Thèse soutenue : Patrick Moran, « Lectures cycliques : le réseau inter-romanesque dans les cycles du Graal du XIIIe siècle »

« Lectures cycliques :

le réseau inter-romanesque dans les cycles du Graal du XIIIe siècle »

Thèse présentée et soutenue par Patrick Moran le 7 mai 2011, sous la direction de Monsieur Dominique Boutet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne, pour obtenir le grade de docteur de l’Université Paris-Sorbonne en Littérature Française du Moyen Âge.

Jury

Madame Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Monsieur Dominique Boutet, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Madame Annie Combes, Professeur à l’Université de Liège
Monsieur Keith Busby, Professeur à l’Université du Wisconsin
Monsieur Jean-Marie Schaeffer, Directeur de recherche au CNRS et Directeur d’études à l’EHESS
Monsieur Jean-René Valette, Professeur à l’Université de Bordeaux III

Position de thèse

L’apparition de la prose romanesque au tournant du xiiie siècle permet le développement d’ensembles narratifs bien plus vastes que ceux auxquels le public médiéval était habitué auparavant. La manifestation la plus remarquable de cette expansion, dans le contexte de la littérature arthurienne, consiste en l’apparition de cycles romanesques, développant leur matière en plusieurs romans, et affichant d’emblée un souci d’exhaustivité : dès le premier cycle romanesque répertorié, celui de Robert de Boron (composé vers 1205-1210), la narration mène des débuts de l’histoire du Graal dans le Joseph d’Arimathie jusqu’à la quête du Graal et l’accomplissement de la destinée du royaume arthurien dans le Perceval, en passant par un Merlin qui narre l’accession d’Arthur au trône de Bretagne1. Après ce Petit Cycle de Robert de Boron, de dimensions réduites, un second ensemble romanesque va développer la matière du Graal en lien avec une histoire du royaume arthurien et des chevaliers de la Table Ronde, sur une échelle bien plus ambitieuse. Il s’agit du Cycle Vulgate ou Lancelot-Graal2 (habituellement daté vers 1215-1235), composé dans sa version longue d’une Estoire del saint Graal (qui relate la création du Graal en Terre sainte et l’instauration d’une lignée de gardiens qui migre en Bretagne), du Merlin repris à Robert et de sa Suite Vulgate (qui narre les guerres de pacification que mène le jeune roi Arthur), d’un Lancelot (qui, centré autour du personnage éponyme, développe les années aventureuses du royaume arthurien), d’une Queste del saint Graal (qui offre une conclusion spirituelle et mystique au cycle) et de La Mort le roi Artu (qui constitue sa conclusion profane)3. Ces deux ensembles romanesques sont les seuls cycles complets que la tradition manuscrite ait préservés ; autour d’eux survit néanmoins un certain nombre de textes qu’on peut rattacher à la mouvance cyclique. Parmi ces textes annexes on compte notamment deux suites du Merlin qui font concurrence à la Suite Vulgate : une Suite post-Vulgate4 autour de laquelle plusieurs critiques considèrent que s’est constitué un Cycle post-Vulgate désormais perdu5, et le Livre d’Artus6, qui ne subsiste plus que dans un seul manuscrit.

On peut légitimement parler d’un moment cyclique dans l’histoire du roman arthurien, moment bref puisqu’il ne dure qu’une quarantaine d’années, de 1200 à 1240. Afin de mieux cerner la spécificité de cette période et de sa production, la première étape de mon travail de recherche est d’interroger la notion de cycle, qui ne va pas de soi. Au xixe siècle7 ce sont d’abord les antiquisants qui réactivent la notion en l’empruntant à l’Antiquité, en particulier pour décrire le « cycle troyen » qui s’est agrégé autour de l’Iliade et de l’Odyssée8. Par analogie elle est récupérée par les médiévistes, qui l’emploient en contexte aussi bien épique que romanesque. Elle sert notamment à décrire les cycles de chansons de geste qui ont pu se constituer à partir du xiie siècle : on songe notamment au cycle dit « de Guillaume d’Orange », bien représenté par la tradition manuscrite et décliné sous des formes diverses jusqu’à la fin du Moyen Âge9. Les cycles de chansons de geste et les cycles romanesques partagent des mécanismes : ils sont à la fois cohérents et divisibles, composés de romans ou de chansons autonomes qui, mis bout à bout, tiennent un propos narratif cohérent. La notion de cycle réside sans doute dans cette tension entre l’autonomie et l’unification : un cycle est un récit à la fois composite et décomposable. La terminologie moderne, pourtant, est trompeuse : si l’étiquette de cycle donne l’impression que les ensembles épiques et romanesques sont des objets de même nature, le vocabulaire et les modes de présentation médiévaux sont plus disparates, variant de manuscrit en manuscrit, y compris pour un même ensemble narratif.

Si la notion doit être employée avec prudence, elle permet de mieux cerner ce qui fait la spécificité de la production des années 1200-1240. En effet les cycles arthuriens du xiiie siècle diffèrent aussi bien de la production romanesque du siècle précédent que de celle postérieure à 1240. Avec l’émergence de la prose se développe un style de narration plus ample ; alors que les romans en vers de Chrétien de Troyes se caractérisent par leur brièveté et la simplicité de leur action, les récits en prose démultiplient leur matière et aspirent à l’exhaustivité. L’ambition cyclique est totalisante, elle veut tout étreindre et épuiser les possibilités narratives que lui offre son sujet ; dès la trilogie, pourtant brève, de Robert de Boron, le récit va des origines du Graal en Terre sainte jusqu’à la fin du royaume arthurien, couvrant de manière schématique l’ensemble de la matière de Bretagne. Le Cycle Vulgate représente en quelque sorte l’apogée de cette ambition : combiner les histoires du Graal et du règne d’Arthur dans une vaste fresque au propos eschatologique. Le Cycle Vulgate représente aussi l’apogée de la forme cyclique elle-même ; après sa composition le roman en prose s’engage sur d’autres voies, et le cycle laisse la place à des ensembles plus homogènes, des romans-sommes d’un seul tenant, tels que le Tristan en prose, qui reprennent à leur compte le désir d’exhaustivité de leurs prédécesseurs mais ne reproduisent pas leur fonctionnement morcelé.

C’est ce fonctionnement textuel qui est au cœur de ma recherche. La première moitié du xiiie siècle voit émerger par le biais de la narration cyclique une pratique romanesque expérimentale, qui tente d’allier la forme-prose avec un donné narratif – la matière de Bretagne – caractérisé par une profusion de personnages, de motifs et d’épisodes. La prose permet une double évolution dans le traitement de cette matière. Thématique d’une part : les sujets romanesques s’élargissent et se diversifient, le cadre strictement courtois des romans en vers laissant la place à un discours tour à tour historique et religieux. Formelle d’autre part : la prose permet une amplification du récit dans toutes les directions. En effet cette amplification ne se manifeste pas seulement par l’allongement des textes, même s’il n’y a pas de commune mesure entre la longueur du Lancelot en prose et celle du Chevalier à la charrette de Chrétien de Troyes ; elle se traduit aussi par une multiplication des fils du récit, les aventures des différents chevaliers procédant par entrelacement10 au sein d’un même roman. Surtout, l’écriture cyclique permet une souplesse de la narration et de la lecture qui n’est pas égalée par les romans-sommes de la période suivante (Tristan en prose, Ysaïe le Triste ou Perceforest). L’étymologie même du terme de « cycle » renvoie à l’idée de circularité ; et ces ensembles romanesques, le Cycle Vulgate au premier chef, organisent leur propre lecture sur un ou des modèles qui ne sont ni tout à fait linéaires, ni tout à fait circulaires. Leurs parties constitutives conservent une certaine autonomie, et si elles s’organisent entre elles selon les lois de la chronologie interne, leur ordre d’écriture n’y est en revanche pas nécessairement subordonné : ainsi le Merlin Vulgate est le dernier texte à s’être ajouté à l’architecture du Cycle Vulgate, plusieurs années après la composition du socle LancelotQuesteMort Artu. À la différence des romans-sommes d’une part, et d’autre part d’un ensemble sans ligne narrative unique comme les romans de Chrétien de Troyes, le cycle suscite une lecture qui n’est ni unidirectionnelle – puisqu’il a été composé, et donc lu au moins initialement, dans un ordre différent de sa chronologie interne – ni chaotique pour autant, puisque sa matière suit un fil narratif nécessaire11. Le texte se ménage plusieurs points d’entrée et de sortie, mais en même temps il se structure de manière suffisamment forte pour éviter le délitement. De plus un cycle aussi imposant que celui de la Vulgate n’était pas systématiquement lu d’un bout à l’autre, les cinq romans à la suite, mais par bribes, ou par paquets narratifs plus ou moins importants ; bien souvent on n’en lisait que des parties, un roman plutôt qu’un autre, ou bien des morceaux choisis, et la tradition manuscrite en atteste12. Même une lecture dans l’ordre des cinq romans exige que le texte se structure de façon particulière, ne serait-ce que pour entretenir la mémoire des lecteurs/auditeurs.

Il est nécessaire, pour étudier les cycles arthuriens – Petit cycle et surtout Cycle Vulgate – en tant que cycles, de considérer ces ensembles du point de vue de leur réception plutôt que de leur production. La critique a parfois eu tendance à ne vouloir considérer dans le Cycle Vulgate que l’ensemble primitif Lancelot-Queste-Mort Artu13, puisque ces trois romans forment un tout homogène composé avec ce qui semble être une intention unificatrice ; face à ce groupe ternaire, les romans ajoutés par la suite (Estoire et Merlin Vulgate) ont longtemps été traités comme des pièces rapportées, qui ne devaient pas être étudiées en relation avec le socle primitif, puisqu’ils n’obéissent pas à la même intention auctoriale. De même, la trilogie de Robert de Boron n’a que rarement été examinée comme un tout cohérent, en raison des doutes qui planent encore sur l’homogénéité de sa composition : le Joseph et le Merlin sont tous deux des mises en prose d’originaux en vers de Robert de Boron, mais le statut du Perceval, dont il ne subsiste pas de version en vers, est plus difficile à déterminer, et sa relation à Robert de Boron est souvent contestée. De plus la responsabilité de la mise en prose des deux premiers romans est impossible à attribuer avec certitude à Robert de Boron lui-même : le Petit cycle pourrait donc avoir un, deux, ou trois auteurs différents, selon que l’on dissocie ou non le rédacteur des versions en vers, le responsable de la mise en prose et l’auteur du Perceval. Cependant la notion d’auteur est suffisamment floue au Moyen Âge, surtout dans le cas de textes anonymes ou inscrits sous des noms délibérément faux14, et l’unité de composition est une chose si difficile à déterminer avec certitude15, qu’une approche par le biais de la lecture est plus apte à livrer des informations solides sur le fonctionnement de ces textes. Il s’agit donc de prendre le cycle comme un donné et comme un objet de lecture, sans chercher à répondre à la question de la composition, qui semble être insoluble et n’influe que très peu sur la réception qu’offrent les médiévaux à ces textes ; prendre le cycle comme objet de réception, c’est accepter que les romans qui le composent communiquent les uns avec les autres et s’organisent en réseau par l’action configurante de la lecture.

C’est par le biais de la réception qu’émerge la spécificité de la forme-cycle : son caractère composite et modulable, la liberté considérable qu’il offre à son lecteur et les combinaisons diverses auxquelles il peut se soumettre. La tradition manuscrite atteste de cette réalité : elle a transmis aussi bien des cycles complets que des versions parcellaires, combinant seulement certains des romans entre eux, ou des romans individuels, séparés de leur entourage cyclique. Les éditions modernes n’encouragent que deux types de lecture, totale ou parcellaire, selon le type d’édition ; or la réalité manuscrite, du XIIIe siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge, révèle des réceptions beaucoup plus variées et libres. La lecture linéaire, qui parcourt tous les romans d’un cycle dans l’ordre, est la moins représentée : sur la quinzaine de manuscrits du Petit cycle, seuls deux reproduisent les trois romans16 ; quant au Cycle Vulgate, si ses romans apparaissent dans plus de cent-soixante témoins, une dizaine seulement sont des témoins cycliques complets. Les manuscrits laissent plutôt entrevoir un type de lecture qu’on dira modulaire, consistant à sélectionner les romans, à en écarter certains, à constituer des sous-ensembles à l’intérieur de la masse cyclique, voire à mêler des textes issus de cycles différents. Ainsi on trouve beaucoup plus de manuscrits du Petit cycle composés d’un Joseph et d’un Merlin, sans Perceval ; nombreux sont les témoins de la Vulgate qui s’en tiennent à la seule trilogie Lancelot-Queste-Mort-Artu, ou inversement au binôme Estoire-Merlin Vulgate ; on rencontre aussi des combinaisons moins attendues, comme deux trilogies Estoire-Queste-Mort Artu17, chaque construction modifiant inévitablement le sens de l’histoire qui est relatée. De surcroît les cycles sont bien souvent poreux : nombreux sont les manuscrits qui reproduisent à la fois le Joseph de Robert de Boron et l’Estoire de la Vulgate, l’un à la suite de l’autre ; quant au célèbre manuscrit Huth18, il fait suivre le Joseph et le Merlin de la Suite-post Vulgate du Merlin, mêlant ainsi deux des textes les plus anciens et l’un des plus tardifs de la période cyclique.

Surtout, la présentation fragmentée et dispersée des textes dans les manuscrits souligne le caractère peu contraint de la lecture cyclique ; celle-ci, qu’elle soit totale ou partielle, est fondamentalement une lecture tabulaire, c’est-à-dire qu’elle peut se faire dans l’ordre ou dans le désordre, avec des points d’entrée ou de sortie divers, et qu’elle met en rapport des épisodes et des zones textuelles parfois très éloignées les unes des autres : la lecture reconfigure le donné cyclique en le spatialisant. Le Petit cycle de Robert de Boron, est sans doute trop court pour exploiter pleinement cette potentialité, mais le Cycle Vulgate exhibe dans sa narration de nombreux signaux permettant au lecteur d’aborder sa matière par des biais divers. En effet, si l’entrelacement est une figure-clé de la prose romanesque, il existe aussi une sorte d’entrelacement à l’échelle cyclique, les différents romans de la Vulgate se répondant entre eux : un épisode du Lancelot trouvera sa résolution dans la Queste, une prophétie faite par Merlin dans le Merlin Vulgate se verra réalisée dans la Mort Artu, et ainsi de suite. Ces ponts jetés d’un récit à un autre sont autant de moyens de composer avec la mémoire du lecteur, avec la disparité manuscrite et avec la diffusion de la matière arthurienne dans la société médiévale : chaque lecture du cycle est différente parce que le cycle lui-même est un objet mouvant et variant, qui construit un univers de fiction aux frontières floues dans lequel le lecteur doit toujours pouvoir retrouver son chemin.

Étudier ces phénomènes de lecture cyclique exige de se situer au confluent de la théorie littéraire et de la philologie, en prenant en compte aussi bien les recherches récentes sur la réception19 que celles portant sur la réalité du texte manuscrit, de sa lecture et de sa diffusion20. La cyclicité est une question à la fois historique et formelle : les années 1200-1240 sont un moment de l’histoire littéraire médiévale caractérisé par l’émergence d’une forme narrative singulière, qui est moins un genre constitué et réglé qu’une praxis, une procédure expérimentale destinée à explorer les potentialités de la prose. Pourtant, malgré son caractère tâtonnant et multiforme, la pratique cyclique donne naissance à des textes qui connaissent un succès durable pendant le Moyen Âge, inversement proportionnel à la brève période de productivité de la forme en question. C’est que l’élaboration des cycles dans les années 1200-1240 va de pair avec une refonte en profondeur du rapport qu’entretient le lecteur avec la matière de Bretagne, par la construction de vastes univers de fiction21 qui concurrencent cette matière et actualisent le creuset des contes. Les cycles romanesques, et tout particulièrement le Cycle Vulgate, contribuent activement à la mise en place d’un canon arthurien qui va asseoir leur durabilité et faire de la mécanique cyclique un phénomène de réception populaire pendant toute la période médiévale.

En vertu de cette double caractérisation, formelle et historique, l’analyse de la forme cyclique doit se faire sous l’angle évolutif, au titre de phénomène émergent ; découlant de pratiques antérieures comme la série (Roman de Renart, romans de Chrétien de Troyes) ou la continuation (Continuations du Conte du graal produites autour de 1200), le cycle est une façon d’ouvrir les habitudes du vers au nouveau potentiel de la prose ; mais il est aussi une forme transitionnelle par excellence, destinée à brève échéance à laisser la place à des sommes plus homogènes et unitaires qui délaissent le fonctionnement morcelé du cycle. La lecture cyclique met elle aussi en jeu des logiques d’émergence, puisqu’elle fait surgir un sens narratif supérieur d’un ensemble de romans autonomes : en ce sens la forme-cycle repose plus que d’autres sur l’interaction entre le texte et son lecteur, qui par ses choix génère des architectures narratives variables et diverses. Étudier la lecture cyclique impose de respecter la singularité de chaque ensemble romanesque ; entre un Petit cycle encore très marqué par la forme de la continuation et par le vers, et des Suites du Merlin qui vers 1235 tendent à abandonner le fonctionnement cyclique au profit de romans longs plus planifiés, le Cycle Vulgate semble à bien des égards être le seul « véritable » cycle arthurien ; mais prendre les choses ainsi reviendrait à se méprendre sur une pratique narrative qui n’a jamais cherché à fonder une classe, mais plutôt à donner à lire. Le succès de la Vulgate à cet égard se vérifie dans sa survie jusqu’au début du xvie siècle dans de nombreux imprimés, ainsi que par sa reprise à la fin du Moyen Âge par des remanieurs de la matière arthurienne comme Thomas Malory.

 

 

  1. Romans édités individuellement : Le Roman de l’Estoire dou Graal, éd. William Nitze, Paris, Champion, 1927 (version originale en vers du Joseph) ; « The Modena Text of the Prose Joseph d’Arimathie », éd. William Roach, Romance Philology IX (1955-1956), p. 312-342 ; Joseph d’Arimathie, éd. Richard O’Gorman, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1995 (version en vers et en prose) ; Merlin, éd. Alexandre Micha, Genève, Droz, 1980 ; The Didot Perceval, according to the manuscripts of Modena and Paris, éd. William Roach, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1941. Édition intégrale : Le Roman du Graal, éd. Bernard Cerquiglini, Paris, Union Générale d’Édition, 1981. []
  2. Le titre de Lancelot-Graal est ambigu cependant, puisqu’il sert parfois à désigner seulement les trois derniers romans du cycle. On lui préférera donc celui, moins élégant, de Cycle Vulgate. []
  3. Romans édités individuellement : L’Estoire del saint Graal, éd. Jean-Paul Ponceau, Paris, Champion, 2 vol., 1997 ; Merlin. Roman du xiiie siècle, éd. Alexandre Micha, op. cit. ; Lancelot. Roman en prose du xiiie siècle, éd. Alexandre Micha, Genève, Droz, 9 vol., 1978-1983 ; La Queste del saint Graal, éd. Albert Pauphilet, Paris, Champion, 1924 ; La Mort le roi Artu. Roman du xiiie siècle, éd. Jean Frappier, Genève/Paris, Droz/Minard, 1936, 1964. Éditions intégrales : The Vulgate Version of the Arthurian Romances, éd. Heinrich Oskar Sommer, Washington, The Carnegie Institution, 1908-1916, 8 vol. ; Le Livre du Graal, dir. Philippe Walter, Paris, Gallimard, 2001-2009, 3 vol.. []
  4. La Suite du roman de Merlin, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 1996, 2006. []
  5. Fanni Bogdanow, The Romance of the Grail, Manchester University Press, 1966, et La Version post-vulgate de la « Queste del saint Graal » et de la « Mort Artu ». Troisième partie du « Roman du Graal », Paris, SATF, 1991-2001, 4 vol. L’existence d’un Cycle post-Vulgate a récemment été remise en question, notamment par Michelle Szkilnik, « La cohérence en question : La Suite-Merlin et la constitution d’un cycle romanesque », Matéria de Bretanha em Portugal, dir. Leonor Curado Neves, Margarida Madureira et Teresa Amado, Lisbonne, Colibri, 2002, p. 9-27. []
  6. Volume 7 de l’édition Sommer, op. cit. []
  7. Voir David Staines, « The Medieval Cycle : Mapping a Trope », Transtextualities. Of Cycles and Cyclicity in Medieval French Literature, dir. Sara Sturm-Maddox et Donald Maddox, Binghampton, Medieval & Renaissance Texts & Studies, 1996, p. 15-37. []
  8. Voir Epicorum graecorum fragmenta, éd. Malcolm Davies, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1988 ; Malcolm Davies, The Greek Epic Cycle, London, Bristol Classical Press, 1989 ; et Greek Epic Fragments: From the Seventh to the Fifth Centuries BC, éd. et trad. Martin L. West, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2003. []
  9. Voir notamment Madeleine Tyssens, La Geste de Guillaume d’Orange dans les manuscrits cycliques, Paris, Les Belles Lettres, 1967. []
  10. Sur la question de l’entrelacement, voir Ferdinand Lot, Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1918 ; Eugène Vinaver, À la recherche d’une poétique médiévale, Paris, Nizet, 1970 ; Emmanuèle Baumgartner, « Les techniques narratives dans le roman en prose », De l’histoire de Troie au livre du Graal, Orléans, Paradigme, 1994, p. 93-116. []
  11. Il est intéressant de ce point de vue de rapprocher les textes médiévaux des pratiques paralittéraires modernes, qui réactivent l’art de la « série » ou du « cycle » et jouent sur les mêmes effets d’homogénéité ou de discontinuité : voir à ce sujet Anne Besson, D’Asimov à Tolkien. Cycles et séries dans la littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, 2004, qui propose une typologie applicable mutatis mutandis à la production arthurienne. []
  12. Sur les témoins qui nous restent (162 selon le décompte de Richard Trachsler dans Clôtures du cycle arthurien, Genève, Droz, 1996, p. 557-564, « Tableau des manuscrits contenant le Lancelot-Graal »), toutes les combinaisons ou presque se vérifient : il existe des témoins « cycliques » au sens strict, rassemblant les cinq parties de l’ensemble, de nombreux témoins isolés pour chacun des romans, et des témoins qui opèrent une sélection parmi les cinq et en combinent deux, trois ou quatre seulement. []
  13. Souvent appelé Lancelot-Graal ou Lancelot en prose. Voir Ferdinand Lot, Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1918 ; Alexandre Micha, Essais sur le cycle du Lancelot-Graal, Genève, Droz, 1987. []
  14. Lancelot, Queste et Mort Artu s’attribuent à Gautier Map, décédé bien avant leur date de composition, l’Estoire se prétend traduite par Robert de Boron, et bon nombre de manuscrits désignent le même Robert de Boron comme auteur de la Suite Vulgate du Merlin. []
  15. Elspeth Kennedy notamment a décelé un Lancelot non-cyclique primitif, qui aurait été prolongé par d’autres rédacteurs pour donner la version cyclique, trois fois plus longue (Elspeth Kennedy, Lancelot and the Grail, Oxford, Clarendon Press, 1986). Sur la question de l’auteur et de la datation relative des différentes parties du Cycle Vulgate, voir notamment Ferdinand Lot, op. cit., Albert Pauphilet, Étude sur la Queste del Saint Graal attribuée à Gautier Map, Paris, Champion, 1921 et Jean Frappier, Étude sur la Mort le roi Artu, roman du xiiie siècle, dernière partie du Lancelot en prose [1936], Genève/Paris, Droz/Minard, 1972. []
  16. Paris, BNF, nouv. acq. fr. 4166 (ancien manuscrit Didot) et Modène, Biblioteca Estense, E. 39. []
  17. Chantilly, Musée Condé 476 et Londres, BL Roy. 14 E iii. []
  18. Londres, BL, Add. 38117. []
  19. Umberto Eco, Lector in fabula, Paris, Grasset, 1985 [Milan, Bompiani, 1979] et Les Limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992 [Milan, Bompiani, 1990] ; Michel Charles, Rhétorique de la lecture, Paris, Seuil, 1977 ; Paul Ricœur, Temps et récit, Paris, Seuil, 3 vol., 1983-1985 ; Michel Picard, La Lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986 et Lire le temps, Paris, Minuit, 1989 ; Raphaël Baroni, La Tension narrative, Paris, Seuil, 2007. []
  20. Paul Zumthor, La Lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Seuil, 1987 ; Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante, Paris, Seuil, 1989 ; Keith Busby, Codex and Context. Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, Amsterdam/New York, Rodopi, 2 vol., 2002. []
  21. Thomas Pavel, Univers de la fiction [1986], Paris, Le Seuil, 1988 ; Lubomir Doležel, Heterocosmica: Fiction and Possible Worlds, Baltimore/London, Johns Hopkins University Press, 1998; voir aussi U. Eco, Lector in fabula, op. cit., sur la notion d’« encyclopédie » fictionnelle. []

Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)

More Posts

Cette entrée a été publiée dans Carnet des thèses le par .

À propos Questes

Le groupe Questes a été créé au printemps 2001 par des doctorants de la Sorbonne. (lire la suite) --------------------- Questes is a young researchers group and network, created in 2001 by PhD students from Sorbonne Universities. Today, it brings together young scholars from French Universities, but also from other European and extra European countries. (read more)