CR de la séance du 8 janvier 2016 : « Cultures de l’autre : rencontre, rejet, échange » (III)

Compte-rendu de la séance du 8 janvier 2016 : « Cultures de l’autre : rencontre, rejet, échange » (III)

Liste des personnes présentes

Florian Besson (ParisIV, ED1), Elise Banjenec (ParisIV, ED6), Nicole Bergk Pinto (ENC), Sung-Wook Moon (ParisIV, ED1), Jean David Richaud (ParisI, IRBIMMA), Viviane Griveau-Genest (ParisX, ED138), Pauline Guéna (ParisIV, ED1), Floriana Ceresato (ParisIV, ED1), Louis-Patrick Bergot (ParisIV, ED1), Céline Ménager (ParisIV, ED1), Charlotte Kempf (EHESS), Pauline Lambert-Taffoureau (ParisIV, ED5), François Wallerich (ParisX, ED365), Liliane d’Artagnan (ParisIV, ED1), Pauline Bouchaud (EPHE, SAPRAT), Adrien Carbonnet (ParisIV, ED1), Annabelle Marin (ParisIV, ED1), Maïté Sauvêtre (ParisX, ED138)

Penser l’image à travers l’autre : le discours anti-judaïque dans le manuscrit médiéval – Paméla Nourrigeon (Université de Poitiers)

Pour le chrétien du Moyen Âge, la représentation topique du juif fait référence au juif vétérotestamentaire, et non aux juifs contemporains. Pourtant, deux illustrations du Rational des divins offices issues de deux manuscrits différents combinent ces deux aspects. Chacune de ces illustrations est séparée en trois parties qui représentent trois des quatre temps de l’histoire humaine selon le christianisme. Dans la première on voit des païens à genoux devant une colonne, dans la seconde des juifs devant les rouleaux, et dans la troisième des chrétiens adorant un trône de grâce. Les juifs sont donc clairement distingués des païens, bien que la confusion soit fréquente dans la pensée médiévale, tandis que le but de l’image est de montrer au lecteur chrétien qu’il est dans la vérité. Dans le manuscrit de l’arsenal, les juifs portent également une rouelle blanche et rouge sur l’épaule, qui est sans doute plus un symbole qu’une indication sur la manière dont cet objet était porté. Cette tripartition est originale, et la combinaison entre juif théologique et juif contemporain construit un discours qui n’est pas seulement anti-judaïque, mais aussi judéophobe. On en retrouve un exemple dans un manuscrit de la Cité de Dieu conservé à la BNF, et élaboré dans les mêmes cercles, proches du roi, à la fin du XIVe siècle.

Etre dirigé par l’autre : les Turcs au Moyen-Orient (XIe-XIIe siècles) – Jean-David Richaud (Université Paris I)

Les stéréotypes du Turc nomade et non civilisé que l’on connait chez Guillaume de Tyr sont des topoi que partagent les auteurs orientaux. Dans un contexte de conquête turque, la différence culturelle entre conquérants et conquis passe par une série de distinctions linguistiques, religieuses, culturelles et sociales, ainsi que politiques. D’un point de vue religieux, le thème de la mauvaise pratique religieuse des Turcs se retrouve chez différents auteurs à partir du Xe siècle, notamment à travers des critiques concernant la consommation de l’alcool. D’un point de vue social, les anciens Mamelouks devenus émirs, qui sont donc d’anciens esclaves, peinent à s’intégrer dans un monde où l’on est toujours fils de ou père de. Une altérité incontestable existe donc au cœur du pouvoir. Pourtant on constate du côté des conquérants comme des conquis une volonté de résorber cette altérité, bien qu’elle soit constitutive du pouvoir même. Les noms turcs finissent par exemple par témoigner d’une double onomastique turco-arabe.

Comme estrange personne : la rencontre de l’autre à Arras – Adrien Carbonnet (Université Paris IV)

Le royaume de France est un espace intéressant pour mener une enquête sur l’altérité, car il a connu une formation précoce de l’identité nationale, même si la diversité des identités régionales a également été mise en valeur récemment par Léonard Dauphant. On en voit un exemple à Arras, ville bourguignonne dont Louis XI prend possession en 1477, et qu’il punit pour des rebellions en rebaptisant la ville Franchise, et en décidant de remplacer sa population par des sujets venus d’autres villes. Douze mille individus sont donc recrutés dans des conditions variées (élections, tirage au sort) et selon des critères précis (on cherche des artisans, des familles) pour être relocalisés à Arras. Mais le projet royal ne tient pas compte de la variété des identités des nouveaux habitants : l’installation est un échec et en 1482 le nom d’Arras est rendu et les exilés reviennent. Ici le sentiment d’altérité face aux nouveaux habitants se double d’une idée de service au prince : les nouveaux-venus sont des sujets du roi de France. Si certains des colons réussissent à s’intégrer grâce à leur compétences techniques, l’expérience échoue, et les quelques colons qui restent sont originaires du nord du royaume.

Questions

François demande à Pamela pourquoi le Rational a été traduit en français. Pamela répond que c’est une demande de Charles V intégrée à sa politique de traduction, même si peu d’œuvres paralituriques sont traduites. Celle-ci comprend le traité du sacre dont l’intérêt est aussi politique. François se demande pourquoi on insiste ici sur l’iconographie polémique. Pamela considère que c’est un schéma rare, qu’on ne retrouve pas dans les ouvrages polémiques. Liliane demande si on trouve dans ces œuvres des images infamantes, par exemple des images rapprochant des juifs de cochon. Pamela dit qu’il n’y en a pas dans ces œuvres.

Elise demande s’il y a une relation entre l’enlumineur et le traducteur, même si c’est rare d’avoir de tels informations. Pamela répond que dans ce cas on le sait : le manuscrit de l’Arsenal a été conçu et sa conception suivie par Jean Golein lui-même. Donc la présence de la rouelle est voulue (ce qui n’est pas le cas dans l’autre manuscrit qu’elle présentait, celui de Beaune).Viviane s’interroge sur l’origine même du terme idolâtre. Pamela répond qu’elle remonte aux pères de l’église.

Pauline demande si l’appellation « turc » reste péjorative sur le long terme, et si l’appellation « arabes » est jamais formulée. Jean-David répond que les sources ne parlent d’arabe qu’exceptionnellement, et pour la population parlent généralement de bourgeois ou d’habitants des villes. En revanche on continue à voir des références conjoncturelles, par exemple à un « physique turc ».

François demande s’il y a d’autres représentations de rouelles conformes à la réalité. Pamela dit qu’il en existe quelques représentations dans des manuscrits français du nord (alors qu’en Allemagne c’est le chapeau pointu qui prévaut) et qu’elles sont toujours classiques, blanc/ rouge ou blanc/ jaune. Elise pointe d’ailleurs le fait que le rouge des rouelles était repris sur les rouleaux fermés. Pamela considère que c’est plus esthétique que symbolique.

Viviane demande si les pratiques de peuplement forcé étaient courantes à la fin du Moyen-Âge. Adrien répond qu’elles sont rares à cette échelle. Le seul exemple est celui de Barberousse à Milan. Viviane demande si c’est à rapprocher avec le développement de l’Etat centralisé. Adrien répond qu’en effet c’est un acte souverain, mais qui en pratique rencontre des limites. Viviane évoque la construction de Vincennes comme la preuve qu’il existait bien une réflexion urbanistique. Adrien approuve, mais indique qu’à Arras la destruction est symbolique seulement. Pauline demande si on peut catégoriser les causes de départ des nouveaux habitants. Adrien répond que ce n’est pas lié à la différence culturelle. Il y a avant tout un problème de déracinement et de méthodes de choix des candidats au départ. Florian souligne que c’est impressionnant en termes de prise logistique du pouvoir sur la population. Adrien précise que les villes financent souvent le départ. Florian demande pourquoi on ne recourt pas à la méthode habituelle d’attirer des habitants par exemptions d’impôts. Adrien répond qu’il y en a, mais que la guerre nécessite sans doute une repopulation plus rapide. Maïté s’interroge sur la possible conscience sociologique de l’impossibilité de l’opération. Adrien répond qu’il y a chez les commissaires royaux une réflexion seulement sur les besoins de la nouvelle ville : quel métier, quel âge pour les enfants…

Pamela demande comment ce cas peut être comparé avec celui de Calais. Adrien souligne qu’à Calais il n’y a eu que des volontaires. François demande si on peut pister les habitants d’Arras pour savoir où ils ont été ensuite. Adrien dit qu’on les retrouve dans la région, à Roubaix ou Amiens, où ils participent à la diffusion de savoir-faire techniques. Liliane demande comment les échevins adaptaient leur pratique de gouvernance. Adrien répond qu’il y a un maintien d’une certaine continuité. Liliane demande si la justice montre des tentatives de vengeance a posteriori. Adrien répond que le roi nomme des gens qui lui sont fidèles, puis qu’en 1482 les habitants doivent quitter la ville très vite.

Pauline demande si on sait comment se faisait l’apprentissage de l’arabe. Jean-David répond qu’on ne le sait que pour les Mamelouks. Florian souligne que la question des langues ne peut se poser en bloc, et qu’il y avait différentes formes d’arabes correspondant à différents domaines. Pamela demande si des sources extérieures parlent du rapport turc/ arabe. Florian répond que ceux qui font l’effort de comprendre les mécanismes politiques en parlent. Les Byzantins eux le comprennent parfaitement. Elise demande s’il existait une commande artistique de la part des Turcs. Jean-David répond qu’il existait à la cour seldjoukide une commande de cour et une politique architecturale, mais visible surtout dans le monde iranien.

 


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts