CR de la séance du 11 mars 2016 : « Faire de l’histoire au Moyen Âge » (I)

Compte-rendu de la séance du 11 mars 2016 : « Faire de l’histoire au Moyen Âge » (I) 

Liste des personnes présentes :

Mélanie Fougre-Lévêque (Paris IV), François Wallerich (Paris Ouest Nanterre), Pauline Bouchaud (EPHE), Marco Robecchi (Vérone/Paris IV), Floriana Ceresato (Paris IV), Élisa Mantienne (Lorraine), Mélissa Barry (Paris I), Louis-Patrick Bergot (Paris IV), Jean-David Richaud (Paris I), Maïté Sauvêtre (Paris Ouest Nanterre), Sung-Wook Moon (Paris IV), Adeline Sanchez (Paris IV), Jean Cruchet (Paris IV), Sophie Poirier (Paris IV), Géraldine Toniutti (Paris III), Justine Breton (Picardie), Adrien Carbonnet (Paris IV), Catherine Kikuchi (Paris IV),  Élodie Guilhem (EPHE), Marie-Christine Payne (Paris III), Thomas Ledru (Lille 3)

Introduction du thème par les organisateurs-Pauline Bouchaud (EPHE), Mélanie Lévêque (Paris IV), François Wallerich (Paris X)

François rappelle les trois grandes problématiques évoquées dans l’appel à communication : la diversité des profils d’historiens et du public pour l’histoire au Moyen Âge ; les méthodes historiques ; les contours flous du genre historique. Les organisateurs s’inscrivent dans la tradition historiographique de Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, qui a conduit à un renouvellement des recherches, avec à sa suite, ses élèves. La question est encore d’actualité, comme en témoignent les actes d’un colloque de l’université de Versailles Saint Quentin en Yvelines sur l’écriture de l’histoire.

Il s’agit d’abord de s’interroger sur la diversité des profils d’historiens. On peut reprendre la typologie de Guenée :

  • Des historiens liés à une institution religieuse : moines, chanoines, évêques. Au XIIIe, les frères mendiants s’attachent à la question de la vulgarisation des savoirs.
  • Des courtisans attachés à un patron.
  • Des individus liés à l’administration : chancellerie, notariat ; ils s’appuient plus sur des sources diplomatiques, et sont de plus en plus laïcs.
  • Des amateurs qui écrivent pour le plaisir. Ils se multiplient aux XIVe-XVe, des laïcs le plus souvent.

Pauline revient sur le jugement sévère des historiens modernes ou contemporains sur les historiens médiévaux. Bernard Guenée cherche à réhabiliter les historiens du Moyen Âge en revenant sur leur travail.

La première étape, c’est le rassemblement de la documentation. On trouve différents types de sources : l’expérience personnelle, le témoignage visuel de témoins authentiques et dignes de foi ; la tradition orale, la fama ; les livres (sources historiographiques, littéraires, hagiographiques ou liturgiques) ; les sources diplomatiques, dès le haut Moyen Âge (le document d’archives devient une source privilégiée aux XIVe et XVe siècles) ; enfin, les sources épigraphiques et archéologiques.

La deuxième étape du travail consiste en l’élaboration de l’œuvre. Parfois les auteurs indiquent en tête de l’ouvrage les sources, de façon plus ou moins précise. Certains sont parfois naïfs et crédules, d’autres recherchent la vérité avec critique, même si le poids des autorités reste fort. On cite et on critique les sources. La compilation est un authentique travail qui varie de l’enchaînement simple de textes juxtaposés à l’entrecroisement plus serré, avec un travail d’abréviation.

La troisième étape est la composition de l’œuvre, avec une organisation qui dépend du genre. Il faut prendre en compte les lois à respecter. Le plan divise l’œuvre en livres, voire en chapitres, avec un découpage symbolique ou chronologique. Le style varie du style simple de la chronique au style élégant de l’histoire. Les illustrations se multiplient à partir du XIIe siècle.

Aucun récit historique n’est neutre. Il y a toujours un but explicite ou non. La question du public, de la diffusion et de la portée est importante. Selon Bernard Guenée, le succès peut être mesuré par le nombre de manuscrits, la diffusion géographique et la diffusion chronologique.
Mélanie évoque la relation entre histoire et littérature. Par son caractère narratif et rhétorique, l’histoire est proche d’autres genres littéraires ; l’écriture de l’histoire a d’étroites relations avec la littérature. Mais la vérité est-elle toujours associée à l’histoire, le mensonge à la littérature ? La littérature ne confèrerait-elle pas une légitimité plus grande à la matière historique ?

Au Moyen Âge, l’histoire est une science auxiliaire, mais occupe une place importante dans la société. Écrire l’histoire, c’est choisir la manière de la raconter. Le style peut être travaillé. On peut définir la littérarité d’un texte à l’aune de l’intention de l’auteur. Or on a souvent peu d’indices explicites dans les textes médiévaux. L’ethos de l’auteur est à chercher du côté du style. L’auteur littéraire redit l’histoire avec ses mots, avec une maîtrise du langage qui concurrence la fidélité aux sources. C’est à ce titre qu’on peut parler d’auctor, celui qui augmente les faits par son style. Il s’agit là de littérature historique, pour Bernard Guenée.

L’opposition peut être dépassée entre histoire et littérature. L’émotion du récit peut actualiser les événements, susciter l’intérêt du lecteur, et favoriser la vertu mémorielle de l’histoire. Mais elle n’amoindrit pas la conscience historique de l’auteur. La littérature permet de donner un supplément de sens, permet au lecteur de s’approprier le texte. Elle dévoile l’orientation idéologique du texte.

La notion de vérité doit être redéfinie dans les pratiques. L’historien travaille à montrer le vrai, mais l’influence des traditions existantes participe à la construction du réel. Il existe une corrélation entre histoire et les histoires donnent plus de sens à une réalité historique subjective.

Écrire l’histoire, ce n’est pas dire l’histoire. A l’époque, la conscience générique a des contours flous. On a des chansons de croisade, qui participent pourtant à une conscience historique. Au-delà d’un sens littéral et fidèle au déroulement des faits, ces récits rendent perméable la frontière entre historia et fabula. Il existe un continuum entre les deux.

L’histoire a aussi un sens allégorique. Faire de l’histoire, ce serait donner un sens à celle-ci.

Hariulf de Saint-Riquier : un moine historien de la fin du XIe siècle – Thomas Ledru (Lille 3)

Hariulf de Saint-Riquier écrit une chronique sur l’histoire de son abbaye, de la fondation au VIIe jusqu’à son époque. On ne possède plus l’original, mais des copies du XVIIe, et une édition de 1894, de Ferdinand Lot. Il s’agit d’une chronique structurée dans la succession des abbatiats, dans le genre des Gesta abbatum.

  1. Qui est Hariulf, pourquoi et pour qui a-t-il rédigé cette chronique ?

Né vers 1060, entré dans l’abbaye en tant qu’enfant, attaché à sa région natale à Pontieux, Hariulf est peut-être responsable des archives. Lot fait l’hypothèse qu’il était écolâtre, responsable de l’école monastique. Il devient abbé d’Oudenburg et d’Ostende. Sa chronique est terminée en 1088, complétée en 1105 avant son départ pour Oudenburg. Il meurt vers 1143.

Il dit d’abord écrire à la demande des autres moines de Saint-Riquier. Il rassemble des documents dispersés ; son travail a donc une fonction mémorielle pour les moines présents et à venir de Saint-Riquier. C’est une histoire subjective, qui a aussi une fonction commémorative. Il s’appuie sur la vie de saint Riquier pour son premier livre, qui a donc une tonalité hagiographique. Il liste des abbés les plus importants, en particulier ceux qui ont essayé de redonner à l’abbaye sa grandeur du IXe, au cours du XIe. Il fait l’éloge de l’abbaye en tant que telle et insiste surtout sur le IXe siècle, l’apogée de l’abbaye. Son travail a également une fonction pédagogique, pour enseigner aux jeunes moines l’histoire de leur abbaye. Sa chronique vise enfin à susciter la fierté des moines qui va renforcer leur sentiment identitaire. Il s’agit donc d’un texte à fonctions multiples.

  1. Comment fait-il de l’histoire ?

Il utilise des sources nombreuses et diverses : la Bible ; les récits hagiographiques de saint Riquier, saint Colomban ; des œuvres narratives ; des actes, dont certains qui ont brûlés ; des lettres ; des épitaphes ; des poèmes ; des témoignages oraux ; des traditions populaires dont il se méfie ; des informations rapportées par des moines en voyage dans d’autres abbayes ; etc. Elles n’ont pas toutes la même autorité : les plus anciennes sont les plus honorables. Comment utilise-t-il ces sources ? Elles sont parfois copiées à l’identique. En général, il paraphrase, ou combine plusieurs sources dans un même passage ou phrase. Il cite rarement les sources. Il n’a pas utilisé toutes les sources qu’il avait à sa disposition. Il a recopié 28 actes, mais il y en avait environ 70.

Il émet parfois des opinions personnelles. Alcuin dit que saint Riquier était de naissance modeste. Mais Hariulf essaie de convaincre que saint Riquier était de naissance noble, parce que c’était la tradition qui s’était développée dans l’abbaye. Il dresse également un portrait très critique du dernier abbé, et l’accuse d’avoir dilapidé le temporel de l’abbaye pour avoir la fonction d’évêque d’Amiens.

Il reconnaît son ignorance sur les VIIIe et Xe siècles, mais il essaie de la compenser par des phrases assez générales, voire en inventant. Ainsi, il fait un portrait très élogieux de l’abbé Carloman, alors que les sources que nous avons sur ce dernier n’en donnent guère une image flatteuse…

Il fait de l’histoire de façon subjective, en vue de faire l’éloge de son abbaye. L’histoire n’est ici pas une science, mais un moyen en vue d’une fin apologétique.

La translation de l’Historia Regum Britanniae en Roman de Brut : quelle distinction entre histoire et littérature ? – Justine Breton (Université d’Amiens)

L’étude de la légende arthurienne oscille entre approche littéraire et perspective historique. Cette ambivalence repose sur la nature même des sources textuelles qui développent le mythe arthurien. Les premiers textes, depuis le VIe siècle, sont écrits par des historiens. Avec l’Estoire des Engleis, vers 1139, on a une première ambivalence avec le terme estoire, qui n’a pas la même signification qu’historia, et peut avoir une signification littéraire. Cette ambivalence s’achève en 1155  avec le Roman de Brut. Les textes prennent une direction très différente et beaucoup plus littéraire.

On a une littérarisation et une fictionnalisation du personnage d’Arthur, avec une concentration de la légende sur la figure d’Arthur. Il est tiré de l’histoire pour accéder à la légende, dans un continuum entre histoire et littérature. Le changement de perspective apparaît au milieu du XIIe siècle.

Comment s’articule ce passage d’un genre à l’autre, d’un système de pensée à l’autre ? Ces deux œuvres reprennent a priori le même texte, mais dans une autre langue. Pour le Roman de Brut, Arthur est beaucoup plus un homme politique que dans l’Historia Regum. Le Roman de Brut fait également apparaître la légende de la table ronde.

Le texte se déroule de la même manière. La traduction est à l’identique pour certains passages, d’autres sont supprimés, d’autres largement développés. Souvent, on a une traduction littérale, puis un ajout très rapide qui permet de développer le texte de la translation.

La trahison de Mordred est beaucoup plus amplifiée dans le Roman de Brut, avec des jugements sur le comportement de Mordred, des exclamations. Cette différence de traitement est signalée dès les titres ; historia pour l’un, roman pour l’autre. Le genre est également avancé par les auteurs.

Mais « roman » renvoie au vernaculaire. Il s’agit peut-être d’une distinction qui ne tiendrait qu’à la langue ? Ce n’est pas si simple. On a aussi un changement dans la tonalité et l’orientation du texte. Mais la vérité historique semble être floue pour les deux auteurs. Déjà l’Historia regum oscille entre histoire et littérature. Geoffroy de Monmouth comble les manques que ses prédécesseurs pouvaient avoir, en inventant. Il a un style hyperbolique, souvent épique, mais sa chronique est souvent considérée par les historiens comme « plausible ». Il s’agit d’une histoire, par moment romancée ; mais dans l’ensemble, elle reste une chronique historique.

Par ajout successif de passages inventés, l’équilibre entre histoire et fiction commence à vaciller dans le Roman de Brut. Son auteur multiplie les discours directs, développe l’atmosphère courtoise. La création de la Table ronde est vue comme une création politique utopique. Wace ajoute des prodiges et des merveilles qui ne servent à rien d’un point de vue narratif.

Son texte est une œuvre de littérature. Arthur accède à un statut légendaire. On a la création d’une légende annexe : la Table ronde joue rôle différent, n’appartient pas à l’histoire. C’est une question de degré : par ajout successif apparemment anecdotique, Wace fait passer l’histoire au statut de mythe et de légende, comme récit non réel. Il s’agit d’ailleurs d’une source riche pour les réécritures postérieures. A partir de Wace, on a une séparation consommée entre littérature et fiction.

Questions et échanges

Question: Quelle taille fait le Roman de Brut ?

Justine : 6300 vers pour la partie arthurienne ; 14 800 en tout.

Mélanie : Chrétien de Troyes s’inspire-t-il directement de Wace ?

Justine : En partie, mais il prend beaucoup de libertés. Il reprend aussi des contes gallois, notamment sur Yvain. On a une série de réécritures entre les contes et Chrétien.

Sophie : Dans quelle mesure a-t-on la nécessité dès l’écriture d’en faire une œuvre historique, dans un contexte de propagande ?

Justine : C’est très visible sous la plume de Geoffroy. Cela apparaît aussi chez Wace, mais avec une démarche différente. On est vingt ans plus tard, la culture et la littérature fleurissent. Ce contexte peut influencer l’écriture.

Question : Est-ce que Chrétien fut reçu comme plus fabuleux que Brut ?

Justine : Il faut repartir de la démarche dans laquelle ces textes ont été écrits : Brut cherche à avoir une légitimité politique ; Chrétien écrit pour une cour qui valorise la littérature et ne cherche pas à justifier son pouvoir dans ce sens. On le voit avec le personnage d’Arthur : c’est une figure forte, un guerrier chez Wace ; c’est un roi vieilli, effacé chez Chrétien. La démarche des auteurs influe plus que la réflexion elle-même.

Pauline B. : Comment se présente l’œuvre d’Hariulf ?

Thomas : On a une préface, un poème en l’honneur de l’abbaye, une liste des abbés. Les livres I-IV sont chronologiques. Et enfin, un poème de fin.

Pauline B. : On n’y trouve pas de liste des rois de France ?

Thomas : Non. Hariulf ne s’intéresse pas beaucoup à l’histoire générale. Ce n’est pas son but. Il est centré sur Saint-Riquier. On ne trouve même pas l’histoire régionale.

Pauline B. : Comment sont organisés les livres ?

Thomas : Le livre I traite de saint Riquier, du contexte ; Livre II : VIIIe ; Livre III : IX-Xe ; Livre IV : XIe. Chaque livre se termine par « amen ». On avait peut-être l’idée de faire écho aux quatre Évangiles.

Pauline B. : On ne trouve pas d’appel à l’abbé à être généreux envers l’abbaye ?

Thomas : On n’a pas de référence à l’abbé. Ensuite dans le rajout, dans le portrait critique de Gervain II, on trouve « Mais ce qu’on aura à dire de l’abbé suivant sera mieux. ». Le Ve livre n’a jamais été rédigé. Au départ, Hariulf avait sans doute prévu 4 livres. Mais ensuite on a l’impression qu’il veut régler ses comptes et a sans doute prévu une suite.

Pauline B. : Il ne dit pas dans sa préface que son livre devra être continué ?

Thomas : Non.

Justine : Le fait de dire que les moines lui demandent d’écrire ne serait-il pas un prétexte littéraire ? C’est aussi une forme de valorisation.

Thomas : C’est difficile à dire.

Catherine : Est-ce qu’on trouve une influence de moines dans la région qui écrivent aussi des Gesta abbatum ?

Thomas : On a des Gesta de Saint-Bertin au Xe siècle. Mais Hariulf n’en a pas eu connaissance. Les Gesta abbatum sont répandus à cette époque. Mais Hariulf n’a pas forcément fait ça parce que ça se faisait : ça répond à un besoin.

Pauline B. : Est-ce que l’on retrouve des Gesta dans les chapitres de chanoines voisins ?

Thomas : Non.

Question : Sur la vision de Charles le Gros. La chronique d’Alcuin est sans doute un des plus anciens témoins.

Thomas : Hariulf en parle parce que c’est dans la chronologie.

Question : Mais est-ce qu’il n’y a pas une portée didactique et morale ? Charles le Gros en enfer…

Thomas : C’est sans doute une source qui l’a amusé. Il ne faut pas forcément y voir une allusion à la situation politique à la fin du XIe.

François : Cette vision a été beaucoup copiée. Est-ce qu’on a une idée de la source ?

Thomas : On connaît très mal le contenu de la bibliothèque, difficile à dire.

François : Quelle était la diffusion de la chronique ?

Thomas : Elle a été en fait assez peu diffusée.

Pauline B. : Est-ce qu’il y a d’autres excursus dans l’œuvre sans rapport avec l’abbaye ?

Thomas : Sans doute la vision de Charles le Gros est-elle le passage qui a le moins de rapport avec l’abbaye. On trouve peu de digressions.

François : Les rois ont beaucoup favorisé l’abbaye. Est-ce que Charles le Gros ne l’aurait pas défavorisée ?

Thomas : L’abbaye a reçu beaucoup de diplôme au IXe. Charles le Gros contrôle la Francie occidentale après l’attaque par les Vikings. On ne sait pas trop ce qui se passe. A priori, il n’a eu aucune influence à Saint-Riquier.

Question : Est-ce que ça ne viendrait pas combler le trou, le fait qu’on ne sait pas ce qui se passe ?

Thomas : Peut-être. Mais le moine qui l’a écrit n’a a priori rien à voir avec la Picardie.

Justine : Est-ce que c’est un texte qui est valorisé à Saint-Riquier ?

Thomas : Aujourd’hui il n’y a plus de moines. L’abbaye a été transformée en centre culturel de rencontres. On valorise plutôt la période carolingienne, l’apogée de l’abbaye.

Marco : Il a remis des documents et sources différentes dont des poèmes : de quel genre ?

Thomas : Surtout des épitaphes, parfois au IXe. On trouve un moine de Saint-Bertin. Ce sont souvent des épitaphes ou des poèmes qui valorisent Saint-Riquier, donc locaux.

Marco : Sur le titre Historia ou Roman : est-ce qu’on trouve d’autres désignations ? estoires ? À cette époque c’est difficile de concevoir le roman comme lié à la fiction, mais cela désigne vraiment la langue utilisée. Il s’agit de glorifier Henri Plantagenêt, encore plus que produire une œuvre de récréation.

Justine : « Roman » au sens de Wace, c’est une distinction de langue. Mais dans l’emploi de ce mot, il n’emploie que le terme de roman et les ajouts faits au texte, ce sont des ajouts considérés aujourd’hui comme littéraires, créations personnelles, sans vraisemblance historique. Mais cela touche surtout la partie arthurienne. Le terme de roman est le seul à être employé, à la fin et pas au début. On n’a pas de présentation du genre dès le début. C’est peut-être une évolution progressive ? une revendication progressive ? Il s’agit d’une valorisation qui a lieu vingt ans après une autre valorisation lue par tout le monde, l’Historia Regum. Ce n’est pas le même enjeu : le texte de Geoffroy est très bien connu. Wace n’a pas la même ambition : il souhaite glorifier encore le règne, d’où les éléments merveilleux et la Table ronde comme institution qui permet de glorifier encore le pouvoir des ancêtres du pouvoir en place. C’est la même démarche de valorisation, mais plus tard, donc ce n’est pas le même travail à faire.

Marco : Avec le roman de Mélusine, c’est le contraire. Jean d’Arras revendique le fait d’avoir écrit une histoire. Les manuscrits le transmettent comme une histoire des Lusignan.

Justine : Dans une période très brève, les auteurs ont revendiqué le terme de roman. A partir du XVIe, les auteurs se sentent obligés de justifier leur texte comme n’étant pas un roman. Il a une réputation négative, qu’on ne dépasse pas si facilement. Wace amorce une démarche inverse.

Question : Est-ce qu’on sait s’il y avait un engouement pour le texte de l’Historia Regum, qui permet de le reprendre ? Est-ce qu’on a une trace de cette littérature de cour ?

Justine : Oui, parce qu’on voit fleurir des textes de ce genre. Mais il y a aussi beaucoup de textes disparus. Il y a un effet de mode jusqu’en 1140 avec une multiplication des textes « historiques ». Cela reste limité comme interprétation.

Question : Est-ce que le terme de chronique est utilisé chez Wace ?

Justine : De tête non, mais à revérifier. Il n’emploie pas estoires, ni chronique.

Marco : Mais comment Wace se pose par rapport à Geoffroy ? Il le revendique ?

Justine : Non. Soit il veut suggérer son originalité sans préciser qu’il traduit une source ; soit le texte de Geoffroy est tellement connu qu’il est inutile de le citer.

Question : Est-ce qu’on a parfois un travail des sources ?

Justine : Wace se réappuie sur des sources employées par Geoffroy, va un peu plus loin parfois dans les sources utilisées. Mais il franchit très vite la frontière entre les faits à livrer et les interprétations. Il cherche à justifier un comportement, explicite ce qui a été fait, ajoute les conseils de guerre au discours direct. Il dépasse ses sources presque à chaque fois.

Question : Du coup, il y a dimension interprétative en plus. Il l’assume ?

Justine : Il n’a pas forcément conscience qu’il interprète des sources historiques au sens d’aujourd’hui. Il porte des jugements qu’on ne devrait pas avoir comme historien aujourd’hui. Mais il a conscience de franchir cette barrière de l’histoire pour faire vivre son récit et son interprétation pour le lecteur. C’est une façon d’améliorer le texte pour mieux le faire passer à son lecteur : ce n’est pas négatif de franchir la barrière entre l’histoire et la fiction.

Mélanie : Les apports qu’on peut donner sont aussi là pour emporter l’adhésion. C’est une façon d’écrire l’histoire à l’époque.

Justine : Il faut aussi réussir à tenir son public sur 15 000 vers. On trouve beaucoup plus de discours directs chez Wace pour rendre vivant son texte.

Question : On a aussi des adaptations purement littéraires du roman, avec une postérité historique présentée comme telle. Des auteurs utilisent Wace comme source historique pour les premiers temps, notamment des chroniqueurs en vers. Il y a aussi l’intérêt historique du texte de Wace. On a peut-être tendance à exagérer la coupure entre les deux genres. A l’époque de Richard Cœur de Lion, on se sert de romans pour faire une chronique. Est-ce que pour eux il y a cette distinction à ce point ?

Justine : Pas pour tous, mais pour certains oui. Guillaume de Malmesbury critique certains auteurs en disant que ce n’est pas de l’histoire, mais une création farfelue.

Question : C’est peut-être une distinction plus forte au XIIe qu’au XIVe ?

Justine : Je connais moins le XIVe. Cette distinction existe en tout cas pour certains au XIIe. Mais c’est peut-être une exception ? Pour Geoffroy, la distinction entre histoire et littérature existe. Il dit qu’il traduit des manuscrits, volonté de justification historique. Mais en même temps, on a Merlin…


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts