renaissance ? D’après Bernard Guenée, à la fin du Moyen Âge, l’histoire est une passion pour tout le monde. Shanshan rappelle que le XVe siècle est celui des Grandes Chroniques de France dont le succès ne se dément pas jusqu’à la fin du XVIe siècle, dans les livres imprimés notamment. Elle insiste sur le fait que Gringore est un éditeur et un libraire en plus d’être un auteur et qu’il vit à une époque où l’on constate un renouveau d’intérêt pour saint Louis. Shanshan se demande donc si Gringore n’aurait pas trouvé une version abrégée du passage sur saint Louis présent dans les Grandes Chroniques de France.

Shanshan propose ensuite de se livrer à une analyse des pièces du corpus comportant des formes fixes. Elle précise que Gringore a une véritable auctoritas sur les textes. Il appartient au groupe des grands rhétoriqueurs. Chaque livre de son œuvre commence par une vingtaine de décasyllabes, comme un petit prologue. C’est dans la cristallisation du langage que l’on trouve la force de la parole. Les formes fixes donnent de la vivacité au texte dramatique. Elles apparaissent surtout dans les moments cruciaux (scènes de martyres, batailles, meurtres, incidents).

Les rondeaux sont prépondérants, ils sont nombreux dans les drames. Ils permettent la répétition d’une parole. Dans l’exemplier distribué par Shanshan, on a le schéma du triolet. Cette uniformité est-elle là pour donner de la cohésion à l’ensemble ? S’agit-il d’un choix délibéré ? Shanshan rappelle que pour les grands rhétoriqueurs du XVe siècle, rime et raison sont toujours liées.

Elle présente ensuite des exemples de triolets « monologues » et polyphoniques issus de son exemplier. Gringore est pleinement un auteur qui développe les faits historiques en donnant une vivacité à leur forme. Le jeu ingénieux des formes fixes fédère les pièces dans l’œuvre.

Questions et échanges

Céline : Quels sont les documents officiels insérés par Jean de Haynin dans ses Mémoires ? Comment se les est-il procuré ?

Anh Thy : Il s’agit d’édits, de lettres officielles. Mais on trouve également des pièces littéraires. On ignore la manière dont Jean de Haynin a pu se procurer ces textes. Il faut toutefois noter qu’ils apparaissent dans d’autres manuscrits de l’époque. On a ainsi une autre copie d’une lettre de Marguerite d’York. Jean de Haynin la réécrit dans son dialecte. On a donc une véritable appropriation du texte par l’auteur. Mais on voit qu’il porte toujours sur les événements mondains un regard extérieur ; il n’est donc pas immergé dedans, ce qui montre qu’il n’avait pas une fonction très importante à la cour de Bourgogne qui lui aurait permis d’avoir accès à tous les événements/documents.

Catherine : A-t-on conservé des inventaires de bibliothèques ? Si oui, parmi quel genre de textes étaient classées les Grandes Chroniques de France dans ces documents ?

Antoine : On a un inventaire de 1548 qui est édité. Dans certains inventaires, les œuvres historiques sont regroupées, dans d’autres, ce n’est pas le cas. Ces documents reflètent souvent la « géographie physique » des bibliothèques. Mais je n’ai plus l’inventaire de 1548 en tête.

Question : La modestie affichée par Jean de Haynin est-elle un topos ? Jusqu’à quel point peut-on le croire dans sa modestie ?

Anh Thy : Oui, il s’agit d’un topos. Jean de Haynin accrédite ainsi sa position d’impartialité.

Louis-Gabriel : Pourquoi n’avez-vous pas pris en compte les imprimés renfermant les Grandes Chroniques de France ?

Antoine : Ils n’ont pas bénéficié des mêmes inventaires que les manuscrits et sont donc plus difficiles à retrouver. Par ailleurs, cela ferait un corpus trop important (j’ai déjà 130 manuscrits).

Louis-Gabriel : On trouve peut-être une mention de lecture publique des Grandes Chroniques de France dans un ouvrage en anglais dont le titre serait (approximativement) Lectures publiques en France et en Angleterre.

Florian : Dans quelle mesure la distinction lecteur-amateur/lecteur-savant recoupe-t-elle la distinction documents littéraires/documents de la pratique ?

Antoine : On n’a pas d’un côté, les lecteurs amateurs qui ne lisent que de la littérature et de l’autre, les lecteurs savants qui ne lisent que des documents de la pratique. Les lecteurs savants lisent aussi de la littérature de divertissement.

Florian : À un moment, Guillaume de Tyr dit à son lecteur qu’il peut sauter un passage qui est ennuyeux.

Question : Y a-t-il des copistes qui ont sauté le passage en question dans leur transcription du texte ?

Florian : Je l’ignore.

Question : A-t-on retrouvé des annotations qui ne sont pas dans le manuscrit ?

Antoine : Non, pas pour l’instant.

Anh Thy : La matérialité concerne la réception ET la diffusion ?

Antoine : Oui, les deux. Mais la diffusion est quelque chose d’uniquement matériel alors que la réception a aussi un côté intellectuel.

Question : Avons-nous d’autres traces que les annotations pour étudier la réception ?

Antoine : Oui, on a les réécritures, les citations dans d’autres œuvres, etc.

Céline : La différenciation entre diffusion et réception, cela fonctionne très bien si l’on a 130 manuscrits mais si l’on n’en a que deux ou trois, pas sûr…


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts