CR de la séance méthodologique du 5 février: « Gender Studies et médiévistique »

Compte-rendu de la séance de méthodologie « Gender studies et médiévistique », coordonnée par Céline Ménager

Liste des présents:

Florian Besson, Catherine Kikuchi, Louis-Patrick Bergot, Anne Kucab, Stéphanie Richard, Adrien Carbonnet, Annabelle Marin, Julie Pilorget, Elise Banjenec, Nicole Bergk Pinto, Mélissa Barry, Pauline Lambert, Sarah Delale, Elodie Pinel, Aurore Léon, Sophie Poirier, Céline Ménager, Marie-Christine Payne, Maïté Sauvetre, Marine Kamin, Maxime Fulconis.

Dans son Introduction, Céline Ménager justifie le choix du titre de la séance et son anglicanisme, face à un terme difficile à traduire et donc à définir. Elle revient sur le premier ouvrage mentionnant le genre en tant que tel, à savoir Coming of Age in Samoa, de Margaret Mead paru en 1928, qui distinguait le rôle social du sexe biologique. Simone de Beauvoir constitue le deuxième jalon chronologique avant que les années 60 ne marquent le début des premières recherches scientifiques : Robert Stoller différencie genre et orientation sexuelle. Un pas est franchi dans les années 1970 avec le lien fait entre recherches sur le genre et recherches sur l’identité. Définir le genre, c’est donc d’abord proposer une hypothèse de travail, qui montre la difficulté à séparer nature et culture, inné et acquis. Les gender studies proposent une approche méthodologique interdisciplinaire de la construction sociale des identités et des représentations. Les années 1970 marquent un premier essor des recherches aux Etats Unis, avec une recherche essentiellement aux mains des féministes anti-essentialistes : la femme ne doit plus être reléguée à la fonction de reproduction. Les gender studies s’affirment comme une discipline de combat. En France, les années 1980 sont celles de la French theory, et ses travaux sur la déconstruction (Derrida), théorie qui remporte un franc succès aux Etats Unis. Depuis les années 1990, Judith Butler est la représentante la plus en vue de la discipline, et elle s’intéresse tout particulièrement à la performativité du genre. Dès lors, les gender studies correspondent à l’étude de l’organisation des genres, propre à un contexte, et il faut distinguer ce qui différencie le masculin du féminin et étudier ce qui fait la femme ou ce qui fait l’homme. Céline Ménager revient ensuite sur l’historiographie des médiévistes autour de la notion de genre. Les gender studies sont convoquées depuis les années 70.  Pour autant, ce que l’on nomme « histoire des femmes » correspond à une approche genrée de la société médiévale. Face à une histoire androcentrée et à un corpus de sources masculines, il s’agit d’interroger le rôle et la place des femmes dans la société, les pratiques féminines, le poids des représentations, etc.

Duby repère un champ d’étude et souligne la domination masculine, dans un « mâle Moyen Age ». Il étudie le mariage, l’amour, des parcours féminins. Dans son Histoire des femmes en Occident, il réévalue l’histoire des femmes. Les travaux de Christine Klapisch- Zuber, Claude Gauvard ou encore Régine le Jan mettent en lumière des situations de femmes et les rapports hommes/femmes. Toutefois, le concept de « genre » est accueilli avec réticence, face aux difficultés de traduction, et au caractère balbutiant de la théorie. En 2008, dans un numéro de Genre et histoire, le déficit d’investissement des historiens est souligné en conclusion, même si les travaux récents de Didier Lett permettent de réévaluer cette affirmation. Le genre permet un renouvellement des sujets de recherche : la famille, l’exercice du pouvoir, le règlement des conflits, la masculinité, la pluralité des identités sexuelles. Enfin, il ne faut pas négliger les notions de paternité et de maternité. La paternité a une importance symbolique dans un système de référence où Dieu est le père alors que la maternité conduit autant à l’étude du pouvoir par les femmes, conduit grâce à des méthodes propres à leur genre (nourricières, conseillères, régentes, ménagères de maisons et de palais). La pluralité des identités sexuelles permet autant de rebondir sur la mystique féminine que de montrer qu’un individu n’a pas une identité sexuelle fixe, mais une multiplicité d’identités selon son âge, son milieu, etc. enfin, Céline note qu’un débat sur le genre existe déjà au Moyen Âge, autour de l’existence d’une âme pour les femmes.

Faire l’histoire des femmes après les gender studies : déraciner l’arbre qui cache la forêt – Annabelle Marin (Université Paris- Sorbonne)

La question de départ est de savoir si le concept de pouvoir est une entrée valide pour étudier les femmes au Moyen Âge. Deux grands temps émergent de cette communication : un questionnement large sur le genre et son historiographie, et un resserrement de la focale autour de la domination masculine et de la question plus générale du pouvoir. Le genre est ainsi brandi comme une doctrine extrémiste, dangereuse, sinon subversive dans la sphère publique, comme en attestent les débats liés aux programmes scolaires du secondaire ou du primaire dès 2011, ou les débats sociétaux liés au mariage pour tous. Christine Bard relève ainsi que le genre est devenu une notion banalisée, utilisé parfois comme un synonyme de sexe et de femme.

Annabelle Marin revient sur les deux écoles, les deux tendances de la recherche : l’école américaine, de Joanne Scott ou Judith Butler, met l’accent sur les discours et les symboliques, et le rapport à la sexualité, et l’école française des années 1970 et 1980 s’intéresse à la dimension matérielle des rapports de sexe. Lorsque l’on évoque le genre, on a donc affaire à un concept polysémique, relatif au « sexe social ». Ensuite, le genre devient un rapport social avant de devenir dans les recherches un moyen d’étudier, de remettre en cause la société et les rapports de domination. On assiste donc à une sorte de cumulativité des études du genre, même si se distinguent trois tendances. La posture constructiviste et anti essentialiste de Scott ou Butler considère la dimension relationnelle et le genre comme rapport de pouvoir face à des hiérarchies entre les groupes ; le genre peut aussi être vu comme grille de lecture pour considérer différemment certains thèmes et revenir sur une épistémologie relativiste (Isabelle Clair), avec des études basées sur Françoise Héritier, qui permettent ainsi de revenir sur la manière de faire de l’histoire ou de l’anthropologie ; enfin, un groupe de chercheuses (et de chercheurs, comme Bruno Latour), s’intéresse au contexte social de production de la science. En ce qui concerne l’historiographie, Annabelle Marin souligne qu’au début des années 1970, ce sont des militantes féministes qui font l’histoire des femmes, avant les historiennes. Désormais, il faut faire surgir les femmes des archives et tenter de démontrer des rapports d’oppression, d’exploitation ou de domination. Dans ce contexte-là, l’histoire des femmes constitue une branche à part, à côté de l’histoire générale. Dans les années 1980-1990, des groupes de recherche se forment pour étudier les femmes, et dans ces laboratoires pluridisciplinaires, il est difficile de séparer histoire des femmes et histoire du genre.

Toutefois, de nouvelles tendances historiographiques se font jour : on assiste à un renouveau autour du queenship. On a d’abord étudié ces femmes de pouvoir comme des cas un peu exceptionnels, avec de grandes figures comme Jeanne d’Arc ou les reines, puis on a étudié les femmes du peuple, et là on revient aux femmes de pouvoir. On a donc besoin d’autres outils conceptuels pour relever ce qui était passé pour de l’exceptionnalité dans les premières études. Toutefois, Johan Scott soulignait que « le genre est une façon première de signifier les rapports », et de là découle le second grand moment de l’intervention. Il est nécessaire de mêler histoire et anthropologie pour travailler sur le caractère universel répandu dans l’espace. En anthropologie, selon les espaces, la domination masculine est partout, et l’histoire va démontrer que la domination masculine est une caractéristique invariante reproductible dans le temps. Selon différents chercheurs, on assiste à des processus de domination. Françoise Héritier cherche à démontrer l’origine commune de l’émergence de la domination masculine dans toutes les sociétés. Elle démonte les théories sur le matriarcat : dans tous les espaces et sociétés, la domination masculine est là. De l’autre côté, Godelier et Bourdieu s’intéressent aux mécanismes qui assurent le maintien dans le temps. En ce qui concerne le terrain de recherche d’Annabelle Marin, sur les reines en Castille, elle souligne que la question de spécificité du pouvoir n’a plus grand sens et qu’il faut donc la dépasser en promouvant d’autres concepts tels que l’action, la praxis. En reprenant les théories de Judith Butler, le genre s’accomplit grandement dans des mécanismes de performativité, et se construit donc dans tout un système d’actions. Il faut donc interroger l’intentionnalité dans la construction du genre. Quelques rappels sur Hannah Arendt montrent l’importance du concept d’autorité, qui n’a pas besoin de la force pour s’exercer et est en cela différent du pouvoir. Les femmes en Castille sont donc des actrices pour transmettre pendant un temps le pouvoir, et, en conclusion, l’oratrice se demande ce qui fonde l’autorité plutôt que le pouvoir des femmes nobles en Castille.

Ecriture spirituelle et approche gender de la littérature- Elodie Pinel (Université Paris Ouest Nanterre)

L’approche gender se comprend comme une théorie transversale dans la littérature. C’est à une herméneutique, une réflexion sociale, psychologique et philosophique auxquelles nous invitent les gender.

Un souci militant de défense des droits des minorités sexuelles d’un côté, de défense des femmes de l’autre semble justifier les études gender. Il s’agit donc de relire une distribution des rôles a priori symbolique, notamment en réhabilitant des auteurs féminins, ou issus de minorités sexuelles. Des anthologies d’auteurs féminines apparaissent, ou encore des traités féminins sont publiés. Les publications récentes marquent la volonté de mettre les femmes sur le devant de la scène, et de ne pas occulter le fait qu’l y a eu des auteurs femmes au Moyen Âge. En ce qui concerne les éditions de textes, on retrouve des troubailleries, des textes de femmes mystiques, de béguines anonymes, et nous remarquons la popularité sans cesse grandissante de l’œuvre d’Hildegarde de Bingen. Toutefois, si le CNRS promeut les gender, les études littéraires des médiévistes français semblent un peu à la traine. Le courant gender est présent dans la médiévistique depuis les années 1960, mais le succès n’arrive que plus tard en Europe. A l’université de Princeton, dans la section des Women Studies, dans la division Moyen Âge et Renaissance, les manuscrits commandés et produits par les femmes sont étudiés, à l’instar du traité de Sainte Brigitte. L’écriture spirituelle constitue donc un axe fort dans l’étude des gender médiévales. Par ailleurs, les chercheurs s’intéressent aussi aux représentants du féminin par les hommes, notamment dans les œuvres de prédication. François d’Assise lui-même propose une féminisation de la figure du Christ.

Néanmoins, alors même que les textes médiévaux ne sont pas de la littérature au sens où on l’entend que faire de ces textes dans une approche propre au XXIe siècle, que faire d’une approche genrée ? Il faut d’abord s’intéresser à la fonction « auteur » mise en valeur par Foucault. Dans les textes savants du Moyen Âge, on a une affirmation de la fonction auteur, alors que celle-ci se retire dans les textes de fiction. Ce balancement s’inverse à la période moderne.

L’approche gender correspondrait à un choix idéologique qui fonctionnerait parfois comme une pétition de principe ? Toutefois, il ne faut pas négliger l’autorité spirituelle des femmes, qui varie d’un territoire et d’une époque à l’autre. Dans certaines correspondances, nous trouvons la mention de prêtres demandant à des béguines de parler de Dieu. Si ces exemples se limitent à une littérature spirituelle, le renversement de ces idées pourrait se faire dans d’autres champs de la littérature médiévale. Les textes abordés sont supposés refléter leur temps, et il est aisé de céder au mirage de voir ces textes comme des miroirs de la réalité. Ce qui distingue la fabula des écrits savants, c’est le recours à l’allégorie, au sens figuré. En étudiant dans une perspective littéraire cette semblance, on considère comme des textes littéraires des textes de vulgarisation. L’approche gender se doit donc de faire le lien avec le travail d’écriture et de création. L’écriture féminine est supposément plus affective que l’écriture masculine, même si ces présupposés, basés sur la différence biologique, sont totalement rejetés par les gender studies, et qu’ils ne donnent pas lieu à de réelles interrogations de fond. En conclusion, pour appliquer les gender à la littérature médiévale, il faudrait faire abstraction de la notion de genre.

Larmes spirituelles et ménage divin : lire les sermons de Jean Gerson à travers la grille du genre- Viviane Griveau- Genest

Deux questions forment le point de départ de cette intervention : Pourquoi rajouter le genre comme outil heuristique parfois hors de propos sur certains textes ? Est-ce que cela en vaut la peine dans une scolastique marquée du sceau du masculin ?

Le rapport du chancelier de l’université de Paris aux femmes témoigne d’un nombre important de textes de direction de conscience avant l’heure, ainsi que de traités spirituels. On a aussi des textes théologiques et dogmatiques sur des personnalités féminines comme Ermine de Reims ou Jeanne d’Arc ou encore des textes catéchiques sur les pratiques féminines (l’anorexie sacrée est condamnée par Gerson car aberrante). Aux côtés de Christine de Pizan, Gerson se voit baptisé de premier féministe avant l’heure au sujet du Roman de la rose. Dans une historiographie catholique du milieu du XXe siècle, Gerson apparaît comme un parangon de la charité chrétienne, annonciateur des tendances de François de Sales, alors que dans une historiographie féminine, Gerson est plus profane et féministe. Enfin, une historiographie intermédiaire rend Gerson moins misogyne que ses confrères mais pas féministe pour autant. Il est un annonciateur de la modernité au sens où il prend en compte la spiritualité féminine, qui doit donc faire l’objet d’un encadrement pastoral.

Il s’agit donc de voir la manière dont la partie française des serments se positionne vis-à-vis de la question féminine. Il faut donc interroger le public, le destinataire féminin des sermons, grâce à l’étude des réseaux métaphoriques et des images dans le sermon. Viviane Griveau-Genest identifie deux références visuelles et culturelles genrées : les larmes et le ménage.

Dans un extrait du sermon sur la Passion de 1403, on distingue donc 3 isotopies : le départ, la douleur, et la corporalité, qui conduisent à de nombreux intertextes qui mettent en scène des personnages féminins. Des motifs courtois sont ainsi transposés dans le domaine religieux. Dans son prêche pour la Pentecôte en 1401, Gerson exploite le thème de la demeure intérieure dans un sens domestique : la maison est une métaphore filée avec une dimension prosaïque, et pas seulement l’amorce d’une exégèse. Le thème est repris dans la description de la situation topique d’une femme.

Toutefois, ces thématiques à caractère genré ne sont pas systématiques chez Gerson ; Une grille de lecture informée par des considérations genrées permet donc d’affiner une sociologie des publics de Gerson, même si ce n’est pas thématisé explicitement dans les interpellations au destinataire.

Les gender studies peuvent elles nous permettre de travailler aujourd’hui sur une femme auteur sans nous limiter à la question de sa féminité ? – Sarah Delale

Il s’agit ici de spécifier l’utilité du recours aux gender studies en littérature. En effet, les littéraires produisent des discours sur les textes, et dès lors se forme une contradiction : pour voir une femme comme telle, il faut la condamner peut-être à rester toujours considérée comme une femme, et donc, de fait, la déterminer par son sexe et son genre.  A l’heure des gender, on se positionne différemment face aux femmes auteurs et face à Pizan, qui a pour particularité d’avoir écrit des textes et d’avoir contrôlé la diffusion de ses textes. Nombre d’études sur Christine de Pizan ont leur renommée due aux gender studies : Pizan est une femme car elle le dit, le répète, et est consciente elle-même du problème du genre. Quand elle se présente dans ses œuvres, elle donne toujours son nom, « femme sous les ténèbres d’ignorance » et emploie des postures de représentation de la femme à l’époque, tout en utilisant le suffixe « -ette » pour parler d’elle ou de ses consœurs, comme des seulettes ou femelettes. Elle construit donc un personnage où la féminité est incontournable.

Les gender studies sont donc une sorte d’inconscient collectif dans la critique actuelle. Dans certaines études, le féminin est parfois ramené aux traits rudimentaires brossés par Christine de Pizan. Pizan reste une bonne fille, bonne mère et bonne épouse. Les gender studies n’ont finalement pas modifié les études en tant que telles, à part que les femmes ne sont plus réprimandées par leur caractère d’être fait.

Toutefois, de nombreux débats existent pour savoir si Christine de Pizan est féministe. Pour les historicistes, on ne peut être féministe avant l’invention du féminisme, alors que pour d’autres, Pizan serait précurseur d’un « féminisme avant la vague 0 ».  Pour certaines féministes, Christine de Pizan déplaît par son acceptation du patriarcat. On ne peut pas décider si elle est oui ou non féministe. Elle est surtout rien d’autre que quelqu’un qui parle d’amour et de féminité. De plus, quand nous regardons la production de Christine de Pizan, beaucoup de ses œuvres sont déconnectées de la question féminine, donc il est difficile du point de vue des gender studies d’étudier des ouvrages où la féminité n’est présente qu’à travers l’auteur, ce qui pose donc la question d’une évacuation éventuelle de la question féminine des corpus.

Christine de Pizan a l’habitude d’être une femme. Elle parle du fait d’être une femme, mais ce n’est pas pour que son lecteur s’arrête à ce fait. La question de l’écriture féminine doit se poser dans la question de l’écriture tout court. Il faut donc faire « comme si », comme s’il y avait d’autres femmes qui écrivaient à son époque, et donc d’entrer dans une norme, un cadre qui prouverait l’existence, même si elle est la seule. Un paradoxe demeure : pour être fidèle au principe des gender studies, il est donc nécessaire de dépasser les considérations genrées dans les études littéraires.

Questions et échange

Matthias Sieffert propose de dépasser une étude gender au prisme seulement féminin. Les gender studies californiennes sont plutôt une approche des outils qu’un individu peut avoir pour s’identifier plutôt à telle ou telle identité idéale, indépendamment de son sexe. S’il y a souvent le réflexe de s’intéresser tout de suite aux auteurs féminins, à la façon dont sont représentées les femmes, pourquoi ne pas faire une lecture gender d’un auteur masculin, d’un poète masculin comme Guillaume de Machaut pour pouvoir redéfinir ce que peuvent être les catégories du féminin et du masculin au Moyen Age. En effet, les formulations affectives se trouvent dans la poésie de Machaut et de Pétrarque, ou encore chez Froissart. Ces formules ne doivent pas seulement être marquées du sceau du féminin car on reproche à l’amoureux depuis Ovide de se féminiser. Il serait intéressant de réfléchir aux similarités qu’il y a dans le discours amoureux prononcé par des femmes et par des hommes à la fin du XIVe début XVe. On pourrait se servir de ce qui est dit par ces gender studies pour étudier des types de féminités ou de masculinités idéales.

Sarah Delale : la voix des femmes serait médiatisée par celle des hommes. Quand Pizan écrit, elle reconstruit un discours littéraire construit par des hommes. On peut étudier les représentations masculines et féminines mais on a une manipulation discursive.

Viviane : dans le cas de Gerson, si on se base sur l’intertextualité médiévale, on trouvera toujours des hommes qui pleurent. Quand la rationalité scolastique prend le dessus, les larmes font désordre, et cela reste dans les écritures dévotionnelles, avec notamment la figure de Marie Madeleine. On ne fait plus pleurer les hommes au XIVe alors que, chez les Chartreux, les larmes pouvaient être considérées comme un don spirituel. Il faut mettre en synchronie avec le corpus : seules des femmes pleurent dans le corpus de Gerson. Les allégories masculines sont par ainsi militarisées. Dans le corpus spirituel, on peut dire que globalement, les larmes sont féminines, et que ce serait un appel du pied au public féminin.

Julie Pilorget : les femmes sont humides, forme de passion. Cette définition de la féminité dans la littérature spirituelle influe sur la définition qu’on a du genre pour analyser le peuple au Moyen Age. Si on applique la question de la division sexuelle du travail, cela ne marche pas, il faut distinguer les ordonnances de la réalité : des femmes peuvent porter les pierres, travailler le tissu. A l’époque moderne on va chercher une justification pour fermer les métiers aux femmes, et c’est la découverte du monopole. On va chercher à exclure la femme, et c’est seulement là où l’argument physique va être employé. A Amiens, il est vu comme injuste que deux personnes du même ménage travaillent. A Norwich : on parle d’une faiblesse physique, qui apparaît d’un seul coup dans les statuts. Il y a donc dichotomie entre espace public et espace privé. Dans les coutumes, on parle souvent de justice à deux vitesses, que les femmes seraient plus faibles, alors qu’elles sont jugées avec les mêmes châtiments.

Annabelle et Julie s’interrogent sur la spécificité féminine. Finalement, les femmes agissent dans bien des cas comme des hommes, dans des sociétés particulières, qui les conduisent à des stratégies propres.

Viviane remarque que regarder le genre du côté masculin ou féminin ne conduit pas aux mêmes problématiques. Chez Vigarello, l’homme est perçu comme la norme.

Matthias souligne que les gender studies sont supposées être méta-discursives, et qu’il semble donc qu’il soit très difficile de réfléchir en dehors de ses conditions. A propos du pouvoir, il est donc intéressant de réfléchir à son association au masculin.

Julie revient sur le lien entre linguistique et gender. On privilégie désormais un neutre masculin, alors que l’on parlait avant d’ « auctrice ». A l’époque moderne, on refuse la reconnaissance et l’institutionnalisation du pouvoir des femmes. On va désormais masculiniser des termes auparavant féminins. Si on regarde le terme de violence, qui renvoie au vice et donc à la virilité, on aboutit donc à une violence par essence masculine. Il y a donc un travail à faire sur ce que peut nous dire la linguistique.

Le débat se tourne ensuite sur le lien entre proximité avec une spécificité et la recherche : être une femme faciliterait –il l’étude des femmes ?

Sarah montre que le problème c’est qu’on est constamment bloqués par la marque, par le fait d’être marqué ou non. Le masculin français est le genre non marqué, alors que le féminin est une marque dans toutes ses manifestations. Elles sont marquées comme femme à travers les discours.

Julie souligne à la suite de Florian que c’est l’histoire militante qui est le plus souvent à la base de l’histoire des minorités, et qu’il faut donc dépasser cela.

Une autre remarque souligne l’importance de distinguer le juridique et les plans : on mêle anthropologie, politique et juridique, et Annabelle insiste ensuite sur l’importance de voir des espaces, la dichotomie public et privé qui conditionne notre regard et la visibilité des femmes. Finalement, il faudrait plus s’interroger sur une visibilité féminine plutôt que sur une spécificité féminine.

Compte rendu rédigé par Aurore Léon.


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts