Thèse soutenue : Irène Fabry-Tehranchi, « Texte et images des manuscrits du Merlin et de la Suite Vulgate »

« Texte et images des manuscrits du Merlin et de la Suite Vulgate :

mise en cycle et poétique de la continuation,

ou suite et fin d’un roman de Merlin ? »

Thèse présentée et soutenue par Irène Fabry-Tehranchi le 19 novembre 2011, sous la direction de Michelle Szkilnik, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III, pour obtenir le grade de docteur en littérature et civilisation françaises de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III.

Jury

Madame Annie Combes, Professeur à l’Université de Liège
Madame Michelle Szkilnik, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III
Madame Christine Ferlampin-Acher, Professeur à l’Université de Rennes II
Madame Laurence Harf-Lancner, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III
Madame Alison Stones, Professeur à l’Université de Pittsburg
Monsieur Richard Traschler, professeur à l’Université de Göttingen

Position de Thèse

            Rédigée dans la première moitié du XIIIe siècle, la Suite Vulgate est une continuation du Merlin en prose qui constitue la dernière pièce du cycle du Graal. Son succès s’affirme aux dépens d’autres continuations du Merlin dont la transmission manuscrite semble par comparaison marginale, et dont le projet demeure parfois inabouti. Ces différentes rédactions exposent la dynamique d’écriture et l’émulation suscitées par le développement de la prose arthurienne et l’effort de mise en cycle. L’étude de circulation manuscrite et de l’illustration des manuscrits comprenant le Merlin et ses suites éclaire la relation entre le texte original et sa continuation ainsi que le mode de production et de réception de ces œuvres qui continuent d’être copiées et enluminées tout au long du Moyen Age.

I La transmission manuscrite du Merlin et de ses suites : mise en recueil, mise en page et illustration

            L’étude de la transmission manuscrite du Merlin et de sa suite nous a permis de combiner analyses textuelles et iconographiques afin de mieux cerner les relations entre le texte original et sa continuation mais aussi leur insertion dans des compilations plus vastes, notamment en relation avec le Joseph et l’Estoire, les Prophéties de Merlin et les textes du cycle du Graal.

            L’examen des seuils du Merlin et de ses continuations a montré l’importance du motif de la Descente aux enfers dans la mise en série du Merlin et de l’Estoire et la conception d’une fiction qui se développe à partir de l’histoire sainte. Ce sujet rivalise avec la mise en scène de l’origine et des enfances de Merlin auxquelles il est parfois associé. Le caractère problématique de la fin du Merlin, mis en évidence par les variations de la tradition manuscrite, va de pair avec la dynamique d’écriture attestée par la rédaction de différentes continuations. La Suite Post-Vulgate et le Livre d’Artus, également écrits dans une perspective cyclique, prennent une orientation nettement plus romanesque que la Suite Vulgate qui les précède dans la tradition manuscrite et dans la constitution du cycle du Graal. La mise en page du début de la Suite Vulgate tend souvent à l’assimiler au Merlin, évitant de marquer le commencement d’un nouveau texte, et privilégiant la formation d’une Estoire de Merlin qui intègre le texte original et sa continuation. Dans certains manuscrits cependant, le recours à une miniature frontispice au début de la Suite Vulgate met en exergue les nouveaux développements d’un récit davantage focalisé sur le personnage d’Arthur et les troubles politiques et militaires qui accompagnent son accès au trône de Grande Bretagne.

            L’illustration liminaire des manuscrits du Merlin et de sa suite cristallise l’orientation de chacune de ces œuvres, renforçant le lien entre le Merlin et le Joseph ou l’Estoire par la représentation de scènes à caractère religieux ou signalant immédiatement la spécificité du second texte par l’exposition des péripéties marquant la pré-histoire et les enfances du Fils sans père. L’importance de la diffusion du Merlin et de sa suite se comprend en relation avec la popularité des textes du Graal, or leur transmission passe aussi par différentes combinaisons manuscrites des œuvres de la Vulgate arthurienne et d’autres types de textes. La circulation du Merlin et de sa suite dans les compilations d’orientation plus spécifiquement didactique et religieuse ou historique est particulièrement intéressante du point de vue de leur réception, suggérant une lecture tantôt édifiante tantôt chevaleresque de ces œuvres.

II La narration par l’image : programmes d’enluminures et réception du Merlin et de sa suite

            L’analyse de l’illustration et de la rubrication de différents manuscrits nous a permis de préciser le fonctionnement des rapports entre texte et image dans l’ensemble formé par le Merlin et la Suite Vulgate tout en éclairant certaines modalités de leur intégration cyclique. Malgré son caractère sélectif et fragmentaire à l’égard du récit auquel elle se rapporte, l’image et sa mise en série contribuent au développement d’une narration à caractère visuel qui étaye et infléchit la lecture du texte. Dans BNF fr. 344, produit dans le Nord Est de la France à la fin du XIIIe siècle, nous avons mis en évidence la prédominance d’initiales historiées à caractère politique et militaire ainsi que la rédaction d’une version singulière de la fin de la continuation, abrégée et focalisée sur la soumission des vassaux rebelles. Dans ce manuscrit complet du cycle du Graal, la glorification de la figure d’Arthur à la fin de la Suite Vulgate contraste avec son relatif effacement au début du Lancelot. La comparaison des manuscrits jumeaux réalisés à Paris au début du XIVe siècle, BNF fr. 105 et 9123 souligne la spécificité de chaque exemplaire en ce qui concerne le nombre, la situation, le format et le sujet des miniatures. Si tous deux présentent l’ensemble formé par le Merlin et sa suite comme la « Vie Merlin », le programme iconographique de fr. 9123, plus développé, accentue l’orientation épique du texte.

            L’illustration des manuscrits du XVe siècle est relativement contrastée et semble parfois s’essouffler, comme le suggère l’inachèvement iconographique de fr. 96 et fr. 91. Elle met en exergue les figures d’Arthur (ex-Newcastle 937) et de Merlin (Pierpont Morgan 207-208) ainsi que les épisodes militaires qui donnent à la continuation sa tonalité. Tandis que le programme iconographique de fr. 96 semble réussir à concilier les aspects courtois et militaires du Merlin et de sa suite, fr. 91, que l’on a pu comparer avec son modèle fr. 105, témoigne de l’évolution artistique des pratiques d’enluminure sous le pinceau du maître de Charles de France et de Jean Colombe. Le programme iconographique de ce manuscrit témoigne des mutations de l’art de la guerre, qui fait l’objet de représentations plus précises, et reflète également le renforcement du pouvoir royal à la fin du Moyen Age.

            Un autre pan de cette réflexion sur les rapports entre texte et images des manuscrits du Merlin et de la Suite Vulgate s’est fondé sur l’étude thématique et stylistique de leurs rubriques et tituli dans différents types de recueils. L’utilisation de ces outils paratextuels n’est pas homogène au sein d’une même compilation suggérant la diversité de provenance des œuvres qu’elle copie et rassemble. Dans fr. 747, réalisé dans le Nord de la France vers 1240, qui forme avec fr. 751 l’un des plus anciens manuscrits du cycle du Graal, seul le Merlin comprend des tituli, ce qui le distingue de la Suite Vulgate qui dans la mise en recueil fait l’objet d’un traitement distinct. Ces énoncés se concentrent sur l’histoire des rois de Bretagne plutôt que sur l’origine et les enfances de Merlin. Paris, BNF fr. 4166, l’ex-manuscrit Didot, composé au début du XIVe siècle, qui transmet la trilogie de Robert de Boron, comporte des tituli répartis sur le Joseph et le Merlin mais absents du Perceval. Mentionnant systématiquement l’autorité du conte et parfois construits sur le modèle des formules d’entrelacement, ils donnent un aperçu relativement exhaustif de l’intrigue du Merlin et soulignent la place centrale de ce texte, interpolé des Prophéties, au sein de la compilation. Dans Arsenal 3350 et Pierpont Morgan 38, les titres de chapitres comprennent le résumé de plusieurs épisodes, gommant la distinction entre chaque œuvre et contribuant à les intégrer dans un cycle du Graal passablement condensé. Enfin les tituli composés par le rédacteur de BL Harley 6340 proposent une quasi-réécriture du Merlin et de sa suite, entre abrègement et désir d’exhaustivité.

            A la fin de la Suite Vulgate, rubriques et tituli choisissent de mettre en relief l’enserrement de Merlin, la mésaventure de Gauvain transformé en nain, et l’annonce de la naissance de Lancelot. La première option fait coïncider la fin du texte avec la disparition du personnage, donnant au Merlin et à sa suite une unité de type biographique. Dans le second cas est privilégiée la mise en place d’aventures chevaleresques appelées à se développer dans la Queste et le Lancelot. La stature héroïque de Gauvain y est concurrencée par l’émergence d’autres personnages. Enfin l’introduction de la figure de Lancelot sert plus précisément de transition entre la Suite Vulgate et le texte qui lui succède dans le cycle du Graal.

III Du Merlin à sa suite, une nouvelle orientation poétique et idéologique

            La dernière partie de ce travail a souligné la nouvelle orientation poétique et idéologique apportée par la rédaction de la Suite Vulgate au Merlin et à la formation du cycle du Graal. Elle s’est d’abord intéressée à la mise en texte et à la mise en images d’une matière narrative hybride. Nous avons montré comment le modèle biographique, conforté par l’élaboration romanesque et visuelle des enfances de Merlin, caractérisé par son origine diabolique, est quelque peu malmené par la construction sérielle et épisodique des épisodes consacrés à ses métamorphoses et à ses rencontres avec Blaise. La construction romanesque du texte et de sa continuation intègre ainsi des passages dotés d’une relative autonomie mais rattachés à l’ensemble par la figure de Merlin. L’influence esthétique et idéologique de la chanson de geste et de la chronique détermine aussi l’écriture de l’œuvre, marquant sa spécificité entre les préoccupations religieuses de l’Estoire et les affrontements guerriers du Lancelot et de la Mort Artu. La nouvelle place accordée aux femmes dans la Suite Vulgate n’est pas dépourvue d’enjeux politiques mais témoigne d’avancées courtoises par rapport au Merlin propre. La mise en avant de personnages féminins prépare les textes chevaleresques de la seconde partie du cycle du Graal dont elle étaie les fondements généalogiques.

            Le deuxième point abordé concerne les modalités textuelles et iconographiques de la mise en cycle du Merlin et de sa suite. Des sondages comparant les versions α et β du texte montrent qu’au-delà de la formation d’une histoire de Merlin, toutes deux œuvrent dans le sens d’un rattachement au cycle du Graal, d’un point de vue généalogique et par des jeux de renvois analeptiques et proleptiques, même si elles incorporent également des références plus larges au monde romanesque arthurien et à l’histoire des rois de Bretagne.

            Enfin l’examen du programme iconographique du manuscrit du cycle du Graal BNF fr. 110, réalisé dans le nord de la France à la fin du XIIIe siècle, permet de récapituler les grandes orientations de chaque partie du cycle ainsi que les jeux de parallèles et de contrastes qui s’y établissent autour du texte matriciel que constitue le Lancelot. Alors que l’illustration de la Suite Vulgate se caractérise par le retour lancinant des scènes à caractère militaire, sa miniature finale clôt visuellement l’histoire de Merlin par la représentation de son enserrement. Les dernières images de la continuation favorisent cependant la transition vers le Lancelot en introduisant des aventures de type chevaleresque. L’illustration de fr. 110 contraste notamment avec celle de Bonn 526, issu du même atelier, par sa grande discrétion concernant les amours de Lancelot et de Guenièvre. Dans le second manuscrit dont le programme iconographique est à la fois plus abondant et plus particularisé, l’illustration fait ressortir le jeu subtil des variations sur le même motif, au sein d’un même épisode ou entre plusieurs œuvres, contribuant à l’intégration cyclique des différentes parties de la Vulgate arthurienne.

            Le Merlin et la Suite Vulgate, le plus souvent intégrés à des compilations centrées sur l’histoire du Graal, entretiennent un lien particulier avec le Joseph, l’Estoire del saint Graal et les Prophéties de Merlin, mais circulent aussi dans des recueils d’ambition didactique ou historique. Partagée entre le déroulement de la vie de Merlin, qui lui donne une unité de type biographique, et la peinture de la jeunesse héroïque du roi Arthur, la Suite Vulgate est une suite rétrospective qui sert de transition vers le Lancelot. Si l’écriture de cette continuation favorise l’intégration cyclique du Merlin propre, ces textes et leurs programmes iconographiques développent une veine militaire et historique qui interroge leur appartenance générique et tranche avec l’orientation religieuse ou courtoise des autres œuvres du cycle du Graal.

Les annexes de la thèse comprennent, outre la bibliographie :
-Un aperçu de la postérité du Merlin, de sa diffusion européenne et de ses versions imprimées.
-Des transcriptions de passages spécifiques à certains manuscrits : New Haven, Yale 227, Cambridge, UL Add. 7071, et Paris, BNF fr. 344.
-Deux tableaux récapitulatifs concernant les 35 manuscrits enluminés du Merlin et de la Suite Vulgate et la transition entre le Merlin et ses suites.
-Des notices concernant chacun des 54 manuscrits du Merlin et de ses suites ainsi que les fragments conservés. Elles incluent une description du codex, la liste de ses possesseurs, son contenu, ainsi qu’une bibliographie.
-Un index des anciens possesseurs des manuscrits du Merlin et de ses suites.


Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Cette entrée a été publiée dans Carnet des thèses le par .

À propos Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite)

———————

Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)